Actualité nationale

Champs-Élysées : un homme a ouvert le feu sur la police avant d'être abattu, un policier tué


Dans la soirée du 20 avril, un homme ayant ouvert le feu sur un car de police a été tué sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris. Un policier a perdu la vie. Deux autres sont blessés. Daesh a revendiqué l'attaque


Jeudi 20 Avril 2017

Champs-Élysées : un homme a ouvert le feu sur la police avant d'être abattu, un policier tué
L'assaillant présumé était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.
 
Une perquisition était en cours dans la soirée en Seine-et-Marne au domicile de cet homme. Il s'agit du titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l'attaque. L'assaillant a été abattu par la police au cours de la fusillade.
  •  
  • Daesh a revendiqué la fusillade des Champs-Elysées par le biais de ses organes de propagande.
     
  • L'assaillant présumé était visé par une enquête antiterroriste selon des sources proches de l'enquête.
     
  • S'exprimant sur la fusillade, François Hollande a déclaré que la piste terroriste était privilégiée : «Nous sommes convaincus que la piste est d'ordre terroriste».   
    Le chef de l'Etat a également évoqué la sécurité de l'élection présidentielle dont le premier tour aura lieu le 23 avril. «Nous serons d'une vigilance absolue», a-t-il souligné.
     
    De plus, le locataire de l'Elysée a annoncé qu'«un hommage national sera rendu» au policier tué sur les Champs-Elysées.
    Un Conseil de Défense sera convoqué à 08h00 le 21 avril.
     
     
     
     
     
     
  • Une perquisition est en cours en Seine-et-Marne au domicile présumé de l'assaillant.
     
  • Une touriste a été légèrement blessée par balle lors de la fusillade selon une source policière.
     
    Elle a reçu «un éclat dans le genou», a précisé cette source, sans indiquer la nationalité de cette touriste.
  • François Fillon et Marine Le Pen ont annoncé annuler leurs derniers déplacements de campagne prévus le 20 avril.
     
  • François Hollande fera une déclaration sur la fusillade aux Champs-Elysées où un policier a été tué et deux autres ont été blessés, à l'issue d'une réunion de crise avec Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl.
     
    Le chef de l'Etat a été rejoint peu avant 22h00 à l'Elysée par le Premier ministre, Matthias Fekl et le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, pour faire le point sur cette fusillade dans la capitale au sujet de laquelle la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête. «Hommage au policier tué sur les Champs-Elysées ce soir, pensées à sa famille. Solidarité avec ses collègues blessés et leurs proches», a tweeté le chef du gouvernement.
  • Selon l'agence Reuters qui cite une source policière, un mandat d'arrêt a été délivré concernant un deuxième suspect en fuite. Il serait arrivé en France par un train parti de Belgique.
     
  • Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a démenti la mort d'un second policier. Il a cependant confirmé que deux agents étaient «sérieusement blessés».
     
  • Selon une source policière citée par l'agence de presse Reuters, le tireur abattu était «fiché S» et un «complice» impliqué dans la fusillade est «en fuite». 
     
  • Le président François Hollande s'exprimera après une réunion de crise avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl.
     
  • Le second policier touché par balle sur les champs-Elysées a succombé à ses blessures selon le syndicat de police Unité SGP Police.
     
  • Les stations de métro Ligne 1 George V, Roosevelt et Champs-Elysées-Clémenceau sont fermées. La place Beauvau parle d'un «dispositif de sécurité maximal».
     
  • Les policiers qui ont été la cible de tirs font partie de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC). Ces derniers ont pour mission d'encadrer les manifestations et de réguler le trafic.
     
  • La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur la fusillade au cours de laquelle un policier a été tué et deux autres ont été blessés le 20 avril sur les Champs-Elysées à Paris, a annoncé le parquet.
     
    Cette enquête en flagrance a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.
  • Le président des Etats-Unis Donald Trump s'est exprimé à propos de la fusillade des Champs-Elysée. «Il semble que ce soit une attaque terroriste», a-t-il déclaré.
     

Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, «un tireur a ouvert le feu sur un car de police» dans la soirée du 20 avril sur l'avenue des Champs-Elysée. D'après Reuters, qui cite une source policière, un complice serait en fuite. Un mandat d'arrêt aurait été délivré et ce dernier serait arrivé en France par un train parti de Belgique. Une perquisition était en cours au domicile présumé de l'assaillant dans la soirée. Selon des sources policières, ce dernier faisait l'objet d'une enquête Daesh a revendiqué l'attaque.

La préfecture de police de Paris a confirmé qu'un agent des forces de l'ordre a été abattu. Le syndicat de police Unité SGP Police a annoncé la mort d'un deuxième policier dans la soirée alors qu'un porte-parole du ministère de l'Intérieur a démenti. Deux autre policiers ont été «sérieusement» blessés selon la place Beauvau.

 

«L'agent de police a été tué par le conducteur d'un véhicule qui s'était arrêté à un feu rouge», a expliqué sur Twitter un syndicat de police. 
S'exprimant sur la fusillade, François Hollande a déclaré que la piste terroriste était privilégiée : «Nous sommes convaincus que la piste est d'ordre terroriste».   
Le chef de l'Etat a également évoqué la sécurité de l'élection présidentielle dont le premier tour aura lieu le 23 avril. «Nous serons d'une vigilance absolue», a-t-il souligné.

 

L'agence de presse a recueilli le témoignage de plusieurs passants qui ont expliqué qu'un homme serait sorti d'une voiture armé d'une Kalachnikov avant de tirer en direction de la police.

La préfecture de police a appelé à éviter le secteur des Champs Élysées, dans un tweet.

Un hélicoptère volait au-dessus de la scène de l'incident, a également fait savoir Reuters.

La célèbre avenue a été bouclée, les stations de métro proches fermées et les magasins condamnés. Un impressionnant dispositif policier a été déployé.

 

Des témoins ont réalisé des vidéos en direct près du lieu du drame.

 

 
 


Jeudi 20 Avril 2017


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires