Sciences et croyances

CE MOIS D’AOUT, LA TERRE SERA DÉVORÉE PAR UN TROU NOIR FABRIQUÉ EN SUISSE

Le plus grand accélérateur de particules du monde devant un tribunal



Jeudi 3 Avril 2008

CE MOIS D’AOUT, LA TERRE SERA DÉVORÉE PAR UN TROU NOIR FABRIQUÉ EN SUISSE
Un juriste américain qui se pique de physique veut interdire la mise en service imminente du grand collisionneur de hadrons du Cern, près de Genève. Selon lui, ce grand instrument de recherche a le pouvoir d’engloutir la Terre.

L’accélérateur de particules le plus grand et le plus cher du monde, construit au Cern (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), près de Genève, pour essayer de mieux comprendre notre Univers, pourrait ne pas entrer en service dans les prochains mois, en raison d’une étrange affaire judiciaire qui a ses origines à Hawaii.

Deux personnes, Walter L. Wagner et Luis Sancho, ont déposé devant un tribunal d’Honolulu un recours contre la supermachine européenne, affirmant que les expériences prévues “pourraient créer un trou noir susceptible d’engloutir la Terre et peut-être l’univers entier”.

Une accusation de poids. La cour fédérale de district d’Honolulu, qui ne pouvait ignorer la requête, a déclaré le 21 mars la plainte recevable et a fixé la première confrontation entre les parties adverses au 16 juin prochain. L’un des deux plaignants, Walter L. Wagner, a un passé de physicien à l’université de Californie, mais il s’est orienté vers le droit et a préféré consacrer sa vie à éplucher la législation. Le personnage est déjà connu des annales physico-judiciaires : en 1999, il avait déposé une plainte identique contre un accélérateur de particules américain, celui du laboratoire national de Bookhaven, conçu pour des recherches analogues mais à plus faible énergie.

Quant à Luis Sancho, on sait seulement qu’il s’intéresse à la théorie du temps et qu’il vit en Espagne, peut-être à Barcelone. La mise en service imminente du grand collisionneur de hadrons (LHC) du Cern, qui a coûté 5 milliards d’euros, a donc offert à Walter L. Wagner l’occasion de déployer son action contre ce genre de recherches, en se fondant sur un présomption de forte dangerosité. Il affirme que les scientifiques n’ont pas suffisamment enquêté avant d’entreprendre leurs expérimentations.

Le porte-parole du Cern précise que le tribunal d’Honolulu n’a aucunement le pouvoir d’interdire les travaux en Europe et que, quoi qu’il en soit, deux enquêtes ont déjà démontré que ces recherches se déroulaient en toute sécurité. En outre, pour ne laisser subsister aucun doute, une troisième investigation est en cours et ses conclusions seront rendues publiques le 6 avril prochain.

Mais Wagner n’a que faire des affirmations du Cern et se dit certain d’arriver cette fois à un résultat. “Parce que, explique-t-il, le Fermi National Accelerator Laboratory [dit “Fermilab”, l’équivalent du Cern aux Etats-Unis] et le ministère de l’Energie américain collaborent aussi au programme : ils fournissent des aimants supraconducteurs. C’est donc sur ces éléments que le tribunal fédéral peut faire porter son jugement, qui aurait pour résultat de bloquer la grande machine.” Il demande que le juge ordonne l’interruption de la mise en service de l’accélérateur en attendant que les scientifiques produisent un rapport définitif et détaillé sur la sécurité qui, à son avis, “n’existe pas pour le moment”.

Le grand collisionneur de hadrons reproduira des réactions analogues à celles qui se créent cent mille fois par jour et de façon naturelle lorsque les rayons cosmiques pleuvent sur l’atmosphère. Pourtant, jamais aucun trou noir ne s’est créé“, a déclaré au New York Times Nima Arkani-Hamed de l’Institut pour la recherche avancée de Princeton.

“L’accusation selon laquelle nous aurions pris le risque de provoquer l’apocalypse est dépourvue de tout fondement”, se défend Roberto Petronzio, directeur de l’Institut italien de physique nucléaire. Six cents physiciens italiens rattachés à cet institut ont participé à la construction du LHC et participent aujourd’hui à des programmes de recherche qui lui sont liés. Aux Etats-Unis, où sévissent les croisades des antidarwiniens, la guerre entre science et irrationnel finit souvent devant les tribunaux.

Giovanni Caprara
Corriere della Serra



Jeudi 3 Avril 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires