Proche et Moyen-Orient

Bush finit sa tournée avec des espoirs pour... le pétrole



Jeudi 17 Janvier 2008

Bush finit sa tournée avec des espoirs pour... le pétrole
George W. Bush a achevé mercredi en Egypte une tournée au Proche et au Moyen-Orient en affirmant sa confiance dans un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens et dans la volonté de changement de la région.

Bush rapportait aux Etats-Unis l’espoir d’une augmentation de la production de pétrole pour soulager une économie américaine menacée de récession. Mais il laissait derrière lui beaucoup de scepticisme, sinon d’hostilité devant ses politiques et celles des Etats-Unis dans la région.

A Charm el-Cheikh en Egypte, dernière étape de son périple de huit jours, Bush s’est dit "optimiste" quant aux chances d’un accord de paix entre Israël et les Palestiniens avant la fin de sa présidence en janvier 2009. C’était la motivation primordiale de son voyage, avec ce qu’il appelle la "menace" iranienne.

Pour ceux qui en doutent, "quand je dis que je vais revenir et rester engagé, c’est sérieux, et quand je dis que nous pouvons parvenir à un accord, c’est sérieux", a-t-il dit au cours d’une apparition devant la presse avec le président égyptien Hosni Moubarak.

Bush a déjà signifié qu’il devrait revenir en mai. Cependant, à l’approche du retour aux Etats-Unis, les soucis causés par l’économie américaine ont rattrapé les grandes préoccupations internationales.

Bush est intervenu mardi auprès du roi Abdallah d’Arabie saoudite pour que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) augmente sa production et contienne le prix du baril qui a récemment battu un record historique à plus de 100 dollars.

Il estime qu’après ces entretiens avec le roi, "il y a un espoir que l’Opep soit encouragée à autoriser une augmentation de la production", a dit sa porte-parole, Dana Perino.

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali Al-Nouaïmi, avait cependant décliné tout engagement mardi : son pays augmentera sa production si le marché l’exige et l’Opep, où la voix de Ryad est prédominante, se déterminera en fonction de "toutes les données disponibles" quand elle se réunira le 1er février.

Dans des déclarations à Nicosie mercredi soir, le secrétaire général de l’Opep, Abdallah el-Badri, a semblé lui aussi écarter une augmentation de l’offre. "L’offre est suffisante et l’augmentation de la demande modérée", a-t-il dit devant la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nicosie.

"On ne souhaite pas voir des prix élevés ni des prix bas. Nous voulons des prix dictés par les fondamentaux du marché, et j’espère que les fondamentaux prévaudront en fin de compte", a-t-il dit.

"L’Opep continuera de jouer son rôle d’une manière dynamique pour garantir un bon approvisionnement de l’économie mondiale et la stabilité des marchés, pour le bien du monde entier", a-t-il souligné.

Bush semble avoir quitté Ryad sans avoir non plus emporté l’adhésion du grand allié saoudien aux desseins qui l’ont amené : d’une part pousser à un accord de paix israélo-palestinien et rallier les pays arabes à cette entreprise, d’autre part gagner leur soutien à son effort pour isoler l’Iran.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Saoud Al-Fayçal, est apparu réservé. Plus encore peut-être que la montée en puissance iranienne, les Etats du Golfe s’inquiètent d’une nouvelle guerre américaine, après l’Irak. L’Arabie saoudite n’a "rien contre l’Iran", a ainsi dit le le prince Saoud.

Quant au conflit israélo-palestinien, les pays arabes ne peuvent davantage "tendre la main" à Israël qu’ils ne le font déjà, a-t-il déclaré.

La première visite de Bush en Israël et en Cisjordanie en sept ans de présidence et ses paroles peut-être les plus fermes sur la fin de l’occupation israélienne et la création d’un Etat palestinien n’ont pas dissipé les doutes quant à la faculté de résoudre en quelques mois 60 ans de conflit.

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4372


Jeudi 17 Janvier 2008


Commentaires

1.Posté par BOUCETTA le 17/01/2008 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si c'est pas un tournant historique ça, alors l'amérique restera la superpuissance pour encore mille ans. mais au contraire l'amérique est en recession et j'espere bien qu'elle ne s'en relévera pas cette fois

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires