EUROPE

Brice Hortefeux a dû en rabattre quelque peu sur son «Pacte européen sur l’immigration»


Dans la même rubrique:
< >


Mercredi 9 Juillet 2008

Réunis à Cannes, les 27 ont adopté la dernière mouture du pacte de l'immigration proposé le ministre français de l’Immigration après d'ardues négociations, mais Brice Hortefeux a dû en rabattre quelque peu sur son «Pacte européen sur l’immigration et l’asile», dont l’objet principal était d’interdire toute «régularisation massive et collective» au sein de l’Union.

Le ministre français de l’Immigration, qui présidait, hier, à Cannes, une réunion informelle avec ses vingt-six partenaires, s’est heurté au gouvernement socialiste de José Luis Zapatero : celui-ci craignait qu’un tel engagement ne soit interprété sur la scène politique espagnole comme une condamnation de la vague de régularisations qu’il a décidée en 2007, dont près d’un million de sans-papiers a bénéficié.


Fruit d'un compromis, ce pacte est très en recul sur les ambitions premières de Nicolas Sarkozy.


Il n'impose pas aux immigrants légaux l'apprentissage de la langue et de la culture du pays d'accueil. Le texte adopté stipule que les Etats membres mettront en place "selon les procédures et les moyens qui leur paraîtront adaptés des politiques ambitieuses d'intégration."

Il ne prévoit pas de politique d'immigration choisie commune. Le texte approuvé hier est on ne peut plus clair. Il y est dit qu'"il revient à chaque Etat membre de décider des conditions d'admission sur son territoire des migrants légaux et de fixer le cas échéant leur nombre."

Le projet soutenu par le gouvernement français, basé autour du concept d'immigration choisie, tend à durcir la politique européenne en la matière tout en mettant en place des règles communes chez les Vingt-Sept en matière d'asile.


Les opposants au texte évoquent la mise en place d'un « bunker » et d'une « forteresse » à l'échelle européenne.


Par ailleurs, le rapport Mazeaud, dont certains extraits ont été publiés hier dans la presse, juge les « quotas d'immigration contraignants », prônés par le gouvernement, « irréalisables », « inefficaces » et « sans intérêt ».



Pour le quotidien irlandais Irish Times et d'autres journaux européens, ce "pacte sur l'immigration » à l'échelle européenne n'est pas l'unique solution. "Chaque gouvernement a le droit et l'obligation de réguler les arrivées dans son pays et de définir les conditions de celles-ci.


Mais dans ce monde très inégal, les pays riches et industrialisés ont également la responsabilité de partager, et pas seulement de faire du commerce.


Créer une Europe forteresse ne permettra pas d'améliorer la situation. Cela risque [plutôt] d'encourager la traite des êtres humains et de véhiculer une image négative de l'UE.


Il est question d'établir un partenariat entre les Etats de l'UE et les pays d'origine des immigrés. Un tel partenariat devrait être axé à la fois sur l'aide économique et au développement, et sur la question de l'expulsion des immigrés en situation irrégulière."

http://www1.irna.ir http://www1.irna.ir



Mercredi 9 Juillet 2008


Commentaires

1.Posté par anti-dégénérés le 09/07/2008 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et les émmigrés hongrois ont les garde?????
domage.....

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires