ALTER INFO

Cheney accuse Pelosi de « mauvais comportement » en voyage au Moyen-Orient


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Vendredi 6 Avril 2007

Cheney accuse Pelosi de « mauvais comportement » en voyage au Moyen-Orient



Par Reuters, le 4 avril 2007


​​​​Jeudi, le vice-président Dick Cheney a accusé Nancy Pelosi, l'oratrice de la Chambre des représentants US, de « mauvais comportement » lors de son voyage au Moyen-Orient, disant qu'elle avait salopé un message pour le président de la Syrie, message clarifié plus tard par Israël.


​​​​Cheney Pelosi a durement critiqué la visite en Syrie de Pelosi cette semaine, déclarant lors d'une interview, « Le président est celui qui conduit la politique étrangère, pas l'orateur de la Chambre. »


​​​​L'administration Bush s'est opposée dès le début à l'escale syrienne de Pelosi, accusant Damas de sponsoriser le terrorisme et disant que ce pays devrait être isolé de la communauté internationale.


​​​​Tandis qu'à Damas mercredi, Pelosi annonçait elle avait dit au président syrien, Bashar Al-Assad, qu'Israël était prêt à des pourparlers avec la Syrie. Ce qui a incité le bureau du premier ministre israélien, Ehud Olmert, à souligner les conditions préalables de l'État Juif pour de tels entretiens -- comprenant que la Syrie abandonne son « soutien aux groupes terroriste. »


​​​​Pointant la réaction israélienne, Cheney a dit qu'il était évident qu'Olmert n'avait pas autorisé le message délivré par Pelosi.


​​​​« C'était une non-déclaration, une déclaration absurde et qui n'a pas de sens du tout de suggérer que ces entretiens puissent avancer tant que les syriens se conduirons en principal État sponsor du terrorisme, » a dit le vice-président sur le radio show Rush Limbaugh.


​​​​« Je pense que c'est en fait un mauvais comportement de sa part. J'aurais souhaité qu'elle ne le fasse pas, » a dit Cheney. « Heureusement je pense que les diverses parties concernées reconnaîtrons qu'elle ne parlait pas au nom des États-Unis dans ces circonstances, elle ne représente pas l'administration. »


​​​​Pelosi, la crème démocrate de la Chambre et la prochaine en ligne pour la présidence des États-Unis après Cheney, est la fonctionnaire US la plus haut placée à visiter la Syrie en plus de deux ans.


​​​​Le porte-parole de Pelosi, Brendan Daly, invité à répondre à la critique de Cheney, a dit que l'oratrice avait relayé exactement le message d'Olmert à Assad.


​​​​« Le message dur et sérieux que l'oratrice a relayé était que, afin qu'Israël s'engage dans des entretiens avec la Syrie, le gouvernement syrien devait supprimer ses liens aux éléments extrémistes, dont le Hamas et le Hezbollah, » a dit Daly, se référant au groupe palestinien Islamiste du Hamas, et au Hezbollah du Liban, qu'Israël a combattu dans une guerre l'année dernière.


​​​​La décision de Pelosi de braver la Maison Blanche et de rencontrer Assad a augmenté d'un coup sec la guerre sur la politique étrangère entre les démocrates qui mènent le Congrès et le président républicain George W. Bush.


​​​​Les deux côtés sont déjà en train de se battre sur la politique de l'Irak, avec les démocrates essayant de forcer Bush à accepter une date de retrait des troupes US.


​​​​Pelosi a aussi été critiquée jeudi par un éditorial du Washington Post en première page « Se planter à Damas » qui appelait diplomatie « insensée » sa navette au Moyen-Orient.


http://www.haaretz.com/hasen/spages/846259.html

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info





Vendredi 6 Avril 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires