PRESSE ET MEDIAS

Censure et mensonge en toute « transparence » à France Inter


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Vendredi 24 Avril 2009

Censure et mensonge en toute « transparence » à France Inter

Invitée du 7/10 de France Inter du 16 avril, présenté ce jour-là par Eric Delvaux, Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, a été privée de la question d’une auditrice, comme on pouvait le lire dans « Lu, vu, entendu n°11 », sous le titre : « Une auditrice “prise en otage” (et censurée) ».

Cet escamotage n’est pas passé inaperçu [1]. Certains auditeurs ont réagi, et deux jours plus tard, le médiateur a permis au présentateur de venir expliquer pourquoi rien ne saurait lui être reproché.

Rappel des faits

Ce jeudi 16 avril donc, Eric Delvaux donne la parole à une auditrice prénommée Sabrina :

- Eric Delvaux : - « On retourne au standard avec une question de Sabrina, bonjour Sabrina » […]
- Sabrina : - « Ecoutez, je vais vous dire madame, Bruno Guigue, ancien sous-préfet de Saintes, a été limogé pour avoir dit la vérité sur la politique israélienne. Madame, nous avons en France une organisation juive, le Betar, qui a poignardé un commissaire de police français en plein Paris, il y a trois ans… »
- Eric Delvaux (interrompant et couvrant Sabrina) : - « Bon, je ne suis pas certain que ce soit du registre de Madame la ministre de l’Outre-Mer, de l’Intérieur, votre question, euh… »
- Thomas Legrand : - « Ben c’est un commissaire de police, mais en même temps je crois que vous n’avez pas l’air d’être au courant de cette affaire... »
- Eric Delvaux : - « Bon, on va peut-être passer à Daniel, bonjour Daniel ! Non Daniel c’est déjà fait… Mathieu ? Alors on va passer à une autre question, si Mathieu est là... »

Nous ne saurons sans doute jamais quelle était la question que voulait poser Sabrina, puisque Eric Delvaux, venant au secours de Michèle Alliot-Marie, décrétait que les faits (à moitié) évoqués ne semblaient pas être « du registre » de Madame le ministre. Simple escamotage ou franche censure ? Et pourquoi ? Parce qu’il était question du limogeage d’un sous-préfet (par Mme Alliot-Marie), de la politique israélienne et du Betar ? Ou pour une autre raison ?

Or l’invitation du médiateur offrait précisément l’occasion à Eric Delvaux de dissiper tout mystère et de nous éclairer sur les motifs qui l’ont poussé à censurer la question de Sabrina.

Une transparente opacité

Pascal Delannoy, le médiateur de France Inter, sait se montrer conciliant avec les journalistes de la station. Sa présentation des faits anticipe d’emblée – comme on va pouvoir le vérifier - sur la version du journaliste mis en cause : « Très vite, Eric Delvaux l’a interrompu, estimant que la question posée n’était pas à ce moment-là justifiée .  »

Et d’enchaîner aussitôt par un rappel des propos de Sabrina qui frappe par sa rigueur et sa précision : « Elle [la question] concernait pour mémoire des coups de couteau donnés à un commissaire de police pendant une manifestation pro-israélienne. » Avant de demander à Eric Delvaux de répondre à « plusieurs courriels » d’auditeurs – sans en citer le moindre mot.

« Il y a donc ce que l’auditeur a entendu », résume-t-il, « et puis il y a évidemment la réalité du direct. » Quelle différence ? La méconnaissance d’un « contrat » de « transparence », qui lierait les auditeurs et l’antenne de France Inter, selon la partition à deux voix interprétée par nos deux compères :

- Eric Delvaux : - « A France Inter, le matin, dans cette tranche entre neuf heures moins vingt et neuf heures, le contrat qui se passe entre l’antenne de France Inter et les auditeurs, c’est que les auditeurs se présentent, alors avec un faux ou un vrai nom , c’est pas tellement le problème, ils préviennent aussi, ils annoncent le thème de… »
- Pascal Delannoy : - «  La transparence … »
- Eric Delvaux : - «  La transparence, le thème de leur question , c’est noté par les standardistes, après ça me revient, et je choisis en disant "tiens, ça on n’en a pas parlé ce matin, ça va faire rebondir, et je choisis les questions".  »
- Pascal Delannoy : - « Vous voulez dire que, prévenu, vous auriez tout à fait pu choisir cette question ? »
- Eric Delvaux : - « Ah ben bien sûr… »
- Pascal Delannoy : - « Alors qu’est-ce qui s’est passé ? »

Traduction : les questions sont sélectionnées par l’animateur, en toute opacité, en fonction de l’intérêt qu’il leur porte et de la fonction qu’elles remplissent dans le déroulement de l’émission. Bref, en toute « transparence », les auditeurs participent à une mise en scène… dont ils ignorent à peu près tout.

- Eric Delvaux : - « Ce qui s’est passé en fait, c’est que sous les yeux j’ai une fiche dont je comprends que le thème c’est le rôle de la police à l’école. Je trouve que cette question tombe bien à ce moment du débat . »

Que deviennent les questions qui « tombent mal », quel que soit le « moment du débat » ? On s’en doute…

- Eric Delvaux : - On donne l’antenne à une certaine Sabrina qui appelle de Bordeaux et là j’entends l’auditrice évoquer un commissaire de police qui a été agressé, et je la stoppe tout de suite, pour lui dire "attendez je crois que c’est pas le thème du tout qui était prévu !", première sommation , puis je lui redonne la parole, et elle continue et j’entends parler du Betar […] et pourquoi pas on aurait pu en parler, sauf que le contrat je le rappelle, c’est qu’il y a une transparence entre les auditeurs qui se présentent et moi à l’antenne qui décide, et là c’est très rapide, j’ai quelques secondes pour me dire "on va s’embarquer dans un truc qui me paraît un peu compliqué et surtout hors sujet " et puis tant pis parce que la règle du jeu restera celle-là je crois à France Inter, c’est que ce contrat moral entre les auditeurs et France Inter exige la transparence, des deux côtés , et j’ai choisi, donc, effectivement, d’évincer cette auditrice. Je rappelle juste quand même pour préciser que de l’autre côté de la vitre, il y a toute une équipe, des assistants, des rédacteurs en chef, qui décident de reprendre au téléphone Sabrina, pour lui dire "qu’est-ce qui s’est passé ? C’était pas la bonne question…" Et là on est hors-antenne, moi je continue l’interview avec l’invité et Sabrina raccroche au nez ! donc on n’a même pas l’occasion d’en débattre . Voilà ce qui s’est passé. »
- Pascal Delannoy : - « Merci Eric »

Et merci Pascal ! Merci d’avoir accrédité cette fiction d’un choix des questions qui ne serait effectué qu’en fonction de l’évolution du « débat ». Merci de n’avoir pas réagi en entendant ce gros mensonge de la « première sommation » qui n’a jamais eu lieu… Merci de n’avoir pas demandé au journaliste de choisir entre ses explications successives et contradictoires : Question « un peu compliquée » ? Ou « hors sujet » ? Ou pas prévue ? Et pourquoi, si le « contrat moral » exhibé pour l’occasion « exige la transparence des deux côtés », Eric Delvaux a-t-il justifié, en direct, sa censure par la non-pertinence de la question ? Pourquoi, si la transparence s’applique aux auditeurs, ne devrait-elle pas s’appliquer aux journalistes et à leurs critères de sélection des questions ? Apparemment, le médiateur n’a pas pour rôle de poser des questions qui dérangent, mais de les éluder.

Ne reste donc qu’un exercice à deux voix d’autocélébration, qui élude, sans même les citer, les interpellations des auditeurs pour se draper dans la transparence et la moralité, et qui s’autorise même à déplorer, en guise de conclusion, qu’une auditrice à qui on a coupé le micro ait refusé d’expliquer hors-antenne où était passée la « bonne question » attendue.

Nous savions qu’« Interactiv’ » était une émission dans laquelle l’animateur détourne à son profit la parole qu’il prétend donner aux auditeur (Lire :« Nicolas Demorand sur France Inter : “la parole est à moi !” », février 2008).

Nous savions que les auditeurs pouvaient être purement et simplement privés de parole quand la « qualité » de certains invités l’exige (Lire : « France Inter : le 7-9h30 sans les auditeurs » octobre 2006).

Nous savons désormais la confirmation que la sélection (inévitable) des questions s’effectue en toute transparence sur la base de critères totalement opaques. Tout un chacun peut aisément vérifier en appelant le standard que l’on doit préciser la question que l’on va poser, et non pas le thème que l’on veut aborder. Et que certaines questions ne peuvent être abordées qu’en trompant la vigilance des douaniers (Lire, par exemple « Sur France Inter : la question inconvenante d’un auditeur à un patron convenable », octobre 2005).

Mais l’on sait désormais que le présentateur d’« Interactiv’ » choisit ses questions : la transparence progresse donc, à France Inter. En effet, le 6 octobre 2008, Olivier Besancenot était l’invité du 7/10, et lassé de l’avalanche de questions sur Jean-Marc Rouillan, il s’adressait ainsi à Nicolas Demorand :

- Olivier Besancenot : - « J’aimerais éventuellement quelques questions, pourquoi pas, sur l’interdiction des licenciements, sur l’augmentation des salaires… [2]. »
- Nicolas Demorand : - « Ah on les choisit pas les questions, hein ! »
- Olivier Besancenot : - « Non je sais… »
- Nicolas Demorand : - « Elles arrivent comme elles arrivent… »

Grâce à M. Delvaux, on « sait » maintenant, de source sûre et transparente, qu’il n’en est rien.

Olivier Poche

Notes

[1] Il a été évoqué sur le site d’Arrêt sur images] (« Sous-préfet limogé, commissaire poignardé : MAM a des trous de mémoire »), ainsi que sur le site « Plume de presse » (« Censure en direct sur France Inter : on ne parle pas des extrémistes juifs ! »).

[2] Sans succès : l’auditeur suivant – non « choisi » – lui demandera s’il compte, en cas d’élection, nommer Jean-Marc Rouillan « ministre des droits de l’homme », pour défendre le droit des gens à se faire abattre « dans la rue comme un chien. »


http://www.acrimed.org/article3126.html



Vendredi 24 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par colo le 24/04/2009 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les questions concernant les attaques des extremistes juifs contre des citoyens français sont nombreux. Il y a aussi toutes les automutilations, et les incendies attribués à des innocents et qui se sont révélés être l'objet de juifs dans le but de salir l'image d'une certaine population.

2.Posté par loubna le 25/04/2009 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les mediats francais sont pris en otage par les terroristes sionistes qui travaillent pour l entite criminels d israel pourquoi croyez naivement que les journalistes prendront des questions qui mettent en cause l organisation terroristes du betar et compagne ces laches qui fuient des qu ils sentent le danger arriver pauvre france vous etes infecte par ce poison sioniste

3.Posté par kaouther le 25/04/2009 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un lobby sioniste deja installé en FRANCE ? un FAIPAC en FRANCE à l'instar de l'AIPAC americain ???
je ne reconnais plus la FRANCE de la revolution ,des droits de l'homme ...
pauvre FRANCE !

4.Posté par Ghyslaine ROC le 25/04/2009 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et, dire qu'on critiquait les Soviets jadis!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires