Néolibéralisme et conséquences

Bush : économie américaine en récession



Dimanche 7 Décembre 2008

Bush : économie américaine en récession
Le président George W. Bush a reconnu pour la première fois publiquement que l'économie américaine était en récession.
Ce n’est évidemment pas une information en soi puisque les économistes l’avaient déjà dit.
Mais ce mot de récession était un tabou dans l’administration américaine et pour George Bush lui-même c’est donc la première fois qu’il le prononçait officiellement. Le président sortant est apparu fort découragé, d’ailleurs, il a refusé de répondre aux questions des journalistes et il est parti très vite après sa déclaration.

"Les chiffres de l'emploi publiés aujourd'hui reflètent le fait que notre économie est en récession", a dit Bush le jour où le département du Travail annonçait que l'économie nationale avait vu disparaître 533.000 emplois en novembre et que le taux de chômage s'élevait à 6,7%, le plus haut depuis plus de 15 ans.
Bush a ainsi pris acte du jugement rendu lundi par le Bureau national de la recherche économique (NBER) officialisant la récession américaine.
Au moment où les trois grands constructeurs automobiles américains craignent pour leur survie et tâchent d'obtenir une aide publique, Bush a déclaré que le Congrès devait agir la semaine prochaine et se servir des propositions qu'a faites son administration.
Mais il a placé la barre haut pour que General Motors, Ford et Chrysler obtiennent effectivement une aide financière.
Toutefois, Bush s'est dit "inquiet" pour ceux qui ont perdu leur emploi.
Il a souligné la nécessité de favoriser à nouveau le crédit aux entreprises et aux Américains pour relancer les investissements et la consommation, et a invoqué les initiatives de son administration et la mise en oeuvre d'un plan de 700 milliards de dollars avant tout destiné aux institutions financières.

Il faut dire que le taux de chômage américain est monté à 6,7%, son plus haut niveau depuis quinze ans. Plus d'un demi-million de personnes ont perdu leur travail en novembre. Le nombre des chômeurs aux Etats-Unis dépasse désormais les 10 millions. Le président George Bush a reconnu vendredi que l’économie américaine était en récession.
Le très mauvais chiffre du mois de novembre en lui-même est très préoccupant : 533 000 emplois supprimés, c’est beaucoup plus que les prévisions des analystes qui étaient eux mêmes déjà pessimistes.
Mais il faut regarder l’évolution du nombre d’emplois supprimés pour réaliser à quel point la dégringolade de l’économie américain est en train de s’accélérer.
Si l’on regarde sur les douze derniers mois il y a eu 1 million 900 000 emplois perdus, mais 1 million 300 000 au cours simplement du dernier trimestre. C’est, semble-t-il la plus forte baisse trimestrielle enregistrée depuis la Deuxième Guerre mondiale. Et les prévisions ne sont pas optimistes du tout, de nombreuses entreprises, à commencer par le secteur automobile, ont déjà prévenu qu’elles allaient licencier dans les semaines et les mois à venir.
Quant à Barack Obama, le président élu, il doit être en train de se dire que plus les jours passent plus la situation dont il va hériter se complique. « Attendez-vous à ce que les choses aillent plus mal avant d’aller mieux », a-t-il affirmé, avant d’appeler de ses vœux la mise en place rapide d’un plan de relance de l’économie.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 7 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par claudio le 07/12/2008 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et dire que ce guignol d'Obama a promis 38 milliards d'aide supplémentaire à Isaraël !
Ces concitoyens, eux, peuvent crever ... pour la gloire des sionistes criminels !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires