Histoire et repères

Charles Martel et l'Islam...pour les nuls!



VDL
Mardi 24 Octobre 2017

Les auto-proclamés héritiés de Charles Martel forment une belle bande de cons ! Un condensé d'ignorance de leur propre histoire et de stupidité crasse, car s'il y avait un envahisseur barbare de la Gaule à cette époque, c'étaient bien les Francs de Charles Martel lui-même, bâtard tout juste échappé de prison où l'avait enfermé son père suite au pillage d'un monastère! C'était une sorte de voyou de son époque qui sera libéré par des mercenaires à sa solde avant qu'il ne trouve refuge dans le nord de la Gaule dont il pillait systématiquement les premières églises et les monastères.
Charles Martel était avant tout un barbare Germain venu du grand nord qui s'imposera politiquement en Gaule par la force. Deux siècles durant, de Clovis à Charlemagne en passant donc par Charles-Martel, les Francs massacrèrent les grandes tribus gauloises et germaines pour installer leur dynastie et leur empire dans le nord de l'Europe. Même la conversion de Clovis au christianisme se fit sur un champ de bataille !
Charles Martel engagea ensuite la conquête du sud de la Gaule à force de grandes razzias sanglantes dont l'Aquitaine, la vallée du Rhône et le Midi de la France se souviennent encore, renvoyant ces régions à la pré-histoire malgré la civilisation instaurée par les Romains pendant 1 000 ans. Les villes gallo-romaines de Lyon, Avignon, Nîmes, Bézier, Arles, Aix et Marseille furent totalement dévastées et leurs populations massacrées. Une sorte d'épuration ethnique avant l'heure qui n'avait rien de religieuse puisque qu'ils étaient tous chrétiens... A tel point que les très chrétiens Gallo-Romains, Burgondes et Wisigoths d'Aquitaine appelleront les musulmans de Narbonne à leur secours contre ce nouveau fléau venus du froid...
C'est cela la véritable histoire de la conquête de la Gaule par les Francs ! Le mythe de la fameuse Bataille de Poitiers cache le pillage et le martyre de la Gaule par les barbares Francs. C'est ce que nous allons tenter d'exposer ici.

En effet les peuples Gallo-Romains des rives nord de la Méditerranée partageaient la longue histoire de la civilisation romaine avec les berbères de la rive sud. César lui-même s'était plaint dans ses mémoires d'avoir eu à combattre une alliance de Berbères et de Gaulois dans sa première tentative d'invasion de la Gaule, qui d'ailleurs fût un échec... Et par la suite, plusieurs « empereurs romains » seront d'origine Berbère dont Caracala et Septime Sévère.
Sans oublier la formidable épopée du christianisme en Méditerranée dont les Berbères avaient été les principaux passeurs dans l'Empire Romain, qui avaient si mal commencé en crucifiant Jésus ! Saint Augustin lui-même, « Père de l’Église » romaine était Berbère. Il y avait quelques 350 évêques en Afrique du Nord quand il y en avait seulement trois à Lyon !
Par contre les Gallo-Romains redoutaient la violence des grandes invasions barbares à l'origine de l'effondrement de l'empire romain d'occident, dont celle des Germains tout juste sortis des grandes forêts nordiques et à peine dégrossis par leur conversion récente au christianisme, toujours sales, ne se rasant pas, parlant fort, violents, vivant dans des cabanes en bois, ne maîtrisant ni la taille de la pierre ni même l'art de la navigation.

Au point que se noua une alliance officielle entre le très chrétien Odon roi wisigoth de Toulouse, régnant sur la puissante Aquitaine que Charles Martel avait déjà plusieurs fois tenté de conquérir, et l'émir berbère musulman de la ville Narbonne, dernière marche du jeune empire né un siècle auparavant dans les sables du désert arabique! Alliance inédite celée par le mariage de l'émir berbère avec la fille du roi, la belle princesse wisigothe Lampégie de Toulouse à la beauté légendaire. Cette alliance berbéro-wisigothe unique et originale dans l'histoire de la Gaule avait été contractée pour se prémunir autant de la poussée des Francs au nord que de celle des Syriens au sud...
En effet les Berbères étaient en révolte contre le pouvoir syrien de Damas qui contrôlait l'Andalousie et l'Afrique du nord. Les Syriens dominaient alors le nouvel empire arabo-musulman que plus rien n’arrêtait de l'Andalousie jusqu'en Inde ! Mais si les farouches guerriers berbères s'étaient soumis à Allah c'était une toute autre affaire à l'endroit du pouvoir syrien... Empire sans partage mais à la capitale lointaine... L'émir de Narbonne profitait d'une révolte berbère pour faire sécession à l'occasion de ce mariage inédit et fondateur de l'alliance souvent inconnue du grand public, entre Wisigoths chrétiens et Berbères musulmans, contre les Francs et les Syriens !

Alliance malheureusement éphémère car Abd Al Rahmane 1er, le gouverneur Syrien de l'Andalousie rassembla une armée impériale à Cordoue et réprima violemment l’insurrection Berbère en Andalousie avant de prendre Narbonne d'assaut sans coup férir. L'Emir Berbère fût décapité sur le champ et la jolie Lampégie de Toulouse fit un voyage certainement inédit pour une princesse wisigothe du 8ème siècle puisqu'elle fût envoyée découvrir les voluptés orientales à Damas, avec tout les honneurs dus à son rang, mais à titre de part du butin pour le Calife qui la cloîtrera jalousement dans son harem!

De son côté Charles Martel avait rassemblé la plus grosse armée de son histoire pour conquérir Toulouse et mettre la main sur l'Aquitaine avant que cette alliance improbable entre la Croix et le Croissant au sud de la Gaule ne renforce les wisigoths. Mais il fût doublé par les syriens qui enlevèrent la capitale de l'Aquitaine après une bataille terrible qui vit disparaître toute la chevalerie wisigothe, laissant l'Aquitaine désarmée et libre à la conquête. Abd al Rahmane laissa une partie de son armée à Toulouse, envoya une colonne prendre Bordeaux et se lança à la poursuite du roi wisigoth qui avait prit la fuite au triple galop en remontant l'ancienne voie romaine, espérant pouvoir sauver sa tête en se soumettant à Charles Martel qui entamait tout juste son invasion de l'Aquitaine par le nord. C'est alors que la colonne syrienne lancée à sa poursuite rencontra l'armée franque dans les environs de Poitiers...

L'histoire de la fameuse bataille de Poitiers est assez confuse. Peu de sources, et quand il y en a elles peuvent être contradictoires, et se confondre avec une première bataille de Toulouse qui avait vu la victoire écrasante des wisigoths sur les musulmans en 721.

Il semble pourtant qu'Abd Al Rahman 1er mourra dès les premiers jours d'accrochages auxquels il participait directement, et que la Smala syrienne (village nomade suivant l'armée) ait été ravagée par un raid meurtrié de cavaliers germains qui avait contourné le champs de bataille. Enfin les syriens, sans chef, sans Smala et à plus de 1 500 kilomètres de leur capitale andalouse, à 5 000 kilomètres du centre de pouvoir de Damas, auraient plié ce qui leur restait de bagages en une nuit laissant l'armée de Charles Martel en position de combat mais sans ennemis au petit matin du quatrième jour.
Au point que certains soutiennent que « la bataille de Poitiers n'a pas eu lieu, » n'ayant été qu'une succession d'accrochages préparatoires mais n'a pas eu le temps d'avoir lieu à cause de la mort prématurée d'Abd Al Rahmane 1er!

Dans tout les cas, les annonces de la décapitation de l'émir berbère de Narbonne puis de la mort subite du gouverneur syrien déclenchèrent une nouvelle révolte Berbère en Andalousie qui se terminera quelques années plus tard par l'expulsion définitive des syriens.
Si l'on s'arrête un instant sur la chronologie et l'histoire de l'Andalousie on s'aperçoit facilement que ce sont moins « les Francs qui arrêtèrent les Arabes à Poitiers, » que les Berbères qui expulsèrent les conquérants Syriens d'Andalousie et d'Afrique du nord, mettant définitivement fin à leur expansion militaire en occident. Quant aux berbères libérés des syriens, ils restèrent dans leur zone d'influence traditionnelle d'Afrique du Nord, Andalousie en prime mais sans avoir d'ambition d'expansion particulière.
Hasard ou clin d'oeuil de l'histoire aux « identitaires » chrétiens ; alors que Charles Martel repoussait les syriens d'une manière ou d'une autre à Poitiers en 732, c'était un évêque syrien qui christianisait Paris !!! Car le christianisme aussi venait de Syrie !

Et toujours est-il qu'après cette fameuse Bataille de Poitiers les hordes franques, intactes, déferlèrent sur l'Aquitaine désarmée qu'ils pillèrent autant que les Syriens mais s'arrêtèrent sous les murailles de Narbonne où s'était retranchée une partie de l'armée impériale syrienne. Faute de matériel de siège dont ils ignoraient encore la construction, les Francs furent contraint d'abandonner le siège de la ville et rentraient chargés du lourd butin de l'Aquitaine vers leurs terres froides avant l'hiver. Mais ravageant et pillant les riches provinces gallo-romaines des bouches et de la vallée du Rhône qu'ils découvrirent sur le chemin du retour. Jamais les Francs n'avaient amassé autant de richesses en une seule expédition de pillage, ce qui fortifia le prestige, l'autorité et la puissance de Charles Martel parmi les barbares germains.

Lorsqu'il réapparaîtra cinq ans plus tard avec une armée encore plus grosse et plus avide de pillages, les populations du Midi furent saisies d’effroi et tentèrent de se défendre en appelant les musulmans de Narbonne à l'aide pour la défense d'Avignon, de Nîmes et de Bézier. En vain. L'armée franque était nombreuse, puissamment armée, et cette fois-ci équipée d'engins de siège. Aucune ville ou place forte ne leur résistait sur toute la côte méditerranéenne dont ils exterminaient systématiquement les populations des villes malgré leur religion commune, excepté Narbonne qu'ils n'arrivèrent jamais à prendre malgré une année de siège!
La ville ne sera prise par les Francs que 30 ans plus tard par Pépin-le-Bref, fils de Charles Martel et père du futur Empereur Charlemagne, par la négociation. La ville intégrait le domaine Franc à condition que les musulmans puissent conserver leur culte et y demeurer pour le commerce. L'accord tiendra probablement jusqu'aux croisades et la Reconquista espagnole où les musulmans devront se convertir pour rester.
Mais les relations entre l'Islam et l'Empereur Charlemagne, le petit-fils de Charles Martel, seront excellentes ! Le Calife de la nouvelle dynastie Abasside qui avait changé la capitale d'empire des musulmans de Damas à Bagdad, « La Citée du Savoir » aux 30 000 étudiants, envoya de nombreux cadeaux à Charlemagne à l'occasion de son couronnement impérial, dont un éléphant blanc, un automate et un Coran calligraphié à l'or fin sur des pages de cuir souple. On attribue à Charlemagne l'invention de l'école en « France.» Mais d'où donc lui est venue cette excellente idée ?
Et c'est pour se porter au secours de seigneurs musulmans amis que Charlemagne franchit les Pyrénées avec son armée, mais dont l'arrière-garde fût étrillée par les Basques lors d'une embuscade aussi célèbre que fatale à son gendre Roland de Roncevaux...

Et de fait, par la preuve archéologique et toponymique, tous les historiens français attestent aujourd'hui de la présence musulmane dans le sud de la France, les Alpes, la vallée du Rhône et même le Jura jusqu'au 11ème siècle, dont le célèbre Massif des Maures ou la ville de Ramatuelle qui tient son nom de « Rahmatullah, » (la miséricorde d'Allah.) Tout les Morin, Moreaux et Morano de France, et bien d'autres qui s'ignorent, sont des descendants des ces musulmans.

N'en déplaise aux « identitaires » et autres ignorants nationalistes, un de leur plus grand écrivain dont ils n'ont peut-être lu aucun livre, le bien nommé Anatole France, expliquait très sérieusement par un dialogue entre deux de ses personnages que la Bataille de Poitiers de 732 pouvait être considérée comme la date la plus funeste de l'histoire de France car elle vit reculer pour trois siècles le progrès de la science, de la culture et de la civilisation arabo-musulmane devant la barbarie franque ! Et toc !
Anatole France qui avait fait ses études classiques sans fausses passions savait très bien que La Renaissance occidentale devait absolument tout à la science universelle qu'avait patiemment et méticuleusement produit la civilisation arabo-musulmane pendant 8 siècles. Ce sont les « arabes » qui ont conduit l'humanité des limbes de l'Antiquité jusqu'aux porte de la Renaissance. Apportant l'algèbre fondamentale, les chiffres et le zéro, la médecine arabe enseignée dans les universités françaises jusqu'au 19ème siècle, l’irrigation des cultures et le moulin à vent, le livre papier et la lunette d'observation. La poudre à canon, la navigation à la boussole et l'alchimie. Sans parler de toutes les sciences sociales, de l'histoire, la géographie, du droit et de la philosophie y compris celle des grecs. C'est à force de traductions minutieuses et de plagiats éhontés par les moines et les savants occidentaux qu'est née la Renaissance occidentale.
On peut aussi marquer la Renaissance européenne par la date fatidique de 1492 qui signa simultanément l'expulsion finale des berbères musulmans d'Andalousie et la découverte de l'or d'Amérique par Christophe Colomb. Mais les historiens modernes savent très bien que les capitaines et les pilotes de Christophe Colomb étaient des mozarabes, c'est à dire des musulmans christianisés de force par l'inquisition dont les musulmans furent les premières victimes. Et que les musulmans avaient déjà fait plusieurs voyages en Amérique, connaissant très bien la route... A l'inverse de l'histoire officielle ; après les indiens via le détroit de Béring gelé, après les africains en radeau, après les chinois, les arabes et les vikings en bateau, Christophe Colomb était semble-t-il le dernier de la classe à découvrir l'Amérique !!! Et ce fut, que ça plaise ou non, grâce à ses marins et pilotes berbères experts de la navigation en haute mer Atlantique.
D'ailleurs la marine française conserve la mémoire de cette expertise maritime « arabe » dans le grade militaire le plus prestigieux « d'Amiral, » commandant en chef de la flotte. C'est un héritage direct du grade de « l'émir al bar, » (le chef de la mer,) dont on ne conserva que les deux première locutions « émir-al » pour former le grade « Amiral. »

Pour des questions purement identitaires de la part de gens aussi tordus que perdus, Charles Martel est porté aux nues par des ânes alors qu'il fût peut-être en effet le pire qu'il arriva à l'histoire de la Gaule civilisée par les romains. Et il faudra en effet 8 siècle d'obscurantisme moyenâgeux avant que la Gaule devenue France par le fer et le feu ne reprenne le chemin de la civilisation grâce aux sciences universelles des arabes et à l'algèbre auparavant impossible avec les chiffres romains.

Civilisation d'un peuple rustre qui continuera cyniquement ses pillages barbares sous d'autres formes dont l'esclavagisme, le colonialisme ou les guerres contemporaines pour le pétrole au bombardier lourd dont Charles Martel n'aurait pas eu à rougir, mais c'est une autre histoire...
Conclusion. Les « identitaires » sont vraiment les héritiés de barbares incultes! Il serait temps qu'ils se civilisent un peu plus que de juste savoir se servir de la poudre à canon et calculer le butin avec l'algèbre arabe !

Vincent Després Levard,
Abdallah Abusalama, oct 2017.


Mardi 24 Octobre 2017


Commentaires

1.Posté par issa le 24/10/2017 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'article est bien documenté et dans l'ensemble de bonne portée, cela dit certains faits mentionnés méritent une précision ( bien que je me défie de mes propres lumières ).
- Le premier point concerne le passage "les annonces de la décapitation de l'émir berbère de Narbonne puis de la mort subite du gouverneur syrien déclenchèrent une nouvelle révolte Berbère en Andalousie qui se terminera quelques années plus tard par l'expulsion définitive des syriens ". Le Califat hispano-omeyyade a pris fin passé l'an 1000 suite à la Régence de Muhammad Ibn Abi Amir Al Mansour et la révolte berbère de Sulayman Al Mustaïm donc plus de 300 ans après l'épisode que vous mettez en exergue.
- Le deuxième point concerne le passage " tous les historiens français attestent aujourd'hui de la présence musulmane dans le sud de la France, les Alpes, la vallée du Rhône et même le Jura jusqu'au 11ème siècle ". Le passage est très pertinent car j'ai personnellement accéder aux archives municipales de la ville de Mâcon en Saône et Loire et les écrits mentionnent la passage en 725 et 729 des troupes califales avec une soldatesque d'origine yéménite ainsi que les deux généraux Oqba et Anbassa. Les archives précisent qu'ils s'installèrent dans la région et inaugurèrent des constructions telles que les cheminées sarrasines utiles aux locaux.
- Enfin, le dernier point sur le passage " Abd Al Rahmane 1er, le gouverneur Syrien de l'Andalousie". Abd Ar Rahman s'était émancipé de la Syrie car sa famille fut massacrée et donc, ne se considérait point comme gouverneur mais Emir indépendant. Dommage que vous ne mentionnez pas l'épopée du Gouverneur de Tanger Tarik Ibn Zyad qui est le conquérant de l'Andalous avec une intelligence exceptionnelle . Ses redoutables soldats bien que peu nombreux tels l'immense Mughit Al Roumi sont malheureusement restés anonymes.

Merci pour cet article qui me rappelle mes études du regretté Evariste Lévi Provençal.

2.Posté par Vdl le 24/10/2017 17:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

À Issa
Je vous remercie de votre commentaire et de vos précisions. J''avoue avoir fait quelques raccourcis pour la fluidité du récit.

3.Posté par Jamel le 25/10/2017 21:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article. Très très intéressant

4.Posté par saidab le 25/10/2017 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il serait juste (surtout pour les jeunes qui sont privés d'une histoire qui les rattache à leur présent) que des infos de cette nature et de cette qualité soient mises à la portée de tous, en France comme en Algérie, en Espagne ; et partout où l'histoire a fait se rencontrer des hommes (masculin générique !) d'origines différentes. Juste pour nourrir les conscience d'une conception universelle de l'histoire.

Le problème est que les hommes politiques (surtout masculins ...) semblent avoir des intérêts bien éloignés d'un projet d'universalité et que l'histoire réelle est falsifiée de façon systématique par des ignorants qui occupent des fonctions de dirigeants. Je lis actuellement "les enfants de la Toussaint", Yves Courrière, publié dans les années 60, et je me dis que l'histoire vraie est belle à conter. Belle et humanisante. Pas du fait de son contenu souvent parsemé d'atrocités, mais du fait de l'authenticité, de la franchise, du sérieux du récit.

Je n'ai pas de doute que l'essaimage d'une histoire vraie, celle qui fait se rencontrer sinon les camps adverses du moins les visions contradictoires, est seule en mesure d'ouvrir des perspectives sur une humanité réconciliée avec elle-même. Dans cette humanité-là, il n'y aurait pas de place pour une manipulation des faits qui rende possible la prise en otage les différentes communautés par des mercenaires ou des faussaires qui transforment un évènement en une religion ; et une croyance en un projet politique ! Falsifiant et la politique et la croyance, contre la volonté des croyants d'origine !! Comme ce lien le rappelle, qui n'a rien à voir avec le sujet de cette page, mais que je glisse ici parce qu'il confirme la nuisance de l'histoire faussée, quels que soient le thème et l'époque : http://www.israelshamir.net/French/Vincent.htm

5.Posté par Zaheer le 26/10/2017 06:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Entre des versions romancées et opposées se trouve la réalité souvent moins reluisante qu'on voudrait.

6.Posté par YYY le 26/10/2017 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Effectivement l'histoire est faussée. Certains Hadith=récits et Qaças=évènements sont faussés...
La monde parfait auquel vous/nous aspirons se nomme Le Paradis. Nous avons nos pieds sur terre (ce n'est pas une métaphore). Le mal est prédominant actuellement et les égarés sont nombreux. L'identité nationale ou ethnique n'est pas considéré par Le Créateur mais c'est les croyants du monde, de la Oma et la Houda = direction est le Qor'an en Arabe Envoyé sur notre Prophète Mouhammad (saaws).

Les Musulmans du monde parlent arabe et leurs origines ne sont plus défini.

Les bèni Israayla sont identifiés dans le Qor'an ce sont les enfants de Noé/Nouh ET DE CEUX TRANSPORTES AVEC NOE/NOUH (as) dans l'Arche qui ont été, sont et seront croyants.
On ne peut même pas dire que tout le monde descend de Noe/Nouh.(S17 V7)

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires