Politique Nationale/Internationale

Bush annonce que les USA négocieront avec l’Iran


Les USA ont fait un pas pour favoriser la fin de la crise nucléaire iranienne en annonçant leur disposition à prendre part au dialogue multilatéral avec l’Iran, à condition que ce pays suspende avant ses activités d'enrichissement d'uranium.


Jeudi 1 Juin 2006


Arrivé ce moment, « nous irons à la table des négociations pour résoudre l'actuelle crise » a assuré Bush dans des déclarations à la presse après une réunion avec le président du Rwanda, Paul Kagame.


Les USA ont décidé d'assumer la direction dans cette affaire, selon le responsable américain, convaincu qu'elle peut être résolue par la voie diplomatique et soulignant qu’il est disposé à faire tous les efforts pour l'obtenir.


Ses déclarations ont eu lieu peu après que sa secrétaire d'État, Condoleezza Boucle, fasse connaître le changement de position du Gouvernement américain, jusqu'à présent réticent à prendre part à n’importe quel type de dialogue avec Téhéran.

"Les Etats-Unis souhaitent jouer un rôle dirigeant pour donner à la diplomatie ses meilleures chances de succès", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, quelques heures avant de quitter Washington pour une importante réunion ministérielle à Vienne sur le programme nucléaire iranien des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu.

"Pour souligner notre engagement envers une solution diplomatique et pour améliorer les chances de succès, dès que l'Iran suspend complètement et de façon vérifiable ses activités d'enrichissement et de retraitement, les Etats-Unis rejoindront leurs collègues de l'UE-3 (France, Allemagne, Grande-Bretagne) à la table des négociations et rencontreront des représentants iraniens", a ajouté la chef de la diplomatie américaine.


"Cela fait 26 ans et demi que nous n'avons pas eu de contact significatif avec l'Iran", a souligné un haut responsable du département d'Etat ayant requis l'anonymat. "C'est la première fois que les Etats-Unis offrent de s'asseoir à la table des négociations et de discuter d'un problème sérieux avec l'Iran", a-t-il ajouté.


Le président George W. Bush a expliqué ce revirement des Etats-Unis, qui étaient pressés de toutes parts depuis plusieurs semaines de dialoguer avec Téhéran, par la volonté de Washington de jouer un rôle prééminent pour résoudre la crise nucléaire iranienne par des moyens diplomatiques.


"J'ai pensé qu'il était important que les Etats-Unis jouent les premiers rôles. Avec nos partenaires", a dit M. Bush. "Ce que vous voyez, c'est une diplomatie cohérente. Je crois que ce problème peut être résolu par la diplomatie et je fais tous les efforts nécessaires pour que cela soit le cas".

La proposition américaine a été transmise mercredi matin à l'ambassadeur de la Confédération helvétique à Washington. La Suisse représente les intérêts en Iran des Etats-Unis, qui ont rompu les relations diplomatiques avec Téhéran en 1980.


Signe de l'importance que les Etats-Unis accordent à cette initiative, Mme Rice a multiplié les interviews jeudi, apparaissant sur toutes les chaînes américaines.




irna

M. Mottaki, " La déclaration de Rice ne contient aucune idée nouvelle"


"La déclaration de Rice ne contient aucune idée nouvelle. Elle a repris les mêmes vieux termes a déclaré jeudi le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki.


"La déclaration de (Condoleezza) Rice ne contient aucune idée nouvelle. Elle a repris les mêmes vieux termes. La déclaration ne contient pas une solution nouvelle et logique sur la question nucléaire", a ajouté M. Mottaki.

"Nous soutenons un dialogue juste et impartial, mais nous ne discuterons pas de nos droits inaliénables et légitimes", a dit M. Mottaki lors d'une conférence de presse.

L'Iran considère que son enrichissement d'uranium est un droit inaliénable et légitime.

"Nous sommes prêts à discuter de nos préoccupations communes. Par conséquent, si les conditions sont telles que nous l'avons exprimé , c'est-à-dire justes et impartiales, nous sommes prêts à discuter avec toutes les parties", a ajouté M. Mottaki.


Les Etats-Unis se sont déclarés mercredi prêts à discuter sous condition avec l'Iran, à la veille d'une réunion ministérielle à Vienne sur le dossier nucléaire iranien.

"Dès que l'Iran suspend complètement et de façon vérifiable ses activités d'enrichissement et de retraitement, les Etats-Unis rejoindront leurs collègues de l'UE-3 (France, Allemagne, Grande-Bretagne) à la table des négociations et rencontreront des représentants iraniens", a promis à Washington la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice.





Jeudi 1 Juin 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires