EUROPE

Bruxelles veut criminaliser l’utilisation de semences non enregistrées


Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne veut rendre illégal le fait "de faire pousser, de reproduire ou de vendre" des semences de végétaux qui n’ont pas été "testées, approuvées et acceptées" par une nouvelle autorité, l’Agence européenne des variétés végétales.


Le Journal du Siècle
Vendredi 10 Mai 2013

Bruxelles veut criminaliser l’utilisation de semences non enregistrées
Les jardiniers qui cultivent leurs propres plantes à partir de graines non réglementées seront considérés comme des criminels en vertu de cette loi.

Le projet de loi, qui a déjà été modifié à plusieurs reprises, est consultable ici.

"Cette loi va immédiatement stopper le développement des variétés de légumes pour les jardiniers, les cultivateurs biologiques, et les petites agriculteurs", a déclaré Ben Gabel, jardinier et directeur de "The Seed Catalogue Real".

"Les jardiniers ont des besoins très différents. Par exemple, ils cultivent manuellement, pas à la machine, et ne peuvent pas ou ne veulent pas pulvériser des produits chimiques puissants. Il n’y a aucun moyen d’enregistrer les variétés adaptées à une utilisation à domicile selon les critères stricts de l’Agence des variétés végétales, qui est seulement préoccupée d’approuver le type de semences utilisées par les agriculteurs industriels."


Théoriquement, toutes les plantes devront à terme, être enregistrées

Sous le titre IV de la proposition de loi de l’UE :

Titre IV – Inscription des variétés dans les registres nationaux et de l’Union

Les variétés, afin d’être mises à disposition sur le marché dans toute l’Union, doivent être inscrites dans un registre national ou dans le registre de l’Union via la procédure de demande directe au CVPO.

Les jardiniers doivent également payer des frais à l’Union Européenne pour l’enregistrement de leurs graines. D’après le texte de la proposition de loi :

Les autorités compétentes et le CVPO devront exiger des frais pour le traitement des applications, les examens formels et techniques, y compris les vérifications pour la dénomination de la variété et le maintien des variétés pour chaque année pendant la durée de l’enregistrement.

Bien que cette loi peut initialement être uniquement destinée aux jardiniers commerciaux, tôt ou tard, cela concernera également les jardiniers amateurs.

Les petits acteurs du secteur, notamment l’association Kokopelli, s’insurgent contre ces propositions qu’ils jugent taillées sur mesure pour les poids lourds de l’industrie semencière.

"En réduisant les droits des paysans à ressemer leurs propres semences, en durcissant les conditions de reconnaissance des variétés par des petits entrepreneurs indépendants, en limitant la circulation et l’échange de graines entre associations et entre planteurs, la Commission européenne balaye 10000 ans d’histoire agricole", a affirmé l’eurodéputé José Bové, cité dans un communiqué.

L’office communautaire qui délivre les titres de propriété intellectuelle sur les variétés sera directement chargé du catalogue qui conditionne l’accès au marché des semences. En outre, un suivi électronique des échanges de semences en Europe, géré par l’administration au nom de la sécurité sanitaire, pourrait servir à poursuivre les agriculteurs qui utilisent des graines protégées ou leurs propres variétés de ferme.

"Au prétexte de simplification, cette proposition place toutes les semences sous le contrôle direct de l’industrie et de ses brevets", dénonce le Réseau Semences Paysannes dans un communiqué publié mardi 7 mai.

"Il s’agit d’un hold-up sur les semences, soigneusement caché sous des centaines de pages de jargon réglementaire"

Cette loi est la "solution finale" pour Monsanto, DuPont, Pionner, Sygenta et d’autres sociétés de semences, qui ont depuis longtemps admis que leur objectif est le contrôle total de toutes les semences et les cultures de la planète. En criminalisant la culture privée de légumes – faisant des jardiniers des criminels – la commission européenne remet le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

Une pétition en ligne contre ce projet réunit déjà près de 50000 signatures.

Sources : NaturalNews / Lavenir.net / Le Journal du Siècle


Vendredi 10 Mai 2013


Commentaires

1.Posté par cybfil le 10/05/2013 07:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toutes façons ces gens là sont des incompétents notoire, n'ont aucune connaissance de la moindre des cultures.... Ce sont des criminels à traduire en justice....... De minables lobbyiste dont on s'occupera le temps venu, ils ne perdent rien pour attendre, le peuple va finir par botter le cul de tous ces guignoles en cravate......!!

2.Posté par Depositaire le 10/05/2013 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le côté criminel de cette commission européenne n'est plus à démontrer. Si on laisse faire les choses, les multinationales agroalimentaires auront la main mise totale sur la nourriture dans le monde. Et bien entendu, nous imposerons leur nourriture falsifiée, bourrée d'engrais chimiques et de pesticides aussi bien que d'ogm. Il leur sera facile de causer des famines un peu partout pour éliminer les populations qu'elles considéreront inutiles ou encombrantes, car ne pouvant pas payer les tarifs exorbitants pour acheter leurs saloperies qu'elles osent appeler nourriture.

On sait que l'oligarchie mondiale subversive souhaite réduire des deux tiers la population mondiale. Quel meilleur moyen que celui de la nourriture. Déjà dans les années 70 du vingtième siècle Susan George dans un excellent ouvrage intitulé "comment meurt l'autre moitié du monde" expliquait, avec documents à l'appui, comment les famines étaient organisées par les États Unis et les européens pour dominer les pays pauvres. Le système était très bien organisé et ne s'est pas arrêté depuis. Simplement, il a pris d'autres formes.

Nous avons le devoir d'intervenir, et pas seulement par des pétitions, mais en faisant directement pression, et une pression énorme auprès de tous les gouvernements des pays européens pour faire abandonner ce projet de loi. La commission européenne est totalement soumise aux diktats des multinationales, surtout américaines. mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras.

Comprenons bine ce qui se prépare là : C'est un génocide organisé :

Voila le processus : 1 - Interdiction d'utiliser des semences qui ne sont pas acceptées par un organisme qui sera sous la domination des multinationales agroalimentaires.

2 - Toute demande de mise sur le marché, donc d'être utilisé devra être examinée par cet organisme, mais moyennant des frais élevés, ce qui, outre le délai d'attente, pénalisera ceux qui n'ont pas des gros moyens.

3 - Disparition à terme de toute semence issue de l'agriculture biologique au profit de semences nécessitant des engrais chimiques et des pesticides.

4 - Apparition et généralisation des ogm sans aucun contrôle.

5 - Pour faciliter l'enrichissement des compagnies multinationales agroalimentaires, les semences seront du type "terminator". C'est à dire qu'il sera impossible de replanter des graines issues des premières semences, car elles seront devenues stériles.

6 - Du fait de l'usage intensif de la chimie dans les cultures, les terres deviendront de plus en plus stériles et improductives. Ce qui causera d'immenses famines. c'est le but, d'ailleurs.

7 - Par cette main mise sur l'agriculture, les multinationales pourront exercer un véritable chantage, tant au niveau des particuliers que des états pour exercer leur domination, imposer leurs tarifs, et décider de la politique de ces pays.

8 - L'oligarchie mondiale subversive dont sont partie intégrante ces multinationales au niveau de leurs dirigeants, pourra décider qui doit vivre et qui devra mourir. sachant qu'elle a programmé la disparition des deux tiers de l'humanité, il est facile de voir où cela va nous mener.

Il me semble que les choses sont claires sur la démarche à suivre. Ne laissons pas ces psychopathes monstrueux décider de notre sort et de celui des générations futures. Agissons dès maintenant, de toutes les façons possibles, mais sans violence, car si la violence vient à se manifester, l'oligarchie, par le biais des gouvernements à sa solde enverra l'armée contre nous. N'oublions pas que dans le traité de Lisbonne, il y a un article dans lequel il est stipulé que si un gouvernement d'un état de l'Union européenne estime qu'il y a un grave risque de trouble à l'ordre public, les forces de l'ordre seront autorisées à tirer sur les foules à balle réelle !

A chacun de prendre conscience de cela et d'agir en conséquence.

3.Posté par Brujitafr le 19/05/2013 08:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Revivez la mobilisation « Incroyables Colibris » du 4 mai


http://www.brujitafr.fr/article-revivez-la-mobilisation-incroyables-colibris-du-4-mai-117891707.html


Jardiniers de tous les pays, unissons-nous ! Plantez ! Replantez ! Conservez ! Multipliez ! Diffusez !

4.Posté par Brujitafr le 06/06/2013 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

450 euros d’amende pour diffusion de « légumes clandestins »

http://www.brujitafr.fr/article-450-euros-d-amende-pour-diffusion-de-legumes-clandestins-118305589.html

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires