Palestine occupée

Chaises vides alors que les Gazaouis vivent leur premier Ramadan d'après-guerre


Le Ramadan n'est plus un moment de fête pour les familles à Gaza depuis que l’offensive israélienne a tué de nombreux membres des familles.
Cette année, quand Dalal Abu Aisha rompt le jeûne du Ramadan, les chaises autrefois occupées par ses parents et ses trois frères et sœurs sont vides, un rappel chaque soir de la guerre de l'hiver dernier dans la bande de Gaza.


Middle East Online
Mardi 25 Août 2009

Chaises vides alors que les Gazaouis vivent leur premier Ramadan d'après-guerre
La jeune fille de 14 ans est la seule survivante après qu’un obus de char israélien ait frappé sa maison au cours des 22 jours d'offensive du début d’année qui a tué des centaines de Palestiniens (en majorité des civils) et rasé de vastes zones du territoire assiégé.

Alors que les Musulmans à travers le monde vont se rassembler dans les prochaines semaines pour rompre le jeûne du Ramadan avec de somptueux festins et desserts, les Palestiniens comme Dalal se souviendront de leurs proches perdus sous les bombardements israéliens.

La timide adolescente ne parlera pas de ce qui est arrivé à sa famille, mais Umm Adel, une tante qui aide à l'élever, dit que les cicatrices sont profondes.

"Maintenant que c’est le Ramadan, Dalal se souvient des repas de l’aube, de la rupture du jeûne avec sa famille et des cadeaux qu'elle recevait de son père, dit-elle.

«Elle a toujours l'air préoccupée. Elle passe beaucoup de temps sur Internet ou à regarder la télévision. C’est une enfant très intelligente mais ses études en ont souffert."

Son oncle Rashad dit que c'est le pire ramadan que la famille n’ait jamais vécu avec des pénuries généralisées et une hausse des prix en flèche sur le marché local.

"La guerre a ajouté tellement de choses à nos souffrances, c'est plus que nous ne pouvons supporter, dit-il. "La vie de Dalal est dure, comme celle de tous les enfants des martyrs."

Plus de 1400 Palestiniens ont été tués au cours des trois semaines d’offensive israélienne.

Dans un terrain vague jonché de gravats à la périphérie de la ville de Gaza, Almaza Samuni et son père jeûnent sous une tente dressée sur les ruines de leur maison.

C’est la première année que l’adolescente de 13 ans ne passera pas l'après-midi à cuisiner avec sa mère et ses six frères et sœurs, qui ont tous été tués par des bombardements israéliens.

"Le ramadan est difficile sans eux», dit-elle. «Je suis triste parce que ma mère n'est pas là pour préparer les repas de rupture du jeûne, et mon père a été blessé alors il ne peut pas travailler."

A la suite de la guerre, les Samuni ont eu le sinistre record d’avoir perdu la plupart des membres de la famille - 29 en tout, dont de nombreux enfants - et huit mois plus tard, leurs maisons et leurs exploitations restent complètement détruites.

Les donateurs internationaux ont promis des milliards de dollars pour la reconstruction, mais le blocus israélien de Gaza a empêché l'argent d'atteindre ceux qui ont perdu leurs maisons.

Même les personnes dont les habitations et celles de leurs proches ont été épargnées par les combats doivent faire face aux nombreuses pénuries et aux prix les plus élevés jamais vus puisqu’ils dépendent des marchandises entrées en contrebande par des tunnels le long de la frontière avec l'Egypte.

En conséquence, les lampes festives de Ramadan qui éclairent les rues des villes du monde musulman sont en grande partie limitées aux devantures des magasins à Gaza.

Sami, 40 ans, père de sept enfants, explique que le peu d'argent qu'il est en mesure d'économiser servira à acheter les fournitures scolaires pour l'année à venir.

«Les gens de Gaza ne savent jamais quand la prochaine catastrophe va arriver et comment ils vont s’en sortir", dit-il. "La plupart des gens sont sans travail et sans source de revenus."

De leur côté, les propriétaires de magasins disent que bien qu’ils puissent remplir leurs étagères avec des marchandises de contrebande en provenance d'Égypte, ils ont peu de clients.

Ibrahim Samuni, le père d’Almaza, affirme qu'il est déterminé à reconstruire sa maison un jour. Mais cette année, il se résigne à jeûner sous sa tente sous le soleil étouffant d'août.

"Le mois du Ramadan ouvre les plaies et nous rappelle ce que nous avons souffert, dit-il. «Ma femme, mes enfants, mes frères et sœurs et mes oncles ont tous été tués et leurs maisons ont été détruites ... Il n'y a plus de jours heureux."

Source : http://www.middle-east-online.com/  
  Traduction : MG pour ISM



Mardi 25 Août 2009


Commentaires

1.Posté par VIRGILE le 25/08/2009 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des générations de gosses, d'hommes et de femmes, traumatisés aussi longuement alors que les scientologues et autres Fils de Lumière de l'occident, se caressent le nombril et l'anus (oui, ça fait parti des stages "découverte des scientologues talmudistes), décrétant les "bienfaits de la mission civilisatrice".

C'est à se fracasser la tête sur le Mur des Lamentations. Nous savons que Dieu leur rendra Justice comme suite au meurtre de Caïn sur Abel. Pour l'heure, nous avons une montée exponentielle d'abominations cryto-juives, à la grande honte et complicité des nations occidentales, qui malheureusement, n'ont pas encore compris qu'elles finiront comme le traitement terrifiant infligé aux enfants d'Abraham en Canaan.

Petit rappel pour les croyants:
Marc 13.14 & ss:
14 ¶ Lorsque vous verrez l’abomination de la désolation établie là où elle ne doit pas être, -que celui qui lit fasse attention, -alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes;
15 que celui qui sera sur le toit ne descende pas et n’entre pas pour prendre quelque chose dans sa maison;
16 et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.
17 Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là!
18 Priez pour que ces choses n’arrivent pas en hiver.
19 Car la détresse, en ces jours, sera telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde que Dieu a créé jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais.
20 Et, si le Seigneur n’avait abrégé ces jours, personne ne serait sauvé; mais il les a abrégés, à cause des élus qu’il a choisis.
21 Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas.
22 Car il s’élèvera de faux Messies et de faux prophètes; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s’il était possible.
23 Soyez sur vos gardes: je vous ai tout annoncé d’avance.

Donc ACTE !

Solidaires des malheureux, nous élevons nos prières envers toutes ces âmes qui souffrent, de Gaza au Golf, de l'Afrique à l'Asie suite à ces effroyables hérésies et crimes talmudo-sionistes et leurs colistiers Franc-maçons. Que Dieu leur rende justice selon sa Parole dans l'attente de leur enfer de feu et de souffre et qui ne s'éteint jamais.

2.Posté par Paradisial le 25/08/2009 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

B[Coran - Chapitre 2 :

139. Ne vous laissez point abattre (de tristesse), et ne vous vous affligez point alors que vous êtes les supérieurs (par votre dévotion) si vous êtes de vrais croyants.

140. Si une blessure vous atteint, (sachez) que d'autre gens en ont également été atteint (avant vous, ainsi que les ennemis). Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens, afin que Dieu reconnaisse (par les épreuves) ceux qui ont cru, et qu'Il choisisse parmi vous des martyrs (pour les rapprocher promptement de Lui) - (En toute vérité) Dieu n'aime pas les injustes -

141. et afin que Dieu purifie ceux qui ont cru, et anéantisse les renégats.

142. Ou bien comptiez-vous entrer au Paradis sans que Dieu ne distingue parmi vous ceux qui luttent (vraiment contre le mal) et distingue (vraiment) ceux qui sont (réellement) endurants? ]b

"إن مع العسر يسرا و إن بعد العسر يسرا"

Dans l'adversité - il y a en toute certitude - toujours une solution facile et après l'adversité il y aura - en toute certitude - toujours une issue confortable.

Patience frères et sœurs palestiniens, cette mascarade sioniste et cette passivité ne sauront éternellement ni trop longtemps durer. Ce grand mal bientôt touchera à sa fin. C'est inéluctable.

Merci à ce grand frère Virgile pour son cœur affable, sa langue franche, son esprit intègre et sa solidarité fraternelle.

3.Posté par yassine le 25/08/2009 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salamou 3alaycoum
frere paradisial merci pour ces rappelles et salut a Virgile.

4.Posté par Paradisial le 26/08/2009 03:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Erratum :

C'était chapitre 3 (au lieu du 2).

Post Scriptum :

La deuxième citation en toute évidence ne provient pas du coran.

Quant à la solution facile dans le cas palestinien c'est l'union de leurs frères musulmans vivant tout autour et au-delà. Tout et fait pour empêcher cette union solidaire de se concrétiser, mais un jour pourtant les murs finiront bien par s'effondrer. Libérer la Palestine n'a pas besoin d'armes ni même de violence, mais tout juste d'une marche blanche ; cela dépendra des sionistes de la rendre rouge s'ils y tiennent tant (qui cherche trouvera).

Quelle soit blanche ou rouge cette future et inéluctable marche, la Palestine sera bel et bien restaurée coûte que coûte.

Jamais l'antéchrist ne siègera à Jérusalem.

Cher Yassine,

Wa alayka ssalam. Jeûne et Prières agréés. Tous nos vœux et prières à nos frères et sœurs palestiniens pour que la libération provienne incessamment sous peu.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires