RELIGIONS ET CROYANCES

CONGRÈS EUCHARISTIQUE 2008: RÉFLEXION D'UN CROYANT 'HORS DES MURS'


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 26 Juin 2008

L’expression «croyant hors des murs » exprime tout à la fois mon appartenance à l’Église, Corps vivant du Christ ressuscité, et ma dissidence par rapport à de nombreuses orientations religieuses, politiques et administratives prises par le Vatican qui en assure la gouverne. Cette distinction est d’autant plus importante que la tendance de certaines autorités à confondre dissidence avec non croyance a pour effet de les soustraire aux interpellations de cette même foi. Lorsque Jésus de Nazareth et les Évangiles sont mis au centre de la vie de foi, il est inévitable qu’ils questionnent en premier lieu ceux et celles qui ont à en assurer le témoignage et le service.

Le Congrès eucharistique international 2008 aura été l’occasion pour tous les croyants, de l’intérieur comme de l’extérieur des murs, de réfléchir et d’échanger sur le sens et le vécu tant de l’Eucharistie que de l’Église qui s’en nourrit. La télévision aura sans doute permis à des millions de personnes à travers le monde de partager les témoignages et les célébrations inscrites au programme officiel. Personnellement, l’intervention de Jean Vanier demeure celle qui m’a rejoint le plus et, à n’en pas douter, également la grande majorité de ceux et celles qui appartiennent à cette Église « hors des murs ». Il faut dire que toute une portion importante de l’Église du Québec s’est abstenue de s’inscrire à ce Congrès en raison d’orientations plus ou moins avouées de faire de ce Congrès un tremplin de promotion visant davantage la consolidation de l’institution ecclésiale et des sacrements rituels que de celle de Jésus et des Évangiles. Il n’y a évidemment pas contradiction entre l’un et l’autre, mais il y a une priorité fondamentale de l’un sur l’autre. Le témoignage de Jean Vanier, le plus percutant de tous, met dans sa véritable perspective la relation de l’un avec l’autre. La personne humaine, particulièrement celle qui se retrouve dans les chaînons les plus faibles de l’humanité, est « le sacrement même de la présence de Jésus qui nous interpelle tous. Tant et aussi longtemps que sa dignité ne lui aura pas été reconnue et respectée, Jésus sera là pour nous le rappeler.

Cette approche rejoint et inspire de nombreux croyants engagés qui prennent la parole et posent des gestes en solidarité avec ces déshérités de la terre. Ils le font également en solidarité avec de nombreuses personnes et organisations non religieuses qui ne peuvent accepter un monde qui crée en grand partie, par ses structures et ses organisations, l’essentiel de cette pauvreté qui affecte plus des deux tiers de l’humanité. Il y a les théologiens et les croyants de la libération qui sont profondément engagés, particulièrement en Amérique latine, au service de la dignité des pauvres et des exclus. Leur engagement dérange et les pressions politiques sur les hiérarchies ecclésiales en font des « hérétiques ». Les appartenances idéologiques et politiques des uns et des autres se manifestent. Les croyants engagés en faveur de la justice sont avec Chavez au Venezuela, avec Morales en Bolivie, avec Correa en Équateur, avec Fidel à Cuba. Les hiérarchies ecclésiales sont dans l’ensemble des alliés des oligarchies locales et nationales. La grande alliance qui unit la Maison Blanche et le Vatican y est sûrement pour quelque chose.

L’actuel Congrès eucharistique n’a pas laissé de place à cette portion de l’Église dont le vécu s’alimente également de l’Eucharistie pour poursuivre son engagement au service de la justice. Pas plus, il n’a ouvert des échanges sur une Eucharistie accessible à toute personne croyante. En effet, comment peut-on inviter à un repas des personnes (divorcées et remariées) tout en leur interdisant de partager la nourriture? Aurait-on oublié que Jésus, lors de la dernière cène, a partagé son pain avec Judas qui avait déjà décidé de le livrer pour trente pièces d’argent et avec Pierre qui allait le trahir dans quelques heures? Qui sommes-nous pour départager ceux et celles qui s’approchent du pain de vie pour s’en nourrir et pour avancer avec foi dans l’existence qu’est la leur? Jésus n’est-il pas venu pour ceux et celles qui en ont besoin? En somme, ce Congrès eût pu donner lieu à plusieurs débats utiles pour l’avenir de l’Église et la foi dans le monde. Sur la question de la participation à l'Eucharistie des couples divorcés et remariés je recommande fortement cet ouvrage du Père Normand Provencher, omi, un des théologiens les plus brillants de l'Église canadienne : « UNE PLACE À PART ENTIÈRE »
(http://store.novalis.ca/comersus_viewItem.asp?idProduct=793)

Pour finir, je vous dirai que je me suis rendu à la messe de clôture sur les Plaines d’Abraham. Je m’y suis présenté en compagnie intérieure de ces millions de personnes sans voix qui souffrent de la famine, des guerres, des manipulations politiques, des tricheries économiques, d’une information le plus souvent tronquée, mais portant dans leur cœur une espérance. J’entretenais avec toutes ces personnes un dialogue intérieur, j’y voyais Jésus avec elles pendant que je regardais les gens circuler autour de moi et les dignitaires s’approcher des balustrades installées à leur intention. Ils nous ont montré les autorités civiles présentes. J’y ai vu la Gouverneure générale avec son conjoint et sa petite fille bien protégés de la pluie. Cette même Michael Jean qui avait participé, à Prague, l’automne dernier à une réunion « secrète » avec quelques hauts représentants étasuniens pour y mettre au point un plan visant l’élimination du Président du Venezuela, Hugo Chavez (http://humanisme.over-blog.com/article-7218536.html) (http://humanisme.over-blog.com/article-7218872.html) . J’ai par la suite écouté l’intervention du pape qui a souhaité un monde où il ferait bon vivre pour tous. C’est, d’ailleurs, le seul moment où il y a eu une brève accalmie dans la pluie. Par la suite ce fut torrentiel.

Je suis reparti avec tout mon petit monde intérieur dont la présence m’interpelle et me réconforte tout à la fois. L’Église, celle dont le Christ est toujours la Tête déborde de toute part les institutions qui s’en font les représentants. La conscience est toujours là et elle est en nous l’autorité suprême : «Au-dessus du pape en tant qu’expression de l’autorité ecclésiale, il y a la conscience à laquelle il faut d’abord obéir, au besoin même à l’encontre des demandes de l’autorité de l’Église. »
(Joseph Ratzinger alias Benoît XVI, 1967)

(http://humanisme.over-blog.com/article-139524.html )

Oscar Fortin

Québec, le 23 juin 2008

http://humanisme.over-blog.com/
http://humanisme.blogspot.com/


Jeudi 26 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Népios le 26/06/2008 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bel article avec lequel je me sens parfaitement en phase. J'aime la phrase "Qui sommes-nous pour départager ceux et celles qui s’approchent du pain de vie pour s’en nourrir et pour avancer avec foi dans l’existence qu’est la leur ?". Il y a bien deux synagogues, deux églises et deux mosquées... A nous de choisir la bonne, jamais difficile à reconnaître...

2.Posté par Manu le 26/06/2008 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis bien "Hors des murs". Je retourne une pierre sur le bord d'un chemin ou mon regard s'arrête à l'horizon et je trouve Dieu, Jésus et son merveilleux message à destination de l'humanité, libre dans l'expression de ma foi sans artifices ni falbalas hypocrites. La rencontre est profonde, intense, réparatrice et salvatrice. Je ne suis que ce que je suis mais je le suis grâce à Dieu, Merci Seigneur!

3.Posté par malossi le 27/06/2008 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça je suis bien d'accord, dès qu'on quitte les écrits originaux de Dieu pour les écrits fantasmagoriques de l'homme, il y a fort a parier que l'égarement est proche....
Dieu est tout Miséricordieux , le Très Miséricordieux, Il a montré le chemin aux hommes par l'intermédiaire des saints Prophètes, mais la majorité ne sont pas reconnaissant et encore moins croyants, quand ils ne deviennent pas carrément médisant sur la religion de Dieu et ses trois législations...

Paix sur les hommes bons, qui savent que l'amour de sonprochain c'est donné sans rien attendre...

4.Posté par lemajan le 27/06/2008 00:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour les adorateurs de l'église romaine, voici un texte...lumineux : http://www.lelivredevie.com/666.htm#5

5.Posté par Népios le 27/06/2008 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous savez Lemajan, le 666 peut être l'objet de bien des interprétations, et à titre personnel, je n'ai jamais eu besoin du VICARIUS FILII DEI pour fuir la prostituée... Le tangible plaide de lui-même, ne trouvez-vous pas, sans qu'il soit besoin de tenter des exégèses hasardeuses ? Cordialement.

6.Posté par lemajan le 28/06/2008 02:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Nepios,

Comme vous avez pu le constater, nous réagissons aux mêmes sujets : ceux qui ont trait de près ou de loin à la foi. Je constate de plus chez vous un attachement aux livres testamentaires, ce qui est aussi mon cas. Mais il y a une question à laquelle je n'ai pas encore trouvé de réponse : comment une personne si interessée par les Ecritures peut-elle se détourner d'un message pourtant prophétisé par ces mêmes Ecritures ? Je veux bien entendu parler du Livre de Vie cité par Jean.

Alors je veux bien admettre de bonne grâce que mes interprétations sont hazardeuses, mais lorsque Jean dit que quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu, ne faut-il pas comprendre que ce livre est le jugement des hommes ? Comment dès lors pourrait-on être jugé par un livre reconnu par les Ecritures et qui ne feraient pas partie de celles-ci ? Or cette explication du nombre 666 (VICARIUS FILII DEI) n'est pas de moi mais de l'auteur de ce fameux Livre de Vie.

Bien entendu, il n'est pas suffisant que ce livre porte le nom de Livre de Vie pour y attacher une telle importance sans discernement. En effet, sachez que comme n'importe quelle personne sensée, je n'y ai pas cru sans en vérifier l'authenticité dans les Ecritures. Non, la raison qui m'a définitivement convaincu de la validité de ses interprétations (je dirais plutôt révélations) est que ce livre dévoile très clairement le message des Ecritures en expliquant les métaphores bibliques par l'évidence - ce que personne jusqu'à présent n'avait pu faire - car l'évidence par définition est incontestable. Et tout se tient dans ce livre, ce qui me suffit pour valider sa cohérence et par conséquent la force de ce témoignage.

De plus, la deuxième partie du livre démontre l'Univers entier (oui vous avez bien lu !), ce qui est aussi prédit dans la Bible lorsque Jésus dit : Si vous ne me croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je parlerai des choses célestes ? Nous voyons bien là que Jésus parle au futur du dévoilement des choses célestes, ce qui se produit aujourd'hui dans ce livre.

Il y a aussi l'explication du serpent, ce fameux serpent qui parle à Eve, le même que celui de Moïse à la cour de Pharaon : l'image de la science (ou du savoir). Là encore ce n'est pas mon interprétation. Vous découvrirez en effet, si vous lisez le livre, que ce serpent représente le dessin de la trajectoire de la Terre lorsque le soleil s'éclaira à la suite de quoi la vie apparut sur la Terre. C'est ce que Moïse décrit dans la génèse en expliquant les jours de la création. http://www.lelivredevie.com/ouvrir/page35.htm

Il y a encore l'explication de la formation des planètes avec leurs satellites, celles des étoiles et des galaxies, la formation du relief terrestre, des océans, des espèces jusqu'à l'Homme sur la Terre.

Je pourrais encore citer le principe d'existence de toute chose qui est expliqué dans ce livre de façon désarmante, de même que le masculin et le féminin, la force universelle (électromagnétisme) qui est la force de création.

Oui, encore une fois, je veux bien que mes interprétations soient hazardeuses, mais il faudra bien plus que le hazard pour démolir celles de l'auteur du Livre de Vie.

Cordialement.

7.Posté par Népios le 28/06/2008 08:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Lemajan. Désolé d'avoir été un peu vachard avec mes reproches d'interprétations hasardeuses tant il est vrai que toute interprétation l'est par nature. Plus ou moins néanmoins. Mais ce qui m'a surtout heurté dès le début, avec votre lien, c'est qu'autant le Livre de Vie cité par Jean fait bien partie intégrante de mon héritage théologique, autant ce lien que vous nous proposez ne le concerne en rien. Ma Bible se suffit bien sans que j'ai besoin d'y rajouter ou d'y retrancher quoi que ce soit. C'est tout ce que je voulais signifier. Mais quel est donc l'auteur de votre Livre de Vie ? Merci d'apporter quelques précisions nécessaires. Cordialement.

8.Posté par Népios le 28/06/2008 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une petite précision sur mon attachement au Canon biblique: Bien que d'origine catholique, je me réfère au Canon protestant et considère avec moins d'intérêt les livres dits "deutérocanoniques" (Tobie, Judith, Maccabées 1er et second, Sagesse, Ecclésiastique, Baruch, 7 passages d'Esther et de Daniel ne figurant que dans la Septante...) sans pour autant refuser fondamentalement de m'y référer. De même je reconnais une certaine valeur, pour ne pas dire une valeur certaine au Livre d'Henoch, retenu par la tradition éthiopienne, tout à fait vénérable. Il semble d'ailleurs que l'on perçoive dans les paroles de Jésus qu'il n'ignorait pas ce livre... Au delà, je veux bien éprouver quelques curiosités mêlées de méfiance pour les évangiles apocryphes, dont certains sont franchement fantaisistes, mais cela s'arrête à cela. C'est pourquoi la facture très contemporaine du Livre de Vie que vous nous proposez ne saurait me satisfaire. Il n'est corroboré par aucune tradition fiable et traçable, si ce n'est qu'il se réfère aux textes fondamentaux, en paraphrase le style, les remet en forme pour leur donner Sa forme. Je ne vous cache pas que cela me laisse méfiant et dubitatif. Vous ne m'en voudrez sans doute pas de vouloir être prudent. Bon week end.

9.Posté par James le 28/06/2008 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

je me proposais moi aussi de demander ce qui était entendu par "Livre de vie" dans cette conversation. Certes la Bible fait allusion à un livre de vie, mais est-ce bien celui dont vous parlez ?
Est-ce un livre au sens littéral ou est-ce un concept qui est du purement du domaine des prérogatives divines ?

James

10.Posté par Népios le 28/06/2008 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etes-vous allé visionner le lien que nous propose Lemajan, James ? Moi, je m'en tiens à votre seconde proposition: Un concept qui relève purement du domaine des prorogatives divines.

11.Posté par lemajan le 28/06/2008 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Bonjour à tous

Nepios, votre attitude de curiosité et de méfiance a aussi été la mienne à l'égard de ce livre, ce qui est je pense tout à fait naturel pour des gens qui se disent sensés.

L'aspect contemporain de ce livre est évident car son auteur est ... contemporain puisqu'il semblerait qu'il soit toujours vivant. Alors qui est-il ? Je ne peux rien affirmer si ce n'est qu'il s'apelle Emmanuel et qu'il dit que son identité a peu d'importance compte tenu que l'important est son message. Pour info, Le livre de Vie a été publié le 15 décembre 2000.

Concernant la question : Est-ce un livre au sens littéral ou est-ce un concept qui est du purement du domaine des prérogatives divines ? Je ne peux le dire car je l'ai découvert sur le web comme n'importe qui et n'ayant aucun lien avec l'auteur, je ne peux pas répondre de façon catégorique. Mon point de vue cependant est que ce livre est le dévoilement des Ecritures anciennes (c'est à dire leur explication au sens quasi-littéral) et l'acomplissement de la prophétie biblique car Emmanuel (l'auteur) est le personnage physique du Messager décrit de façon allégorique dans les Ecritures. Je ne sais pas si ce que je dis est très clair mais quoiqu'il en soit, si celà vous interpelle, lisez ce livre et vous saurez comment le définir vous-même.

Pour ma part, et comme je l'ai déjà dit, mon but était d'informer sur l'existence de ce livre, ce que j'ai fait. Mais les questions que vous me posez, je ne peux et ne veux y répondre, d'une part de peur de déformer le message de ce livre car je n'en suis ni l'auteur ni le porte parole, et d'autre part je ne voudrais pas glisser dans le prosélytisme .

Si vous décidez de le lire et pour davantage de commodité, il y a une version PDF téléchargeable à cette adresse : http://www.lelivredevie.com/Livre/Livre-de-Vie.pdf

Bon week end à tous.

12.Posté par olivier le 28/06/2008 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La religion est la plus belle exemple de la faiblesse humaine. Ayez donc foi en vous même votre vie en seras meilleur et vous ferez progressez l'humanité vers un monde meilleur, la penser magique est dangereuse pour la prospérité de l'humanité et il n'y a pas pire penser magique que la religion et c'est croyant. Je n'est aucune haine envers les gens qui croient mais de grâce cessez d'essayer d'implanter vos croyance primitive dans la tête de la jeunesse

13.Posté par Népios le 28/06/2008 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Primitives...?!?! Comme vous y allez, Olivier...? En quoi s'il vous plait...?

14.Posté par wilhelm le 28/06/2008 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

olivier,
vous avez écrit: "Ayez donc foi en vous même votre vie en seras meilleur et vous ferez progressez l'humanité vers un monde meilleur" , êtes vous croyant ? vous avez extrêmement bien résumé le principe de la religion, merci !! en une phrase vous avez quasiment reussi a "implanter vos croyance primitive dans la tête de la (ma) (plus trop jeune) jeunesse", c'est de vous ca aussi, beaucoup moins jolie, mais c'est de vous..
Etre "athée" ne veut pas dire "ne pas croire", le jour ou vous serez sur le point de mourir, ou, bien malade avec une bonne grosse fièvre, vous penserez a moi et je vous "jure" que vous allez croire..
il est plus facile pour un européen moyen de se libérer de la religion que pour une personne vivant dans la misère et souffrant chaque jour qui passe.. Personnellement je me considère comme "athée" mais delà a ne croire en rien? ( ma croyance, avec mes dieux, mon église est ma guitare, mes mélodies mes rites, et ma croyance ne fait qu'un avec ma philosophie, qui ne cesse de se transformer tout au long de mon existence..)
En espérant que ça vous rendra un peu plus tolérant, la "religion" est un remède, pas un masque (petite pense a nos cher sionistes qui se disent encore juif..a un moment donner faut choisir).
Paix a tous, dans la tolérance religieuse, ne mélangeons pas tout.

15.Posté par lemajan le 29/06/2008 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"...il n'y a pas pire penser magique que la religion et c'est croyant"

Si ! il y a les vaniteux qui croient en eux-même comme si leur propre existence et la Terre entière étaient l'oeuvre de leurs mains car ils n'admettront jamais qu'ils sont des créatures et non des créateurs. Pour les mêmes raisons, ils sont les premiers à profaner la Terre comme si elle leur appartenait.

Olivier, vous ignorez cependant un petit détail qui a toute son importance, c'est la différence entre les religieux et les simples croyants. Quand les premiers utilisent les Ecritures pour régner les autres en font un outil pour tenter de comprendre le sens de la vie. Ne mettez pas tout le monde dans le même sac svp.

16.Posté par lemajan le 29/06/2008 03:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ James

Je sais pas si ça peut répondre à votre question mais j'ai retrouvé ce passage ou l'auteur dit la phrase suivante en parlant de Loïse et lui-même : En vérité, si nous pouvons choisir les mots pour écrire, nous ne pouvons nullement choisir ce que nous avons à dire, car c’est sous la houlette de l’Éternel que nous parlons.. Ce passage se trouve à cette page : http://www.lelivredevie.com/ouvrir/page15.htm, dans le paragraphe intitulé
Le dernier prophète


17.Posté par xray le 30/06/2008 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires