Conspiration

Boris Berezovski accepterait d'être interrogé, mais sans polonium (journal)


L'homme d'affaires russe en exil en Grande-Bretagne Boris Berezovski a peur d'être empoisonné pendant son interrogatoire par des magistrats instructeurs russes, a déclaré l'avocat Alexandre Goldfarb.


Mercredi 17 Janvier 2007

Boris Berezovski accepterait d'être interrogé, mais sans polonium (journal)


"Il (Berezovski) parlera (avec les enquêteurs) si sa sécurité est assurée, si les Britanniques garantissent qu'il n'y aura pas de polonium", écrit le quotidien britannique Times citant Alexandre Goldfarb.

Mardi le procureur général de Russie, Youri Tchaïka, avait déclaré que les enquêteurs russes entendaient, dans le cadre de l'instruction de "l'affaire Litvinenko", se rendre en Grande-Bretagne pour y interroger plusieurs personnes, dont Boris Berezovski.

"Nous voulons l'entendre uniquement sur "l'affaire Litvinenko", a précisé Youri Tchaïka.

En Russie plusieurs chefs d'inculpation n'ayant aucun rapport avec "l'affaire Litvinenko" ont été retenus contre l'homme d'affaires russe.

Une équipe de magistrats instructeurs britanniques s'est déjà rendue en Russie dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien officier du FSB.

Dimanche dernier le Sunday Telegraph britannique avait annoncé que les témoins cités dans l'affaire Litvinenko allaient bénéficier d'une protection rapprochée par des agents chargés d'assurer la sécurité du premier ministre et des membres du gouvernement britannique.

On annonce que cette mesure a été prise "pour mettre les témoins à l'abri d'un danger pour leur vie pouvant émaner des enquêteurs russes".

En Grande-Bretagne les magistrats russes ont l'intention d'interroger une centaine de témoins. Plusieurs d'entre eux, dont Boris Berezovski, "ont peur d'être enlevés ou même d'être tués par des "commandos" russes opérant sous la couverture de l'instruction", relève le journal.

Alexandre Litvinenko, un ancien agent du Service fédéral de sécurité (FSB) de Russie, réfugié en Grande-Bretagne en 2000 et ayant obtenu la citoyenneté de ce pays l'année dernière, est décédé le 23 octobre 2006 dans un hôpital de Londres. Les médecins ont découvert dans son corps des traces de l'élément radioactif polonium-210. Par la suite les mêmes traces avaient été décelées dans des endroits fréquentés par Alexandre Litvinenko, notamment dans le restaurant Itsu et l'hôtel Millennium, dans le centre de la capitale britannique, ainsi que dans la maison qu'il habitait dans le quartier Muswell-Hill, dans le nord de Londres.

L'enquête sur la mort de Litvinenko est menée par la section antiterroriste de Scotland-Yard et le Parquet général de Russie.

Ria-Novosti


Mercredi 17 Janvier 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires