Propagande médiatique, politique, idéologique

Caroline Fourest, une critique-pas-veineuse de la critique


Excellent article de Mahler sur le discours des journalistes officiels et cooptés, dont Caroline Fourest est l'emblème avec sa ligne antifanatisme et protolérance.
http://www.alterinfo.net/Caroline-Fourest,-une-critique-pas-haineuse-de-la-critique-des-medias_a29736.html
La ligne théorique de Fourest présente l'insigne avantage d'empêcher toute critique, puisqu'elle est parfaite et inattaquable. Comment ne pas être in abstracto contre le fanatisme ou contre l'intolérance?


aucoursdureel@blogspot.com
Dimanche 15 Février 2009

Caroline Fourest, une critique-pas-veineuse de la critique
La ligne théorique de Fourest présente l'insigne avantage d'empêcher toute critique, puisqu'elle est parfaite et inattaquable. Comment ne pas être in abstracto contre le fanatisme ou contre l'intolérance? Fourest se situe sur une ligne démocratique, laïque, tolérante, qui est typiquement la ligne d'un libéral progressiste. N'oublions jamais, même si les lignes politiques ont peu changé depuis les Lumières, que Voltaire était un libéral pur jus et que la filiation dont se réclame Fourest est éclatante. Ajoutons que celui qui se réclame de Voltaire pour mieux le trahir, l'ineffable et inénarrable Valtaire, appartient à la mouvance sécuritaire du libéralisme, soit à une ligne proche du néoconservatisme. En gros, le sécuritarisme libéral se targue de défendre la liberté contre les menées terroristes. Dans ce cas, Fourest est finalement très proche du sécuritarisme avec son discours de la tolérance indéfectiblement attaché aux valeurs occidentales.

Dans l'intervention que relate Mahler sur France Culture, qui devient de plus en plus la version intellectualiste et bobo du discours de propagande journalistique et institutionnel, on peut commencer par observer la dépréciation qualitative abyssale et inquiétante qu'engendre le système de propagande : à force de vendre des fausses idées critiques, soit des idées favorables au pouvoir, on finit par produire des pensées et des penseurs affligeants. De faux penseurs. Nous sommes loin de la vraie réflexion, de la philosophie ou de la religion. Nous sommes dans le règne des experts, dont les journalistes sont le versant informatif.

L'intellectuel s'est commué en journaliste. J'en veux pour preuve la figure d'un Joffrin, ancien coopté de la FAF, comme Colombani, faux gauchiste et vrai bobo, qui ne cesse de pondre des nullités réflexives et qui est sans cesse invité sur les ondes pour nous déballer sa conscience sans science de pacotille. Pire que Jean Daniel, c'est possible, quoique difficile : exemple de Joffrin, l'ancien de Nouvel Obs, désormais attaché aux basques de Libération, le quotidien libertaire qui a fini dans l'ultralibéralisme financier. Libération et Joffrin, finalement, même combat.

Une petite précision : le vrai nom de Joffrin est Mouchard. Cette coïncidence hilarante indique mieux qu'un long discours le lien entre ces journalistes et la propagande qu'ils nous servent comme une sauce indigeste trop lourde.

Quand Fourest intervient, il faut la ressituer au niveau de Joffrin : Fourest est vraiment une propagandiste, qui est démasquée depuis belle lurette comme telle et dont les réactions sont prévisibles. Sa participation à Charlie Hebdo en atteste. Ses envolées contreproductives contre Meyssan également. Récemment, Fourest a dévoilé (c'est le cas de le dire) la nature de son engagement antifondamentaliste, en soutenant l'indéfendable, soit l'agression monstrueuse et criminelle d'Israël contre Gaza. Commencer par défendre les homosexuels et finir par défendre les Israéliens criminels de guerre, faut le faire! Faut se taire?

http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=21755

Fourest aux côtés de Muhlmann, c'était comique : la mauviette foi journalistique additionnée à la mauvaise foi politologique. Deux propagandistes du choc chic au service de leur travestissement de la vérité. Deux sionistes qui se prétendront seulement laïques. Deux occidentalistes qui dévoient l'idéologie sioniste au nom de leur pseudo impartialité antiidéologique. C'est logique. Il ne fallait pas y penser.

Si l'on reprend l'intervention de Fourest sur les ondes salies par tant d'inculture de France Culture, on se rend compte que notre Fourest occidentale culte est emblématique du discours de propagande contemporaine en Occident : en gros, rendre la critique impossible en se réclamant du Bien et de la Vérité. A partir de cette ligne simpliste, les dérapages sont autorisés. Tous les dérapages. En premier lieu, le dérapage numéro un dans le domaine des idées : l'absence d'argumentation.

Pourquoi argumenter si l'on dit la vérité? Pourquoi se justifier si l'on sait que l'on a raison? La ligne de propagande de Fourest implique le formatage le plus violent. L'oraison de la raison. C'est que Fourest est formatée comme rarement on observa formatage. Son formatage implique l'absence de remise en question. Formatage irrationnel au nom de la raison. Déraison au nom de la raison. Il est vrai que l'essence de la propagande implique le formatage.

Fourest ne justifie pas de sa position et ne montre jamais en quoi les critiques qu'elle reçoit ne sont pas fondées ou sont fausses - selon elle. Elle mord en guise de réfutation. Si l'on n'est pas d'accord avec elle, c'est que l'on a tort. Postulat : ceux qui la critiquent ont tort. Conséquence : les critiques de la vérité sont l'incarnation du Mal. Ils sont pêle-mêle antisémites, complotistes, poujadistes, haineux... Sous-entendu : le Bien est du côté du plus fort. On cerne pourquoi Fourest joue l'air de l'écolière modèle comme variante de la perverse ingénue : elle sert un discours oligarchique en guise de propagande.

Quant au critique de Fourest et de la propagande oligarchique : il est haineux s'il s'oppose au discours de la vérité. Il a faux parce qu'il n'est pas du côté du plus fort. Enfin, du plus fort : de celui que Fourest estime le plus fort, parce que manifestement Fourest et tous les occidentalistes atlantistes n'ont pas compris que leur pouvoir s'effondrait, que leur système s'effondrait et qu'ils avaient pariés sur le mauvais cheval. Le bourrin de l'académisme prétentiard et lisse pour Fourest. C'est drôle, les manipulateurs et les arrivistes, parce qu'arrive forcément le moment tordant où ils se manipulent. Le manipulateur manipulé. Mani pulite.

Il sera plus inquiétant d'assister à l'amalgame que Fourest opère, au nom de la lutte contre l'amalgame, entre le discours haineux qu'elle stigmatise et Internet. Internet a ouvert un vent de liberté d'expression dont une Fourest devrait se féliciter. Si l'on est pour la liberté d'expression, on ne peut que se féliciter de l'accroissement de la liberté d'expression...

Pas du tout, car cette liberté d'expression s'exerce contre les méthodes orwelliennes de censure et de propagande au nom de la tolérance et la liberté, dont Fourest est le suppôt diabolique et revendiqué (avec un simplisme à faire pâlir d'envie tous les propagandistes). Toute personne saine face à la critique répond. Fourest non. Elle devrait se demander pourquoi elle suscite tant de critiques et pourquoi la liberté d'expression d'Internet se retourne contre elle, l'hypertolérante et hyperlibertaire new wave... Si on la critique, c'est qu'on a tort, c'est qu'on est méchant, c'est qu'on est vilain. C'est qu'on est antisémite, complotiste, haineux... Homophobe? En se positionnant contre la critique sur Internet et en réclamant qu'Internet remplisse des fonctions que l'on puisse encadrer et formater, Fourest montre clairement qu'elle dispense un discours de censure, un discours liberticide au nom de la liberté.
Propagande et censure sont les mamelles de la luxure. Si l'on veut s'aviser du vide sidérant de la pensée de Fourest (je m'excuse d'utiliser ce terme pour une production aussi affligeante), que l'on considère le fondement à partir duquel Fourest bâtit ses théories. Le socle est édifiant : ceux qui sont du côté du pouvoir occidental, ceux qui sont du côté des institutions occidentales, ceux qui sont des journalistes officiels et des propagandistes officieux, ont raison, parce qu'ils ont raison. Triste oraison.
En filigrane, on sent poindre un argument typiquement oligarchique : c'est que les bons intellectuels, soit les intellectuels du côté de l'officiel du moment, disposent et bénéficient de qualités qui leur permettent justement de s'élever au-dessus de la masse des critiques nauséabondes, haineuses et médiocres d'Internet. L'officiel est la supériorité. L'officiel hait la supériorité? Les seules critiques admissibles et admises sont ainsi des critiques factuelles et ponctuelles qui se contentent de pointer des erreurs sporadiques et qui valident du coup le discours - et la supériorité du discours officiel. CQFD.
Face au constat de la nullité de ces impensées, Fourest, Venner, Val, Enthoven, toute la clique de Charlie Hebdo, du Monde, de Libé, du Nouvel Obs, de l'Express (une pensée pour le remarquable ami d'Enthoven Jr., Christophe Barbier le Juste de Gaza), il faut espérer que ces censeurs et propagandistes ne viendront pas à bout de la liberté certaine dont jouit Internet et ne parviendront pas à imposer leur formatage et leurs fromages de renards faméliques.

J'oserai une hypothèse sur le cas Fourest. Le parcours Fourest, de Prochoix à Charlie le Retour. Fourest ne fait pas mystère de son homosexualité. D'où vient que Fourest la propagandiste sorte avec Venner la propagandiste? Curieux mariage d'un seul et même genre, que je n'oserai baptiser de genre homosexuel. Venner a commis un ouvrage de propagande sur le cas Meyssan, accusé de tous les maux parce qu'il a osé prétendre que l'avion de la version officielle n'a pu s'écraser sur le Pentagone le triste jour du 911. Venner réussit l'exploit de postuler que Meyssan est un imposteur sans jamais revenir sur les propos en question de Meyssan et sans jamais démontrer en quoi Meyssan affabule. Venner devrait piger pour Rue 89, l'émanation Internet de la propagande néo-Libé et les spécialistes pour en guise de démonstration répéter servilement la ligne officielle. Sacrée démonstration que la répétition servile et moutonnière!

Comment peut-on arriver à faire ce métier aussi dégradant de propagandiste et de menteur au service de la mauvaise foi? Sans doute les explications sont-elle plurielles, complexes et variées. Dans le cas de Fourest, je me demande si ses discours de défense des homosexualités, au nom du refus de l'homophobie, ne l'ont pas amenée à se décentrer idéologiquement, à entériner des discours faussement marginaux et vraiment conformistes, qui tendent à rapporter l'homosexualité à des questions seulement sociales, comme les études queers de mode anglo-saxonne.

Sous prétexte de verser dans l'analyse de l'homophobie, Fourest a initié son parcours de propagnadiste en accréditant des thèses simplistes et aberrantes. Cet exercice de pensée autre, différente, aux marges, pas comme les autres (soi-disant), l'a amenée à estimer que le fait de penser étrangement impliquait que l'on pense bien. La vraie pensée, le bien et la vérité se situaient du côté de l'étrange (étymologie de queer)!

Et puis, il a fallu lutter contre les condamnations de l'homosexualité et des différences sexuelles. Dans ce combat, on commence forcément par s'en prendre aux religions instituées. Cas de l'Eglise catholique. Cas de l'Islam patriarcal. Et puis on en vient à comprendre que c'est dans l'espace de la laïcité que les droits des homosexuels sont le plus garantis. Et puis l'on en arrive à exiger les mêmes droits pour les minorités sexuelles et pour la majorité. Et puis l'on finit par exiger que toutes les sexualités aient accès au mode de vie libéral et occidental, soit aux droits bourgeois, atlantistes et démocratiques.

On commence à déraper sévèrement. Et puis on estime que le régime qui défend le plus les minorités sexuelles est le régime le plus juste. On a dérapé vraiment à partir de ce moment précis. Et puis on se met à défendre l'atlantisme sous prétexte que c'est le régime le plus juste. On devient spécialiste de la laïcité, de la démocratie, du libéralsime, de l'atlantisme, du sionisme, à partir d'un combat initial pour la tolérance envers les minorités sexuelles.

Il est où, le lien? T'as dérapé grave et t'es fier de ta descente aux Enfers! T'es passée de l'exigence de tolérance à l'intolérance propagandiste au nom de la tolérance. T'es à côté de tes pompes et tu nous pompes l'air. Sévère. Caroline, tu est lasse de pique. Le joker du Bien. T'as égaré carrément tes pompes en chemin. En attendant que tu contemples un jour ton reflet dans le miroir de ton égarement, j'attends ta prochaine intervention avec un petit sourire : l'avantage avec les propagandistes qui sont en décalage avec le reél parce qu'ils essaiment le Bien, c'est qu'ils sont drôles. BHL est drôle. Pipes est drôle. T'es très drôle, Caroline. Vraiment drôle dans ton rôle de troll. Sur mesure.


Dimanche 15 Février 2009


Commentaires

1.Posté par tonton le 15/02/2009 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tonton
hahahaha...la fin m'a bien fait rire. Mais l'analyse, parfois "paraphrastique", est correcte.

2.Posté par coterie le 15/02/2009 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Charlie Hebdo, Canard enchaînée, même combat, des journaux au service de la propagande pro-sioniste officielle, enfin, Le canard enchaîné lui est un journal au service de l'Elysée !! Si, si c'est vrai.

3.Posté par lisbeth le 21/04/2009 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Consternant ! tout ça pour contester l'amalgame, l'absence de démonstration ? et on devrait commenter cette "analyse" ?!

4.Posté par anti le 22/04/2009 03:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonne analyse, pertinente, attendez vous a la gaypride mediatique, val pour critiquer l'islam , il est toujours au top, il a été moins prompt a critiquer son pote font et la pédophilie,

lis bete ton pseeudo te va a ravir,

pour fourest son pote cocteau disait Ce qui caractérise notre époque, c'est la crainte d'avoir l'air bête en décernant une louange, et la certitude d'avoir l'air intelligent en décernant un blâme.
haha

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires