ALTER INFO

Ce que cache la démission du Patron des patrons marocains


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 22 Novembre 2019 - 00:45 General Motors et Fiat nous donnent une leçon...



Djeha
Lundi 14 Octobre 2019

Salah Eddine Mezouar
Salah Eddine Mezouar
HYPOCRISIE MONARCHIQUE

Ce que cache la démission du Patron des patrons marocains
Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a démissionné dimanche après avoir tenu des propos sur la situation politique en Algérie, vivement critiqués par le gouvernement de son pays, ont rapporté des médias marocains.

Que disent les autorités marocaines pour le justifier ?

« La CGEM ne peut se substituer au gouvernement de sa Majesté le roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin. La position du royaume du Maroc à ce sujet est claire et constante », a dit le communiqué des Affaires étrangères marocaines.

« Le royaume du Maroc a décidé de s'en tenir a une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie (...). Il n'a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin, ni à les commenter ».

Neutralité? Mon oeil!

Selon des médias marocains, le chef du patronat avait salué, lors d'un récent forum économique international à Marrakech, « le mouvement pacifique que connait l'Algérie ».

En réalité, ce dont ne veulent surtout pas nos voisins, c’est qu’il vienne au peuple marocain l’idée d’en faire autant. Se débarrasser de ses parasites vendus aux puissances étrangères, pacifiquement.

Malheureusement, "pacifique" ne fait pas partie du dictionnaire médiéval du rigolo qui trône à Rabat.

La paix ici, comme en Israël, est toxique pour les dictatures qui cultivent les hiérarchies anthropologiques (i.e. il y a les ELUS et il y a les autres...).

Toute critique, toute contestation est, par constitution, un crime de lèse majesté dans cette "démocratie" exemplaire soutenue à bout de bras par l'Occident.

Djeha, D. 13 octobre 2019

Tollé au Maroc après les propos d’un ancien ministre sur l’Algérie

Vive polémique au Maroc au sujet de la situation en Algérie. L’ancien ministre des Affaires étrangères du royaume (2013-2017), Salah Eddine Mezouar, a démissionné, ce dimanche 13 octobre, de son poste de président de la Confédération générale des entreprises du Maroc, suite à des propos tenus sur la situation en Algérie.

Participant il y a quelques jours à une conférence internationale à Marrakech sur les perspectives économiques et politiques dans le contexte de la montée de la Chine, M. Meezouar avait salué le « mouvement pacifique » que connait l’Algérie et estimé que « l’armée au pouvoir se devait de composer avec le peuple pour ouvrir la voie à la démocratisation du pays ».

« Les mutations majeures et structurelles que connaît le Maghreb sont porteuses d’espoir », a souligné Salaheddine Mezouar, cité par Le Desk.

« Les transformations politiques et socio-économiques que vit actuellement la région du Maghreb témoignent de sa prise de conscience de son rôle central et de son importance en tant que levier de croissance et acteur de changement », a affirmé Mezouar.

Le gouvernement marocain qui adopte une attitude prudente et qui ne s’est pas exprimé officiellement sur les événements en Algérie, a vite fait de désavouer son ancien chef de la diplomatie, qualifiant sa démarche d’ « irresponsable, maladroite et irréfléchie ».



« M. Salaheddine Mezouar, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), a cru devoir commenter la situation interne en Algérie lors d’une conférence internationale tenue à Marrakech. Cette déclaration a soulevé des questionnements au niveau de la classe politique et de l’opinion publique quant à son timing et ses véritables motivations », indique un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, rendu public ce dimanche 13 octobre.

« Le gouvernement de Sa Majesté le Roi dénonce cette démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie. La CGEM ne peut se substituer au gouvernement de Sa Majesté le Roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin. La position du Royaume du Maroc à ce sujet est claire et constante », ajoute le communiqué.

Le ministère rappelle en outre la position du Maroc vis-à-vis du hirak algérien : « Le Royaume du Maroc a, en effet, décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie. Le Maroc s’abstient de tout commentaire à ce sujet. Il n’a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin, ni à les commenter de quelque manière que ce soit ».

Désavoué par le gouvernement et le ministère qu’il a dirigé pendant quatre ans, M. Mezouar a immédiatement après adressé un courrier électronique aux membres de la CGEM, dans lequel il leur annonce sa démission de son poste de président de la Confédération.

En sa qualité de président du Rassemblement national des indépendants, Salah Eddine Mezouar avait intégré en octobre 2013, comme ministre des Affaires étrangères, le gouvernement de coalition formé par Abdelillah Benkiran. En Mars 2017, il a cédé son poste à Nasser Bourita, nommé chef de la diplomatie dans le gouvernement de Saâdeddine El Othmani, formé après cinq mois de blocage.

https://www.tsa-algerie.com/tolle-au-maroc-apres-les-propos-dun-ancien-ministre-sur-lalgerie/



Lundi 14 Octobre 2019


Commentaires

1.Posté par saidab le 14/10/2019 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De plus, il est plus heu... taillé dans le roc (j'allais dire "grec" (!) que M.Macron. Mais bon ! Ils n'ont ni le même âge ni le même parcours ; soyons justes. Monsieur Macron, la jeunesse n'est qu'une étape. Aussi ingrate soit-elle, elle passe. Vous avez le temps d'acquérir une physionomie d'homme mûr (j'ai presque écrit "mur" ...). Votre "belle gueule" ne sera plus l'argument prioritaire dans le vote des Dames.

2.Posté par Haddadi le 15/10/2019 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui le Maroc se doit d'être non-ingérent dans les affaires alégeriennes, il doit ni se mêler ni commenter le développements internes du pays voisin, qu'Allah lui ouvre une issue positive et un avenir meilleur. Le Maroc doit tenir cette position, pour la seule et bonne raison que les algériens sont trop réactifs au degré supérieur. Les deux peuples se connaissent très bien et doivent garder le respect mutuel.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires