MONDE

COMMUNIQUÉ SUR LE HONDURAS À L'OCCASION DU XVième SOMMET DU MOUVEMENT DES PAYS NON-ALIGNÉS À CHARM EL CHEÏKH EN ÉGYPTE (11-16 Juillet 2009)


Destinataires:

À Son Excellence le Général Raùl Castro Ruz, Président du Mouvement des pays Non-Alignés (MNA)

À Son Excellence Mohammed Hosni Moubarak, Président de la République Arabe d'Égypte, Hôte du XVème Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement du MNA À CHARM EL CHEÏK (EGYPTE), DU 11 AU 16 JUILLET 2009

À Son Excellence le Père Miguel D'ESCOTO BROCKMAN, Président de l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations-Unies et aux Représentants Permanents des pays membres de l'ONU, United Nations Plaza, New York, (NY). USA -

Aux Chefs d'État et de gouvernement des pays membres de l'organisation de coopération de Shanghaï (OCS)

Aux Membres du Parlement Européen

Pour diffusion: Aux Chefs des Partis politiques et ONG non inféodés aux services de renseignements des États-Unis d'Amérique

Pour publication : Aux Journalistes qui respectent la déontologie journalistique

ORGANISATION QUÉBÉCOISE DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE POUR LES DROITS HUMAINS (OQSIDH)

ET

LES PARTISANS DE LA PAIX DANS LA JUSTICE POUR TOUS LES DJIBOUTIENS (P.P.J.D.)


Ali Dahan [aldahan@oricom.ca]
Vendredi 10 Juillet 2009

COMMUNIQUÉ LE HONDURAS, PAYS DE L'AMÉRIQUE CENTRALE, EST SOUS LA LOI MARTIALE DEPUIS DIMANCHE, LE 28 JUIN 2009

"Il est une chose qui prit fortement racine en moi : la conviction que la morale est le fondement de tout et que la vérité est la substance de toute morale ". Mahatma Gandhi




L'O.Q.S.I.D.H. et les P.P.J.D. appellent les Chefs d'État et de gouvernement participant au XVìème Sommet du Mouvement des pays Non-Alignés (MNA) ainsi que tous les Peuples épris de justice et de paix de par le monde, plus particulièrement : les organisations sociales, syndicales, estudiantines à manifester leur solidarité vis-à-vis le Peuple frère du Honduras qui vit sous la loi martiale, depuis le 28 juin 2009.

En effet, ce jour-là, une horde d'extrême droite et des militaires récalcitrants, avec l'aide de l'administration étasunienne qui détient des bases militaires au Honduras, ont perpétré un coup d'État contre Manuel Zelaya Gonzales, président démocratiquement élu en 2006, en le kidnappant et en l’expulsant vers le Costa Rica et tout comme, ils ont battu et expulsé vers le Mexique, la Chancellière Madame Patricia Rodas et ont kidnappé et battu Madame la Ministre des Affaires étrangères. Outrepassant les Conventions internationales sur l'immunité, sous l'ordre de l'administration étatsunienne, cette horde de militaires a aussi  osé brutaliser, ce même jour, les ambassadeurs de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua.

Tout cela nous fait penser à l'époque de l'ascension du néofascisme aux États-Unis d'Amérique sous la gouvernance du tandem  Reagan et Bush père, lorsqu'ils ont envahi la très petite Île de Grenade (en octobre 1983), fait assassiner le Premier Ministre Maurice Bishop, la Ministre Jacqueline CREFT ALORS QU'ELLE ÉTAIT ENCEINTE et ont brutalisé les diplomates et coopérants Cubains et ceux des pays amis des Grenadiens... 

Si à l'époque, la véritable communauté internationale avait pris une position plus ferme pour condamner l'invasion de la minuscule Île de la Grenade par la superpuissance américaine, peut-être que nous n'aurions pas vu le  spectacle désolant des années 1990 : invasion et   destruction du Panama, du Nicaragua, ni en ce début du 3e millénaire, l'occupation de l'Afghanistan, d'Haïti, de l'Irak par cette unique superpuissance ... L'Histoire se répète-t-elle? 

Cela démontre, une fois de plus, que les bases militaires étatsuniennes dans les pays en développement sont un danger permanent pour les peuples des dits pays qui aspirent à la liberté, à la justice et à la paix. C'est d'ailleurs, depuis la présence des bases militaires américaines à Djibouti, que le Bassin de la Mer Rouge (Corne de l'Afrique et le Yémen) est devenu la plus grande poudrière de la planète : occupation étrangère de la Somalie, démantèlement du Soudan, agressions répétées de l'Érythrée en vue de son annihilation, violation de la souveraineté du Yémen, génocide des Afars de Djibouti et massacres des Oromos et des minorités somaliennes en Éthiopie  ...

Ce « Coup d'État », au Honduras, a permis à la horde de putschistes militaires sous l'ordre du gouvernement fantoche « de facto » de Roberto Micheletti, de suspendre les droits fondamentaux et démocratiques des Honduriens, droits pourtant garantis par la Constitution du Honduras. La violence qui s'en est suivie nous rappelle l'époque sombre où les États-Unis d'Amérique imposaient des dictatures militaires en Amérique Latine pour servir ses intérêts et piller leurs richesses, tout en perpétrant des crimes abominables contre les populations civiles.

Après l'enlèvement du Président, Manuel Zelaya et de ses ministres par les forces armées militaires, voici qu'à présent, cette horde militaire impose un couvre-feu afin de mieux perpétrer ses crimes sauvages contre la population civile qui réclame pacifiquement la restauration du Président Manuel Zelaya dans ses fonctions. La répression brutale des militaires n'a épargné ni les leaders syndicaux, ni les étudiants, ni les journalistes, ni même les simples citoyens qui ne font que réclamer pacifiquement le respect de la Constitution et le retour du Président, démocratiquement élu, Manuel Zelaya.

Le gouvernement putschiste de Roberto Micheletti a été dénoncé par la véritable Communauté internationale, y compris, par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies (ONU) qui réclame le retour à l'ordre constitutionnel. Quant aux présidents des pays du Système d'intégration centraméricain (SICA), ceux de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA), plus particulièrement, ceux des trois pays ayant une frontière terrestre avec le Honduras (Salvador, Guatemala et Nicaragua) ont tous d'un commun accord décidé de prendre des moyens de pression contre la junte qui s'est accaparée illégalement du pouvoir et ce, jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel. Les États-Unis d'Amérique qui ont pourtant appuyé du bout des lèvres la résolution de l'Organisation des États américains (OÉA) du 28 juin 2009 qui imposait un ultimatum sévère à « leur » gouvernement putschiste, ont conseillé à ces derniers de se retirer de l'OÉA, avant l'expiration du dit ultimatum, le samedi 4 juillet 2009...En agissant de la sorte, cette unique superpuissance croit pouvoir se laver les mains des crimes commis par ses marionnettes et ainsi prétendre qu'ils n'ont plus de moyens de pression légaux pour les déloger!

NOUS EXIGEONS

Que le gouvernement illégal et anticonstitutionnel de Roberto Micheletti abandonne son attitude sauvage et criminelle contre son Peuple et nous exigeons le retour immédiat de Monsieur Manuel Zelaya Gonzalez dans ses fonctions à la tête de la magistrature suprême jusqu'à l'expiration de son mandat, en janvier 2010 et cela dans le respect des droits institutionnels et du droit souverain du Peuple Hondurien qui ne demande que la paix et la justice




NOUS EXHORTONS

Les Peuples épris de justice et de paix de par le monde et plus particulièrement, ceux des Amériques d'être vigilants et de continuer à mener des campagnes contre la dictature en place au Honduras et pour la restauration de l'ordre constitutionnel représenté par le gouvernement du Président, démocratiquement élu, Monsieur Manuel Zelaya Gonzalez.

NOUS IMPLORONS

Les chefs d'État et de gouvernement du Mouvement des pays Non-Alignés (MNA) qui participeront au XVe Sommet, à Charm El Cheik (Égypte), du 11 au 16 juillet 2009, de prendre les mesures qui s'imposent pour déloger la dictature en place et pour réintégrer le Président, Manuel Zelaya Gonzalez, à son poste légitimement acquis, grâce au Peuple souverain du Honduras, comme Président du Honduras.




Fait à Québec,( Canada), le 5 juillet 2009

Pour l'O.Q.S.I.D.H. Pour les P.P.J.D.

Coordonnateur:Ali Dahan, Ph.D., Président des Partisans de la Paix dans la Justice pour tous les Djiboutiens et Ex-Diplomate en Irak Souverain, en Somalie Souveraine et aux États-Unis d'Amérique

Téléphone et Fax: (1-418) 658-9244 Portable : (1-418) 262 2504 Courriel : aldahan@oricom.ca

**********************************************************************

LA MANIFESTATION CITÉE CI-DESSOUS A EU LIEU,

COMME PRÉVU, DIMANCHE LE 5 JUILLET 2009.




URGENT, URGENT, URGENT…!!!

INVITATION

L’Organisation Québécoise de Solidarité Internationale pour les Droits Humains (O.Q.S.I.D.H.)

Le Honduras, pays de l’Amérique Centrale est sous la loi martiale depuis dimanche, le 28 juin 2009.

Des groupes d'extrême droite et des militaires récalcitrants d'Honduras, pays d’Amérique Centrale, ont perpétré un coup d’État contre Manuel Zelaya, président démocratiquement élu en 2006, en le kidnappant et en l’expulsant vers le Costa Rica. Ils ont aussi kidnappé, le même jour, les ambassadeurs de Cuba, du Venezuela, du Nicaragua ainsi que le chancelier de ce pays.

L'Organisation Québécoise de Solidarité Internationale pour les Droits Humains (OQSIDH) lance un appel urgent aux communautés Latino-Américaine, Québécoise et spécialement Hondurienne pour manifester contre le coup d'État militaire au Honduras et pour exiger le retour de Manuel Zelaya, président démocratiquement élu afin qu'il reprenne ses fonctions jusqu'à la fin de son mandat.

Apportez le drapeau de votre pays ..!!!

Lieu de la manifestation: Consulat Général des États-Unis d'Amérique à Québec,

2, Place Terrasse Dufferin, Québec (Québec) Canada

Date de la manifestation : Dimanche 5 juillet 2009. Heure de la manifestation: 13 heures

Fait à Québec, le 3 juillet 2009





  • H.E. Bruno Rodríguez Parrilla,  Minister of Foreign Affairs

cubaminrex@minrex.gov.cu

  • Ahmed Aboul Gheit.Minister of Foreign Affairs, Arab Republic of Egypt

contact.us@mfa.gov.eg

  • H.E. Abelardo Moreno, Ambassador ,Permanent Representative of Cuba and Non-Aligned Movement Representative to the United Nations Organisation (UNO)

cuba@un.int




**************

- His Excellency José Miguel Insulza, Secretaire général de l'OÉA 

 

- Her Excellency Deborah - MAE LOVELL, Ambassador, Permanent

 

- His Excellency Rodolfo Hugo GIL , Ambassador, Permanent Representative ;

 

 - His Excellency Cornelius A. SMITH , Ambassador, Permanente Representative to the Organization of the American States and the Goverment of the  United States.


 - His Excellency John E. BEALE, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency Nestor MENDEZ, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency José E. PINELO, Ambassador, Permanente Representative


 - His Excellency Ruy CASAES, Ambassador, Permanent Representative

 

 - His Excellency Graeme C. CLARK, Ambassador, Permanent Representative

 

 - His Excellency Pedro OYARCE, Ambassador, Permanent Representative
 

 - Mr. Carlos Iván PLAZAS , Minister Plenipotenciary, Alternate Representative

 

 - His Excellency José Enrique CASTILLO BARRANTES, Ambassador, Permanent Representative

 

 - Ms. Judith Anne ROLLE, Interim Representative

 - His Excellency Virgilio ALCANTARA, Ambassador, Permanent Representative

 

 His Excellency Efrén A. COCIOS, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency Francisco Esteban LAINEZ RIVAS, Ambassador, Permanent Representative


 - Ms. Patricia D.M. CLARKE, Counselor, Alternate Representative

 - His Excellency Jorge SKINNER-KLEE, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency Bayney R. KARRAN, Ambassador Permanent Representative to  the Organization of American States and the Government of the United States. 

- His Excellency Duly BRUTUS, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency Anthony JOHNSON, Ambassador, Permanent Representative


 - His Excellency Gustavo ALBIN, Ambassador, Permanente Representative

 

- His Excellency Denis Ronaldo MONCADA COLINDRES, Ambassador, Permanent Representative



- H.E. Nubia LEZCANO, Ambassador, Alternate Representative

- His Excellency Manuel María CACERES CARDOZO. Ambassador, Permanent Representative

- Her Excellency María ZAVALA VALLADARES, Ambassador, Permanent Representative

 - His Excellency Dr. Izben C. WILLIAMS, Ambassador, Pemanent Representative to the Organization of American States and the Government of the United States.

 - His Excellency Michael LOUIS, Ambassador, Permanent Representative

 - Her Excellency La Celia A. PRINCE, Ambassador, Permanent Representative

 

 - His Excellency Jacques R. C. KROSS, Ambassador, Permanent Representative to the Organization of American States and the Government of the United States.

 - Her Excellency Glenda MOREAN-PHILLIP, Ambassador, Permanent Representative to the Organization of American States and the Government of the United States.

 - His Excellency Héctor MORALES, Ambassador, Permanent Representative

 - Her Excellency Maria del Lujan FLORES, Ambassador, Permanent Representative

- His Excellency Roy CHADERTON MATOS, Ambassador, Permanent Representative



Vendredi 10 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par zenbreko le 11/07/2009 14:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dommage que ce sommet ai eu lieu chez des sionistes. Que des pays non alignés
tiennent leur reunion c' est normal mais reclamez que justice soit rendu au president
Zelaya depuis un pays vendus aux juifs et aux USA n' est plus normal parceque
l' egypte ce n' est pas un pays non aligné . Non aligné veut dire liberté dans la politique exterieur, soutient aux peuples en luttes contre le capitalisme, l' imperializme et la colonisation qu' un petit peuple subit et qui par hasard se trouve juste a coté de ce ""grand"" peuple . qui abrite en ce momment cette conference. Et meme si pour Zelaya on en fait beaucoup ce qui est normal, par contre personne a cette conference n' ose montré et dire que les putchistes sont soutenus par Obama et les USA . Cette conference devrait aussi attirer l' opinion internationale pour denoncer les conditions de vit du peuple palestinien completement ecrasé par Israel avec l' aide de l' egypte .Encore une occasion sciement ratée pour denoncer les crimes israeliens sur un peuple sans defense . Bien que la question palestinienne releve aussi et surtout du droit international, c'est bizarre qu' a cette conference on ne dise rien ????. mais tout compte fait ,et comme je le dis plus haut , pour l' egypte le silence coute 2 milliards de dollars par an . C' e'st tres bien payé pour un boulot qui ne demande aucun effort. Je me demande si les egyptiens ne sont pas gener et morveux en acceuillant cette conference ?????

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires