RELIGIONS ET CROYANCES

Ching Hai s'élève au-dessus de la mêlée


Dans la même rubrique:
< >

En septembre 2008, Nice-Matin, le journal de la cinquième plus grande ville de France, posait la question, à renfort de gros titres et en première page, UNE DANGEREUSE SECTE S'EST-ELLE INSTALLÉE DANS NOTRE REGION ?


lovebille@yahoo.fr
Vendredi 28 Août 2009

Ching Hai s'élève au-dessus de la mêlée

Nice-Matin a dévoilé un groupe de gens dangereux et coupables...

Article paru dans l'American Chronicle, "Ching Hai s'élève au-dessus de la mêlée" Guénady Le développement sur deux pages intérieures comportant articles et photos laisse peu de doute quant à la conclusion que le lecteur a Nice-Matin a dévoilé un groupe de gens dangereux et coupables...
 
  
  Article paru dans l'American Chronicle,  "Ching Hai s'élève au-dessus de la mêlée"
 
 Guénady
 
 Le développement sur deux pages intérieures comportant articles et photos laisse peu de doute quant à la conclusion que le lecteur doit tirer...
L'ancien responsable des Renseignements Généraux (services secrets) était cité disant que ce groupe figurait sur la liste officielle des sectes dangereuses en France depuis le début des années 90. Pourquoi ? Selon la même source, cette « secte » (étiquette à laquelle les Français ont été conditionnés à répondre avec peur et répugnance) pourrait influencer ses membres à agir contre leurs propres intérêts (définis par qui ?). Quels enseignements de cette « secte » sont considérés si potentiellement dangereux ? Eh bien, le « gourou » de ce groupe, Ching Hai, chef spirituel vietnamien dont les fidèles sont plus de quarante mille et viennent du monde entier, enjoint ceux qui seraient illuminés à commencer par devenir végétaliens. Ching Hai n'a peut-être pas réalisé qu'elle agitait ainsi le croque-mitaine dénoncé avec ténacité par les autorités  (que ce soit un gouvernement de droite ou de gauche) qui, sans surprise, soutiennent les intérêts des puissantes industries agro-alimentaires.
 
 
 Pour replacer cet article de Nice-Matin dans le contexte de l'opinion publique française, nous devons rappeler le grand vacarme médiatique, il y a quelques années, au sujet d'un jeune homme, en Bretagne, présenté dans les journaux comme végétalien, qui est mort, nous dit-on, de carences nutritionnelles. Ceux qui lisent plus que les manchettes apprenaient qu'il ne se nourrissait, avant sa mort, que de riz complet depuis des années, régime jamais recommandé par les végétaliens. Même en Inde, où certains hommes travaillent dur en ne s'alimentant que de riz sans fruit ni légumes, des lentilles accompagnent leur riz (obtenant une protéine végétale complète), ils restent en bonne santé et forts. En tout cas, il est difficile de trouver un végétalien qui préconise un régime à base de riz seul sur une longue période (des macrobiotes qui conseillent du riz seul pour éliminer les toxines, insistent sur une limite de dix jours consécutifs). Malgré tout, ce décès a donné du grain à moudre contre le petit, néanmoins agissant et grandissant, mouvement végétalien en France. Aucun végétalien n'a eu l'occasion de s'exprimer dans les médias pour répondre à cette désinformation.
 
 
 En 2004-2005, et de nouveau en 2008, il y a eu deux cas extrêmement médiatisés (car de nouveau les médias se sont jetés dessus afin de « prouver » qu'un régime végétalien est « sectaire et dangereux ») de décès de bébés, pour lesquels les parents végétaliens furent mis en cause et arrêtés. Des médecins furent interrogés en tant qu' « experts », lors de reportages à la télévision, à la radio et dans les journaux, déclarant catégoriquement, que bien qu'ils n'aient pas de lien avec ces cas et qu'ils n'aient pas examiné ces enfants, la mort était due à de « sérieuses carences nutritionnelles », puisqu'il n'y a pas d'autre conclusion possible, étant donné que le lait d'une mère végétalienne ne peut satisfaire les besoins nutritionnels de son enfant... Même si ces « experts » ignoraient que des études britanniques et américaines ont complètement « déboulonné » cette thèse, on aurait pu penser que les médecins français, hommes et femmes confondus, auraient suffisamment de culture et de connaissances sur le monde pour se souvenir qu'au-delà des frontières de la France, il y a des continents entiers où la population a un régime « végétalien » depuis des millénaires, pourtant ceux-ci et leurs bébés ne meurent pas de sérieuses carences nutritionnelles...
 
 
 Pour ce qui est du premier de ces deux cas très connus, les parents, intelligents, diplômés de l'enseignement universitaire, professionnels, furent néanmoins poursuivis, déclarés coupables et condamnés à des peines de prison. Ils furent libérés « de manière anticipée », après « seulement » huit mois, et (coïncidence ou marché conclu ?) donnèrent immédiatement une conférence de presse lors de laquelle ils annonçaient (à l'instar de l'Inquisition et de Galilée ?) qu'ils avaient compris l'erreur de leur mode de vie déviant et étaient revenus à un régime carné « sain »... (Oui, cela s'est vraiment passé, en France, en 2005...)
 
 
 Au moment du second cas, l'année dernière, les journaux d'information, peut-être critiqués (à juste titre) lors du premier exemple, firent plus d’efforts pour apparaître objectifs, et des végétaliens « ordinaires » furent interviewés pour leurs opinions. Malheureusement, les personnes choisies n'étaient pas particulièrement douées pour s'exprimer en public, et lors des quelques secondes de diffusion autorisées, leurs paroles n'eurent pas le même poids que les opinions opposées par les médecins et les professeurs (« les experts ») qui continuent de dénoncer le régime végétalien comme forcément catastrophique pour un bébé (et pour tout un chacun d'ailleurs).
 
 
 Une manipulation si évidente de l'opinion publique française réussit car on ne rapporte aucune position alternative « experte » et parce que le public, isolé dans son chauvinisme linguistique et culturel, est élevé dans cette structure rigide de classes, afin d'admirer des « experts » désignés et infaillibles. Après tout, ceux qui ont pu bénéficier d'un enseignement supérieur (ce qui n'est pas le lot de la vaste majorité) et qui ainsi appartiennent à cette élite de la société, doivent « savoir », par opposition au large public qui, privé d'un tel enseignement et de tels privilèges sociaux, n'est pas dans la position de « connaître »... Ainsi, la vérité devient ce que les experts déclarent qu'elle est, notamment quand elle est soutenue par la tradition (comme si le public français avait toujours consommé de la viande, du poisson, des produits laitiers et autres, dans les quantités consommées aujourd'hui)...
 
 
 De sorte que, ce système rigide de classes, qui a survécu non seulement à la révolution française, mais aussi aux cinq républiques françaises, y compris la nôtre, continue de servir ceux au pouvoir, non plus la monarchie et l'aristocratie, gouvernant par le droit du sang, mais remplacés, aujourd'hui, par ceux dont le droit de gouverner repose sur leur fortune, pouvoir et influence. Les gens ordinaires demeurent à la base, manipulés, exploités et ignorants – mais confiants sous la bannière des idéaux (à atteindre un
jour) de Liberté, Égalité, Fraternité, et « ayant été rachetés » depuis la seconde guerre mondiale, par « les conforts » qui ne cessent de s'accumuler, de la société de consommation...
 
  
 Aux Etats-Unis, par contre, les opinions des gens ordinaires, tandis qu'elles demeurent l'objet de manipulations, ne sont pas si facilement dupées par des « experts », qui peuvent être achetés, comme chacun le sait, à la pelle. De telles opinions ne sont donc pas traitées avec révérence, mais sont plutôt ouvertes à la critique, soit des gens eux-mêmes, ou des intellectuels qui sont de leur côté. Et le plus important, une telle critique à l'égard des « experts » peut se retrouver dans les médias, même quand il s'agit d'attaquer les intérêts de poids de l'industrie agro-alimentaire, et malgré les millions de dollars versés aux entreprises de relations publiques pour réaliser des « écrans de fumée » des plus créatifs. Non seulement la vaste majorité du public français ne remet jamais en cause les opinions des experts mais, ne parlant que français, elle oublie, ou n'apprend jamais, qu'au-delà des frontières de la France, il y a un monde très différent de celui que leurs experts décrivent...
 
 
 Mais, revenons à Ching Hai... Le second article de Nice-Matin (une semaine après le premier) reposait sur les observations et propos de citoyens locaux, de voisins du « camp » en référence aux gros titres. Situé sur la riche commune de Roquebrune Cap Martin, juste à la sortie de Menton, à la frontière franco-italienne, à une demi-heure de voiture de Nice, ce « camp » était à l'origine un hôtel, acheté par Ching Hai, en été 2008, avec (dit-on), l'aide d'un riche bienfaiteur. L'ancien hôtel est à présent transformé en centre de méditation pour recevoir, en groupes successifs de deux cents personnes, ses milliers de fidèles du monde entier, qui viennent méditer lors de courtes retraites. Nice-Matin, mettant entre parenthèses toutes les bases journalistiques habituelles, a publié les peurs et les spéculations exprimées par des voisins furieux du centre, avec toutes les citations anonymes, en d'autres mots, commérages élevés au rang d'informations, une prouesse qui aurait laissé mon ancien doyen des études de journalisme de Berkeley sans voix (horrifié).
 
 
 Quels étaient les reproches des voisins tels que rapportés par Nice-Matin ?
Eh bien, le grand nombre de visiteurs du nouveau centre, principalement des Asiatiques, arrivaient à pied en de longues files uniques et – encore plus suspicieux – ils ne faisaient pas de bruit ! Oui, les voisins s'insurgeaient parce que, que ce soit en arrivant et en partant, ou dans le centre, les adeptes de Ching Hai sont « silencieux » (peut-être que les voisins auraient préféré que ces visiteurs soient bruyants ?). Une femme déclarait que, depuis son balcon, elle pouvait voir au-dessus des murs du centre de méditation, dans les jardins, les fidèles de Ching Hai tous habillés en blanc, chaque nuit, assis en cercle sur le sol, jambes croisés, mangeant dans des bols, et toujours dans le silence... Mes propres interviews avec un certain nombre de fidèles de Ching Hai récoltèrent des éclats de rire à ces allégations, qui furent considérées comme totalement fantaisistes. Et pour couronner le tout, un voisin, cité par Nice-Matin, disait pour l'essentiel :
il est vrai que ces gens ne font de mal à personne, mais leur présence n'est pas la bienvenue pour autant...
 
 
 Grand cas aussi fut fait de l'argent de Ching Hai, comme si avoir de l'argent était un facteur supplémentaire de suspicion, conduisant à quelque culpabilité. Mais coupable de quoi ? Seules des insinuations et de vagues peurs sourdent entre les lignes... Des affirmations selon lesquelles elle dépense sans compter, dans les meilleurs hôtels et restaurants de Monaco. Même si ces accusations sont vraies – « et alors ? » Elle est une artiste prolifique qui vend ses créations artistiques, selon Nice-Matin, à des prix fabuleux... Si ceci est suspicieux, les journalistes devraient être exhaustifs et enquêter chez Christie's et toutes les galeries d'art des environs également...
 
 
 En réalité, les fidèles de Ching Hai qui, de l'aéroport, passent par Nice, sur le chemin vers ou de Menton, m'ont confirmé ce qu'elle dit elle-même, qu'elle ne s'attarde pas sur son apparence, ses vêtements et sa coiffure, juste ce qu'il lui faut pour être propre, car si elle passe du temps pour elle, elle sera moins disponible pour prendre soin d'eux spirituellement.
 
 Bien entendu, il y a eu des cas bien connus de « gourous » qui manipulaient des personnes crédules, les coupant de leur argent et les exploitant sans merci, comme Jonestown et le Temple solaire, pour ne citer que deux exemples particulièrement horribles ; chacun d'eux se terminant dans un bain de sang.
Comme déjà mentionné, ce danger a été tellement martelé dans la tête des Français, que le simple fait d'évoquer le terme « secte » déclenche une réaction violente et négative. (Ce que les gens ont oublié, c'est que Jésus et ses fidèles offrent aussi l'exemple d'une secte persécutée par les autorités de l'époque, qui est perçue complètement différemment aujourd'hui. En d'autres mots, respectant une pure logique élémentaire, toutes les sectes ne doivent pas être mises dans le même panier...)
 
 
 Ainsi nous avons le climat dans lequel Ching Hai a installé son centre. Outre fournir un endroit tranquille pour la méditation et pour se ressourcer avec ceux qui ont le même état d'esprit, Ching Hai envoie ses fidèles dans le monde, avec une mission : réveiller les gens en parlant du danger immanent pour toute vie sur notre planète, que représente le réchauffement climatique.
 
 
 En fait, c'est Ching Hai et ses fidèles qui, presque tous seuls, ont forcé les médias du monde entier à – finalement – rapporter l'histoire, intouchée et intouchable pendant des années, de ce que les plus éminents scientifiques disent sur le réchauffement climatique... Car on ne nous a pas révélé que la fonte des pôles, crée simultanément des cheminées de gaz méthane toxique dans les mers polaires. Au moment où les pôles auront disparu, les scientifiques estiment qu'il y aura tant de gaz toxique dans l'atmosphère que notre Terre ne portera plus de vie comme nous le connaissons maintenant...
 
 
 Cette nouvelle est déjà mauvaise, mais pire encore sont les prédictions
d'éminents scientifiques sur   la période à laquelle cette catastrophe
surviendra... Car au rythme actuel de la fonte, il a été calculé que les pôles disparaîtront d'ici l'été 2012. Les rapports les plus récents (fin février 2009) des scientifiques qui surveillent la situation sur le terrain, précisent que la fonte s'est accélérée au-delà de leurs pires craintes...ce qui ne laisse pas beaucoup de temps à l'humanité pour retourner la situation.
 
 
 Mais la position de Ching Hai est qu'IL Y A encore de l'espoir. La fonte PEUT encore être stoppée, même à ce stade avancé. Notre planète PEUT encore être sauvée. Comment ? En réduisant le réchauffement climatique – rapidement – et une chose facile que chaque individu peut faire, sans demander de permission, sans investir dans aucun matériau ni consulter personne, est d'arrêter de soutenir la production industrielle d'animaux pour la consommation humaine, qui participe, selon les estimations, pour plus de 18% du total des gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique.
 [N.B. : les scientifiques parlent maintenant de 50%, et non plus 18%.]
 
 
 C'est la vérité incommode que même Al Gore n'ose pas mentionner...
 
 
 A ce stade, revenons un peu en arrière, pour examiner la dynamique sociale de la consommation de viande en France...
 
 
 Il est peu fait mention, dans ce bastion de la consommation de viande, des traditions culinaires plusieurs fois millénaires, qu'entre les deux dernières grandes guerres, un large, populaire et influent mouvement végétarien existait en France, en Allemagne et aussi en Suisse, et dans une moindre mesure, dans d'autres pays européens. Ces inconditionnels de la santé recommandaient des jeûnes contre toutes les maladies, suivis de régimes végétariens désintoxicants, conseillés aussi dans la prévention des maladies. Reposant sur de la nourriture à base de plantes, préparée simplement (et avec le minimum), ce mouvement n'a guère prospéré après la seconde guerre mondiale, dans le climat de surconsommation qui suivit les années de sévères privations. (Cela constituerait un sujet de recherche digne d'intérêt pour quelque universitaire compatissant : débutant avec LA VIE CLAIRE de Henri-Charles Geffroy, une chaîne de magasins originale, nationale, promouvant les aliments sains, avec des procédés de fabrication minimum, et qui, à l'origine, rejetait tous les produits animaux, viandes et autres, et ce, suite à l'expérience de guérison du fondateur, après avoir passé des années dans les tranchées de la première guerre mondiale. Au lieu de souffrir des privations de nourritures, il constatait qu'il avait recouvert la santé !)
 
 [N.B. : site sur l'oeuvre de Henri-Charles Geffroy :
http://agnvswebmestre.free.fr]
 
 Les industries de la viande, des produits laitiers, de la volaille (y compris les œufs) et du poisson – dont les techniques de production ont été industrialisées pour répondre aux besoins de la deuxième guerre mondiale, et produire rapidement des quantités massives et bon marché de nourritures pour les troupes – ont dû, pour survivre en temps de paix, convaincre les civils de consommer ces produits, et ce, non pas avec modération – comme auparavant –, mais à un rythme sans cesse croissant. La réaction aux privations des années de guerre a certainement contribué à faire en sorte que le public tienne compte des relances sans fin des propagandistes professionnels, convertis en manipulateurs et annonceurs d'images publiques, agitant l'idée que c’est non seulement agréable, mais sain, de consommer de plus en plus de viande et de poisson, et leurs produits dérivés. Ainsi ceux qui avaient toujours considéré une telle nourriture comme un « plat spécial » occasionnel, ont été embobinés dans la croyance que la société faisait des progrès qu’eux aussi pouvaient partager en consommant ces nourritures, quotidiennement, comme les riches du passé. Le résultat ? Une explosion s’en est suivie, dans les industries médicales, du nombre de patients souffrant de prétendues « maladies de civilisation », celles directement liées au style de vie et à l’alimentation (maladies cardiaques, cancers, diabètes, et autres). (À propos, qui est encore assez dupe pour croire les affirmations selon lesquelles les guérisons de ces maladies sont pour bientôt, ces mêmes affirmations qui incitent les gens à régulièrement débourser des dons à la recherche médicale qui promet, un jour, de leur permettre de manger, boire et vivre comme ça leur plaît, sans avoir à faire face aux conséquences logiques, grâce à une pilule, un vaccin, ou autre traitement miracle... Une telle utopie est la promesse sur laquelle le public porte ses espoirs tout en se remplissant de non-aliments industriels qui stimulent des palais toujours plus las, parfois avec quelques vitamines synthétiques ajoutées, pour justifier les assertions tonitruantes à propos de leurs bienfaits sur la santé (en réalité, il s’agit simplement de fumée supplémentaire, masquant la vérité)...
 
 
 Mais les gens comme Ching Hai, de par leurs natures mêmes, dissipent la confusion qui brouille les  cartes. Ching Hai attire principalement des gens ordinaires avec ses enseignements, bien qu'il y ait aussi des intellectuels et des membres de l'élite de la société qui en aient entendu parler et aient répondu favorablement, par conscience sociale...
 
 
 En octobre 2008, une nouvelle diffusion d'articles dans Nice-Matin annonçait que Ching Hai et son groupe avaient levé le camp... Des photos ont été publiées sur lesquelles on pouvait voir par-dessus les murs et dans les jardins, que l'ancien hôtel transformé en centre de méditation était désormais clairement vide. L'impression donnée était que la révélation de Nice-Matin avait contribué à dévoiler un groupe de gens dangereux et coupables, qui avaient répondu par la « fuite ».
 
 
 En réalité, Ching Hai est basée à Londres, pas en France, et est bien connue pour sa propension à voyager... Elle venait de partir, quelque part ailleurs, comme elle le fait généralement, tôt ou tard. En décembre, embarrassant pour Nice-Matin, elle était de retour, et la réception de ses groupes de disciples pour des retraites de méditation a repris…
 
 
 Imperturbable, un nouvel article dans Nice-Matin déclarait (sans mention de l'erreur à propos de leurs affirmations faites en octobre) : « Ching Hai se dévoile » et « Ils disent ne rien avoir à cacher » en insinuant, bien sûr, le contraire... En tout cas, ses disciples m'ont dit qu'ils avaient essayé de dissiper la mauvaise publicité avec leur sincérité, invitant les voisins les plus furieux et les journalistes de Nice-Matin au centre. Le résultat n’en était que plus de soupçons, ils ont donc haussé les épaules, que pouvaient-ils faire ?
 
 
 Depuis lors, Ching Hai et ses disciples ont poursuivi tranquillement leurs activités. Des groupes de « pèlerins » font régulièrement le chemin entre l'aéroport de Nice et Menton, puis effectuent le chemin inverse, aussi discrets que jamais. Ils ne cherchent certainement pas la confrontation, mais ils n’ont en rien « levé le camp ». Ching Hai est présente sans bruit, menant ces retraites, non perturbée par les malentendus des habitants locaux.
Certains de ceux qui en reviennent mentionnent avoir rencontré ses chiens, que l’on dit au nombre de cinq et tous recueillis. Ses disciples ont toujours sa documentation à la main, tant en français qu'en anglais, expliquant ce que les scientifiques disent à propos du danger immanent du méthane et proposent un style de vie végétalien, pour sauver la planète.
 
 
 Il est intéressant de remarquer qu’il y a seulement quelques semaines, le BBC World Service a repris le sujet des cheminées de méthane pour la première fois. Des amis, aux Etats-Unis, m’ont dit que les médias du pays (où Ching Hai a beaucoup de disciples) abordent désormais aussi le problème.
 
 
 Espérons que Ching Hai ait raison et qu'il y a encore espoir pour que l'humanité réchappe, une fois encore, à une crise qui est en fin de compte de son propre fait. Nous pouvons aussi espérer que la résolution de cette crise convaincra les gens de ne jamais faire à nouveau confiance aux promesses de ceux (en particulier certaines industries et leurs défenseurs) qui sont debout pour profiter en manipulant le comportement du public. Mais les principes démocratiques et républicains ont toujours dépendu, pour une application sage, d’un public informé et responsable. Et pour être informé et responsable, le public ne peut pas attendre de ses dirigeants actuels qu’ils le tolèrent ou l’encouragent... C’est plutôt le contraire...
Malheureusement.
 
 
 Pour l'humanité, il est l’heure de se réveiller, ou bien... Mais, essayons de ne pas envisager l'alternative..
 
 
 
  
 
 Guénady
 
 Guénady is a native Californian, a graduate of the University of California at Berkeley, and has lived as an expat in France for over thirty years. This experience has afforded unique opportunities for observing French society and, in particular, Guénady's main center of interest, the French animal defense movement. Guenady is also a member of the French Syndicat des Journalistes et Ecrivains.
 
 The American Chronicle, California Chronicle, Los Angeles Chronicle, World Sentinel, and affiliates are online magazines for national, international, state, and local news. We also provide opinion and feature articles. We have over 3,500 contributors, over 100,000 articles, and over 11 million visitors annually. doit tirer... L'ancien responsable des Renseignements Généraux (services secrets) était cité disant que ce groupe figurait sur la liste officielle des sectes dangereuses en France depuis le début des années 90. Pourquoi ? Selon la même source, cette « secte » (étiquette à laquelle les Français ont été conditionnés à répondre avec peur et répugnance) pourrait influencer ses membres à agir contre leurs propres intérêts (définis par qui ?). Quels enseignements de cette « secte » sont considérés si potentiellement dangereux ? Eh bien, le « gourou » de ce groupe, Ching Hai, chef spirituel vietnamien dont les fidèles sont plus de quarante mille et viennent du monde entier, enjoint ceux qui seraient illuminés à commencer par devenir végétaliens. Ching Hai n'a peut-être pas réalisé qu'elle agitait ainsi le croque-mitaine dénoncé avec ténacité par les autorités (que ce soit un gouvernement de droite ou de gauche) qui, sans surprise, soutiennent les intérêts des puissantes industries agro-alimentaires. Pour replacer cet article de Nice-Matin dans le contexte de l'opinion publique française, nous devons rappeler le grand vacarme médiatique, il y a quelques années, au sujet d'un jeune homme, en Bretagne, présenté dans les journaux comme végétalien, qui est mort, nous dit-on, de carences nutritionnelles. Ceux qui lisent plus que les manchettes apprenaient qu'il ne se nourrissait, avant sa mort, que de riz complet depuis des années, régime jamais recommandé par les végétaliens. Même en Inde, où certains hommes travaillent dur en ne s'alimentant que de riz sans fruit ni légumes, des lentilles accompagnent leur riz (obtenant une protéine végétale complète), ils restent en bonne santé et forts. En tout cas, il est difficile de trouver un végétalien qui préconise un régime à base de riz seul sur une longue période (des macrobiotes qui conseillent du riz seul pour éliminer les toxines, insistent sur une limite de dix jours consécutifs). Malgré tout, ce décès a donné du grain à moudre contre le petit, néanmoins agissant et grandissant, mouvement végétalien en France. Aucun végétalien n'a eu l'occasion de s'exprimer dans les médias pour répondre à cette désinformation. En 2004-2005, et de nouveau en 2008, il y a eu deux cas extrêmement médiatisés (car de nouveau les médias se sont jetés dessus afin de « prouver » qu'un régime végétalien est « sectaire et dangereux ») de décès de bébés, pour lesquels les parents végétaliens furent mis en cause et arrêtés. Des médecins furent interrogés en tant qu' « experts », lors de reportages à la télévision, à la radio et dans les journaux, déclarant catégoriquement, que bien qu'ils n'aient pas de lien avec ces cas et qu'ils n'aient pas examiné ces enfants, la mort était due à de « sérieuses carences nutritionnelles », puisqu'il n'y a pas d'autre conclusion possible, étant donné que le lait d'une mère végétalienne ne peut satisfaire les besoins nutritionnels de son enfant... Même si ces « experts » ignoraient que des études britanniques et américaines ont complètement « déboulonné » cette thèse, on aurait pu penser que les médecins français, hommes et femmes confondus, auraient suffisamment de culture et de connaissances sur le monde pour se souvenir qu'au-delà des frontières de la France, il y a des continents entiers où la population a un régime « végétalien » depuis des millénaires, pourtant ceux-ci et leurs bébés ne meurent pas de sérieuses carences nutritionnelles... Pour ce qui est du premier de ces deux cas très connus, les parents, intelligents, diplômés de l'enseignement universitaire, professionnels, furent néanmoins poursuivis, déclarés coupables et condamnés à des peines de prison. Ils furent libérés « de manière anticipée », après « seulement » huit mois, et (coïncidence ou marché conclu ?) donnèrent immédiatement une conférence de presse lors de laquelle ils annonçaient (à l'instar de l'Inquisition et de Galilée ?) qu'ils avaient compris l'erreur de leur mode de vie déviant et étaient revenus à un régime carné « sain »... (Oui, cela s'est vraiment passé, en France, en 2005...) Au moment du second cas, l'année dernière, les journaux d'information, peut-être critiqués (à juste titre) lors du premier exemple, firent plus d’efforts pour apparaître objectifs, et des végétaliens « ordinaires » furent interviewés pour leurs opinions. Malheureusement, les personnes choisies n'étaient pas particulièrement douées pour s'exprimer en public, et lors des quelques secondes de diffusion autorisées, leurs paroles n'eurent pas le même poids que les opinions opposées par les médecins et les professeurs (« les experts ») qui continuent de dénoncer le régime végétalien comme forcément catastrophique pour un bébé (et pour tout un chacun d'ailleurs). Une manipulation si évidente de l'opinion publique française réussit car on ne rapporte aucune position alternative « experte » et parce que le public, isolé dans son chauvinisme linguistique et culturel, est élevé dans cette structure rigide de classes, afin d'admirer des « experts » désignés et infaillibles. Après tout, ceux qui ont pu bénéficier d'un enseignement supérieur (ce qui n'est pas le lot de la vaste majorité) et qui ainsi appartiennent à cette élite de la société, doivent « savoir », par opposition au large public qui, privé d'un tel enseignement et de tels privilèges sociaux, n'est pas dans la position de « connaître »... Ainsi, la vérité devient ce que les experts déclarent qu'elle est, notamment quand elle est soutenue par la tradition (comme si le public français avait toujours consommé de la viande, du poisson, des produits laitiers et autres, dans les quantités consommées aujourd'hui)... De sorte que, ce système rigide de classes, qui a survécu non seulement à la révolution française, mais aussi aux cinq républiques françaises, y compris la nôtre, continue de servir ceux au pouvoir, non plus la monarchie et l'aristocratie, gouvernant par le droit du sang, mais remplacés, aujourd'hui, par ceux dont le droit de gouverner repose sur leur fortune, pouvoir et influence. Les gens ordinaires demeurent à la base, manipulés, exploités et ignorants – mais confiants sous la bannière des idéaux (à atteindre un jour) de Liberté, Égalité, Fraternité, et « ayant été rachetés » depuis la seconde guerre mondiale, par « les conforts » qui ne cessent de s'accumuler, de la société de consommation... Aux Etats-Unis, par contre, les opinions des gens ordinaires, tandis qu'elles demeurent l'objet de manipulations, ne sont pas si facilement dupées par des « experts », qui peuvent être achetés, comme chacun le sait, à la pelle. De telles opinions ne sont donc pas traitées avec révérence, mais sont plutôt ouvertes à la critique, soit des gens eux-mêmes, ou des intellectuels qui sont de leur côté. Et le plus important, une telle critique à l'égard des « experts » peut se retrouver dans les médias, même quand il s'agit d'attaquer les intérêts de poids de l'industrie agro-alimentaire, et malgré les millions de dollars versés aux entreprises de relations publiques pour réaliser des « écrans de fumée » des plus créatifs. Non seulement la vaste majorité du public français ne remet jamais en cause les opinions des experts mais, ne parlant que français, elle oublie, ou n'apprend jamais, qu'au-delà des frontières de la France, il y a un monde très différent de celui que leurs experts décrivent... Mais, revenons à Ching Hai... Le second article de Nice-Matin (une semaine après le premier) reposait sur les observations et propos de citoyens locaux, de voisins du « camp » en référence aux gros titres. Situé sur la riche commune de Roquebrune Cap Martin, juste à la sortie de Menton, à la frontière franco-italienne, à une demi-heure de voiture de Nice, ce « camp » était à l'origine un hôtel, acheté par Ching Hai, en été 2008, avec (dit-on), l'aide d'un riche bienfaiteur. L'ancien hôtel est à présent transformé en centre de méditation pour recevoir, en groupes successifs de deux cents personnes, ses milliers de fidèles du monde entier, qui viennent méditer lors de courtes retraites. Nice-Matin, mettant entre parenthèses toutes les bases journalistiques habituelles, a publié les peurs et les spéculations exprimées par des voisins furieux du centre, avec toutes les citations anonymes, en d'autres mots, commérages élevés au rang d'informations, une prouesse qui aurait laissé mon ancien doyen des études de journalisme de Berkeley sans voix (horrifié). Quels étaient les reproches des voisins tels que rapportés par Nice-Matin ? Eh bien, le grand nombre de visiteurs du nouveau centre, principalement des Asiatiques, arrivaient à pied en de longues files uniques et – encore plus suspicieux – ils ne faisaient pas de bruit ! Oui, les voisins s'insurgeaient parce que, que ce soit en arrivant et en partant, ou dans le centre, les adeptes de Ching Hai sont « silencieux » (peut-être que les voisins auraient préféré que ces visiteurs soient bruyants ?). Une femme déclarait que, depuis son balcon, elle pouvait voir au-dessus des murs du centre de méditation, dans les jardins, les fidèles de Ching Hai tous habillés en blanc, chaque nuit, assis en cercle sur le sol, jambes croisés, mangeant dans des bols, et toujours dans le silence... Mes propres interviews avec un certain nombre de fidèles de Ching Hai récoltèrent des éclats de rire à ces allégations, qui furent considérées comme totalement fantaisistes. Et pour couronner le tout, un voisin, cité par Nice-Matin, disait pour l'essentiel : il est vrai que ces gens ne font de mal à personne, mais leur présence n'est pas la bienvenue pour autant... Grand cas aussi fut fait de l'argent de Ching Hai, comme si avoir de l'argent était un facteur supplémentaire de suspicion, conduisant à quelque culpabilité. Mais coupable de quoi ? Seules des insinuations et de vagues peurs sourdent entre les lignes... Des affirmations selon lesquelles elle dépense sans compter, dans les meilleurs hôtels et restaurants de Monaco. Même si ces accusations sont vraies – « et alors ? » Elle est une artiste prolifique qui vend ses créations artistiques, selon Nice-Matin, à des prix fabuleux... Si ceci est suspicieux, les journalistes devraient être exhaustifs et enquêter chez Christie's et toutes les galeries d'art des environs également... En réalité, les fidèles de Ching Hai qui, de l'aéroport, passent par Nice, sur le chemin vers ou de Menton, m'ont confirmé ce qu'elle dit elle-même, qu'elle ne s'attarde pas sur son apparence, ses vêtements et sa coiffure, juste ce qu'il lui faut pour être propre, car si elle passe du temps pour elle, elle sera moins disponible pour prendre soin d'eux spirituellement. Bien entendu, il y a eu des cas bien connus de « gourous » qui manipulaient des personnes crédules, les coupant de leur argent et les exploitant sans merci, comme Jonestown et le Temple solaire, pour ne citer que deux exemples particulièrement horribles ; chacun d'eux se terminant dans un bain de sang. Comme déjà mentionné, ce danger a été tellement martelé dans la tête des Français, que le simple fait d'évoquer le terme « secte » déclenche une réaction violente et négative. (Ce que les gens ont oublié, c'est que Jésus et ses fidèles offrent aussi l'exemple d'une secte persécutée par les autorités de l'époque, qui est perçue complètement différemment aujourd'hui. En d'autres mots, respectant une pure logique élémentaire, toutes les sectes ne doivent pas être mises dans le même panier...) Ainsi nous avons le climat dans lequel Ching Hai a installé son centre. Outre fournir un endroit tranquille pour la méditation et pour se ressourcer avec ceux qui ont le même état d'esprit, Ching Hai envoie ses fidèles dans le monde, avec une mission : réveiller les gens en parlant du danger immanent pour toute vie sur notre planète, que représente le réchauffement climatique. En fait, c'est Ching Hai et ses fidèles qui, presque tous seuls, ont forcé les médias du monde entier à – finalement – rapporter l'histoire, intouchée et intouchable pendant des années, de ce que les plus éminents scientifiques disent sur le réchauffement climatique... Car on ne nous a pas révélé que la fonte des pôles, crée simultanément des cheminées de gaz méthane toxique dans les mers polaires. Au moment où les pôles auront disparu, les scientifiques estiment qu'il y aura tant de gaz toxique dans l'atmosphère que notre Terre ne portera plus de vie comme nous le connaissons maintenant... Cette nouvelle est déjà mauvaise, mais pire encore sont les prédictions d'éminents scientifiques sur la période à laquelle cette catastrophe surviendra... Car au rythme actuel de la fonte, il a été calculé que les pôles disparaîtront d'ici l'été 2012. Les rapports les plus récents (fin février 2009) des scientifiques qui surveillent la situation sur le terrain, précisent que la fonte s'est accélérée au-delà de leurs pires craintes...ce qui ne laisse pas beaucoup de temps à l'humanité pour retourner la situation. Mais la position de Ching Hai est qu'IL Y A encore de l'espoir. La fonte PEUT encore être stoppée, même à ce stade avancé. Notre planète PEUT encore être sauvée. Comment ? En réduisant le réchauffement climatique – rapidement – et une chose facile que chaque individu peut faire, sans demander de permission, sans investir dans aucun matériau ni consulter personne, est d'arrêter de soutenir la production industrielle d'animaux pour la consommation humaine, qui participe, selon les estimations, pour plus de 18% du total des gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. [N.B. : les scientifiques parlent maintenant de 50%, et non plus 18%.] C'est la vérité incommode que même Al Gore n'ose pas mentionner... A ce stade, revenons un peu en arrière, pour examiner la dynamique sociale de la consommation de viande en France... Il est peu fait mention, dans ce bastion de la consommation de viande, des traditions culinaires plusieurs fois millénaires, qu'entre les deux dernières grandes guerres, un large, populaire et influent mouvement végétarien existait en France, en Allemagne et aussi en Suisse, et dans une moindre mesure, dans d'autres pays européens. Ces inconditionnels de la santé recommandaient des jeûnes contre toutes les maladies, suivis de régimes végétariens désintoxicants, conseillés aussi dans la prévention des maladies. Reposant sur de la nourriture à base de plantes, préparée simplement (et avec le minimum), ce mouvement n'a guère prospéré après la seconde guerre mondiale, dans le climat de surconsommation qui suivit les années de sévères privations. (Cela constituerait un sujet de recherche digne d'intérêt pour quelque universitaire compatissant : débutant avec LA VIE CLAIRE de Henri-Charles Geffroy, une chaîne de magasins originale, nationale, promouvant les aliments sains, avec des procédés de fabrication minimum, et qui, à l'origine, rejetait tous les produits animaux, viandes et autres, et ce, suite à l'expérience de guérison du fondateur, après avoir passé des années dans les tranchées de la première guerre mondiale. Au lieu de souffrir des privations de nourritures, il constatait qu'il avait recouvert la santé !) [N.B. : site sur l'oeuvre de Henri-Charles Geffroy : http://agnvswebmestre.free.fr] Les industries de la viande, des produits laitiers, de la volaille (y compris les œufs) et du poisson – dont les techniques de production ont été industrialisées pour répondre aux besoins de la deuxième guerre mondiale, et produire rapidement des quantités massives et bon marché de nourritures pour les troupes – ont dû, pour survivre en temps de paix, convaincre les civils de consommer ces produits, et ce, non pas avec modération – comme auparavant –, mais à un rythme sans cesse croissant. La réaction aux privations des années de guerre a certainement contribué à faire en sorte que le public tienne compte des relances sans fin des propagandistes professionnels, convertis en manipulateurs et annonceurs d'images publiques, agitant l'idée que c’est non seulement agréable, mais sain, de consommer de plus en plus de viande et de poisson, et leurs produits dérivés. Ainsi ceux qui avaient toujours considéré une telle nourriture comme un « plat spécial » occasionnel, ont été embobinés dans la croyance que la société faisait des progrès qu’eux aussi pouvaient partager en consommant ces nourritures, quotidiennement, comme les riches du passé. Le résultat ? Une explosion s’en est suivie, dans les industries médicales, du nombre de patients souffrant de prétendues « maladies de civilisation », celles directement liées au style de vie et à l’alimentation (maladies cardiaques, cancers, diabètes, et autres). (À propos, qui est encore assez dupe pour croire les affirmations selon lesquelles les guérisons de ces maladies sont pour bientôt, ces mêmes affirmations qui incitent les gens à régulièrement débourser des dons à la recherche médicale qui promet, un jour, de leur permettre de manger, boire et vivre comme ça leur plaît, sans avoir à faire face aux conséquences logiques, grâce à une pilule, un vaccin, ou autre traitement miracle... Une telle utopie est la promesse sur laquelle le public porte ses espoirs tout en se remplissant de non-aliments industriels qui stimulent des palais toujours plus las, parfois avec quelques vitamines synthétiques ajoutées, pour justifier les assertions tonitruantes à propos de leurs bienfaits sur la santé (en réalité, il s’agit simplement de fumée supplémentaire, masquant la vérité)... Mais les gens comme Ching Hai, de par leurs natures mêmes, dissipent la confusion qui brouille les cartes. Ching Hai attire principalement des gens ordinaires avec ses enseignements, bien qu'il y ait aussi des intellectuels et des membres de l'élite de la société qui en aient entendu parler et aient répondu favorablement, par conscience sociale... En octobre 2008, une nouvelle diffusion d'articles dans Nice-Matin annonçait que Ching Hai et son groupe avaient levé le camp... Des photos ont été publiées sur lesquelles on pouvait voir par-dessus les murs et dans les jardins, que l'ancien hôtel transformé en centre de méditation était désormais clairement vide. L'impression donnée était que la révélation de Nice-Matin avait contribué à dévoiler un groupe de gens dangereux et coupables, qui avaient répondu par la « fuite ». En réalité, Ching Hai est basée à Londres, pas en France, et est bien connue pour sa propension à voyager... Elle venait de partir, quelque part ailleurs, comme elle le fait généralement, tôt ou tard. En décembre, embarrassant pour Nice-Matin, elle était de retour, et la réception de ses groupes de disciples pour des retraites de méditation a repris… Imperturbable, un nouvel article dans Nice-Matin déclarait (sans mention de l'erreur à propos de leurs affirmations faites en octobre) : « Ching Hai se dévoile » et « Ils disent ne rien avoir à cacher » en insinuant, bien sûr, le contraire... En tout cas, ses disciples m'ont dit qu'ils avaient essayé de dissiper la mauvaise publicité avec leur sincérité, invitant les voisins les plus furieux et les journalistes de Nice-Matin au centre. Le résultat n’en était que plus de soupçons, ils ont donc haussé les épaules, que pouvaient-ils faire ? Depuis lors, Ching Hai et ses disciples ont poursuivi tranquillement leurs activités. Des groupes de « pèlerins » font régulièrement le chemin entre l'aéroport de Nice et Menton, puis effectuent le chemin inverse, aussi discrets que jamais. Ils ne cherchent certainement pas la confrontation, mais ils n’ont en rien « levé le camp ». Ching Hai est présente sans bruit, menant ces retraites, non perturbée par les malentendus des habitants locaux. Certains de ceux qui en reviennent mentionnent avoir rencontré ses chiens, que l’on dit au nombre de cinq et tous recueillis. Ses disciples ont toujours sa documentation à la main, tant en français qu'en anglais, expliquant ce que les scientifiques disent à propos du danger immanent du méthane et proposent un style de vie végétalien, pour sauver la planète. Il est intéressant de remarquer qu’il y a seulement quelques semaines, le BBC World Service a repris le sujet des cheminées de méthane pour la première fois. Des amis, aux Etats-Unis, m’ont dit que les médias du pays (où Ching Hai a beaucoup de disciples) abordent désormais aussi le problème. Espérons que Ching Hai ait raison et qu'il y a encore espoir pour que l'humanité réchappe, une fois encore, à une crise qui est en fin de compte de son propre fait. Nous pouvons aussi espérer que la résolution de cette crise convaincra les gens de ne jamais faire à nouveau confiance aux promesses de ceux (en particulier certaines industries et leurs défenseurs) qui sont debout pour profiter en manipulant le comportement du public. Mais les principes démocratiques et républicains ont toujours dépendu, pour une application sage, d’un public informé et responsable. Et pour être informé et responsable, le public ne peut pas attendre de ses dirigeants actuels qu’ils le tolèrent ou l’encouragent... C’est plutôt le contraire... Malheureusement. Pour l'humanité, il est l’heure de se réveiller, ou bien... Mais, essayons de ne pas envisager l'alternative.. Guénady Guénady is a native Californian, a graduate of the University of California at Berkeley, and has lived as an expat in France for over thirty years. This experience has afforded unique opportunities for observing French society and, in particular, Guénady's main center of interest, the French animal defense movement. Guenady is also a member of the French Syndicat des Journalistes et Ecrivains. The American Chronicle, California Chronicle, Los Angeles Chronicle, World Sentinel, and affiliates are online magazines for national, international, state, and local news. We also provide opinion and feature articles. We have over 3,500 contributors, over 100,000 articles, and over 11 million visitors annually.


Jeudi 27 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Pierre MBENG EYEN le 23/04/2010 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Je suis gabonais et disciple de Maître Suprème Ching Hai.
Je peux vous affirmer que la méthode de méditation Quan Yin enseignée par Ching Hai (pour la libération de l'âme et l'atteinte de la sainteté) est des plus simples dans toutes les pratiques spirituelles que je connaisse, et j'en connais pas mal (sans aucune prétention).
Ching Hai recommande que toute personne qui veut être son disciple devienne végétalien ou Lactovégétarien.
En ce qui me concerne, je suis végétalien depuis 1998. Et ma santé n'a jamais été aussi bonne! Mais attention! C'est peut être au moment où la santé est la plus bonne que la mort?
En tous cas, pas une seule hospitalisation en 12 ans. j'ai fait trois bilans de santé en 12 ans, pas une seule anomalie.
Le médecin m'avait diagnostiqué une hépatite B au début des années 2000.
Maître Ching Hai recommande une hygiene de vie qui, certes ne libère pas (à elle seule) l'âme humaine, mais constitue un sérieux soutien au développement spirituel.
Sans vouloir verser dans la réclame, je vous conseille vivement de découvrir les enseignement de Maître Ching Hai.
Que Dieu vous bénisse!

2.Posté par SANTIA le 04/01/2011 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Je suis végétarien depuis 1980, année où je ne connaissais pas encore le groupe de Maître Ching Haï. J'ai fait la connaissance de ce groupe seulement il y a 11 ans! Et je vous assure que je ne trouve rien à redire par rapport à la simplicité et la transparence des enseignements de Maître Ching Haï! Le régime végétarien a toujours existé quoique la civilisation actuelle veut nous prouver le contraire! Des milliers de gens surtout en Asie sont végétariens! Et même les Grands Maîtres de tous les temps étaient végétariens ou végétaliens! Ils se sont tous bien portés, enseignants une simplicité de vie, une alimentation équilibrée et le respect de la personne humaine et des êtres sensibles, la non violence, et que sais-je encore! Le mot secte a toujours aussi existé! Et tous ceux qui sont à la tête des grandes religions ou groupes spirituels, et même de la société publique savent que même Notre Seigneur Jésus était Essénien, d'une secte juive, et pourtant il n'avait enseigné que de très bonnes choses! Les chrétiens dans leur majorité ne connaissent pas l'histoire profonde de leur religion, histoire qu'on leur avait cachée depuis la nuit des temps! Boudda était végétalien et pourtant, selon l'histoire, il avait une haute moralité, une belle forme, une bonne santé!
Certes il y a des groupes axés sur l'épanouissement de la vie humaine qui ne jouent pas bien le rôle qui leur est assigné! Mais dire que parce qu'on fait tout dans le silence pour ne pas gèner les autres, alors que dans ce même pays on lutte contre les nuissances sonores, est vraiment incroyable! Des pauvres gens qui pratiquent tranquillement leur foi sans déranger les autres dans le respect de la loi sont pris pour des personnes sans valeur; c'est purement incroyable!
Les scientifiques dans leur majorité savent que nous devons changer nos comportements vis-à-vis de la nature si nous voulons que notre planète vive et prospère! Ce n'est plus une affaire cachée! On a un choix à faire! C'est juste une affaire de bon sens! Seulement, les mauvaises habitudes qu'on nous a inculquées depuis des milliers d'années ne sont pas prêtes à nous lâcher parce que les gens en on fait leur fond de commerce et s'enrichissent sur le dos de la nature, refusant de changer de cap!
C'est bien beau de traquer les sectes pour montrer au public qu'on le protège! Au moyen âge, les rosicurciens et les francs-maçons étaient traqués par les hauts dignitaires de l'église, on connaît bien l'histoire même si on continue de la cacher aux autres! Ceux qui dirigent le monde actuel sont justement ceux qui avaient été traqués, les francs-maçons, les rosicruciens et autres; et ils font de leur mieux pour l'épanouissement des peuples même s'ils n'arrivent pas à changer le comportement de leurs sujets! Sectes ou pas! Alors, ne vous acharnez pas sur les pauvres gens sans défenses et non-violents qui ne financent pas des groupes terroristes mais aident les gens à comprendre la vie et sortir de la misère! Voyez si vous êtes moralement et spirituellement mieux qu'eux!Trouvez ailleurs des sujets pour faire la une des journaux!

3.Posté par Roland Archimede le 24/01/2011 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je comprend le marasme négatif dont s’empiffre ces agents terriens. ces genres de déclaration ne sont pas vraiment étonnantes, Que peut t'on attendre des individus manipulés par le pouvoir négatif. eh oui c'est la vie, rien de plus

4.Posté par ANDRE DAGBA le 14/03/2012 21:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne crois pas que l'auteur de cet article parle du fond de son coeur. L'incohérence dans ces idées prouve qu'il est instrumentalisé et poursuit activement un but. Il pouvait me convaincre s'il eteignait son argumentation avec des exemples précis et non qu'avec des faits divers .Cela fait 14 ans que je suis suis végétarien et depuis ce temps, je dispose d'une santé de baobab. Mes 3 garçons sont des végétariens de naissance et jouissent d'une bonne santé.La vie, c'est un choix et d'ailleurs CHING HAI n'impose rien à personne. C'est UN GUIDE.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires