ALTER INFO

Canada : Mobilisons-nous derrière ce combat pour la liberté d’expression!


Dans la même rubrique:
< >

Les Éditions Écosociété, une maison d’éditions québécoise à but non lucratif fait l’objet d’une poursuite de 6 millions de dollars. En effet, la plus grosse compagnie aurifère au monde, Barrick Gold Corporation, une entreprise canadienne ayant son siège social à Toronto, réclame aux Éditions Écosociété et aux auteurs du livre «Noir Canada: pillage, corruption et criminalité en Afrique, » 5 millions de dollars pour dommages moraux compensatoires, ainsi qu'un million à titre de dommages punitifs, ce qui représente 25 fois le chiffre d’affaires annuel d’Écosociété.


danyquirion@videotron.ca
Samedi 24 Mai 2008

Canada : Mobilisons-nous derrière ce combat pour la liberté d’expression!
Par Dany Quirion pour Alter info

Cet ouvrage se donne pour mission et devoir d’informer les citoyens canadiens sur les agissements hautement critiquables des sociétés minières et pétrolifères canadiennes en Afrique.



En dénonçant de nombreux abus qualifiables de crimes commis par ces sociétés privées, Alain Deneault s’attaque à l’image factice répandue sur la scène internationale d’un Canada intrinsèquement pacifiste, bon et généreux. Il recense avec soin et précision les nombreux cas (déjà rapportés ailleurs dans le monde par plusieurs ONG, journalistes, analystes ainsi qu’experts de l’ONU) dans lesquels les sociétés canadiennes se rendent coupables de corruption, de pillage institutionnalisé des ressources minières ou pétrolières des pays africains, et attisent ou maintiennent l’instabilité et les conflits pour obtenir de juteux contrats.



Ces abus sont rendus possibles par un soutien sans faille du gouvernement canadien. L’auteur décrit avec lucidité et ironie toute l’architecture d’un système politique et financier honteux dans lequel le Canada joue le rôle d’un véritable « paradis judiciaire » pour de nombreuses compagnies. La Bourse de Toronto, extrêmement permissive, est taillée sur mesure pour les compagnies minières et pétrolifères mondiales accueillies à bras ouverts par un gouvernement qui leur offre une couverture juridique quant aux abus qu’elles commettent à l’étranger. Ce soutien économique ne va pas sans un soutien diplomatique et politique dont ont fait preuve d’ex-premiers ministres se targuant d’être « amis de l’Afrique », tel que Jean Chrétien. Pourtant vierge de tout passé colonialiste, le Canada, notamment avec l’aide de l’ACDI, maintient l’Afrique dans un état de dépendance post-coloniale.
Le public canadien doit être informé des abus qui sont commis en son nom et qu’il se trouve à financer parfois lui-même, via les placements de ses gouvernements, ses portefeuilles d’actions privés, ses REÉR ou ses cotisations à des fonds de retraite.



Pourquoi ce géant aurifère mondial poursuit-il cette maison d’édition québécoise à but non lucratif ? Pour toute réponse, voyez ce bref aperçu du livre en question écrit par Alain Deneault, docteur en philosophie et auteur d'un autre ouvrage sur l’ancien premier ministre canadien Paul Martin et les paradis fiscaux, et écrit avec la collaboration de Delphine Abadie et de Wiliam Slacher :

Cet ouvrage se donne pour mission et devoir d’informer les citoyens canadiens sur les agissements hautement critiquables des sociétés minières et pétrolifères canadiennes en Afrique.

En dénonçant de nombreux abus qualifiables de crimes commis par ces sociétés privées, Alain Deneault s’attaque à l’image factice répandue sur la scène internationale d’un Canada intrinsèquement pacifiste, bon et généreux. Il recense avec soin et précision les nombreux cas (déjà rapportés ailleurs dans le monde par plusieurs ONG, journalistes, analystes ainsi qu’experts de l’ONU) dans lesquels les sociétés canadiennes se rendent coupables de corruption, de pillage institutionnalisé des ressources minières ou pétrolières des pays africains, et attisent ou maintiennent l’instabilité et les conflits pour obtenir de juteux contrats.

Ces abus sont rendus possibles par un soutien sans faille du gouvernement canadien. L’auteur décrit avec lucidité et ironie toute l’architecture d’un système politique et financier honteux dans lequel le Canada joue le rôle d’un véritable « paradis judiciaire » pour de nombreuses compagnies. La Bourse de Toronto, extrêmement permissive, est taillée sur mesure pour les compagnies minières et pétrolifères mondiales accueillies à bras ouverts par un gouvernement qui leur offre une couverture juridique quant aux abus qu’elles commettent à l’étranger. Ce soutien économique ne va pas sans un soutien diplomatique et politique dont ont fait preuve d’ex-premiers ministres se targuant d’être « amis de l’Afrique », tel que Jean Chrétien. Pourtant vierge de tout passé colonialiste, le Canada, notamment avec l’aide de l’ACDI, maintient l’Afrique dans un état de dépendance post-coloniale.
Le public canadien doit être informé des abus qui sont commis en son nom et qu’il se trouve à financer parfois lui-même, via les placements de ses gouvernements, ses portefeuilles d’actions privés, ses REÉR ou ses cotisations à des fonds de retraite.

Par ailleurs, soulignons ici que les éditions Écosociété se spécialisent dans la publication d’ouvrages liés aux problématiques sociétales et qu’ils sont les éditeurs d’un grand nombre d’ouvrages incontournables dont la version française du livre mondialement connu du professeur canadien Michel Chossudovsky intitulé «Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial. »

Vous pouvez joindre ce mouvement visant à défendre notre liberté d’expression d’abord en signant la pétition ou encore, en écrivant à votre député ou au ministre canadien de la Justice.

Laisserons-nous une multinationale décider de ce que l’on doit savoir ou pas? Permettrons-nous à une multinationale archi-milliardaire qu’elle décide de ce que l’on peut lire ou pas? N’est-il pas temps de bouger et de s’associer à ce combat pour la liberté d’expression et à l’information ?

Les Éditions Écosociété vous invitent à vous joindre à de grandes centrales syndicales, à des groupes sociaux et à de nombreux autres citoyens en signant cette pétition :

La pétition : http://slapp.ecosociete.org/fr/node/add/signature

Vous êtes aussi invités à écrire à votre député ainsi qu’au ministre canadien de la Justice : http://slapp.ecosociete.org/fr/node/add/lettre-au-ministre

Vous pouvez aussi acheter le livre : http://www.ecosociete.org/t117.php

Il est naturel que la communauté internationale se sente ici interpellée. Barrick Gold Corporation est une multinationale. Soyez les bienvenus.

Autres informations :

1- Vous verrez dans le texte de la pétions ou dans la lettre destinée au ministre canadien de la Justice l’acronyme anglais « SLAPP. » Cet acronyme signifie en français une poursuite bâillon c’est-à-dire, une poursuite visant à faire taire une personne donnée. Autrement dit, « SLAPP » signifie que Goliath veut faire taire David. C’est justement ce qu’essaie de faire la multinationale canadienne Barrick Gold Corporation contre les éditions québécoises Écosociété et contre les auteurs du livre « Noir Canada: pillage, corruption et criminalité en Afrique. »

2- En complétant la pétition et/ou la lettre au ministre canadien de la Justice, vous ferez face à une difficulté technique mais nécessaire dans le cybermonde de l’Internet. Après avoir inscrit vos données et après les avoir transmises, un message anglais, dans un encadré rosé, vous sera affiché. Veuillez surmonter cette difficulté technique. Il ne s’agit que d’une mesure de protection nécessaire pour éviter les SPAM que l’on appelle en français les pourriels.

Ainsi, lorsque cet encadré rosé s’affichera, vous devez redescendre complètement au bas de la page et retranscrire dans le champ « CAPTCHA » les lettres et/ou les chiffres affichés volontairement de façon maladroite situés au-dessus. Vous devez tenir compte des majuscules et des minuscules. Par la suite, votre inscription sera complétée et confirmée.


Mardi 27 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 24/05/2008 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Québec libre est la seule voie, le signal donné au monde qu un peuple refuse de faire parti plus longtemps d une confédération qui a pour but de servir l oligarchie mondiale.Si les Québécois ne se réveillent pas, bientôt Montréal sera anglo puis la province entière...leur restent ils un gramme de fierté à l instar des Ecossais qui des siècle après envisagent l indépendance ou sont ils devenus des anglo 2ème choix pas plus fier qu un Kosovar?L avenir le dira.

2.Posté par Schollaert Alain le 25/05/2008 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je regrette que le pillage des ressources naturelles en Amérique Latine, ainsi que la corruption d'autorités gouvernementales de pays de cette région du monde, organisé par cette multinationale et les banques d'investissement qui la contrôlent, ne soit pas systémaiquement inclus dans les articles de cette nature.
J'en profite pour proposer un rapprochement de toutes les organisations qui, au canada et ailleurs dans le monde, tentent de résister aux processus de contrôle des individus et aux technologies et programmes politiques liberticides.

3.Posté par Wolf le 27/05/2008 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ zorro,

Vous n'avez pas eu de chance, au dernier référendum. Il s'en est fallu de peu, pour que le Québec soit enfin libre. C'était le souhait du général de Gaulle et il n'a pas hésité à le clamer haut et fort le 24 juillet 1967.
Malheureusement, le général n'est plus là. La France vous a abandonné. Il faut vous battre mes amis(es). Ne comptez pas sur "bling-bling" pour venir à votre secours. Il est bien trop occupé à cirer les pompes des rosbeefs et des amerlocs.

4.Posté par Guillaume le 20/06/2008 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


À ce sujet, voici une entrevue avec Alain Deneault, auteur de Noir Canada, disponible sur le site des publications universitaires :

lien

il y explique en détails la nature des concepts utilisés dans l'essai et prend bien soin de mentionner les sources auxquelles se réfèrent ses allégations.

Bonne écoute.
(entrevue qui s'insère bien dans le lecteur MP3)

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires