Propagande médiatique, politique, idéologique

CRISE ET PANDÉMIE SYSTÉMIQUES :


VACCINATION GLOBALE DES LIBERTÉS ET DE LA DÉMOCRATIE PAR LA PHASE 6


isoraky@hotmail.fr
Jeudi 11 Juin 2009

CRISE ET PANDÉMIE SYSTÉMIQUES :
Comme toutes les crises, qu’elles soient terroristes, financières ou pandémiques, provoquées ou non, ont pour profits de faire voter des lois d’exceptions permettant des réformes intolérables en temps normal, le démantèlement des démocraties et la restriction des libertés individuelles. Transis d’insécurité et pris par l'aveuglement consensuel du quotidien, la masse ne peut s’y opposer allant jusqu’à accepter et même réclamer ce qu’ils auraient rejeté en temps de paix. L'annonce de la phase 6 pandémie par l'OMS ne devrait plus tarder depuis que l'on nous prépare à son déclenchement, mais surtout parce que l'agence ne peut se mettre en contradiction avec les critères de la Règlementation sanitaire internationale, sur la propagation de l'épidémie à plus de deux régions distincts et par des foyers autonomes. Si l'on s'en réfère aux sources de l'article parue sur Bloomberg (lire le tout premier article de cette page), l'annonce de la phase 6 pandémique devrait intervenir au plus tard le 13 juin, soit samedi prochain, peut-être même avant. Il est certain que l'OMS en retarde encore l'annonce jusqu'à la limite ultime pour des raisons d'organisation dit-elle, afin de laisser le temps aux États et aux Institutions de mettre en place les outils logistiques et sanitaires nécessaires et en prévoir la gestion des risques d'impacts sur les populations. Mais personne n'est dupe de cette supercherie car s'il s'agit pour partie, de raisons légitimes évoquées plus haut, il en est d'autres beaucoup plus réelles et inavouées sur le plan commercial et législatif. D'abord économiques, parce que concernant les négociations entre les 3 plus gros Co-Labos que sont GSK/Sanofis-Aventis/Novartis pour la fabrication du vaccin (les enjeux se comptant en Milliards), il faut faire très vite dans la production d'un vaccin à usage planétaire. Plus vite en tout cas que la méthode traditionnelle (culture embryonnaire) et la simple mise sur le marché d'un vaccin traitant la grippe saisonnière,contrairement à la culture cellulaire plus rapide, moins fiable et aux effets secondaires encore inconnus. Voir l'article à ce sujet) La raison législative dont on parle peu dans dans les détails et de sa finalité, est constituée et motivée pour permettre à chaque pays de s'entendre pour édicter des lois communes qui pourraient s'avérer nécessaires dans l'application d'une vaccination globale obligatoire, mettre en place des moyens d'un contrôle sanitaire stratégique(qui est vacciné, qui ne l'est pas et par quel moyens de détection) et du contrôle des flux de déplacements humains et de marchandises(transports, approvisionnements, rencontres sportives, manifestations...).OK. En cette périodes révolutionnaire de crise systémique à facettes multiples, les conséquences dont on a eu quelques aperçus (aperçus d'ailleurs habilement canalisés par les médias alignés), pourraient-être désastreuses pour l'économie. Le maintien de l'ordre civile est une priorité absolue afin de ne pas mettre en danger ni remettre en question le système, mais surtout pour que des manifestations sociales qui pourraient en résulter, soient verrouillées avant que les effets de la crise financière n'aboutissent à un point d'explosion social critique incontrôlable. Aussi, et bien plus importants encore que tous les arguments avancés par les voies officielles, il est crucial pour l'élite dirigeante et financière que toutes manifestations à caractère social résultante de la crise, soient étouffée dans l'œuf dès leurs apparitions. En cela, la pandémie, provoquée ou non, va permettre d'instaurer des lois d'exceptions pouvant restreindre les libertés individuelles, au même titre que le Patriot Act de l'après 11 septembre aux États-Unis et celle plus récente en France, qui a permis l'arrestation et l'incarcération de Julien Coupat avec un dossier vide de charges, sans que le droit juridique en vigueur ni les principes des droits de l'homme ne puissent être appliqués ni revendiqués . Il s'agissait pour cette dernière, de créer dans l'opinion, l'idée de l'existence (non fondée) de groupes extrémistes autonomes pour faire admettre qu'un réel danger pourrait porter atteinte à la sureté de l'État et à l'intégrité Républicaine, pour justifier de telle lois. Aussi, cette crise sanitaire ne pouvait être plus propice. Certaines lois constitutionnelles et celles régissant le code de déontologie médicale, pourront être suspendus et remplacées par d'autres plus liberticides et anti démocratique les unes que les autres, aussi longtemps que nécessaire, aussi longtemps qu'elles seront utiles à faire taire la révolte qui gronde, le temps que le gros de la crise fasse apparaitre l'énormité catastrophique de son ampleur, ce qui d'ailleurs ne saurait tarder. Alors la phase 6 pandémique pourra être déclarée, tout sera prêt, décripté, analysé, verrouillé, de sorte que chaque fois qu'une voie s'élèvera au nom des libertés individuelles, ou qu'un risque de débordement populaire massif sera trop criant et incontrôlable, il sera aisé par tout gouvernement, de brandir en toute légalité et au non de la santé et de l'ordre public, le plan d'application de la phase 6 pandémique, contraignant la libre circulation et l'interdiction des rassemblements public. La loi martial sanitaire prévaudra lorsque nécessaire. Sam's pour Alambic'up


Jeudi 11 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par pondi le 11/06/2009 14:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


L'épidémiologie cul par dessus tête... la grippe n'a plus de saison (de février a mi avril) ... Voila qu'on l'attrape - depuis peu - en été !...

Les virus ne sont plus ce qu'ils étaient… d’autant plus que celui-la, il est très proche que de celui de la grippe de 1918…

On va se faire vacciner par la force contre un virus "opportuniste" … et personne ne dit rien…

2.Posté par snowal le 11/06/2009 20:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On peut remarquer que tout est prévu dans le but de canaliser les foules !
La crise prend une ampleur tellement gigantesque que les JT parlent de tout et de rien dans le but de masquer une inévitable crise sociale mondiale.

Surtout, ne vous faites jamais vacciner !!!


3.Posté par njama le 02/07/2009 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OUI, c'est tout à fait possible de ne pas être vacciné, et ceci très légalement. En fait, lorsque l'on parle de "vaccination obligatoire", on parle de l'obligation à se soumettre à une "proposition de vaccination" . C'est bien en ces termes d'ailleurs que s'exprime le Directeur général de la Santé que je prends à témoin:

PARIS (AFP) 5 juin 2009 — La France souhaite être en mesure de b[proposer la vaccination contre le nouveau virus de grippe A(H1N1) à l'ensemble de la population, a indiqué le Directeur général de la Santé, Didier Houssin, dans un entretien publié vendredi par le quotidien Libération.

"Le gouvernement veut, à terme, se mettre dans la position de pouvoir assurer une vaccination pour l'ensemble de la population (...) avec éventuellement deux doses par vaccination", a-t-il déclaré.]b
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ieYevmhQk85d7gBTrIKRzyxHME4w

L’insoumission ne pourrait être « constatée » que sur une non-réponse à cette « offre », et son refus explicite de ne pas s’y soumettre. Pas dans la non-acceptation d’être vacciné ...
Il faut bien distinguer la loi, mesure administrative de santé publique, de la déontologie médicale qui régit "l'acte médical" qui ne peut avoir lieu sans votre consentement.

Ce sont des nuances, certes, mais les mots ont un sens, il y a d’un côté l’espace juridique, et de l’autre l’espace médical - confidentiel -, l’un et l’autre ne sont pas régis par les mêmes règles. Il n’y a pas de sanctions dans l’espace médical ... CQFD pour peut-être rétablir la confiance.

L’article L 3131-1 du Code de la santé publique précité dispose que l’état d’urgence sanitaire ne dispense pas du respect de la vie privée des personnes et de la confidentialité des informations relatives à leur santé.

Le Guide des vaccinations Edition 2008 [ - Direction générale de la santé - Comité technique des vaccinations - page 89 du fichier PDF ] dit :

>> "Précautions générales avant toute vaccination. La vaccination est un acte médical à part entière, qui engage la responsabilité du médecin. Comme tout geste médical, la pratique de la vaccination doit être expliquée et consentie. Les explications données devraient éclairer la personne et lui faire comprendre où se trouve son intérêt ; la possibilité d’éventuels effets indésirables sera envisagée.
La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité
du système de santé recommande que l’information soit donnée lors d’un entretien
individuel.« >
VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Le contexte, quel qu’il soit, ne peut modifier les valeurs éthiques. La situation d’urgence contraint seulement à les hiérarchiser provisoirement.
[...] Le droit au refus de soin devrait être pondéré par le devoir prioritaire de ne pas être contaminant pour son entourage.
[...]
Au terme de son analyse des questions éthiques relatives à la pandémie grippale, mais qui serait valide pour toute épidémie présentant les mêmes caractéristiques, le CCNE souhaite formuler les recommandations suivantes :

1. a. [...] La connaissance par la population des règles éthiques qui devront être appliquées en cas de crise sanitaire pandémique, conditionne, au contraire, l’efficacité de la stratégie de lutte contre la propagation virale.
[...]
4. Enfin, l’état d’urgence sanitaire ne saurait justifier, sauf circonstance d’une exceptionnelle gravité, le sacrifice du respect de la vie privée des personnes et de la confidentialité des informations afférentes à leur santé.

Paris, le 5 février 2009

4.Posté par njama le 02/07/2009 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne sais pas ce qu'il s'est passé (post trop long ?), mais il manque juste avant VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ce passage très important:

CECI RESTE VALABLE MÊME EN CAS DE PANDÉMIE ... si une "proposition de vaccination générale" était faite. C’est ce que dit l’Avis 106 du Comité Consultatif National d’Ethique qui fait autorité j’imagine (avis d’un collège d’experts mandatés) pour signifier que c’est tout à fait un droit ne pas accepter un vaccin, même en cas de pandémie grippale déclarée. On ne peut pas nous vacciner sans notre consentement.

http://www.ccne-ethique.fr/docs/Avis%20106.pdf

Il y a toujours des risques iatrogènes. Choisir d’être vacciné, c’est toujours choisir entre deux risques.

Cet Avis a valeur de Principe auquel même un décret du type « état d’urgence » devrait se référait. La loi n’invalide pas le principe déontologique. (voir particulièrement pages 9 à 11 et Conclusion)

"S’agissant de la pandémie grippale, le respect de l’autonomie inclut pour chacun, le droit à une information précise sur les risques, les mesures de protection (traitement antiviral, vaccin) qui pourraient lui être proposées et la possibilité de les refuser.«

»C’est en ce sens que l’article L 3131-1 du Code de la santé publique précité dispose que l’état d’urgence sanitaire ne dispense pas du respect de la vie privée des personnes et de la confidentialité des informations relatives à leur santé.«

»Cela ne pourrait cependant dispenser les acteurs de santé de leur devoir d’écoute et de dialogue avec les sujets récalcitrants, pour essayer de les convaincre d’accepter un traitement préventif ou curatif, conformément au code de déontologie."


La conclusion de ce rapport reprend d’ailleurs ces aspects fondamentaux, et en recommande la diffusion médiatique :
VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
[...]

5.Posté par njama le 02/07/2009 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour répondre à l'article:

La raison législative dont on parle peu dans dans les détails et de sa finalité, est constituée et motivée pour permettre à chaque pays de s'entendre pour édicter des lois communes qui pourraient s'avérer nécessaires dans l'application d'une vaccination globale obligatoire, mettre en place des moyens d'un contrôle sanitaire stratégique(qui est vacciné, qui ne l'est pas et par quel moyens de détection) ...


Cela ne ma paraît pas possible, puisque tout "acte médical" est confidentiel (grand principe déontologique). Même si il y a un "dossier médical", les données qu'il contient ne sont pas accessibles aux autorités administratives. Donc si, dans le cadre de l'acte médical "confidentiel" qui vous propose la vaccination, vous choisissez de ne pas être vacciné (ce qui est absolument votre droit) , après avoir reçu toutes les informations sur les risques, les effets secondaires et toutes autres questions que vous voudriez poser ... (voir plus haut), je ne vois pas comment on pourrait savoir qui est vacciné, et qui ne l'est pas, puisque l'anonymat est déontologique garanti tout comme votre choix doit être respecté.




6.Posté par njama le 02/07/2009 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le site du CCNE du Comité Consultatif National d’Ethique

http://ccne-ethique.fr/

Pour télécharger l'Avis 106 Questions éthiques soulevées par une possible pandémie
http://ccne-ethique.fr/avis.php

Le Comité Consultatif National d’Ethique est pluridisciplinaire et réunit un Président et 39 membres.
La loi assure au CCNE une pluridisciplinarité et un pluralisme qui permet de croiser les regards et les opinions sur chaque question. Le CCNE est composé de :

* 1 Président nommé par le Président de la République pour une période de deux ans renouvelable. Il conduit les travaux du CCNE.

* 39 membres nommés pour 4 ans :
5 personnalités appartenant aux « principales familles philosophiques et spirituelles » (courants philosophiques et religions catholique, protestante, juive et musulmane)
19 personnalités choisies pour « leur compétence et leur intérêt pour les problèmes éthiques »
15 personnalités appartenant au « secteur de la recherche » (Inserm, CNRS, Institut Pasteur…)

7.Posté par Sam's le 24/07/2009 07:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour répondre, un peu tardivement, à votre avant dernier commentaire, travaillant dans un hôpital public, le médecin du travail qui a son bureau dans l'enceinte de l'institution, demande que lui soit présenté le carnet de vaccination.

En cas de pandémie déclarée par la phase 5b ou 6 en France, l'obligation vaccinale pour les hospitaliers pourrait être sinon obligatoire, fortement conseillée.

Petite parenthèse sur les moyens de détections : Avec l'arrivée de la puce RFID et sa lecture à distance, plus rien ne pourra préserver l'anonymat des données personnelles.

Le vaccin de nouvelle génération à cristaux liquides en phase d'études permettra un mariage avec l'ADN et les moyens de détection pour savoir qui est vacciné de qui ne l'est pas, pourrait se faire avec des appareils adaptés, de même manière que l'on détecte la fièvre des voyageurs dans les aéroports avec les caméras thermiques.

Pas parano ni adepte du complot, je mets simplement en perspectives les avancés de la science avec la volonté toujours croissante des gouvernements à avoir un contrôle sur les populations, temps de crises multiples obliges

Bien à vous
Sam's

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires