ALTER INFO

Boukhalfa, un des sans-papiers du canal Saint-Martin, hospitalisé !


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Vendredi 2 Février 2007

Boukhalfa, un des sans-papiers du canal Saint-Martin, hospitalisé !

Urgence ! Solidarité !

Par MPE
jeudi 1er février 2007

Dernière minute - Un de nos camarades présent au canal Saint-Martin (Paris) aux côtés des sans-papiers en grève de la faim nous informe que Boukhalfa vient d’être conduit aux urgences hospitalières. Il a perdu connaissance en fin de journée. Le SAMU et les pompiers sont intervenus.

Le médecin qui les avait examinés hier disait que désormais, au bout de près de 30 jours de grève de la faim, ils étaient entrés dans la "zone rouge".

Nous attendons des nouvelles de l’état de santé de Boukhalfa. Nous vous en tiendrons informés.

Envoyez vos messages de sympathie à Boukhalfa, exprimez et renforcez votre solidarité avec les sans-papiers.

Il est plus qu’urgent que le soutien à leurs luttes s’élargisse et prenne une ampleur sans pareille. La manifestation de dimanche 4 février (18h, quai de Jemmapes) doit en être l’occasion.

Contact : Aziz : 06 19 70 64 81 - Mohamed : 06 09 31 67 27

-  Jeudi 1er février, 20h30

Pour information : d’après un membre du MPE sur place, Boukhalfa vient de sortir de l’hôpital après avoir été mis sous perfusion pendant plus de 6 heures. Il reprend à l’instant (2h30) son chemin vers le canal Saint-Martin et veut poursuivre sa grève de la faim jusqu’au bout !

-----
 
AU 31ème jour de GREVE DE LA FAIM

APPEL A RASSEMBLEMENT SOLIDAIRE DIMANCHE 4 FEVRIER !!

Pour la dignité, nous irons jusqu’au bout.

Par MPE
jeudi 1er février 2007

Nous MAKLOUF, BOUKHALFA, AMOKRANE, et BACHIR, avons pris la lourde décision de nous mettre en grève de la faim depuis le 4 janvier.

Sans papiers, sans domicile, et donc sans travail ; Toutes nos démarches administratives ont essuyé une fin de non recevoir nous renvoyant dans l’invisibilité.

C’est pourquoi notre tente visible au 48 quai de Jemmapes est un cri d’alarme pour exiger un juste droit : celui de vivre dignement et accéder aux droits fondamentaux : travail, santé, logement.

Combien de milliers de sans papiers fabriqués par les lois Sarkozy sont renvoyés dans la misère, l’exploitation et la peur de l’expulsion pour le plus grand profit du patronat.

Nous sommes la voix et la colère de ces milliers de déboutés, et de tous les précaires Sans-droits, sans-emploi, sans-toit.

Notre refus de la misère de cette Sous-France nous oblige à mettre notre vie en danger afin que ce combat soit relayé par tous haut et fort. Au 31ème  jour, nous rentrons dans la phase critique. Nous faudra-t-il toujours retourner contre nous même cette violence qui nous est faite, alors que nous revendiquons simplement le droit à vivre.

Nous dénonçons le silence assourdissant des médias, pourtant omniprésents sur ce canal ST. Martin.

EXIGEONS ENSEMBLE :

-  La régularisation immédiate de tous les sans papiers présents sur le canal, et sur le territoire.

-  La liberté de circulation et d’installation.

-  Le respect des accords de Genève accordant protection aux demandeurs d’asile.

-  Le droit à un minimum vital universel d’existence pour tous, sans discrimination aucune : droit au travail et syndical, au logement, à la santé, à l’éducation et à la culture.

-  L’arrêt des rafles et des expulsions et la fermeture des centres de rétention

RENDEZ VOUS 18H DIMANCHE 4 FEVRIER QUAI DE JEMMAPES, Métro république - Et tous les soirs soutien à 17h.

Contact : Aziz : 06 19 70 64 81 - Mohamed : 06 09 31 67 27

----

Des occupants de la fac de Saint-Denis témoignent...

(Deuxième partie)

Par MPE
vendredi 26 janvier 2007

Nous publions ci-dessous la seconde partie de l’interview que nous ont accordée, début janvier, quatre participants de l’occupation de l’université Paris 8 (Saint-Denis). Nous rappelons que les sans-papiers ont été évacués dans la nuit du 22 au 23 décembre par les forces de police, à la demande des autorités universitaires. Aziz et Alberte sont militants du Collectif solidarité sans-papiers 93 (CSSP-93), Paco du Collectif Cactus, Mohamed du Mouvement pour l’égalité (MPE).

En annexe, sont publiées les réponses que nous ont données Aziz et Ali (CSSP-93) à propos de la fermeture ordonnée par la municipalité de Saint-Denis des permanences que le CSSP-93 tenait régulièrement à la Bourse du Travail. Les sans-papiers et leurs soutiens qui tentaient de récupérer leur local se verront à nouveau évacuer par les CRS, à peine cinq jours après l’évacuation de la fac...

Leurs propos, exprimant leurs propres positions sur les faits, ont été transcrits en tenant compte uniquement des nécessités éditoriales.

www.mouvement-egalite.org

 



Vendredi 2 Février 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires