Politique Nationale/Internationale

Bush rejette le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak


Le président Bush a clairement indiqué jeudi qu’il rejetait les conclusions et les prescriptions politiques du Groupe d’étude sur l’Irak, la commission bipartisane dirigée par l’ancien secrétaire d’Etat James Baker et l’ancien congressiste démocrate Lee Hamilton.


Samedi 9 Décembre 2006

Bush rejette le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak




Le rapport de la commission présente un portrait sombre de la position américaine en Irak et conclut que la politique militaire et diplomatique de Bush a été un échec. Mais moins de 24 heures après sa publication, Bush a réitéré sa perspective de victoire militaire en Irak et a rejeté l’appel de la commission pour une stratégie militaire retapée combinée à une initiative diplomatique pour sauver la position américaine qui comprendrait des pourparlers directs avec la Syrie et l’Iran.

A une conférence de presse conjointe avec le premier ministre britannique Tony Blair, Bush a remercié la commission et a louangé son rapport, le décrivant comme une « étude sérieuse » et « très constructive », et a ensuite continué en rejetant ses conclusions.

Il a signalé son rejet du rapport dans ses remarques d’introduction, faisant clairement mention de la « victoire » en Irak. Il a resservi ses phrases toutes faites décrivant l’agression américaine en Irak comme une partie de la « lutte idéologique » mondiale entre les forces de « l’extrémisme » et de la « haine » d’un côté et la « démocratie », la « liberté » et la « civilisation » de l’autre.

Il a encore une fois invoqué le 11-Septembre et comparé le conflit en Irak à la Deuxième Guerre mondiale, citant l’anniversaire de Pearl Harbor ayant eu lieu un 7 décembre pour déclarer : « Dans cette guerre, notre nation se tient solidement debout. Et il y a eu des moments difficiles durant cette guerre ce qui n’a pas empêché les dirigeants de nos deux nations de ne pas perdre la foi en leur capacité à vaincre. Nous nous tenons solidement debout encore une fois dans cette première guerre du 21e siècle. »

La rhétorique de la « croisade pour la démocratie », recyclée de la pile des précédents discours de Bush, a une signification encore plus grande alors que le Groupe d’étude sur l’Irak a décidé de laisser tomber les prétentions démocratiques de l’occupation américaine. La commission sur l’Irak, tout comme le candidat de Bush au Pentagone, Robert Gates, ont été clair qu’ils considéraient que le but en Irak n’était pas une démocratie « fabriquée aux Etats-Unis », mais plutôt un régime client irakien pouvant assurer un minimum de sécurité et de stabilité.

Bush a minimisé la signification du rapport du Groupe d’étude sur l’Irak en la présentant comme une parmi plusieurs études présentement en cours sur l’Irak, y compris les évaluations préparées par le Pentagone, le département d’Etat et le Conseil de sécurité nationale.

Dans la période de questions des journalistes qui a suivi sa présentation, Bush a carrément rejeté l’appel de la commission Baker-Hamilton pour que les Etats-Unis entreprennent des pourparlers directs avec la Syrie et l’Iran comme partie d’une initiative diplomatique à travers le Moyen-Orient pour stabiliser le régime irakien. Il a implicitement rejeté la conclusion de la commission qu’un désastre américain en Irak ne pouvait être évité que par une tentative de lancer une nouvelle ronde de pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens.

Il a réitéré sa position que les Etats-Unis ne parleraient pas à l’Iran avant qu’il ait accepté de suspendre son programme d’enrichissement nucléaire. « Nous avons fait notre choix. L’Iran a maintenant la responsabilité de faire le sien », a-t-il déclaré.

De la même façon, il a exclu d’entreprendre des pourparlers avec la Syrie avant qu’elle ait accepté une série de demandes américaines concernant son rôle en Irak, au Liban et avec l’Autorité palestinienne. « Notre position est très claire. Et la vérité est que la question est que ces pays doivent maintenant faire un choix », a-t-il dit.

Alors que le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak caractérise la situation en Irak comme « grave et se détériorant », qu’il donne l’avertissement que les Etats-Unis sont en train de perdre leur influence et que le « temps commence à manquer », Bush ne va pas plus loin que concéder qu’il a été « déçu du rythme du succès ».

Pour insister sur le fait qu’il privilégie une politique de continuation et d’intensification de la violence militaire, il a déclaré : « Un choc idéologique se produit maintenant. Et la question est : avons-nous la volonté et la confiance que la liberté prévaudra ?... Ce n’est pas une question que ce gouvernement va se poser, puisque nous nous sommes fait une idée. »

Le rejet rapide par le président américain des conclusions d’une commission dirigée par James Baker — qui fut secrétaire d’Etat dans l’administration de Bush père et qui a été de nombreuses fois le réparateur politique de l’establishment — se traduit par une intensification de la crise politique et des divisions acerbes au sein des cercles dirigeants des Etats-Unis sur la question de l’Irak.

L’opposition aux propositions de la commission a aussi trouvé expression lors du témoignage de Baker et d’Hamilton devant le Comité sénatorial des forces armées jeudi.

Le sénateur John McCain de l’Arizona, l’un des favoris à l’investiture présidentielle républicaine de 2008, a dénoncé l’appel du comité au retrait de toutes les brigades combattantes américaines de l’Irak d’ici 2008, le qualifiant de « recette qui mènera à notre défaite en Irak ». Il a de la même façon rejeté la conclusion que l’armée des Etats-Unis était déjà trop utilisée pour permettre une importante augmentation du déploiement de troupes d’occupation en Irak.

Il a rejeté la proposition d’entreprendre des pourparlers avec l’Iran et la Syrie, déclarant : « Je ne crois pas qu’il y ait d’avantages à court terme à faire une conférence pacifique avec des personnes qui sont vouées à vous exterminer. »

Comme McCain, le sénateur Joseph Lieberman a aussi critiqué le rapport du comité, mettant carrément en doute les propositions de pourparlers avec l’Iran et la Syrie. Le sénateur républicain Lindsey Graham, de Caroline du Sud, a défendu la position d’augmenter considérablement le déploiement de troupes américaines en Irak.

Un démocrate en vue, le sénateur Joseph Biden du Delaware, le prochain président de la commission sénatoriale des affaires étrangères, a lui aussi critiqué la proposition du rapport du Groupe d’étude sur l’Irak que les Etats-Unis, relancent les pourparlers de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne, et avec la Syrie. « Le concept qu’un traité de paix entre Israël et la Palestine mettrait fin à une guerre civile en Irak dépasse l’entendement », a déclaré Biden lors d’un discours devant le Forum politique d’Israël.

Quant à lui, le premier ministre israélien Ehoud Olmert a rejeté jeudi les propositions du Groupe d’étude sur l’Irak. « Tenter d’établir un lien entre la question irakienne et la question du Moyen-Orient : notre perspective est différente », a déclaré Olmert. Il a ajouté : « Durant les dernières années, à ce que je sache, le président Bush avait aussi une perspective différente sur la question. »

L’opposition aux recommandations du comité a trouvé son expression la plus hostile dans l’éditorial du Wall Street Journal de jeudi, un journal qui a constamment reflété les perspectives de droite à l’intérieur de l’administration Bush.

Intitulé « The Iraq Muddle Group » (Groupe de confusion sur l’Irak), l’éditorial a déclaré : « la voie vers la victoire en Irak se trouve dans un plus fort appui des Etats-Unis pour la coalition à majorité chiite au pouvoir à Bagdad, et non dans une confusion stratégique bipartie ragaillardie pour des raisons de politique interne ».

Le Journal a toutefois été d’accord pour affirmer que le rapport avait au moins servi « à quelque chose d’utile ». Il a affirmé : « En appelant à un retrait de la plupart des soldats d’ici 2008, si les conditions de sécurité le permettent, le rapport rejette tout retrait rapide ou à courte échéance. De la même façon, cela renforce l’idée défendue par Bush à propos des conséquences horribles pour les intérêts américains d’un échec en Irak. » Cette position, a ajouté le journal, servira « à isoler la gauche qui demande un retrait immédiat ».

Le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak n’est d’aucune façon une ordonnance pour mettre un terme à l’intervention américaine en Irak. Les propositions concrètes incluses dans le document prévoient le maintient de dizaines de milliers de soldats en Irak dans un avenir prévisible, y compris des forces de « réaction rapide » et « d’opérations spéciales », des forces aériennes américaines, ainsi que 20 000 « conseillers ». L’utilisation d’une telle force pourrait s’avérer davantage fatale, en terme de pertes irakiennes et américaines, que le déploiement actuel de troupes.

Les conclusions du rapport recommandaient spécifiquement de « réorganiser l’industrie pétrolière nationale [irakienne] en tant qu’entreprise commerciale », c’est-à-dire, la subordonner aux intérêts du capital financier américain et des importants conglomérats du pétrole.

Un passage significatif enseveli dans les recommandations portant sur « une stratégie militaire pour l’Irak » notait que les membres, après en être arrivé à la conclusion qu’un déploiement soutenu d’un nombre significativement plus élevé de soldats – de 100 000 à 200 000 de plus – n’était pas réalisable, « nous pourrions cependant, réussir un redéploiement à court terme des forces de combat américaines pour stabiliser Bagdad. »

Il est significatif que la demande pour une augmentation à court terme du déploiement américain ait également été reprise par un futur membre dirigeant de la direction démocrate au Congrès. Le représentant Silvestre Reyes du Texas, qui doit prendre la présidence du Comité de la Chambre sur le renseignement, a dit au magazine Newsweek cette semaine qu’il appuyait le déploiement de 30 000 soldats supplémentaires pour « sortir la milice et stabiliser l’Irak ».

Une telle proposition, par les deux partis au Congrès, aussi bien que par le Groupe d’étude sur l’Irak lui-même, suggère qu’à court terme, l’impérialisme américain prépare une escalade majeure des attaques sanglantes en Irak, probablement en lançant des offensives simultanées contre le mouvement de résistance sunnite et contre la milice chiite de Sadr City à Bagdad.

Les divisions qui ont fait surface sur la question du rapport ne portent pas uniquement sur des questions politiques et tactiques en Irak et au Moyen-Orient, mais, ce qui est encore plus important, sur la situation politique aux Etats-Unis mêmes.

« La prolongation des problèmes en Irak pourrait mener à une plus grande polarisation aux Etats-Unis, » avertit le rapport, référant aux deux tiers de la population qui s’opposent actuellement à la guerre. Le rapport suggère que le changement tactique proposé par le comité aurait pour effet de permettre à l’administration de demander « un large appui au peuple américain » et atténuer le sentiment anti-guerre.

Le conflit au sein de l’élite dirigeante américaine sur sa politique en Irak a mis la crise prolongée de la démocratie américaine à l’avant-scène. Une expression de cette crise est le spectacle de Bush – au nom de la démocratie au Moyen-Orient - déclarant que les élections nationales dans lesquelles les électeurs ont rejeté la guerre en Irak n’auront aucun impact sur sa politique en Irak ou ailleurs.

Un mois après les élections au Congrès américain, il est de plus en plus clair que la politique gouvernementale ne peut pas être changée par un vote populaire. Malgré les résultats désastreux de ses politiques en Irak, en Afghanistan et ailleurs, Bush sent qu’il peut défier l’opinion populaire et même le point de vue de sections considérables de l’élite dirigeante. Il y a plusieurs raisons à cela.

Premièrement, en dépit de toutes leurs différences, toutes les sections de l’élite dirigeante, et ses deux partis, sont impliqués dans cette guerre illégale en Irak, et tous sont d’accord qu’une défaite totale aurait des conséquences catastrophiques pour l’impérialisme américain – en Irak, au Moyen-Orient et à travers le monde. Cela aurait, de plus, des ramifications politiques et sociales explosives aux Etats-Unis.

Deuxièmement, Bush et ses alliés, représentent de la manière la plus nette et brutale les objectifs globaux impérialistes de l’élite dirigeante américaine dans son ensemble.

Troisièmement, il n’y rien que l’on puisse sérieusement considéré comme un parti d’opposition au sein de l’establishment politique américain. Bush sait qu’il ne risque pas de se voir forcer de changer sa politique en Irak, puisque le seul moyen qui existe dans le système constitutionnel américain pour le faire, c’est la procédure de destitution et les démocrates ont rejeté cette voie.

(Article original anglais publié le 8 décembre 2006)

Voir aussi :

Le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak souligne la crise de l’impérialisme américain en Irak et aux Etats-Unis

Le choix de Bush au Pentagone entériné à l’unanimité par la Commission sénatoriale des forces armées

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Samedi 9 Décembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires