Palestine occupée

C’est une longue marche pour gagner la liberté



Yousef Abudayyeh, Mohamed Khodr, Mary Rizzo, Haitham Sabbah
Lundi 11 Janvier 2010

Liberté pour la Palestine par Mohamad Kharsa
Liberté pour la Palestine par Mohamad Kharsa
Il y a seulement un an, Gaza et ses habitants ont été soumis au crime ultime, victimes (mortes ou vivantes) du génocide du peuple palestinien. Il s'agit d'un génocide qui a commencé il y a 61 ans, et qui a connu des périodes d'escalade, le pic ayant été atteint avec la tentative de destruction d'une partie de la Palestine : Gaza ; même s’il ne s’agit que de l'attaque la plus macroscopique. Le génocide a commencé au moment où la « décision » a été prise d’enlever la Palestine aux Palestiniens. Les responsables de ce génocide sont Israël et ses différents lobbys, qui sont soutenus par les gouvernements des Etats-Unis, de l’Union Européenne, et de la plupart des pays arabes, sans oublier la couverture logistique fournie par l’OTAN et l’appui biaisé des mass médias de la plupart des pays occidentaux.

Rien de cela ne devrait surprendre quiconque a suivi les évènements, et à moins qu’on vienne juste de faire connaissance récemment avec ces faits, de nombreux volumes ont été écrits à ce sujet, et ce ne serait que des redites de discuter des raisons de ce vol et des problèmes rencontrés pour inverser la situation et obtenir justice dans ce court article.

Ce qui semble plutôt être une source d’étonnement pour un grand nombre d’entre nous qui avons été « dans le militantisme » soit parce que nous sommes nés Palestiniens, ou soit parce que cette cause a été notre priorité, est de constater que peu importe ce que les Palestiniens subissent, l’attention est toujours portée sur quelqu’un d’autre. Ce qui semblait un rêve est devenu réalité pour la quasi-totalité d’entre nous arrêter « de parler et d’analyser » et « agir » au lieu de détourner l’attention portée sur les Palestiniens vers l’Occidental héroïque. Loin de nous l’idée, de critiquer les hommes et les femmes superbes qui ont laissé leurs foyers et leurs familles pour faire un voyage dans l’inconnu, pour participer à une marche, à un convoi ou à une manifestation. Les magnifiques idéaux de la plupart d’entre eux ne sont pas du tout mis en doute. En effet, c’est une leçon d’humilité que de voir un si grand nombre de personnes, émues si profondément par la souffrance qu’elles mettent leur vie en jeu.

Cependant, ce que nous avons vu et ce qui nous a attristés, c’est qu’il existe encore des zones de doutes qui planent sur ces actions et que quiconque ose les remettre en question – car il y a quelques aspects très sombres qui nécessitent d’être élucidés - est traité comme si elle ne portait pas les intérêts des Palestiniens dans son cœur, ou pire encore, comme si elle était de connivence avec l’ennemi. Nous ne regardons pas un film de Robin Hood, mais nous sommes témoins d’une volonté délibérée de mettre l’accent sur un ensemble d’actions, et sur le détournement de l’attention de certains acteurs sur d’autres, ainsi que sur l'altération délibérée de l’expression du peuple afin de promouvoir un programme spécifique.

En observant de l’extérieur, comme faisaient la plupart d’entre nous, nous pouvions par exemple examiner les e-mails que nous recevions, les invitations et les groupes Facebook qui surgissaient de partout, les types de commentaires que nous y lisions, et certes une seule chose en ressortait : le battage était formidable ! La commémoration de la guerre contre Gaza s’approchait, et nous prenions des dispositions pour en assurer la couverture au maximum. Certains avaient préparé des films, mis sur pied des conférences et des manifestations dans leurs villes. Dans le monde de la Communication, plusieurs d’entre nous avaient pris part avec des milliers d’autres à une action sur Twitter pour ramener le mot Gaza sous les yeux du Public, ensuite nous sommes passés à la GFM (Gaza Freedom March: la Marche pour la Liberté de Gaza), passant une journée entière dans un effort organisé. Nos sites publiaient des informations sur les évènements solidaires, mettant l’accent sur les priorités à mettre en lumière (lever du blocus, toute la Palestine occupée, obtenir justice pour les crimes de guerre). C’était un temps où beaucoup d’actions étaient nécessaires pour préparer cet évènement capital. Bien entendu, nous savions que nos médias traditionnels ne nous soutiendraient pas beaucoup, donc nous étions prêts à assaillir les médias alternatifs et nos rues. Nous avions des drapeaux à suspendre à nos fenêtres, des bandes noires à mettre sur les bras avec nos keffiehs, et les personnes qui faisaient leurs courses pendant le temps de leur congé prendraient conscience de l’évènement grâce à notre présence et à notre distribution de tracts. Oui, il fallait que la cause soit reconnue, il semblait que ceci pourrait être un grand tournant pour faire en sorte que la Palestine devienne visible.

Cependant, quelque chose s’est passé. Plutôt que de parler de la guerre de Gaza et faire en sorte qu’Israël reçoive une énorme publicité à laquelle elle pensait pouvoir échapper, comme cela se passait jusqu’à présent, les activistes ont manifesté contre l’Egypte. Cela semblait être un changement de priorité qui a pris par surprise plusieurs d’entre nous et qui nous a choqués. Non seulement, le grand élan des militants pointant du doigt les crimes israéliens, en particulier à Gaza, mais aussi tous ceux commis tout au long de son histoire, a été fondamentalement chargé de s’arrêter de plein droit pour laisser place aux protestations contre l'Egypte. Comme si cela n’était pas suffisant, les militants étaient non seulement encouragés à téléphoner aux autorités égyptiennes dans leurs pays (nous l’avons tous fait, leur demandant de laisser passer les convois, protestant contre le mur d’acier, et leur demandant d’ouvrir le passage de Rafah une fois pour toutes) mais aussi étaient aussi priés de commencer à prôner le boycott de l’Egypte.

Il faut reconnaître que nous avions planifié de lancer une telle action, même si plusieurs d’entre nous faisaient des campagnes BDS non-stop contre Israël depuis des années cependant, cela nécessitait plus qu’un appel émotionnel pour être en mesure de décider si ceci était la solution efficace face à l’occupation de la Palestine.

Ensuite, avec tous ces appels téléphoniques incessants, ces messages, ces e-mails, et ces actions de communication pour agir « maintenant », nous avons réalisé que nous n’avions pas de temps pour réfléchir à notre stratégie, et ceci constitue toujours une erreur. Si on n’a pas de stratégie ni d’objectif qui sont conscients des variables et des acteurs, les choses commencent à se compliquer. Nous nous sommes posés quelques questions : Pourquoi ce changement de direction, si soudainement et pourquoi les protagonistes étaient-ils des internationaux, comme s’il n’avait pas été nécessaire par le passé de protester contre les actions commises par n’importe quel pays qui a limité ou a entravé les droits des Palestiniens ? Pourquoi est-ce que l’ennemi ; l’ennemi PRINCIPAL, est devenu l’Egypte et seulement MAINTENANT et non pas depuis le tout début de l’embargo sur Gaza? Comment Israël s’est-il tiré d’affaire en moins d’une journée, et QUELLE Journée?! Qu’est ce que se cache derrière ceci? Nous nous sommes interrogés les uns les autres. En outre, personne ne parlait de la complicité américaine, il semblait que l’ensemble du problème venait de l’Egypte et que l’ensemble de la solution était entre les mains de l’Egypte. Et pire encore, que seule Gaza était à libérer, et non pas toute la Palestine. Quel cauchemar pour un Palestinien que de voir sa lutte s’introduire dans un certain autre programme, ont pensé certains d’entre nous.

Observant les choses se dévoiler, nous avons vu qu’il y avait un manque de planification de base au niveau de l’organisation qui n’était peut-être pas entièrement la faute des organisateurs, mais comme m’a dit un ami, “si vous allez dans la jungle, vous jouez selon les règles du lion » et il a semblé que les activistes n’ont pas réalisé qu’ils n’étaient plus au Kansas. Mais pire encore, il y avait presque une attitude cavalière qui consistait à dire « ma manière de faire ou la manière forte » entre le groupe des activistes et le gouvernement égyptien, avec qui, jusqu’à présent, il a été impossible de traiter en raison de sa complicité dans le crime. Dans ce type de problème, les militants ne doivent oublier que si les Palestiniens n’ont pas pu changer les évènements, les Occidentaux n’allaient pas le faire non plus en marchant et sauver la Palestine en une journée. Ils ne sont pas supérieurs, même s’ils peuvent avoir pas mal de soutien derrière eux. Ils ne peuvent pas atteindre plus qu’un minimum de résultats si leurs tactiques sont erronées à la base.

La meilleure tactique était-elle de décider d’être à couteaux tirés avec l’Égypte plutôt que de l’être avec Israël ? Y avait-il un certain ordre du jour derrière tout cela, celui d’affaiblir l’unité arabe ? Qui sait vraiment, mais le doute est légitime et autorisé. Et les soupçons à propos de la sécurité sont aussi soulevés. Comme c’est indiqué, un soldat égyptien est décédé et deux Palestiniens sont « en état de mort clinique » suite aux heurts qui ont éclaté. Pour les activistes eux-mêmes, n’aurait-il pas été bien plus efficace de tenir tête aux Israéliens si tel est bien ceux contre qui il était nécessaire que l’on proteste le plus. Mais pour certaines raisons il a été décidé que l’Egypte allait être « le front. »

Quant à la question du manque de transparence, « les nouvelles voitures de marque », la comptabilité exacte des fonds collectés au cours des événements, mais non entièrement pris en compte (y compris certains points comme les photos prises avec un politicien/ un activiste/un journaliste pour 20 $ la photo), toute personne qui a posé des questions sur tout ceci n’a pas reçu de réponses, mais a été menacée de faire l’objet de poursuites judiciaires, Pour quelle raison ? Pour avoir posé la question de savoir où les fonds sont-ils allés? Ce n’est qu’absurdité ! Chaque organisation qui a organisé l’envoi de ces convois et de ces caravanes a le droit absolu à un rapport complet sur la manière dont ces fonds ont été dépensés, jusqu’à la dernière pièce de dix cents. Lorsque la question a été posée de savoir pourquoi il y avait des histoires divergentes à propos des autorisations diplomatiques, plutôt que d’expliquer que ca faisait partie d’une stratégie, d’accepter un plan puis de le rejeter « soudainement » une fois arrivés sur place, plutôt que de déclarer, « c’est notre stratégie », on a dit que ceux qui s’interrogeaient étaient « du côté de Moubarak ».

Rien n'est plus éloigné de la vérité, en réalité, nous l'avons dit, on ne devrait jamais accepter les conditions du tout si elles vont aboutir à une mission de ce genre. Si vous brisez le siège, vous essayez de briser le siège. Il existe des moyens pour le faire, et il y en a d’autres, où tout ce qui sera fait, c'est de mettre des vies en danger et qui ne conduiront à aucun résultat attendu. S'il y a d'autres priorités, même celles qui sont ne sont pas exprimées, elles surgiront un jour ou l'autre, alors pourquoi ne pas être franc dès le départ?

Si le but était de faire de la publicité, elle était plus que suffisante comme cela. Mais pour qui? Ou contre qui? Les Gazaouis et les Palestiniens furent des figurants, en effet, aucune attention, absolument aucune, n’a été accordée à leurs récits, même dans les groupes alternatifs des militants. C’est vrai, nous tous avons reçu des appels pour protester immédiatement devant les ambassades égyptiennes dans nos pays. Y a-t-il eu des appels lancés pour faire de même avec les ambassades israéliennes ? Tout activiste, critique d’une façon ou d’une autre à l’égard de cette manipulation (non pas tous, principalement les Palestiniens) a été violemment attaqué pour avoir « osé » remettre en question les méthodes et la stratégie. Et ils ont été dépeints comme des partisans du régime égyptien, contre le Hamas et contre la résistance. Comme si tout cela avait été programmé en quelque sorte… Ce qui est étrange, c’est que ce n’est même pas la vérité.

Mais la vérité ne semble pas avoir beaucoup de chemin à faire dans la lumière du jour dans le monde de l’activisme palestinien, vu par les Occidentaux. Tous doivent choisir la même voie, et si vous avez vos questions, vous êtes l’ennemi. C’est une autre raison pour laquelle le mouvement ne sera jamais efficace. C’est tout au sujet des militants ! Les Palestiniens ne comptaient pas comme s’ils n'avaient pas d'importance. Et naturellement le peuple égyptien est devenu le centre du maelstrom.

Une expérience assez éclairante fut ce s’est passé dans de nombreux milieux panarabes proPalestiniens, qui contrairement à ce que les activistes occidentaux peuvent penser, sont pleins de détermination et de loyauté vis-à-vis de la cause palestinienne et en sus ne sont pas écrasés par la « supériorité occidentale » avec sa mentalité de sauveur.

Nous avons suivi en permanence quelques unes des plaisanteries faites à ce sujet, et il y avait pas mal de personnes nous remerciant d’avoir posé la question de ce qu’il y avait derrière ce changement dans les priorités, comme il y en avait d’autres qui ont raconté des expériences qui sont loin d’avoir été positives concernant certains aspects de ces campagnes. Certains craignant que maintenant, il y ait une campagne internationale contre l’Egypte, et dans un commentaire emblématique, un Egyptien sympathisant des Palestiniens écrit sur Facebook, « N’importe lequel d’entre vous qui pousse à ce que l’Egypte soit boycottée, sera immédiatement enlevé de la liste de mes amis, et je ne plaisante pas à ce propos. Nous avons marché et protesté en prenant un grand risque à plusieurs reprises, et regardez comment vous nous le rendez. » Les sentiments de sentir la pression d'une campagne anti-Égypte qui n’embêterait pas le gouvernement, mais peut-être affecterait seulement les gens qui ne soutiennent pas les actions du gouvernement sont en train de se former et ce commentaire exprime une frustration croissante dans l’équipe.

Ainsi, ceux qui ont proféré ces injures ont délibérément mal interprété la critique des tactiques, de la méthode, de la stratégie et de la priorité. De quel côté sont-ils ? Quand la poussière sera retombée, est-ce que Gaza ou n’importe quelle autre partie de la Palestine aura été libérée d’un millimètre? Le monde s’est-il réveillé un peu plus? En ce moment, nous avons Israël qui affiche un rire idiot sur la façon dont les miroirs se sont merveilleusement déplacés dans ce cirque militant.

Nous les activistes, nous nous sommes trouvés, comme nous le sommes souvent, mal guidés, désunis et abordons à l’aveuglette la cause palestinienne sans avoir l’objectif final clairement en vue : la libération de toute la Palestine et la justice pour les Palestiniens. Mais ceci ne semble pas être un problème réservé aux seuls militants, il est endémique dans le monde arabo-musulman où les actions ne sont jamais coordonnées ; elles se noient ou nagent chacune de leur côté, et échouent à mettre sur pied une politique aussi efficace que la désinformation médiatique et les relations publiques par Israël et ses partisans qui n’ont pas une étape mais cent étapes d’avance, quelle que soit la question antisioniste qui est actuellement « dans l'œil du public ».

Plusieurs d’entre nous sont en train de développer leurs propres idées sur la façon dont il faut réellement traiter l’incapacité à marcher au même rythme que nos ennemis. Nous avons besoin d’être orientés, nous devons commencer par être sur la même longueur d’ondes. Pour commencer, il est essentiel que nous définissions le problème et la question : le sionisme, le soutien occidental apporté à un Etat juif en Palestine, la violence, l’épuration ethnique, le vol de terres palestiniennes et la terreur du peuple palestinien.

Une fois que nous sommes bien conscients que ceci constitue la force de combat nous devons être en mesure de comprendre comment cette force, a été capable de s’en tirer à bon compte avec la violence, le vol et le terrorisme. C’est assez simple, en réalité, c’est le pouvoir des grands mensonges, des mythes, de la désinformation historique sur la question tout entière aussi bien que le pouvoir énorme des lobbys pro-israéliens en Occident. Ceci va de pair avec l’argent, la propriété des médias et les machines de propagande que les sionistes possèdent.

La désunion des Palestiniens elle-même est FABRIQUEE. Les querelles intestines qui existent sont bien plus marginales que l’unité des Palestiniens, et se focaliser sur les désaccords nuit profondément à la cause aussi bien sur le plan interne que sur le plan externe. Les dirigeants palestiniens inefficaces ne peuvent apercevoir que deux camps : le camp pro-Amérique/pro-Israël et celui du refus. Ils refusent d’accepter que les Palestiniens se sentent unis contre leur ennemi commun, et s’ils sont capables de se concentrer sur cela et non sur le pouvoir des dirigeants, les énergies de la résistance pourront toutes être canalisées contre l’ennemi réel. Le seul moyen de battre les sionistes est d’être uni tous ensemble.

Les dictatures corrompues et impuissantes du monde arabe ont eu une seule priorité : rester au pouvoir et gaspiller la richesse énorme de leurs pays dans des établissements occidentaux plutôt que dans ceux des arabes, et les combats dans lesquels elles se sont lancées les unes contre les autres servent UNIQUEMENT le programme étranger et non un programme d’union panarabe. Pour surmonter ceci, les activistes arabes devraient envisager de travailler dans le sens de campagnes qui entraîneront la dissolution de la Ligue arabe et accorderont la priorité aux intérêts des peuples.

La stratégie et les priorités doivent devenir unifiées pour les militants de la Palestine et pour les Palestiniens exactement comme elles le sont pour les sionistes et les Israéliens. Toutes les questions ne peuvent pas être traitées en même temps et d’une façon désordonnée si nous espérons devenir efficaces. Une question devrait être définie, et ceci est incroyablement facile, étant donné l’histoire de la Palestine et les dates significatives qui la jonchent et la priorité devrait être donnée à cette question ainsi qu’à la stratégie qui va avec et qui lui accorde assez de temps pour qu’elle soit développée et quelle reçoive une couverture médiatique maximale possible ; c’est ensuite que viendra le tour de la question suivante. Il faut un effort coordonné avec les groupes internationaux des droits de l’homme, qui sont au courant des différents moyens qui peuvent attirer l’attention sur la situation lamentable des droits de l’homme en Palestine, et qui peuvent avoir une résonnance qui sera capillaire et capable de s’adapter aux langues, aux pays et aux cultures ciblés par ces campagnes. Chaque action doit être adaptée à des finalités locales, puisque la possibilité de sa réalisation dépendra de plusieurs facteurs spécifiques.

Nous devons mettre en place une stratégie médiatique et des relations publiques gagnantes. Les militants doivent se mettre en réseau, établir des contacts, générer des évènements dans les médias, fonder des groupes religieux et politiques aussi bien sur le plan local que sur le plan international. Les médias et les ressources pédagogiques devraient toujours développer le même thème ; non à une Palestine divisée mais oui à la volonté d’une Palestine libre et unifiée. Personne ne devrait oublier la carte de la Palestine. Il est nécessaire d’abandonner la terminologie sioniste et de promouvoir une langue correcte.

Les manifestations et les protestations physiques sont efficaces seulement quand elles ne déplacent pas ce qui est essentiel. Elles peuvent être une dénonciation maximale si elles coïncident avec le calendrier palestino/sioniste. Elles ne devraient pas créer davantage de problèmes qu’elles n’en résolvent.

L'argent et la transparence sont d'une importance vitale. Responsabilisation et transparence ne sont pas optionnelles. Cela garantira que les dons augmenteront à mesure que les gens sont certains que leur argent est bien dépensé. Toute campagne ayant des ombres qui planent au-dessus d’elle met en danger toutes les campagnes futures. De plus, ceux qui collectent l’argent doivent être au courant des lois en vigueur dans les pays où l’argent est collecté. Les dons destinés à certains partis politiques qui sont classés sur une liste noire par la « communauté internationale » ne sont pas illégaux dans certains Etats, alors qu’ils le sont aux Etats-Unis et en Europe ; ceci conditionne et conditionnera les dons et mettra les donateurs dans une position où ils sont assujettis aux abus sionistes, au harcèlement et limitera leur champ d’action (s’ils survivent). Il est bien triste qu’un leader politique, un militant soit déclaré officiellement comme « ne soutenant pas le Hamas ». Qui une personne soutient, ne devrait avoir d’importance ni ne devrait être une question à soulever par quelqu'un de l'extérieur. Aussi longtemps qu’il y aura des divisions, ces dernières ne devraient pas être mises en lumière.

L’union. Si nous les activistes, ne pouvons pas être unis à l’égard de cette cause, comment pouvons-nous espérer obtenir l’unité là où elle est la plus nécessaire, au sein des peuples arabes et palestiniens, qui sont victimes des diverses occupations et des divisions.

Traduction CCY



8 Jan 2010
Yousef Abudayyeh
Mohamed Khodr
Mary Rizzo
Haitham Sabbah

Lien de l'article: http://palestinethinktank.com/2010/01/08/its-a-long-march-to-freedom/


Lundi 11 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par Aigle le 11/01/2010 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce texte me laisse perplexe ......

2.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 11/01/2010 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


3.Posté par redk le 11/01/2010 23:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le donneur de leçons de mes deux, moi non plus et tout homme libre ne porte pas dans son cœur ces "Bougnoules", et qui sont ils?, les vendue aux sionistes, ceux qui ne font que courbez l'échine a l'image des barils ambulants d'Arabie ou de l'infâme pharaon d'Égypte, des traitres a leurs patrie les Laval et Pétin de Palestine nommé Abbas et Dahlan et encore tout autres tripotées de Bouuuugnoules ayant perdue leurs dignité!!!

4.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


5.Posté par redk le 12/01/2010 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le hasbariste sioniste, garde donc ton baratin, "la défaite du Hamas face à Israël", ha oui, c'est quoi les faits de gloire de ta bande de tshalopes?, gazé des femmes enceintes, tuez des gosses et les donner en pâtures a leurs chiens, tirez lâchement sur des vieillards et handicapé sans défense?, ou fracassés la tête des bébés contre les murs comme leurs rabbins satanique les exhortées a faire?, alors que devant les valeureux résistants, leurs couches culottes suintées de peur?!!!

6.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CQFD Aigle = REDK ?

Qu'ai-je donc fait ou écrit de mal ?
Dommage de ne pouvoir s'exprimer librement sur un site dont le but affiché est de défendre la Liberté.

7.Posté par Aigle le 12/01/2010 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Post 6 ...Je n'ai pas saisi le sens de ton post ....De quoi parles tu ?

8.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 18:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ AIGLE POST 7 Pas grave je suis triste et étonné d'être censuré parce que je te disais qu'il ne faut pas traiter les autres de bougnoules à tout bout de champs en étant un moi-même.

Ce site a une modération fort susceptible...

ceci dit, voici mes dernières cogitations :


Israël a suivi avec beaucoup d'attention les troubles qui ont agité la frontière entre Gaza et l'Egypte craignant des répercussions à ses frontières si le Hamas tentait, par une maneuvre de diversion, de desserrer l'étau auquel il est soumis. L'Etat juif affecte de n'être pas directement concerné par le conflit entre les deux protagonistes mais il peut difficilement rester impassible devant le risque d'une reprise des tirs de roquettes qu'il prétend redouter par dessus tout mais dont il prend prétexte pour durcir sans cesse son armement.

Le retrait israélien de Gaza -unilatéral, rappelons le - en 2005 et le blocus encore en vigueur aux frontières avec l'Etat juif a entrainé le creusement de centaines de tunnels chargés essentiellement de faire passer des vivres, de l'argent et des armes en quantité tellement considérable que les services de renseignement israéliens estiment à présent que la capacité militaire du Hamas a atteint celle du Hezbollah de 2006. L'opération «plomb durci» de janvier 2009, la guerre de Gaza, avait permis la destruction de plus de deux milles tunnels dont certains ont depuis été reconstruits. Les bombardements effectués épisodiquement par l'aviation israélienne n'ont pas réduit l'activité dans la mesure où le creusement de galeries souterraines est devenu une activité lucrative pour beaucoup de gazaouis et une source d'entrée d'impôts pour les dirigeants du Hamas.

L'Egypte a longtemps choisi la passivité face à ce phénomène en fermant volontairement les yeux afin de ne pas être soumise aux critiques arabes et surtout, de ne pas donner l'impression de s'acoquiner avec Israël. Elle a cependant décidé d'agir et de mettre un terme à l'activité des tunnels en créant à sa frontière une barrière métallique, profondément insérée à 18 mètres de profondeur, avec pour objectif de scinder tous les tunnels existants. Des énormes foreuses, protégées par des blindés lourdement armés, enfoncent dans le sol des poteaux d'acier pour verrouiller la frontière de manière durable. Ce revirement politique s'explique (prétendument) par la volonté d'inciter les dirigeants du Hamas à accepter la main tendue par le Fatah pour s'opposer ensemble à la stratégie politique israélienne.

Mais la motivation du président Moubarak est double.
1. En asphyxiant Gaza, il cherche d'abord à appuyer Mahmoud Abbas dans sa reconquête du pouvoir en forçant le Hamas à négocier un terrain d'entente avec l'Autorité palestinienne.
2. Son deuxième objectif est d'ordre purement interne car l'influence croissante de l'islamisme aux portes de son pays renforce les mouvements intégristes qui se développent en Egypte en mettent en danger son régime. (N'oublions pas que la Hamas trouve sa source -ou en tous les cas l'une d'elles- chez les "Frères Musulmans" égyptiens .infra.)

L'actuel (et combien précaire) pouvoir égyptien s'inquiète par ailleurs de l'émergence d'une nouvelle génération de prêcheurs qui ont décidé de donner un coup de jeune à la prédication traditionnelle en l'enrichissant de préceptes modernes. L'Egypte, berceau historique de l'islamisme, ne reconnait plus l'islam issu du nationalisme arabe des années 1970, porté alors par des organisations bien identifiées agissant au grand jour comme les Frères musulmans, le Jihad et la Djamaa islamiya. Les dirigeants égyptiens craignent de plus en plus la proximité grandissante des Frères musulmans et du Hamas.


Le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, est monté au créneau et a justifié cette clôture de sécurité: «Les frontières égyptiennes sont sacrées et aucun égyptien ne permet qu'on les viole, d'une façon ou d'une autre». Pour se couvrir vis-à-vis de l'opinion arabe, le président égyptien a alors demandé et obtenu de la plus haute autorité de l'islam sunnite, le Conseil de recherche islamique d'Al-Azhar, l'imprimatur pour son projet: «C'est le droit légitime de l'Egypte de construire une barrière qui empêche les nuisances venant des tunnels construits sous Rafah. Ceux qui s'opposent à la construction de cette barrière violent les commandements de la loi islamique» a confirmé l'imam d'Al-Azhar, Mohammed Tantaoui.

Le Hamas ne peut assister en spectateur à la perte de ses principales sources de revenus. Plusieurs centaines de tunnels rapportent chacun 2 500 dollars par jour et occupent près de 15 000 personnes qui font passer de manière quotidienne un million de dollars de biens selon Issa Nashar, maire de Rafah. En écho à la construction du mur, le ministère de l'intérieur de Gaza menace que: «Les gens veulent vivre et avoir quelque chose à manger. Ils pourraient faire n'importe quoi. Mais j'espère qu'on n'en arrivera pas là».

Le Hamas mobilise maintenant les opinions arabes et musulmanes en suscitant des manifestations devant les ambassades égyptiennes des pays frères. Comble de l'insulte, les manifestants arborent le portrait du président Moubarak marqué au front par l'étoile de David.

Les évènements actuels ressemblent à s'y méprendre à ceux qui prévalaient avant l'opération «plomb durci» de janvier 2009. Les lancements de roquettes sont suivis de représailles et les morts touchés par l'aviation israélienne ont déjà atteint la dizaine en une semaine. La reprise des hostilités par le Hamas répond à trois objectifs:

1. Ne pouvant s'en prendre directement à leur voisin arabe qui construit un mur pour les neutraliser, les miliciens tentent de semer le trouble dans la région pour inciter les égyptiens à réviser leur position intransigeante qui vient de s'illustrer par l'interdiction faite à des convois humanitaires de traverser la frontière avec Gaza.

2. Les négociations pour la libération du soldat Guilad Shalit sont dans l'impasse. Benjamin Netanyahou a confirmé qu'il ne changerait plus sa position. Il a précisé le 10 janvier qu'Israël n'acceptera pas de libérer «les symboles du terrorisme» et confirmé que le gel de la construction dans les implantations ne s'étendra pas au-delà des dix mois prévus. Khaled Meshal, le dirigeant politique du Hamas a fait savoir en écho que son organisation donnerait dans quelques jours sa réponse finale à l'offre israélienne d'échange de prisonniers. En réveillant la frontière sud, le Hamas veut se rappeler au bon souvenir des négociateurs pour leur faire comprendre qu'il n'y aura jamais d'accalmie si les conditions posées ne sont pas intégralement respectées.

3. Il faut bloquer la situation pour justifier une série d'attaques à la roquette suivies de représailles qui pousseront l'Etat-major israélien à prôner une intervention massive contre Gaza pour mettre fin aux tirs.

Une situation similaire a déjà été vécue en décembre 2009.

FAITS NOUVEAUX APPUYANT CE QUI PRECEDE :

a) Dans le raid aérien de représailles qui a eu lieu dimanche 10 janvier dans la soirée, dans le centre de la bande de Gaza, trois membres du Djihad islamique ont été tués. Selon moi il s'agit d'une initiative "martyre" du Djihad islamique qui apprécie mal l'accalmie décidée en haut lieu parce qu'elle a pour effet de démobiliser ses troupes. Cela expliquerait que les victimes visées appartiennent toutes à cette organisation.

b) Enfin, la mise au point avec succès par les israéliens du système anti-roquettes Kipat Barzel (Dôme de fer) qui sera opérationnel dès cet été pousse le Hamas à se manifester avant l'installation complète de cette protection qui risque de neutraliser l'action de ses miliciens. Le Hamas avait immédiatement réagi en présentant pour la première fois de nouveaux missiles introduits par les tunnels qui «constitueront une surprise pour Israël». Mais de source militaire israélienne on tend à expliquer qu'il n'y a rien de nouveau dans cette annonce qui doit s'insérer dans le cadre d'une politique d'intoxication.

c) Mahmoud Abbas et les égyptiens n'approuvent nullement la reprise des hostilités qui desservira leur cause et qui risque de toucher à nouveau les populations civiles palestiniennes. Pour Israël, les craintes manifestées au début du déclenchement du conflit entre Gaza et l'Egypte se confirment.


Voilà...

9.Posté par redk le 12/01/2010 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vois tu Aigle, cet énergumène qui ta traité de cyberp..., je n'ose écrire la fin par respect pour toi, il se demande pourquoi le modérateur a envoyé paitre le hasbariste qu'il est, pourquoi que ses idéaux de sioniste ne sont pas retenu!!

10.Posté par Aigle le 12/01/2010 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Post 8
A te lire , effectivement , je constate que non seulement tu n'es pas un "Bougnoule " mais un "formateur" de bougnoules ....comme dit Redk , dont la perspicacité ne sera jamais prise en defaut , tu es un hasbariste et ....je te souhaites la ..............bienvenue sur ce site , accueil que me refusent tous les sites sionistonazis ( incluant même les criminels de la plume du FIGARO , et Liberation , et de la TELE ....) parce que je leur rappelle leur crimes .

11.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ AIGLE (post 10) Bon. Je me demande si il n'y a pas "malentendu"... quelle est ta signification du mot "bougnoule" (je donnais la mienne tristement banale dans un précédent post qui a été censuré) ?

A te lire, bien à toi. :-)

P.S. : Si je viens ici c'est peut-être justement pcq "y en a marre" ( ;-) ) des sites classiques ?

Modération : vos deux messages ont été effacés par des erreurs de manipulations (mea culpa) en vous répondant.
Curieuse méthode hasbariste que d'allier médisance et amalgame dans vos commentaires malheureusement effacés à l'encontre de nos intervenants.

12.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ MODERATION : pas grave,mais je n'en ai évidemment pas gardé copie... Comme je dis ce que je pense et que je vis dans un pays dit "libre" j'ai l'habitude de me faire sacquer depuis ma plus tendre enfance.

Lol : vous avez des doutes sur la qualité de mon "hasbarisme" ? N'ayez crainte je ne suis d'aucun "clan", ce qui explique sans doute ce qui précède.

Ceci dit vous pouvez toujours utiliser l'arme absolue.

Bon, sans rire, ce qui m'intéresse c'est de savoir ce que LES AUTRES pensent de ce que je pense. N'est-ce pas une bonne façon de progresser entre humains de bonne volonté ?

13.Posté par Aigle le 12/01/2010 21:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On va pas reinventer le fil a decouper " les ramasses miettes ....Bougnoule est un terme oualof qui traduit le mepris de l'homme libre senegalais pour le senegalais dont la dignité , la fierté , la generosité , la noblesse , la culture , a été " effacée" pour quelques miettes ..... ...

J'ai déjà dit que lorsqu'un arabe ou un musulman qui se presente comme un Homme ou une Femme " DEBOUT ", est destabilisé par ce terme ou se sente carrément visé , c'est qu'il est encore sous l'emprise de la "colonisabilité" c'est à dire prédisposé à accepter quelque miettes du " B' WANA" pour peu que le B'WANA " lui susurre qu'il n'est pas comme les autres ...................Arabes

Et cela , je crois que tu le sais

14.Posté par AVEUGLE OBSERVATEUR AVERTI le 12/01/2010 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ AIGLE . Merci pour ce renseignement.
Non, je ne savais pas du tout l'origine de de ce mot qui reste néanmoins, dans son acception courante une injure particulièrement raciste.

Tu as raison, mais en partie seulement. C'est pourquoi je maintiens que personne ne peut laisser proférer ce terme à son encontre sans foutre son poing dans la gueule du " locuteur ". C'est beaucoup plus radical qu'une leçon d'étymologie. Le gars se répète rarement et, si il le fait, il zézaye.

15.Posté par Aigle le 12/01/2010 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ta gouverne , J'accompagne toujours le terme bougnoule d'un coup de pied là où il faut , mon coup de poing je le réserve aux Hommes qui se tiennent debout ......

16.Posté par Saber le 12/01/2010 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


sioniste de merde achetez-vous une fusée et barrez vous sur la lune.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires