Palestine occupée

Blocus de Gaza : Qui profite de ce crime contre l’humanité ?


A tous ceux qui sont curieux de comprendre comment le blocus de Gaza fonctionne, de voir à quel point les autorités égyptiennes, américaines, arabes et européennes sont complices d’Israël dans le maintien de ce blocus criminel et illégal, une violation flagrante des droits de l’Homme, de voir comment les autorités égyptiennes maltraitent et rackettent les Palestiniens, nous vous invitons à venir passer quelque temps à la frontière de Rafah.

Par Miche > intmorb@googlemail.com


Miche
Lundi 27 Juillet 2009

Photo : Un pick-up égyptien transportant du matériel destiné à la bande de Gaza
Photo : Un pick-up égyptien transportant du matériel destiné à la bande de Gaza
Les autorités égyptiennes ont transformé le Sinaï, la péninsule située entre Gaza, Israël et le Nil, en camp militaire destiné à protéger l’Etat Sioniste mais cela a une contrepartie : l’exploitation financière des Palestiniens assiégés.

Suite à la signature en 2005 de l'accord de libre mouvement et accès (AMA), entre Israël, l’Autorité Palestinienne et l’Union Européenne, accord honteux qui permettait l’ouverture du passage de Rafah sous surveillance européenne et israélienne, l’Egypte a commencé à mettre en place l’infrastructure routière qui permettrait de soutenir l’activité économique liée à cette ouverture, en démarrant la construction d’une quatre-voies entre Ismaïlia et Rafah.

Mais en janvier 2006, après la victoire du Hamas aux élections parlementaires pourtant considérées par tous comme démocratiques, Israël a imposé un embargo à l’Autorité Palestinienne, les Etats-Unis et l’Union Européenne ont gelé l’envoi de leurs aides et l’Egypte a fermé le passage de Rafah, mis en place des dizaines de checkpoints à travers le Sinaï, poursuivi la construction de l’infrastructure routière et économique et développé l’industrie des tunnels.

Les medias traditionnels lient généralement les tunnels à l’entrée d’armes dans Gaza alors qu’ils ne servent, en grande majorité, qu’à alimenter en produits de base les Gazaouis assiégés et à enrichir les industriels et autorités égyptiennes.

Et cela se fait au vu et au su des autorités égyptiennes, de l’armée sioniste, des observateurs américains, européens et des Nations-Unies.

Lorsque l’on passe quelque temps dans le nord du Sinaï et au Passage de Rafah, l’on comprend bien pourquoi l’Egypte n’est pas pressée d’ouvrir le passage de Rafah et pourquoi les déclarations du Quartet, de l’Union Européenne et des Etats-Unis ne sont qu’hypocrisie.

N’importe quel observateur, même sans connaître la langue, peut le constater.

Il y a d’abord les signes extérieurs de richesse : les grosses voitures, les pickups neufs : rien à voir avec ceux que l’on peut voir ailleurs en Egypte.
En effet, des centaines de ces pickups flamboyants, bleus, verts, rouges, sillonnent les routes entre le Canal de Suez et Rafah. Ils transportent tous du matériel ou des produits de base que les Gazaouis paieront 7 fois leurs prix.

Un activiste local m’a expliqué qu’en fonction de leurs couleurs, on pouvait reconnaître le nom du chef d’entreprise qui dirige le réseau, en général, un dignitaire bédouin du Sinaï et ce trafic est obligatoirement connu des autorités égyptiennes, étant donné le nombre important de checkpoints placés sur cette route et la présence des services de renseignements sur ces checkpoints.

Ces véhicules sillonnent les rues de Rafah où ils franchissent allègrement les plusieurs dizaines de checkpoints de police installés dans la ville et circulent sans problèmes devant le poste d’observation des Nations-Unies.

Ils passent également quotidiennement devant la base des Forces Internationales basées dans le Sinaï, à 25 km de Rafah, d’où partent les convois des Forces Américaines qui viennent chaque jour à la Porte de Rafah pour contrôler que le blocus de Gaza est bien maintenu
Ce qui démontre vraiment l’hypocrisie des leaders mondiaux et du Quartet lorsqu’on les entend appeler à la levée du Siège de Gaza.

Le problème n’est pas seulement l’hypocrisie générale au sujet des tunnels mais aussi le racket organisé des Palestiniens qui tentent d’entrer ou de sortir de Gaza.

Tout Palestinien qui a eu la chance, pour une raison quelconque, généralement un problème médical, d’obtenir une autorisation de sortie de Gaza auprès de l’Autorité Palestinienne et donc, par conséquent, des Israéliens et des Egyptiens, se voit octroyer une durée limitée à son séjour en Egypte ou à l’étranger.
Mais s’il tente de revenir à Gaza au-delà de cette période après avoir été bloqué des jours ou des semaines en Egypte en raison de la fermeture de la frontière, il devra s’acquitter d’une taxe « de retard » auprès des autorités égyptiennes, somme qui s’ajoute aux 90 EGP (11,5€) que chacun doit verser pour entrer en Palestine.

Je dirais que pour revenir dans Gaza, il vaut mieux être membre du Fatah et se coordonner avec le représentant de l’Autorité Palestinienne à Al Arish, évidemment toujours contre une certaine somme d’argent.

Pour mieux piéger les Palestiniens, les autorités égyptiennes ne fournissent aucune information sur la marche à suivre pour l’entrée dans Gaza et n’annoncent les dates d’ouvertures de la frontière que quelques jours avant.

En effet, selon un accord signé entre le Hamas et l’Egypte, la frontière doit être ouverte 2 jours par mois, ce qui est d’ailleurs une ignominie car lorsque la frontière est ouverte, des milliers de gens s’entassent à la Porte de Rafah et l’entrée dans Gaza se fait dans la pagaille la plus complète.

Pour parer aux débordements, les autorités égyptiennes déploient ces jours-là des centaines de policiers antiémeutes qui n’hésitent pas à frapper et interdisent l’accès aux véhicules à moins de 500 mètres de la frontière.
Là encore, les Palestiniens sont rackettés. Afin de pouvoir transporter leurs lourdes valises jusqu’à la frontière, ils doivent même payer aux Bédouins la location d’une charrette à un prix exorbitant.

D’ailleurs ces jours-là, tout augmente : même la location d’un taxi pour venir d’Al Arish qui peut passer de 30 EGP (4€) à près de 300 EGP (40€).

Si un Palestinien loue un véhicule égyptien pour entrer dans Gaza les marchandises qu’il a achetées en Egypte, il doit payer 125 EGP (16€) par personne aux autorités égyptiennes gérant le Passage de Rafah.

Je n’ai pas parlé, bien entendu, des prix des séjours dans les hôtels d’Al Arish où tout le monde a été obligé de séjourner en attendant l’ouverture de la frontière, ce qui bénéficie à l’industrie hôtelière locale.

Pendant mon séjour dans le camp que nous avons installé à la Porte de Rafah, en protestation contre le siège, j’ai même assisté à un évènement très étrange : les plus gros importateurs et industriels du Sinaï déjeunaient à la cafétéria de la porte de Rafah après une réunion très importante à l’intérieur du Passage de Rafah. Quelques heures plus tôt, j’y avais également vu entrer le convoi des Forces Armées américaines.
Que s’y est-il passé ? Quel accord y a été conclu ? Je n’ai pas pu obtenir de réponses à mes questions mais j’ai eu droit à l’hospitalité égyptienne et j’ai été invitée à participer à leur repas.

En deux mots, je dirais que dans le nord du Sinaï, tout le monde profite du blocus et pas seulement les gros chefs d’entreprises qui sont à la tête de l’industrie des tunnels.

Un autre sujet tout aussi scandaleux, c’est le problème de ceux qui utilisent le blocus de Gaza pour se faire une notoriété et se font accueillir comme des héros par les habitants de Gaza lorsqu’ils réussissent à briser temporairement le blocus.
Dès leur passage, la frontière se referme de façon hermétique et cela incite les Gazaouis à accepter leur enfermement.

J’aimerais juste ajouter que les Palestiniens de Gaza n’ont pas besoin de charité mais ils ont besoin de liberté.
Ils n’ont pas besoin de héros car ce sont eux les héros !


A tous ceux qui sont curieux de comprendre comment le blocus fonctionne, de voir à quel point les autorités égyptiennes, américaines, arabes et européennes sont complices d’Israël dans le maintien de ce blocus criminel et illégal, une violation flagrante des droits de l’Homme, de voir comment les autorités égyptiennes maltraitent et rackettent les Palestiniens, nous vous invitons à venir passer quelque temps à la frontière de Rafah.

Nous invitons, également, les Européens à demander au Conseil de l’Union Européenne d’annuler immédiatement la Mission de l’EUBAM-Rafah dont le mandat a été prolongé jusqu’au 24 Novembre 2009. Cette mission est toujours basée à Ashkelon en Israël. Elle ne fait absolument rien pour aider les Palestiniens bloqués en Egypte et permet de donner une excuse à l’Egypte dans ce crime contre l’humanité.

Nous invitons les activistes américains à maintenir la pression sur leur gouvernement et à leur demander des comptes sur ce que font les Forces Armées américaines en Egypte et plus particulièrement à la Porte de Rafah.

Enfin, nous devons tous continuer à faire pression sur nos gouvernements respectifs pour que les droits de l’homme et la Charte des Nations-Unies soient respectés par Israël (même si cela est un peu cause perdue !) et par l’Egypte (peut-être aussi !) et que le blocus de Gaza soit ENFIN levé !

http://ism-france.org/news/article.php?id=12393&type=temoignage&lesujet=Blocus http://ism-france.org/news/article.php?id=12393&type=temoignage&lesujet=Blocus



Lundi 27 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par fadi le 27/07/2009 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le crime profite au criminels bien sûr,ils sont là autour de la palestine,de toute race,de toute confession,de toute nationalité,telles des vautours guettant une antillope mourant pour la devorer à moitié vivante.

2.Posté par Saber le 27/07/2009 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


La loi des charognards

3.Posté par virgo le 28/07/2009 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bon appetit.,...

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires