Conflits et guerres actuelles

Chamil Bassaïev: biographie d'un chef terroriste


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE


Chamil Bassaïev, l'un des chefs de file des terroristes tchétchènes, a été liquidé le 10 juillet lors d'une opération spéciale en Ingouchie. Voici sa biographie.


RIA Novosti
Mardi 11 Juillet 2006

Chamil Bassaïev: biographie d'un chef terroriste
Chamil Bassaïev est né en 1965 dans le village de Vedeno, dans la république de Tchétchénie. Il se considérait comme citoyen de la "République tchétchène d'Itchkérie" (c'est ainsi que les séparatistes dénomment cette république russe).

En 1982, il termine une école secondaire pour faire ensuite son service militaire dans l'Armée de l'air de l'URSS.

Il tente à trois reprises d'entrer à la faculté de droit de l'Université d'Etat Lomonossov de Moscou, en vain.

En 1987, il est admis à l'Institut des ingénieurs d'aménagement du territoire agricole, puis exclu en 1988, pour des résultats insuffisants.

Jusqu'en 1991, Bassaïev travaille à Moscou. Au début de 1991, il rejoint les troupes de la Confédération des peuples du Caucase (CPC). En août 1991, il participe à la défense de la Maison Blanche (siège du gouvernement russe) lors du putsch contre Mikhaïl Gorbatchev.

En octobre 1991, il présente sa candidature au poste de président de la république de Tchétchénie.

Le 9 novembre 1991, Bassaïev participe au détournement d'un avion de ligne Tu-154 venant de l'aéroport de Mineralnye Vody (Caucase) à destination de la Turquie. En Turquie, les ravisseurs se rendent aux autorités locales et obtiennent leur rapatriement en Tchétchénie à la suite de négociations.

En 1992, Chamil Bassaïev est nommé au poste de commandant des troupes de la Confédération des peuples du Caucase. A partir d'août 1992, il participe activement aux hostilités en Abkhazie [république autoproclamée au sein de la Géorgie], exerçant les fonctions de commandant du front de Gagry et de vice-ministre abkhaz de la Défense. Il commande également un détachement de volontaires dénommé par la suite "Bataillon abkhaz".

En été 1994, au début de la guerre civile en Tchétchénie, Bassaïev participe aux hostilités aux côtés de Djokhar Doudaïev (président indépendantiste tchétchène). Le 14 juillet 1995, un commando tchétchène guidé par Chamil Bassaïev prend en otages les patients et médecins de l'hôpital de Boudennovsk (sud de la Russie). Le Parquet général intente une action en justice contre lui. Un mandat d'arrêt national est lancé, mais le terroriste ne sera jamais arrêté.

Eté et automne 1995, il menace à plusieurs reprises le gouvernement russe de nouveaux attentats sur le territoire russe, si les hostilités en Tchétchénie ne sont pas arrêtées.

Fin avril 1996, après la mort de Djokhar Doudaïev, Chamil Bassaïev est élu par des chefs de guerre commandant des formations de combat de la "République tchétchène d'Itchkérie".

En août 1996, un détachement de quelque trois mille terroristes commandés par Bassaïev envahit la ville de Grozny, capitale de la Tchétchénie. A l'époque, il cumule déjà neuf blessures et sept contusions.

Le 27 janvier 1997, au cours de l'élection présidentielle tchétchène, remportée par Aslan Maskhadov, il arrive en deuxième position.

En 1998, Chamil Bassaïev devient président de la Fédération tchétchène de football.

En juillet 1998, il est nommé commandant en chef adjoint des forces armées de la République de Tchétchénie.

En septembre 1999, des immeubles à Moscou et à Volgodonsk sont détruits sur les ordres des chefs de guerre Bassaïev et Khattab, tuant plus de 240 personnes.

En septembre 1999, des groupes criminels conduits par Bassaïev et des chefs de guerre tchétchènes le soutenant font irruption sur le territoire du Daghestan [république russe au Nord Caucase].

En octobre 2000, Bassaïev se dit prêt à envoyer 150 de ses soldats au Proche-Orient.

En mars 2001, suite à l'enlèvement de l'Américain Kenneth Gluck (de l'ONG Médecins sans frontières), Chamil Bassaïev le qualifie d'initiative de certains moudjahidines non concertée avec lui et demande à Gluck de ne donner à personne des informations susceptibles de porter préjudice aux "ravisseurs malgré eux".

Selon les informations de l'état-major régional chargé de l'opération tchétchène, jusqu'à mai 2001, Bassaïev est basé au village de Douissi en Géorgie.

Le 23 octobre 2002, sur les ordres de Bassaïev, un commando terroriste dirigé par Movsar Baraïev prend en otages tous les spectateurs et acteurs de la comédie musicale "Nord-Ost" (plus de 800 personnes) au centre théâtral rue Doubrovka à Moscou. Au cours de l'opération de sauvetage lancée le 26 octobre, tous les terroristes (32 hommes et 18 femmes) sont éliminés. 128 otages meurent au cours de l'opération ou dans des hôpitaux.

Le 27 décembre 2002, Chamil Bassaïev est impliqué dans l'explosion de la Maison du gouvernement tchétchène, qui fait 80 morts et quelque 210 blessés.

Du 1er au 3 septembre 2004, plus de 330 personnes sont tuées au cours de la prise en otages des élèves et enseignants de l'école numéro un de Beslan (Ossétie du Nord), organisée par Aslan Maskhadov et Chamil Bassaïev.

Un mandat d'arrêt national et international est lancé contre Chamil Bassaïev, son nom est inscrit par le Conseil de sécurité de l'ONU sur la liste des personnes impliquées dans des activités terroristes.

Selon les renseignements des services secrets, Bassaïev était l'auteur des plus grands attentats perpétrés en Russie, y compris l'attentat de Beslan et l'assassinat du président tchétchène pro-russe, Akhmad Kadyrov, le 9 mai 2004, lors d'un attentat terroriste à Grozny (Bassaïev a revendiqué ce crime).

Des informations sur l'élimination du chef terroriste étaient apparues plusieurs fois dans les médias.

Eté 1995, la presse indique que les parents et la famille de Bassaïev ont été tués au cours d'un bombardement du village de Vedeno (en réalité, seulement un de ses frères y trouve la mort).

En mai 2000, des informations courent sur la mort de Bassaïev, mais on apprend par la suite qu'il a seulement perdu une jambe à la suite d'une blessure.

En avril 2002, le chef des Forces armées russes, Anatoli Kvachnine, déclare que Chamil Bassaïev a été tué, mais ces informations ne sont pas non plus confirmées.

Le Service fédéral de sécurité (FSB) de Russie promet en 2004 une prime de 300 millions de roubles (quelque 11 millions de dollars) pour des informations précises et véridiques sur l'endroit où se trouvent Maskhadov et Bassaïev.

Aslan Maskhadov a été tué le 8 mars 2005 dans le village de Tolstoï-Iourt, en Tchétchénie, au cours d'une opération spéciale lancée par le FSB, qui a payé ensuite 10 millions de dollars pour les informations qui avaient permis de retrouver et de supprimer le leader des séparatistes tchétchènes.


Mardi 11 Juillet 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires