ALTER INFO

Bush défend la torture


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Vendredi dernier, le président George Bush a catégoriquement défendu son autorisation de méthodes d’interrogation considérées comme de la torture par le droit international et américain et perçues comme tel par le monde entier.


Barry Grey
Jeudi 11 Octobre 2007

Bush défend la torture

Par Barry Grey




Lors d’une rencontre non planifiée d’avance avec la presse dans le bureau ovale, Bush a réagi à un article publié le jour précédent dans le New York Times qui révélait l’existence de deux communiqués secrets du département de la Justice datés de 2005 qui autorisaient explicitement l’utilisation de méthodes consistant à gifler les détenus, à les soumettre à des températures extrêmes et à employer le simulacre de noyade connu sous le nom de « water boarding » (asphyxie par l’eau).

L’un des communiqués déclarait qu’aucune des techniques utilisées à l’époque par la Central Intelligence Agency (CIA) contre de présumés terroristes ne constituait un « traitement cruel, inhumain et dégradant ». Cet avis juridique, émis par le Bureau du conseil juridique du département de la Justice, avait été obtenu dans le but de donner à l’administration une couverture légale contre un projet de loi du Congrès qui visait à interdire la torture et à la qualifier de « traitement cruel, inhumain et dégradant ». Ce projet de loi fut éventuellement ratifié en décembre 2005.

L’article du Times, qui cite des officiels anonymes qui étaient au courant des communiqués, rapporta aussi que l’administration avait recommencé à détenir des prisonniers dans des prisons secrètes à l’étranger contrôlées par la CIA.

Lors de son point de presse, Bush y est allé de son habituel désaveu pour la forme: « Ce gouvernement ne torture personne », tout en ajoutant, « Nous respectons le droit américain et nos obligations internationales. »

Il est significatif que Bush ait choisi d’employer les termes « obligations internationales » plutôt que « droit international ». Ce n’est pas un simple détail, étant donné que les méthodes d’interrogation que Bush a autorisées et qu’il continue de défendre constituent de flagrantes violations des Conventions de Genève et des conventions internationales contre la torture et les traitements cruels et dégradants.

Bush débuta ses remarques en déclarant : « Si nous trouvons quelqu’un qui pourrait posséder des informations sur une possible attaque, vous pouvez être surs que nous allons le détenir et l’interroger. » Il a ensuite tenté de rejeter la responsabilité de son utilisation de la torture sur le dos du peuple américain, affirmant : « Car le peuple américain s’attend à ce que nous trouvions des informations, des renseignements compromettants, afin de le défendre. »

Il a ensuite ajouté, dans des mots effrayants dignes d’un commandant de la Gestapo : « Il existe des professionnels hautement formés qui interrogent ces extrémistes et ces terroristes. Nous avons des professionnels qui sont formés pour ce genre de travail... »

Bush continua en affirmant que « les techniques que nous avons utilisées ont été entièrement dévoilées aux membres concernés du Congrès américain ». Il conclut en déclarant son intention de poursuivre son programme de torture : « Le peuple américain s’attend à ce que leur gouvernement agisse pour les protéger contre d’autres attaques. Et c’est exactement ce que fait ce gouvernement. Et c’est exactement ce que nous allons continuer de faire. »

Il n’y eut pas de période de questions pour les journalistes présents.

D’autres représentants de l’administration ont avoué l’existence des communiqués secrets dévoilés par le New York Times mais ont refusé de révéler ou de discuter leurs contenus, sous le prétexte qu’il s’agit de documents secrets et au nom de la « sécurité nationale ».

La porte-parole de la Maison-Blanche, Dana Perino, confirma que le Bureau du conseil juridique du département de la Justice avait émis le 5 février 2005 un communiqué gardé secret, mais a soutenu que ce communiqué ne contredisait ou n’invalidait pas un communiqué public émis par le département de la Justice en 2004 qui qualifiait la torture d’« odieuse ».

Elle refusa de dire si l’administration considérait les méthodes consistant à simuler la noyade ou à gifler un détenu comme de la torture.

Le conseiller à la sécurité intérieure, Fran Townsend, a donné, peut-être par inadvertance, un aperçu de la brutalité de la procédure utilisée contre les présumés terroristes emprisonnés par les Etats-Unis. Elle a dit à la télévision de CNN : « Nous commençons par la mesure la moins dure. Ça s’arrête… si la personne devient plus coopérative. »

La porte-parole de la Maison blanche, Tony Fratto, a réitéré le refus de l’administration de confirmer ou de nier certaines techniques d’interrogation, invoquant le motif standard que cela pourrait donner un avantage à « nos ennemis ». En fait, le secret total du gouvernement sur ses méthodes de torture vise à garder le peuple américain dans le noir.

Fratto s’est alors attaqué au New York Times pour avoir publié les révélations, disant qu’avec la « publication de cette sorte d’information » nous avons « compromis la sécurité de l’Amérique. »

Les communiqués divulgués par le Times font partie d’une série qui remonte à l’infâme communiqué sur la « torture » rédigé secrètement en 2002 et dévoilé en 2004, lequel faisait suite aux révélations d’Abu Ghraib. Les communiqués restreignent la définition de la torture aux techniques qui entraînent la destruction d’organes. Depuis ce temps, l’administration a mis de l’avant des directives pseudo légales qui définissent la torture et les « traitements cruels et dégradants » de manière à éluder les décisions des tribunaux et les arrêtés du Congrès, et elle continue son traitement sadique des prisonniers.

Après la décision de la Cour suprême en juin 2006 déclarant illégales les commissions militaires de Bush et statuant que tous les prisonniers détenus par les Américains, y compris des présumés terroristes d’Al Qaïda, tombent sous la juridiction de la Convention de Genève qui interdit la torture et les traitements abusifs, Bush a utilisé ses pouvoirs exécutifs pour émettre une nouvelle ordonnance autorisant « des techniques d’interrogation musclées ».

Elle a été suivie par l’adoption en octobre 2006 de la Loi sur les Commissions Militaires, en vertu de laquelle le Congrès donne sa bénédiction à l’administration et à sa politique de détention indéfinie, de tribunaux militaires fantoches et de méthodes d’interrogation définies par la loi internationale comme étant de la torture, tout en protégeant le gouvernement de toute poursuite. Elle donne également au président l’autorité « d’interpréter » la Convention de Genève.

D’anciens prisonniers détenus secrètement dans les prisons de la CIA ou dans les prisons militaires à Guantanamo Bay, Cuba, ont témoigné qu’ils avaient été soumis à la torture systématique. Ils se sont plaints d’avoir été privés de sommeil et de la lumière du jour, gardés nus dans de minuscules cellules qui les exposaient à une chaleur suffocante ou à un froid glacial, forcés de conserver des heures durant une position douloureuse, ou bombardés de musique assourdissante.

Plus tôt cette année, le FBI a divulgué certains courriels de 2004 envoyés par des agents revenant d’un déploiement à Guantanamo dans lesquels ils dénoncent le traitement dégradant des prisonniers dont ils ont été témoins.

La dégénérescence politique et la complicité de tout l’establishment politique dans de tels crimes monstrueux ont été mises en évidence par l’absence de la moindre réponse sérieuse à la défense inflexible de la torture offerte par Bush. Aux nouvelles du vendredi soir, la prestation de Bush à la Maison-Blanche n’a même pas été diffusée par deux chaînes de télévision, CBS et ABC, et NBC a placé cette nouvelle au troisième rang. Les trois chaînes ont consacré la plus grande part de leur temps d’antenne à la coureuse vedette américaine Marion Jones et sa consommation de stéroïdes.

La réponse des démocrates a été inaudible et timorée. Comme l’ont souligné Bush et d’autres responsables de son gouvernement, au moins quelques démocrates en vue du Congrès ont été mis au courant des communiqués de 2005 et des méthodes d’interrogation approuvées par la Maison-Blanche.

L’un de ceux-là est le sénateur John D. Rockefeller IV, le président du comité du sénat sur le renseignement. Après la publication de l’article du New York Times, Rockefeller a écrit à Peter Keisler, le procureur général en exercice, pour lui demander des copies de tous les avis juridiques sur les méthodes d’interrogation depuis 2004. Il a pris soin dans sa lettre et dans ses déclarations sur la question de passer sous silence le fait qu’il avait été mis au courant du programme de torture.

De manière similaire, le député John Conyers, le président démocrate de la commission des Affaires judiciaires de la Chambre, a écrit à Keisler, qualifiant les communiqués de 2005 de « troublants » et exigeant des copies des avis juridiques. Conyers a dit que son comité allait tenir des auditions sur la question.

Le sénateur Patrick Leahy, le président démocrate de la commission judiciaire du Sénat, a dit qu’il allait questionner le choix de Bush comme nouveau ministre de la justice, Michael Mukasey, sur ses vues concernant les méthodes d’interrogation lorsque Mukasey se présente devant son comité pour des auditions de confirmation plus tard ce mois-ci. Il n’a pas dit, toutefois, qu’il considérait la défense de la torture offerte par Bush comme étant un obstacle à la confirmation de Mukasey.

Mukasey appuie ouvertement Bush dans son assertion qu’il a le droit de garder des individus, y compris des citoyens américains, en détention militaire indéfinie rien qu’en les qualifiant de « combattants ennemis illégaux ». En tant que juge fédéral de New York, Mukasey a statué que Jose Padilla, un citoyen américain, pouvait être détenu indéfiniment par les militaires. Padilla allait être torturé durant les trois ans et demi qu’il a passés dans un cachot de l’armée.

Aucun démocrate n’a suggéré la moindre mesure sérieuse contre Bush et ses co-conspirateurs. Il n’y a eu aucun appel à la destitution, à des poursuites criminelles – tel que mandaté par la Convention de Genève contre des représentants de gouvernement qui autorisent la torture – ou à toute autre action visant à forcer l’administration Bush à rendre des comptes pour avoir passé outre des jugements rendus par les tribunaux et violé tant la loi internationale qu’américaine.

Les démocrates sont, en fait, entièrement complices des crimes de l’administration Bush. Ils étaient au courant des méthodes illégales et barbares qui étaient utilisées, et ils les ont tacitement approuvées.

Des enquêtes parlementaires sur la torture pratiquée par les États-Unis ne mèneront à rien. Elles ne viseront qu’à cacher la vérité et à limiter les dégâts, tout comme le théâtre parlementaire auquel s’adonnent les démocrates depuis leur prise de contrôle du Congrès, que ce soit autour de la guerre en Irak ou des mesures d’état policier prises par l’administration aux États-Unis.


wsws.org


Jeudi 11 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par salma le 12/10/2007 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un lâche cruel
comment être objectif son soi disant responsable de la sécurité national s'appelle eliot abraham!!!!!!!!
pas besoin d'être antisémite pour dire qu'il ne peut que soutenir israel la torture

2.Posté par redk le 12/10/2007 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lol salma encore une fois tu te trompe,tu marque antisemite au lieu de antisioniste,je te rappel que les arabes son sémites aussi

3.Posté par belh le 12/10/2007 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Notre ancetre commun, Ismael a été le PREMIER des sémites, bien avant Isaac.

4.Posté par Daniel Milan le 12/10/2007 20:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sémite, pas sémite, plus sémite, moins sémite, ça ressemble un peu à un discours du niveau de celui des marchands de tapis...

Si j'ai quelques gouttes de sang arabe (mon arrière grand-père instituteur en Algérie s'étant marié avec une femme "indigène", comme on disait à l'époque!); je n'ai pas du tout une tête de sémite...

Cela dit, je n'aime pas les mythes (les mites non plus) !

Plus sérieusement, cessons de tout ramener aux sémites, au "sémitisme" et à la Bible...

"Etre sémite", signifiait à l'origine l'appartenance (très large, voire abusive...) à un même groupe linguistique auquel appartenait des populations très diverses...


5.Posté par redk le 12/10/2007 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le mot vient du nom propre Sem (en hébreu &#1513;&#1461;&#1473;&#1501;,šem, « nom, renommée, prospérité ») désignant un des fils de Noé, duquel, selon la Bible, seraient issus plusieurs peuples (la plupart des tribus arabes [1], Araméens, Assyriens, Elamites, Hébreux et Phéniciens) et dont les représentants modernes sont les Arabes, les Chaldéens (Assyriens, Babyloniens), Hébreux, les Syriaques, etc.

source wikipedia

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires