Palestine occupée

Chroniques de la Palestine occupée: La guerre des mots


La première étape d'une guerre se déroule toujours sur le terrain du langage. Avant la victoire des armes, il faut remporter la campagne de l'information, donc du vocabulaire. Tous les services de la propagande savent cela.


Aline de Diéguez
Lundi 29 Janvier 2007

L'un des plus grands succès d'Israël est d'avoir fait main-basse sur les mots , d'avoir anesthésié les journalistes et neutralisé la fameuse et vaporeuse "communauté internationale" . Aujourd'hui, la quasi totalité de la presse mondiale est " embedded " dans la guerre israélienne .

Il faut malheureusement constater que les Palestiniens sont tragiquement démunis dans ce domaine.

Les Israéliens, en revanche, sont des champions toutes catégories! Ah les interventions d'Avi Pazner ! Voilà un grand professionnel ! Véritable abonné des journaux de France-Inter à 7h, à 8h, à 13h ou à 19 h, sur le ton larmoyant qui sied à une victime institutionnelle. Ce grand professionnel est capable de distiller goutte à goutte le récit gémissant d'une colonne de gentils chars Merkava sauvagement agressée par trois gamins lanceurs de pierre . Si les soldats ont riposté avec la modération qu'on leur connaît et réduit les enfants en bouillie, c'est que la pauvre Tsahal était en état de légitime défense !

Et quel habile " communiquant " qu' un Olivier Rafowicz ! Ce porte-parole de l'armée vous explique avec une agilité d'esprit, une assurance , une maestria confondante et dans un français bien meilleur que celui de beaucoup de journalistes français, les infinies précautions que prend" l'armée la plus morale du monde " afin d'épargner les civils . Si des enfants se sont trouvés sur la trajectoire des missiles, l'armée se lamente et déplore ce grand malheur. Ne va-t-elle pas - parfois - jusqu'à s'excuser ou à accuser une pièce défectueuse qui expliquerait une "erreur de guidage" lorsque le massacre est trop spectaculaire et qu'une famille d'une quinzaine de personnes est pulvérisée?

Dans un monde qui papillonne d'une image à l'autre , d'une interview à l'autre et où la vérité et la réalité ont peu de poids face à des bouffées émotives, à unesavante mise en scène ou en ondes, aux raisonnements astucieusement agencés , aux manipulations émanant de groupes de pression et à la complicité de tous les médias, des années-lumière d'habileté , d'efficacité et de professionnalisme séparent les Palestiniens et les Israéliens .

Outre le handicap de se trouver face à une puissante colonne de lobbyistes affichés ou masqués d'Israël , il existe des raisons culturelles, linguistiques , politiques et psychologiques propres aux Palestiniens eux-mêmes et qui expliquent leur sidérale faiblesse face aux médias du monde entier. Un locuteur qui s'exprime dans un anglais élémentaire ou un français hésitant ne fait, hélas, pas le poids dans le théâtre médiatique.

Depuis le départ de Leila Chahid pour Bruxelles, la Palestine a quasiment disparu des médias français. Le résultat est sans bavure : c'est une victoire par KO du vocabulaire, donc du point de vue israélien, si bien que la cause palestinienne est devenue quasiment inaudible.

A titre d'exemple, je vais analyser quelques phrases d'un éditorial parmi d'autres du journaliste Bernard Guetta - celui le 4 janvier 2007 sur France-Inter à 8h16. Sa tonalité générale, sous une apparence objective et balancée, reflète, en réalité d'une manière spectaculaire le seul point de vue israélien .

suite : Analyse de l'éditorial de Bernard Guetta du 4 janvier 2007 : La Démocratie pénitentiaire




Lundi 29 Janvier 2007


Commentaires

1.Posté par chahid le 30/01/2007 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’euphémisme des bourreaux et des hypocrites trouve tout son apogée dans le conflit israélo-arabe où les israéliens et les médias du monde entier parlent de « violence entre les deux parties » et de « tirs de roquettes sur Sderot et Ashkelon »…alors que ces mêmes tirs de roquettes ont causé la mort de six personnes en six ans (une moyenne d’une personne par année), pendant que la répression israélienne dans les territoires occupés a fait quatre mille cinq cents 4500 morts durant la même période.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires