ALTER INFO

Caricatures et antisémitisme


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Une conversation entre moi et Eddy Portnoy, écrivain et professeur de culture populaire yiddish et juive à l'Université Rutgers, pour le quotidien juif Forward.

Par Carlos Latuff


Mardi 23 Décembre 2008

Caricatures et antisémitisme
J'ai vu ce concours à la fois comme une bonne occasion de dénoncer les souffrances du peuple palestinien aux yeux de l'opinion publique mondiale et pour soulever les questions du deux poids-deux mesures occidental. Je veux dire, vous insultez les Musulmans avec un dessin montrant le Prophète Muhammad comme un poseur de bombe et ensuite vous revendiquez le droit "à la liberté d'expression" ; mais si vous faites des dessins sur l'holocauste, alors ça, c'est "de la haine contre les Juifs".

Eddy Portnoy : Vous vous servez fréquemment de l'Holocauste comme métaphore pour critiquer les politiques israéliennes. C'est vu comme une comparaison inexacte et délibérément blessante vis-à-vis des Juifs. Pouvez-vous en dire plus sur l'usage de cette métaphore ?

Carlos Latuff : En tant que caricaturiste, je me sens suffisamment à l'aise pour faire toutes les comparaisons que je pense nécessaire pour exprimer mon point de vue. Les métaphores sont le point clé de la caricature politique. Bien sûr qu'Israël ne construit pas de chambres à gaz en Cisjordanie, mais vous pouvez trouver des similitudes entre le traitement des Palestiniens par les FID (FIO) et celui des Juifs sous le régime nazi. Que ce soit inexact ou non, il est important de souligner que de telles comparaisons ont été faites dans le monde entier non seulement par les caricaturistes, mais par des gens comme Yosef "Tommy" Lapid, l'ancien ministre de la justice d'Ariel Sharon et survivant de l'holocauste (décédé en juin 2008). Au cours d'un entretien en 2004, il avait dit qu'une photo d'une Palestinienne âgée cherchant dans des gravats lui rappelait sa grand-mère, qui est morte à Auschwitz. Pour moi, c'est plus douloureux que des comparaisons sur comment les Palestiniens vivent sous occupation israélienne.


E.P. : “Caricatures et Extrémisme" prétend que vous utilisez "une grammaire et un vocabulaire antisémites médiévaux et modernes", voulant dire que vous appliquez des motifs antisémites traditionnels à des situations politiques modernes. Quelle est votre réponse à cette affirmation ?

C.L. : Les apologistes d'Israël ont fréquemment comparé mes caricatures à celles qui ont été publiées dans le journal nazi Der Stürmer. Regardez de près le rôle du caricaturiste du Der Stürmer et le mien. Philipp Rupprech, nom de plume Fips, a consacré presque 20 ans de sa vie à dessiner seulement de caricatures de haine des Juifs pour un journal dont la devise était "Les Juifs sont notre honte". Mes caricatures ne visent pas les Juifs ni le Judaïsme. Ma cible, c'est Israël en tant qu'entité politique, en tant que gouvernement, leurs forces armées étant un satellite des intérêts US au Moyen Orient, et en particulier les politiques israéliennes envers les Palestiniens. Il se trouve que les oppresseurs des Palestiniens sont des Juifs israéliens. S'ils étaient chrétiens, musulmans ou bouddhistes, je les critiquerais de la même manière. J'ai fait des caricatures sur George Bush, Condoleezza Rice, Ernesto Zedillo (ancien président du Mexique), Pinochet, et aucun d'entre eux n'est juif.

J'ai produit des caricatures politiques sur différents sujets, à la fois locaux (brésiliens et internationaux), pour des revues syndicales au Brésil et beaucoup de publications alternatives, progressistes et de gauche du monde entier. Mes détracteurs disent que l'utilisation de l'Etoile de David dans mes caricatures sur Israël est une preuve irréfutable d'antisémitisme ; cependant, ce n'est pas ma faute si Israël a choisi des motifs religieux sacrés comme symboles nationaux, comme la ménorah (chandelier à sept branches, ndt.) de la Knesset ou l'Etoile de David sur les machines de guerre comme les avions à réaction F-16. On ne peut pas me reprocher de dessiner un oiseau de guerre israélien lâchant une bombe et orné d'un symbole religieux, parce que c'est comme ça que sont les avions israéliens. Dire que mes caricatures sont une redite de l'imagerie antisémite passée n'est qu'une autre stratégie bien connue visant à discréditer les critiques sur Israël.


E.P. : L'histoire de la caricature antisémite est-elle complètement hors de propos lorsqu'on en vient à critiquer Israël ?

C.L. : Aucun doute au sujet de l'antisémitisme réel. Bien sûr que vous trouverez des gens qui détournent la lutte palestinienne et s'en servent pour taper sur les Juifs, comme les néo-nazis européens qui manifestent contre l'occupation des territoires palestiniens ou la guerre en Irak. Il est important que la gauche les laisse à l'écart de la lutte légitime pour les droits des Palestiniens ; cependant, dire que l'antisionisme est de l'antisémitisme est une tactique bien connue de malhonnêteté intellectuelle.


E.P. : Vous avez participé au Concours International de Caricatures sur l'Holocauste en Iran, qui comprenait aussi beaucoup de caricatures réellement antisémites. Pensez-vous qu'être associé à ces images et à une telle provocation délibérée peut, d'une manière ou d'une autre, compromettre votre travail ?

C.L.: L'illustration avec laquelle j'ai gagné la deuxième place était un dessin d'un vieux Palestinien portant un uniforme de camp de concentration nazi, et quelques personnes ont dit que je "niais l'holocauste" ! C'était complètement stupide, puisque je confirmais l'holocauste avec cette illustration. Croyez-moi, quoi que je dessine et où que je sois publié, il y aura toujours quelqu'un pour me montrer du doigt et dire "c'est antisémite".

J'ai vu ce concours à la fois comme une bonne occasion de dénoncer les souffrances du peuple palestinien aux yeux de l'opinion publique mondiale et pour soulever les questions du deux poids-deux mesures occidental. Je veux dire, vous insultez les Musulmans avec un dessin montrant le Prophète Muhammad comme un poseur de bombe et ensuite vous revendiquez le droit "à la liberté d'expression" ; mais si vous faites des dessins sur l'holocauste, alors ça, c'est "de la haine contre les Juifs".

Source : Desert Peace
Traduction : MR pour ISM

 
 
 



Mardi 23 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par claudio le 23/12/2008 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est l'éternel problème. On ose à peine prononcer le mot "juif" !
Les crétins antisémites existent et existeront toujours comme existent et existeront les crétins racistes de toutes espèces. C'est une tare de notre civilisation et il faut faire avec. Le mal n'est pas nouveau. Depuis des millénaires, les hommes se sont toujours évertués dans la sublimation qui de leur ethnie, qui de leur religion, qui de la couleur de leur peau et qui de leur civilisation. Cela n'a pas empêcher l'espèce humaine de prospérer.
L'humanité a pu se développer parce qu'elle a toujours minimisé l'effet des dérives racistes qui n'ont été et qui ne sont l'apanage que d'une infime partie de ses membres.
Mais malheureusement, l'émergence d'états racistes a singulièrement aggravé la problématique. Ce fut d'abord les Etats-Unis, grands initiateurs, puis le IIIème Reich, l'Afrique du Sud et maintenant Israël !
Le drame subi par les juifs au cours de la Seconde Guerre Mondiale aurait pu servir de leçon mais hélas, les victimes d'hier se sont transformés en bourreaux d'aujourd'hui, absolvant leurs crimes par ce que leurs parents ont vécu hier.
Tous les moyens sont déployés pour leurs basses manoeuvres et en particulier la manipulation honteuse d'un antisémitisme supposé ou provoqué dans chacun de nous.
Ce calcul est mauvais et contre productif, car à force de crier à l'antisémitisme à tort et à travers, il finira par s'ancrer dans les mentalités et il sera dès lors impossible à éradiquer, avec touts les conséquences que l'on peut imaginer.
L'humanité n'a pas besoin de s'autodétruire !

2.Posté par bledmiki-99 le 23/12/2008 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir Claudio, ce que vous dites là est tout à fait juste comme ( presque ) toujours. Mais je vous cites " ce calcul est mauvais et contre productif, car à force de crier à l'antisémitisme à tort et à travers, il finira par s'ancrer dans les mentalités..." c'est malheureusement ce qui se passe, c'est déjà dans les mentalités. Je le vois tous les jours. Même avec mes amis, ma famille, mes enfants, dès que je critiques ou je parles d'israël ou de sionisme, c'est des " arrêtes, tu dis n'importe quoi "...etc, ils ne le disent pas clairement, mais je le comprends à leur regard.

3.Posté par Muku le 24/12/2008 01:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On essaie de me faire pleurer sur le sort des "Juifs" depuis que je suis enfant, tout cela sans que personne ne soit capable de me donner une définition acceptable du mot "juif".

Ce que je constate, c'est que des défenseurs d'Israël, se réclamant d'appartenance juive, contrôlent la banque mondiale, le FMI, et la plupart des grands groupes financiers, sont infiltrées dans tous les gouvernements occidentaux, inondent les média et obligent ces derniers à soutenir l'invasion de la Palestine. C'est un fait, on pourrait citer des noms à n'en plus finir. On les appelle les "sionistes". Le sionisme est un mouvement idéologique qui a créé le "peuple juif" au XXe siècle, à partir de diverses minorités religieuses et d'un mélange d'extraits de récits bibliques et de traces archéologiques plus ou moins discutables, et qui grâce à l'influence de certains de ses adeptes (on pourrait citer des noms), a forcé le monde à accepter l'usurpation de la Palestine sans conditions.

Pour tous ceux qui croient encore qu'Israël a été créé en réparation de la Shoah, je rappelle qu'en 1917, Lord Balfour promettait à Rothschild de faire son possible pour la création d'un état juif en Palestine (25 ans avant la soi disant Shoah). Je me demande alors aussi où est la terre des Indiens d'Amérique, celle des Aborigènes dAustralie, ou celle des Palestiniens... tous ces peuples qui ont été massacrés et qui continuent à être marginalisés et opprimés sur leurs propres terres. N'ont-ils pas droit à une terre en réparation ?

On veut m'obliger à dénoncer les "horreurs d'Auschwitz" et la "barbarie nazie", alors que je ne les ai jamais connues ; et tout ce que j'en sais ne provient que de la version relayée par les sionistes. Peu de gens en France sont capables d'accepter ces faits, et lorsque l'éclatante lumière de l'évidence vient à bout de leur incompréhension ; leur mauvaise foi les pousse généralement à m'obliger à faire des concessions et à témoigner de la prétendue horreur de la barbarie nazie.

En effet, chez la plupart des français, le champ lexical des mots "juif", "nazi", "auschwitz"... provoque un réflexe pavlovien ; il est très difficile d'aborder ces thèmes avec des gens qui prennent pour argent comptant les balivernes maintes fois répétées au cours de l'éducation rudimentaire qui leur a été imposée. Enfin, cela relève d'un autre problème qui est celui de l'éducation dans notre époque "moderne".

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires