Politique Nationale/Internationale

Bolivarisme et socialisme dans le Venezuela d'Hugo Chavez


Le président vénézuélien Hugo Chavez fait dans le monde entier la propagande des idées de Simon Bolivar, libérateur de l'Amérique latine du joug espagnol. Même le nom du pays a été modifié en 2000, il s'appelle maintenant la République bolivarienne du Venezuela. Hugo Chavez se considère comme un nationaliste et un révolutionnaire du genre de Simon Bolivar.


Lioubov Sobolevskaïa et Lilia Dromachko
Mardi 26 Juin 2007

Bolivarisme et socialisme dans le Venezuela d'Hugo Chavez
par Lioubov Sobolevskaïa et Lilia Dromachko, RIA Novosti



Attaché aux principes de l'idéologie du "bolivarisme", Hugo Chavez conduit son pays depuis dix ans sur la voie des réformes sociales. L'une des principales mesures qu'il a prises a été d'établir un contrôle sur l'extraction du pétrole, ce qui a augmenté de plusieurs milliards de dollars les recettes provenant de la vente de combustible. La plus grande part des pétrodollars est consacrée au secteur social. Hugo Chavez a mis en oeuvre une réforme foncière fondamentale prévoyant l'octroi de crédits et de terres aux paysans. Tout l'enseignement, même universitaire, est devenu gratuit, les dépenses pour l'enseignement sont passées de 3 à 7% du PIB. L'introduction de l'assistance médicale gratuite a permis de réduire considérablement la mortalité infantile. Tout cela est observé dans un pays où 80% de la population vivait jusqu'à ces derniers temps dans une réelle misère!

L'objectif principal de la politique extérieure d'Hugo Chavez est de réunir les pays d'Amérique du Sud au sein d'une union économique et politique, indépendante vis-à-vis de l'hégémonie des Etats-Unis. Le dernier plan grandiose prévoit l'édification du socialisme au Venezuela. A cette fin, Hugo Chavez a introduit dans le pays un système d'administration présidentielle directe. Le leader vénézuélien est certain que ces pouvoirs extraordinaires lui permettront de réaliser une révolution socialiste du XXIe siècle.

Au cours de la cérémonie officielle d'investiture d'Hugo Chavez au poste de président du pays pour la période de 2007 à 2013, contrairement à la tradition, il a déplacé l'écharpe présidentielle de l'épaule droite à l'épaule gauche, afin de souligner ses convictions.

Prononçant un discours devant l'assistance, Hugo Chavez a confirmé son orientation vers l'édification du "socialisme vénézuélien", il a déclaré qu'il avait l'intention de nationaliser les réseaux énergétiques et les télécommunications du pays, et pris plusieurs initiatives visant à transformer le Venezuela en un pays dont la voix serait entendue sur le continent sud-américain, mais aussi au-delà de ses limites.

Hugo Chavez a récemment annoncé la création de 200 "entreprises socialistes" dans des secteurs stratégiques aussi importants que l'agriculture, les industries agro-alimentaire, légère, chimique, automobile et électronique. Son objectif est de réduire les importations et de passer à l'autosuffisance totale. Hugo Chavez a également annoncé le lancement de la fabrication des premiers ordinateurs, téléphones portables, automobiles et deux-roues, dont l'assemblage est effectué au Venezuela avec l'assistance technique de la Chine et de l'Iran.

Le 1er mai, conformément à la loi adoptée sur la nationalisation, les exploitations pétrolières où travaillent les compagnies américaines ExxonMobil, Chevron, ConocoPhillips, la compagnie britannique British Petroleum, la société française Total et la compagnie norvégienne Statoil ont été placées sous la gestion de la corporation pétro-gazière publique Petroleos de Venezuela (PDVSA). Cette corporation contrôlera environ 60% des titres des actifs pétroliers, alors que les compagnies étrangères peuvent conserver des paquets d'actions minoritaires. Selon Hugo Chavez, l'ère de la privatisation du pétrole vénézuélien s'est achevée, et le Venezuela a rétabli son contrôle sur ce secteur stratégique d'importance primordiale.

Hugo Chavez s'efforce de mettre fin au retard et à la dépendance du Venezuela vis-à-vis des Etats-Unis, mais pas seulement. Pour atteindre cet objectif, le président vénézuélien oeuvre en vue de créer une Communauté bolivarienne prévoyant une coopération politique, mais aussi économique, entre autres, la construction de gazoducs et d'oléoducs transatlantiques, et le programme d'exploitation des gisements de pétrole et de gaz du bassin de l'Orénoque. L'activité internationale et les réserves de pétrole assurent au Venezuela une place sans équivalent dans l'arène régionale.

Pendant la guerre froide, sur le continent américain, seul Fidel Castro était considéré comme ennemi juré des Etats-Unis. A présent, ces leaders sont nombreux, qui plus est sans le soutien de l'URSS disparue. Les points de vue antiaméricains sont partagés, dans telle ou telle mesure, par Evo Morales en Bolivie, Lula da Silva au Brésil, Nestor Kirchner en Argentine, Tabaré Vasquez en Uruguay, et même par Michelle Bachelet au Chili, pays traditionnellement pro-américain. Quoi qu'il en soit, le Venezuela se considère comme la locomotive de l'intégration latino-américaine. "L'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud sont des continents tout à fait différents", répète Hugo Chavez.

Aspirant à la prospérité du Venezuela et au renforcement du bloc antiaméricain mondial, le président Hugo Chavez ne se borne pas au cadre de l'Amérique latine. Le prestige du pays riche en pétrole et de son leader s'accroît rapidement dans d'autres régions, en premier lieu en Asie et au Proche-Orient.

Le Venezuela est devenu l'un des principaux fournisseurs de combustible à la Chine. Les deux pays prévoient de construire trois raffineries de pétrole sur le territoire chinois et une flotte de pétroliers. Un accord syro-vénézuélien signé à Damas prévoit la création d'une compagnie mixte pour construire des raffineries de pétrole sur le territoire de la Syrie, qui exporte actuellement du brut à perte. Le président du Venezuela a fait preuve de sa volonté d'aider Damas à redresser cette situation. En réponse, Bachar al-Assad a placé Hugo Chavez parmi les "principaux amis du monde arabe".

Chavez a récemment lancé un nouveau défi à l'Amérique. Du haut de la tribune de la 14e Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement du Mouvement des non-alignés, il a déclaré que chaque Etat, y compris le Venezuela, devait avoir le droit aux programmes nucléaires. Selon lui, le Venezuela est intéressé par le développement du nucléaire civil, dans la mesure où il doit se préparer au moment où les réserves de pétrole s'épuiseront.

Les rapports entre le Venezuela et la Russie se développent également. De grandes compagnies minières russes participent à l'exploitation de gisements d'hydrocarbures au Venezuela. Des contrats bilatéraux de livraison d'armements pour 3 milliards de dollars ont été conclus au cours de la visite d'Hugo Chavez en Russie en juillet 2006. Ces ententes ont suscité une tempête d'indignation à Washington. Mais les Etats-Unis n'ont pu empêcher la transaction russo-vénézuélienne.

Hugo Chavez considère la Russie comme un puissant pôle du monde multipolaire. Séjournant à Moscou en 2001, il a prononcé une phrase traduisant le fond de son approche: "La Russie s'élève sur les espaces de l'Eurasie pour assurer un équilibre dans le monde. Nous avons besoin d'une Russie forte pour parvenir à l'égalité". Hugo Chavez et son équipe manifestent nettement leur aspiration à conférer une dynamique positive aux rapports avec la Russie. Sur le plan politique, des pourparlers et des consultations intenses ont lieu régulièrement à divers niveaux. Le Venezuela est objectivement intéressé aux hautes technologies que la Russie possède dans les secteurs militaires. Les acquis du Venezuela dans la pétrochimie peuvent en retour être employés avec succès en Russie.

La composante politique du dialogue russo-vénézuélien est également importante. Le Venezuela, de même que ses nombreux voisins dans la région, partage la façon dont la Russie aborde les problèmes cruciaux de l'ordre mondial contemporain, il soutient entièrement la conception russe du monde multipolaire. Moscou et Caracas coopèrent en outre au sein des organisations internationales, pour l'essentiel, à l'ONU.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité des auteurs.


Mardi 26 Juin 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires