ALTER INFO

Bush doit partir


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Quand les étasuniens, leurs représentants au Congrès et les militaires vont-ils se réveiller et se rendre compte qu'ils hébergent un criminel de guerre fou à la Maison Blanche, qui détruit toutes chances de paix dans le monde et établit un état policier aux USA ?


Craig Roberts
Mercredi 17 Janvier 2007

Bush doit partir

Bush doit partir


Seule sa mise en accusation peut l'arrêter

Par Paul Craig Roberts, le 15 janvier 2007



Les étasuniens n'ont pas beaucoup de temps pour réaliser cela et pour agir avant qu'il ne soit trop tard. Le discours de Bush sur la « poussée » [des troupes] dans la nuit de mercredi dernier rend absolument évident que son vrai but est d'entamer une guerre avec l'Iran et la Syrie avant que l'échec irakien entraîne la fin du plan néo-conservateur / israélien pour établir leur hégémonie au Moyen-Orient.


La « poussée » donne au Congrès, aux médias, et à l'établissement de la politique étrangère quelque chose à débattre et à contrecarrer, alors que Bush met ses plans en marche pour orchestrer une guerre avec l'Iran. Soudainement, nous entendons la propagande du régime Bush qu'il existe là-dessous des réseaux iraniens opérant en Irak qui travaillent avec l'insurrection irakienne et tuent les soldats US.


Cette assertion est un mensonge et une absurdité par son culot. Les chiites iraniens ne sont pas en train d'armer pas les sunnites irakiens, qui sont plus occupés à massacrer les chiites alliés des iraniens que les troupes US. Si les Iraniens voulaient causer des ennuis aux USA en Irak, ils encourageraient les chiites irakiens à rejoindre l'insurrection contre les forces US. Une insurrection de 80% de la population irakienne déborderait les forces US.


CBS signale qu'il a été dit à l'organisme d'information par des fonctionnaires US « que les forces US ont commencé une énergique et surtout secrète campagne sur le terrain contre les réseaux iraniens qui opéraient pratiquement dans l'impunité à l'intérieur de l'Irak. » Pour fabriquer la preuve de ce mensonge pour le public étasunien crédule, les forces US ont envahi un consulat iranien dans le nord de l'Irak et enlevé 5 fonctionnaires du consulat, prétendant que les iraniens faisaient partie de plans « pour tuer des étasuniens. » D'une manière typiquement orwellienne, la Secrétaire d'État Condi Rice a décrit l'agression de Bush contre l'Iran comme destinée à faire face à l'agression de Téhéran.


Les responsables du gouvernement irakien dans la province Kurde et le ministre des affaires étrangères irakien ont refusé d'approuver la propagande de Bush. Hoshyar Zebari, le ministre des affaires étrangères Irakien, a annoncé que les responsables iraniens n'étaient pas une menace et qu'ils travaillaient dans un bureau de liaison en train de devenir un consulat avec l'approbation du gouvernement irakien.


Le ministre des affaires étrangères irakiennes a dit que les troupes US ont essayé de capturer davantage d'innocents à l'aéroport d'Irbil mais que cela avait été empêché par les troupes kurdes.


Naturellement, les kurdes ont été alliés des forces US, mais Bush est disposé à se priver des kurdes dans l'intérêt de provoquer une guerre avec l'Iran.


Si Bush ne peut pas orchestrer directement une guerre avec l'Iran, il orchestrera la guerre indirectement en faisant attaquer à ses troupes les milices chiites irakiennes. Bush a déjà donné des ordres pour que les troupes US attaquent les milices chiites irakiennes qui s'opposent aux sunnite et n'ont pas fait partie de l'insurrection. Évidemment, dès que Bush pourra avoir une guerre ouverte entre les troupes US et les chiites irakiens, la situation des troupes US en Irak se dégradera rapidement. Bush pourra rendre responsables les chiites iraniens d'avoir armé les chiites irakiens, et il pourra dire qu'ils ont massacré les troupes US.


Bush a aussi ordonné d'embouteiller le Golfe Persique avec deux porte-avions des groupes d'attaque US. Il n'y a aucune raison militaire ou diplomatique pour que même un groupe d'attaque soit dans le Golfe Persique. Si Bush échoue à orchestrer une guerre avec l'Iran en enlevant ses fonctionnaires ou en attaquant les milices chiites, il peut orchestrer un événement comme l'incident du Golfe du Tonkin ou obtenir des israéliens un autre USS Liberty pour en rendre responsables les iraniens.


L'incident du Golfe du Tonkin a servi à l'administration Johnson pour tromper le Congrès afin d'impliquer les USA dans la guerre du Viêt-nam. Johnson a prétendu que les nord-vietnamiens avaient attaqué des navires de guerre US.


En 1967, Israël a attaqué et détruit l'USS Liberty, un navire du Renseignement US, parce que l'équipage avait la preuve qu'Israël était l'initiateur de la guerre contre l'Égypte et qu'il prévoyait d'attaquer la Syrie le jour suivant. Certains ont spéculé que les israéliens espéraient que l'Égypte soit être rendue responsable de leur attaque contre le Liberty pour attirer les USA dans la guerre contre l'Égypte.


En 2003 la Commission Moorer (voir Un rapport : Crimes de guerre commis contre le personnel militaire US le 8 juin 1967 et Conclusion de la Commission d'enquête sur l'attaque israélienne de l'USS Liberty), dirigée par l'amiral Tom Moorer, ancien Chef des Opérations Navales et ancien président des chefs d'état-major, concluait :


« Qu'en attaquant l'USS Liberty, Israël avait commis des actes meurtriers contre les soldats US et un acte de guerre contre les USA. »


« Que, craignant un conflit avec Israël, la Maison Blanche a délibérément empêché la marine US de prendre la défense de l'USS Liberty. »


« Le capitaine et les membres de l'équipage survivant ont plus tard été menacés de cour martiale, d'emprisonnement ou pire s'ils dévoilaient la vérité ; et ils ont été abandonnés par leur propre gouvernement. »


« Qu'en raison de l'influence des puissants défenseurs d'Israël aux USA, la Maison Blanche a délibérément dissimulé les faits de cette attaque aux étasuniens. »


« Que notre sécurité nationale est en danger chaque fois que nos responsables élus sont disposés à subordonner les intérêts US à ceux de toute autre nation étrangère, et qu'ils sont peu disposés à contester précisément les intérêts d'Israël quand ils sont en conflit avec des intérêts US. »


Au 30ème anniversaire de la destruction du Liberty, l'amiral Moorer a dit qu'Israël l'avait attaqué parce qu'il savait que le navire du Renseignement pouvait stopper ses plans pour s'emparer du Plateau du Golan en Syrie, un acte d'agression auquel s'opposait le gouvernement US. L'amiral Moorer a déclaré, « Je crois que Moshe Dayan a conclu qu'il pourrait empêcher Washington de se rendre compte de ce qu'Israël élaborait en détruisant la source primaire d'acquisition des informations, l'USS Liberty. Moorer signale qu'après 25 minute d'attaque aérienne « qui pilonnait le Liberty avec des bombes, des roquettes, du napalm et le feu des mitrailleuses... trois torpilleurs israéliens ont abrégé la mise à mort... les mitrailleuses des torpilleurs se sont aussi attaqué aux radeaux de sauvetage qui ont été déployés dans la Méditerranée aussi bien qu'aux rares réchappés des dommages sur la plage arrière. »


L'amiral Moorer dit, « Ce qui donne tant la chair de poule et glace le sang, bien sûr, c'est qu'ils (Israël) pouvaient comme ils l'ont fait tuer autant d'étasuniens avec l'assurance que Washington coopérerait pour étouffer toute protestation publique. » (Voir L'amiral Thomas Moorer rejette les excuses israéliennes.)


L'invasion de l'Irak par les USA et leur attaque imminente contre l'Iran sont la preuve qu'Israël a beaucoup plus de pouvoir sur la Maison Blanche aujourd'hui.


Bush a de nombreuses manières pour élargir sa guerre au Moyen-Orient. Sa brutale agression contre la Somalie a en grande partie échappé à la critique pour le crime de guerre qu'elle constitue. Le 11 janvier le Directeur National du Renseignement US a dit au Congrès que le Hezbollah au Liban peut être la prochaine [victime de la] menace US. Exactement comme il mentait au monde entier sur Saddam Hussein et l'Irak, Bush ment au sujet de l'Iran. Bush et les néo-conservateurs sont frénétiques pour démarrer la guerre avec l'Iran avant que le Congrès force le retrait des USA de l'aventure ratée en Irak.


La « guerre contre le terrorisme » de Bush est entièrement basée sur le mensonge. Le régime Bush, acharné à garder cachés ses mensonges, tente maintenant d'empêcher les cabinets juridiques étasuniens de défendre les détenus de Guantanamo. Le régime Bush craint que les étasuniens apprennent que les détenus ne sont pas des terroristes mais qu'ils étayent l'orchestration de sa « guerre contre le terrorisme ».


Le 13 janvier le New York Times (l'éditorial) indiquait que « Cully Stimson, le secrétaire adjoint de la défense pour les affaires des détenu, tentait de rallier les sociétés US pour qu'elles cessent leurs affaires avec les cabinets juridiques qui représentent des détenus internés au camp de Guantanamo. » Stimson a prétendu qu'il est « choquant » que des cabinets juridiques US « représentent les détenus là-bas. » Il a suggéré que quand le corporatif US aura le mot, « il fera choisir ces directeurs généraux de cabinets juridiques entre représenter des terroristes ou représenter les sociétés honorables. Nous avons besoin de veiller à ce que ce jeu s'arrête. »


La seule raison de la politique de détention illimitée sans droit du régime Bush est qu'elle n'a aucun chef d'accusation à fournir. Les détenus ne sont pas des terroristes. Ils étayent la fausse guerre du régime Bush qui sert de couverture à sa politique hégémonique au Moyen-Orient.


La seule action des dirigeants démocrates et républicains de la Chambre et du Sénat pouvant arrêter Bush est de rendre visite à la Maison Blanche, de dire à Bush qu'ils savent où il en est et qu'ils ne tomberont pas pour lui une deuxième fois. Les dirigeants du Congrès doivent dire à Bush que s'il ne renonce pas immédiatement, il sera mis en accusation et déclaré coupable avant la fin de la semaine. Les dirigeants du Congrès qui vivent dans la crainte du lobby israélien pourront-ils remplir cette tâche ?


Tout le reste est du poker. Abroger la Résolution de Guerre en Irak comme le républicain Sam Farr l'a proposé, ou exiger de Bush qu'il obtienne l'autorisation du Congrès avant toute attaque US contre l'Iran, laisse simplement Bush et ses apologistes de la Société Fédéraliste à la direction de la dictature pour revendiquer qu'il est le commandant en chef et procéder à l'agression prévue. Couper le financement n'est pas en soi suffisant car Bush peut piller d'autres budgets. Les résolutions non contraignantes de désapprobation sont sans importance pour un président ne s'inquiétant de personne qui pense autrement.


Rien ne peut empêcher le criminel Bush de lancer une guerre plus étendue au Moyen-Orient qui pourrait devenir une guerre mondiale catastrophique, à l'exception de la déclaration sans équivoque du Congrès qu'il sera mis en accusation.


Bush a transformé les USA en colonie d'Israël. Les USA subissent l'énorme dette et la perte de vies et de réputation afin de réduire au silence l'opposition musulmane contre le vol de la Palestine et du Plateau du Golan par Israël. C'est la raison de la « guerre contre le terrorisme ».



Information Clearing House - Paul Craig Roberts - 15 janvier 2007

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info




Mercredi 17 Janvier 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires