Tribune libre

C'est bien un homme qui tue. Dans un pays de fous furieux.



Mardi 7 Novembre 2017

C'est bien un homme qui tue. Dans un pays de fous furieux.
       Le tueur du Texas: athée, asocial et violent

1.- Les médias et les officiels US ont mis une chape de plomb sur l’identité du tueur. Beaucoup se demandaient s’il ne s’agissait pas d’un acte « terroriste islamiste » dont ils devaient craindre les conséquences. De nombreuses victimes civiles, notamment au Proche Orient, ont payé chèrement les délires de vengeance des dingues de Washington.

Ouf !! Beaucoup de musulmans ont soufflé de soulagement. Ce n’était pas un dingue indigène.

Juste un caucasien pur porc. Un pur produit de la civilisation occidentale, version Nouveau Monde. Que les Américains se démerdent avec leur m...

2.- Tout compte fait, le gros plein de soupe ventripotent qui squatte la Maison Blanche a raison avec la NRA (National Rifle Association) qui (comme on la comprend !) tient au « deuxième amendement ».

Ce n’est pas l’arme qui tue, c’est bien le taré qui est derrière. Et dans ce pays de malades, ce ne sont pas les tarés qui manquent.
Ces fous furieux produisent la moitié des armes de la planète et en font usage sous tous les continents et depuis longtemps.

Il y a plus de 300 bases militaires US dans le monde et leurs flottes contrôlent toutes les mers et océans. Ces détraqués menacent de faire exploser la planète. Ce sont bien eux les dangereux aliénés à enfermer. Leurs armes en sont bien la conséquence, pas la cause.

Bien sûr il y a les harkis nombreux qui les servent un peu partout et leur cirent les godasses...

Djeha,
L. 06 novembre 2017

Le tueur du Texas: athée, asocial et violent

AFP le L. 06/11/2017 à 16:53
Décrit par ceux qui l'ont croisé comme un homme inquiétant à la vie personnelle ratée, l'ex-caporal Devin Kelley, auteur de la pire tuerie par balle commise au Texas, avait été renvoyé de l'US Air Force pour des violences conjugales.

Ce Blanc de 26 ans s'est suicidé dimanche après avoir tué 26 personnes dans une église de Sutherland Springs, petite bourgade de la région de San Antonio. Ses victimes étaient des paroissiens âgés de tous âges. M. Kelley est mort vêtu de noir de la tête aux pieds.

Diverses photographies de son visage --un teint blafard, sans sourire, avec ou sans barbe, les cheveux ras-- s'étalaient lundi dans la presse américaine, avec davantage de questions que de réponses.

Le meurtrier résidait à New Braunfels, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Sutherland Springs où, pour des raisons restant à éclaircir, il a choisi de commettre son carnage.

Devin Kelley faisait partie de ces gens qui exposent leur frustration en fulminant sur les réseaux sociaux. Ses diatribes sur Facebook avaient pour cible la religion, l'Eglise, les croyants.

Plusieurs de ses anciens camarades de classe ont relaté avoir pris leurs distances avec ce militant athée, au comportement hostile et aux fréquents accès de violence.

La carrière militaire de M. Kelley a été brève, sans envergure, et marquée par une fin abrupte.
Il a été recruté en 2010 pour travailler comme logisticien dans une base de l'armée de l'air du Nouveau Mexique, Etat voisin du Texas.
Deux ans plus tard, il a été traduit en cour martiale pour des violences à l'encontre de son épouse et d'un enfant, présenté selon les sources comme celui du couple ou de la femme seulement. Cette dernière a demandé le divorce cette même année 2012.

Le caporal a pour ces agressions été condamné à un an de détention. Il a aussi été dégradé et renvoyé des rangs de l'US Air Force. En 2014, il a tenté sans succès d'obtenir en appel une révision de cette condamnation.

Il semble que le militaire déchu a ensuite déménagé, notamment dans le Colorado où son casier judiciaire mentionne des accusations de mauvais traitements envers des animaux.

- Tirs nocturnes -

Son autre lieu de résidence connu est cette zone rurale texane de New Braunfels: Devin Kelley s'y était installé avec sa femme dans une grange aménagée, isolée, entourée par des bois.

Un de ses voisins, interrogé par la chaîne locale KSAT, a décrit un "gars normal, sans rien de particulier", dans une région où posséder des armes est affaire courante.

"La seule chose étrange à son sujet est qu'on entendait beaucoup de tirs venant de son côté de la route, souvent la nuit", a déclaré Mark Moravitz.

M. Kelley a abattu sans état d'âme femmes et enfants avec son fusil d'assaut AR-15, de marque Ruger. Ses condamnations auraient théoriquement dû lui interdire de se procurer un tel engin.

Il avait auparavant publié sur Facebook une photo de l'arme posée sur un canapé, avec la légende suivante: "C'est une méchante garce".

Pourquoi a-t-il ciblé cette église baptiste de Sutherland Springs ? Une piste suivie lundi par les enquêteurs est que les ex-beaux-parents du tueur venaient de temps en temps à l'office. Mais ils ne s'y trouvaient pas dimanche.


Mardi 7 Novembre 2017


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires