Actualité nationale

Ces aliénés qui nous gouvernent


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 18 Septembre 2019 - 00:15 GILETS JAUNES : Il Faut Une Révolution ! (vidéo)



georges zeter
Mardi 23 Avril 2019

Le pire du pire est l’aliéné qui s’ignore : De quoi parles-je ? De ces décideurs incapables de penser qu’il n’y aurait aucune autre alternative, rien d’autre que ce monde actuel, dans lequel il faudrait « faire avec ». Cela ressemble à de la fatalité et si par erreur nous quittions ce type de société organisée, et bien ce serait l’apocalypse ! La fatalité est le caractère de ce qui est inéluctable, alors, mieux vaut se résoudre que de lutter vainement... Les gilets jaunes à la maison, et que le business continue, sans heurt.
La notion d'aliénation en philosophie, est la dépossession de l'individu, c'est-à-dire la perte de sa maîtrise, de ses forces propres au profit d’une idéologie, servie par un groupe ou une société. Chez Hegel on parle de « l’esprit aliéné ou étranger à lui-même. »
Lorsqu’on valide le système, qu’on est absolument certain qu’il faut être capitaliste, qu’il faut des différences sociales, une structure sociétale en verticale ; Il serait loisible tout de même intellectuellement imaginer d’autres types de société pour s’y opposer, comme le communisme, ou un régime d’extrême droite par exemple, et ainsi le combattre. Actuellement ce n’est pas le cas, car, les dirigeants de cette « élite », n’ont pas cette capacité de mise en perspective, n’ont pas cette fenêtre de compréhension et même la possibilité d’entrevoir une alternative. Le pire, ils sont totalement dans le système sans savoir qu’ils le servent ; C’est donc bien le symptôme de l’aliénation : une obéissance aveugle, en ignorant que l’on obéit. Ils sont absolument persuadés, dur comme fer, que le système actuel est de l’ordre de la justice et de la vérité, presque immanent... Tellement pris dans ce maelstrom, qu’ils n’imaginent même plus de pouvoir en sortir, ils restent seulement dans les possibilités de régulation du model, ce qui est l’aliénation suprême : être dans un système monolithique qui n’a ni début ni fin, dressé comme un menhir pour l’éternité... Au niveau de la France, nous sommes bien en face, nous les citoyens à un gouvernement d’aliénés, ni droite, ni gauche, mais « d’en avant »... Vers quoi ?
Emanuel Macron est l’archétype du caractère aliéné : Comme pour lui, ce système est la Vérité incarnée, et qu’il n’arrive même pas à penser à un au-delà de ce monde (son monde), du coup, il se montre arrogant et sourd, il se dit « mais que voulez vous encore ? Nous n’avons que cette forme économique et il faut bien qu’on s’en arrange non ? Ce qui expliquerait son ton bourré de certitude et cassant. Son obsession de gestion de perdurer cette organisation est la démonstration qu’il n’a pas su penser à d’autres alternatives. Nous avons un president très dangereux pour le futur de notre pays, car il est aliéné...Sans le savoir, et donc, enchainé à ses croyances, il ne peut en toute bonne volonté changer, rompre les chaines ; d’autant que ces chaines se nomment oligarchie, et son entourage étant composé d’autres aliénés, comment s’en sortirait-il ? Inimaginable, tout simplement.
Comme l’affirmait Jacques Ellul « Ce n'est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique. » , appliquez cette sentence au « système », et ainsi, le summum de l’aliénation sera atteint.
Lorsqu’on entend, les Schiappa, Castaner et absolument tous les autres clones qui sont aux commandes, un sentiment de malaise pointe : pas un doute effleure, la pensée unique fleurie, du rabâchage de mots clé et d’éléments de langage ; en fait une litanie qui illustre le vide des aliénés : pas besoin de penser par soi-même, puisque le scenario est déjà pré écrit ; Par qui ? Sans importance ! Sachant que nous sommes dans Le Meilleur Des Mondes, et qu’à l’assemblée il suffit de lever la main et dire oui !... Comme dans une secte, c’est si doux de ne pas penser et se laisser glisser, guider. Toutefois, dans ce monde individualiste, capitaliste/loi de la jungle, la valeur première étant de prédater, marcher sur les autres, survivre et donc, cela se nomme « réussir », « faire son trou. » ; l’idée n’est pas de penser long, mais court...termiste.
Gouverner c’est pourtant anticiper, voir loin...
Les décideurs publics, trop obnubilés qu’ils sont par leur « parcours de vie » ne sont plus aujourd’hui en capacité d’intégrer le long terme dans leur vision et dans leurs choix de politiques publiques, car, le cycle électoral et la professionnalisation du corps politique amène le décideur à préférer les projets qui ont la plus forte acceptabilité sociale ou qui apportent les réponses les plus rapides aux attentes de ses électeurs. Les décisions et propositions, visibles pour le citoyen, seront plus facilement valorisable auprès de ses votants à la fin de son mandat, en vue de sa réélection. L’arbitrage en faveur du long terme est donc gêné par les ambitions personnelles de l’acteur politique ; nous sommes donc bien dans un cycle de la prédominance du temps court sur le temps long et comme disait Keynes « A long terme, nous sommes tous morts. » Ce qui est une lapalissade, puisque oui, à plus ou moins long terme nous seront tous mort, pardon, disparus... Ce qui est à craindre, à moins d’une révolution profonde qui permettra la survie de l’espèce humaine, c’est la multiplicité de ces aliénés qui nous dirigent, droit dans le mur, à la vitesse du son...Braoooom ! Ca y est, nous somme tous volatilisés !!!

Georges Zeter/avril 2019


vidéo : LA VENGEANCE DU PEUPLE : HUMILIATION - LE SUICIDE FRANÇAIS - 2/3
https://www.youtube.com/watch?v=QiXuXlelrWE



Mardi 23 Avril 2019


Commentaires

1.Posté par Lina le 24/04/2019 04:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent! Cette analyse ce qui se passe en France, s'applique aussi à L'Algérie... Macron serait le clone de Bouteflika.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires