Politique Nationale/Internationale

Bloc Anti US à la Paz et Caracas: Plus d’Ambassadeurs



Vendredi 12 Septembre 2008

Bloc Anti US à la Paz et Caracas: Plus d’Ambassadeurs
L'escalade de la violence en Bolivie, qui a déjà fait au moins huit morts, a entraîné une crise diplomatique régionale avec la décision surprise du président Hugo Chavez d'expulser l'ambassadeur des Etats-Unis au Venezuela, par solidarité avec La Paz.

L'expulsion de l'ambassadeur des Etats-Unis à Caracas, Patrick Duddy, est la deuxième en 48 heures d'un chef de mission diplomatique américaine en Amérique du sud, après la décision mercredi du président bolivien Evo Morales de déclarer persona non grata l'ambassadeur américain à La Paz, Philip Goldberg.
Washington avait aussitôt réagi en expulsant, par réciprocité, l'ambassadeur de Bolivie aux Etats-Unis.

"Allez au diable, yankees de merde", a lancé Chavez, bête noire de Washington et allié politique d'Evo Morales, en annonçant l'expulsion dans les 72 heures de l'ambassadeur des Etats-Unis au Venezuela.
Il a fait cette annonce lors d'un rassemblement de son parti à Puerto Cabello, à 120 km à l'ouest de Caracas.
Au cours de la même réunion publique jeudi, Chavez, a menacé de suspendre les fournitures de brut vénézuélien aux Etats-Unis, son principal client, si Washington agresse son gouvernement.
"Nous voulons être libres quoi qu'il se passe et quel qu'en soit le coût", a-t-il martelé.
Le Venezuela renverra un ambassadeur à Washington "quand il y aura un nouveau gouvernement aux Etats-Unis", mais pas tant que le président George W. Bush sera au pouvoir, a-t-il précisé.
"A partir de ce moment, la Bolivie n'est plus seule", déclarait-il, assurant aussi être prêt à venir en aide à Evo Morales s'il se trouvait menacé.

Ces mesures diplomatiques coïncident avec une multiplication des violences dans le pays.

Des heurts ont éclaté ces derniers jours à travers la Bolivie entre partisans du gouvernement de gauche et militants de l'opposition libérale, appuyés par les Etats Unis, qui manifestent en soutien à plusieurs gouverneurs provinciaux autonomistes.

Morales, le premier président indigène de l'histoire du pays, avait accusé mercredi l'ambassadeur des Etats-Unis d'encourager une division de la Bolivie, un pays andin de 10 millions d'habitants et de conspirer contre le gouvernement qui l’accuse aussi de fournir une aide financière aux opposants de droite via l'USAID, l'agence américaine pour l'aide au développement.

Dans plusieurs régions, les manifestants anti-gouvernementaux se sont emparés de bâtiments des douanes, des impôts, de centraux téléphoniques ou même de petits aéroports.

Devant ces désordres persistants, le chef de l'Etat a averti l'opposition que "la patience avait des limites", tandis que le gouvernement dénonçait une "menace de guerre civile" de la part de "groupes fascistes", particulièrement à Santa Cruz, le moteur économique du pays, mais aussi le bastion de l'opposition libérale.

Evo Morales, tenant de l'anti-libéralisme, est confronté depuis des mois à la fronde de cinq des neuf gouverneurs des provinces boliviennes, qui refusent un projet de constitution qui doit être soumis à un référendum le 7 décembre.
Ils réclament la reconnaissance de statuts d'autonomie régionale, déclarés illégaux par le gouvernement.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 12 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par Marie- Thérèse le 12/09/2008 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



VIVA CHAVEZ VIVA MORALES VIVA CASTRO VIVA CORREA ET LES AUTRES QUI RESISTENT

A L'IMPERIALISME GENOCIDAIRE USA

2.Posté par gweny le 12/09/2008 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VIVA BOLIVIA, VIVA CUBA, VIVA VENEZUELA, hay que seguir la lucha
yankees de merde vous allez perdre

3.Posté par SORAVARDI le 12/09/2008 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'Iran avait donné l'exemple 29 ans plus tôt !

4.Posté par Khan le 12/09/2008 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'ingérence américaine dans les affaires des pays d'Amérique latine montre la crainte du gouvernement américain du rapprochement de ces pays avec Iran et la formation d'un triangle Bolivie, Vénézuela et l'Iran. Evo Morales se trouvait en Iran la semaine dernière et Hugo Chavez est un très bon ami du président iranien Ahmadinejad.
Mes amis la résistance à l'impérialisme et hégémonie des grandes puissances s'organisent.

5.Posté par alex le 12/09/2008 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense aussi que les us jouent l'une de leurs dernieres cartes en amerique du Sud.
chavez, Ahmadinejad et Morales vont avoir fort a faire et je leur souhaite bien du courage!

6.Posté par NG le 12/09/2008 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les USA tentent avec la Bolivie ce qu'ils ont réussi avec la Yougoslavie, puis la Serbie : la stratégie du démembrement.

Lorsque la Bolivie était le fidèle vassal des USA, durant la dictature militaire, toute fronde d'un gouverneur de province bolivienne était impensable. Tout gouverneur qui aurait parlé de sécession durant les années 60, par exemple, aurait bien sûr suscité " l'inquiétude " de Washington qui aurait bien sûr crié au loup communiste.

Comme le président actuel de la Bolivie n'est pas le laquais du FMI et du Nouvel Ordre Mondial que ces prédecesseurs étaient, voilà que soudainement des aspirations séparatistes se font jour en Bolivie, et sont totalement appuyées par les USA, qui rêvent de transformer les provinces riches en gaz en protectorat des USA, ne laissant au président Morales que les provinces les plus pauvres.

Milosévic (et les serbes en général) ne plaisai(en)t pas à Washington, Londres et Berlin. Ces derniers organisèrent (dès la mort de Tito en 1980), des guerres pour favoriser le démembrement de la regrettée République Fédérale Socialiste de Yougoslavie. Il y eut les provocations albanaises dès 1981, l'encouragement des nationalismes croates et slovène etc. Aujourd'hui, la Yougoslavie de jadis est éclatée en six micro-pays (le Kosovo n'en étant pas un) tous dépendants du FMI de Strauss-Kahn et de ses " prêts " à taux usuriers qui détruisent les économies.

Voilà que le même danger pointe à l'horizon pour ce qui est de la Bolivie. Gageons que ses alliés, Vénézuela, Nicaragua et Equateur (+ Russie et Iran?) sauront intervenir si nécessaire pour protéger le président DEMOCRATIQUEMENT élu de Bolivie.

Apparement, le fait que Morales soit démocratiquement élu (comme l'était Chavez au moment du coup d'état fomenté à son encontre, en 2002, par la CIA) ne pèse pas lourd, alors que c'est l'argument invoqué par ces voyous de Washington et les mass médias pour justifier le soutien à Saakachvili. Deux poids et deux mesures ou plutôt : "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais", tel semble être l'injonction de la Bête hideuse que nous devons combattre de toutes nos forces.

NG




7.Posté par oykoto le 12/09/2008 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

morales doit renforcer son pouvoir , la borgeoisie elle, aidait par les gringos est encore puissante
en bolivie . il y a risque de renversement de morales . pour cela je suis pour la creation de brigade internationale de soutien au peuple de bolivie.

8.Posté par rayan le 12/09/2008 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ALLER L' AFRIQUE A VOUS : )
oui l'espoir fait vivre...

9.Posté par MatriceNOM le 12/09/2008 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà de bien bonnes nouvelles pour le mouvement anti-libéral !
Pour ceux qui souhaitent tout savoir sur les manigances orchestrées par les Etats Unis depuis Pinochet jusqu'à l'Irak en passant par l'afrique du sud, le brésil, la bolivie, la pologne, la russie, et j'en passe un grand nombre, lisaient absolument :

"La Statégie du Choc" de Naomi Klein

Ce livre est énorme, c'est la bible de l'anticapitalisme néolibéral!


10.Posté par Manu le 12/09/2008 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La lutte contre l'impérialisme anglo-etatsunien passe par le soutien affirmé et affiché aux peuples et aux nations dont les chefs démocratiquement élus s'engagent sur le chemin de la résistance et du refus.

11.Posté par KillCommunists le 13/09/2008 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les 2 tronches de macaques Morales et Chavez vont bientot crever comme le connard Gay Guevara, l'asthmatique. On mettra leurs depouilles au Musee des Horreurs a Los Angeles !

Vive les USA, seule democratie dans le monde ! Mort a tous les connards communistes, nazislamistes, dictateurs, menteurs, manipulateurs qui sont tous des sous-merdes de Staline !

Un seul moyen pour nettoyer toute cette merde communofasciste ! Bombes a NEUTRONS ! Venezuela, Russie, Iran, Irak, Syrie, Pakistan, Afghanistan = les chiottes de la planete ! Y-a-qu'a tirer la chasse d'eau que tous ces connards retournent dans la merde dont ils sont issus. Ensuite un bon deodorant a neutron pour enlever l'odeur puante ! Ciao !!!!!

12.Posté par hafrit le 13/09/2008 02:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

allo what s happen killcommunist , tu as peur de ne plus avoir hegemonie sur la planete tu craches sur 80% de la planete , tu est fou , arrete de te gonfler tu risques d'exploser en plein vol ,
the usa died and all his dogs.

ps :couche toi la et tais toi ,waf ,waf

13.Posté par Curieux le 13/09/2008 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La résistance de l'Amérique Latine à l'impérialisme américain s'intensifie.
On apprend aujourd'huit que :

* Le Honduras a reporté vendredi sa réception des lettres de créance du nouvel ambassadeur des Etats-Unis, Hugo Llorens, à Tegucigalpa, en solidarité avec le Venezuela et la Bolivie

* Le Nicaragua les a assuré de son soutien. Le président hondurien, Manuel Zelaya, a déclaré pendant une conférence de presse, que son pays ne rompait pas ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis, mais que les petites nations devaient se serrer les coudes

14.Posté par Curieux le 13/09/2008 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...
Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, un allié proche d'Evo Morales, a dit qu'il soutenait la Bolivie, même s'il n'a pas encore annoncé s'il allait lui aussi prendre une décision à l'encontre de son ambassadeur des Etats-Unis.
"Des forces obscures de l'empire ont conspiré contre le gouvernement de Morales", avait déclaré Daniel Ortega, jeudi

15.Posté par tinkietepax le 13/09/2008 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut rayer l'impérialisme des pages de l'histoire!!!!
on a les noms des collabos et une mémoire d'éléphant!!!!
ces déchets de l'humanité commencent à sentir leur fin qui approche
et méfiez vous, ils vont griffer, les grandes folles dégénérées et leurs collabo-admirateurs....
Kill communist t'e"s qu'une petite fiotte sans c*****s comme tes copines
qui se prennent pour les maitresses du monde, de la pur gay pride, casse toi pov ' c**
comme dit le hongrois de sallonique, roy des francs...

16.Posté par gayannar le 14/09/2008 00:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tes propos, tinkietepas sont aussi affligeants que ceux du misérable troll dénommé killcommunisme.
Pas si con n'empêche le petit monstre, pour arriver à te faire cracher des propos machistes, homophobes, haineux, bref piètrement faschos.
Le bon vieil adage "Au royaume des aveugles les borgnes sont rois", a de beaux jours devant lui!

17.Posté par akira le vrais le 14/09/2008 02:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dit donc mr KillCommunists ta petite race de nazi ne représent plus que 12% de la planet, on a méme pas besoin de faire un génocide vous, crever tout seul.

18.Posté par akira le vrais le 14/09/2008 02:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dis donc mr killcomunists sa te dirait pas d'allez te faire tuez en irak ?!
ça serait sypas...

19.Posté par bleep le 14/09/2008 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est pratiquement certain que le monde politique MONDIAL en général est manipulé par une poignée d'oligarques financiers. Le cycle de l'économie mondiale actuelle est à bout de souffle, il est sur le point de s'effondrer. L'éclatement d'un conflit international type 3ème mondiale est plus que souhaitable pour pouvoir redémarrer un nouveau cycle..... C'est comme ça....
Voici la copie d'un petit article retrouvé dans mes archives perso (je ne retrouve plus le nom de l'auteur, qu'il m'excuse donc de ne pas le nommer s'il se raconnaît) qui décrit assez bien la situation actuelle :

Mais c'est une cinquième stratégie que l'administration Bush semble avoir résolument adopté.
« En définitive, il reste le pillage, explique Robert Freeman Quand le remboursement de la
dette d'une nation devient si important qu `il devient impossible de rassurer les créanciers, elle
doit chercher une certaine source de richesse, n'importe quelle source ». Les Etats-Unis n'ont
choisi d'attaquer l'Irak, ni parce que Saddam Hussein possédait des armes des destmction
massive, ni pour instaurer la démocratie. L'objectif était de prendre le contrôle du pétrole, ou
plutôt du marché international du pétrole.

Une croissance liée aux dépenses militaires

Les faits confirment l'analyse de Robert Freeman: sous l'administration Bush, l'économie des
Etats-Unis a été orientée vers la guerre et la conquête.

L'administration a légitimé l'augmentation du déficit budgétaire par la nécessité de mener la
guerre au terrorisme. Cette justification a aussi permis de déplacer les budgets des
infrastructures sociales aux investissements pour la guerre. Les dépenses de défenses sont
passées de 3,1 % du PIB en 2001, à 3,4 % en 2002 et à 3,5 % en 2003.

La croissance de ces dépenses publiques a profité aux entreprises privées d'armement. Ainsi,
Northrop Gmmman a connu une hausse de 57 % de ses ventes entre 2002 et 2003 et est passé
d'une perte à un bénéfice net. La division de défense de Boeing a accumulé un bénéfice
d'exploitation en hausse de 38 %. Le chiffre d'affaires de Lockheed Martin, numéro un
mondial de la défense, a augmenté de 23 %, tandis que sa division aéronautique voyait ses
ventes augmenter de 60 %.

Mais d'après Robert Pollin, professeur d'économie à l'université du Massachusetts, les
dépenses pour la main d'oeuvre et les armements sont restées relativement faible. La part du
lion est revenue à Halliburton, Bechtel et quelques autres groupes privés liés à l'administration
Bush.

Ainsi, la croissance tant applaudie par les analystes touche principalement les investissements
liés à la guerre. Pendant le deuxième trimestre 2003, en pleine guerre contre l'Irak, environ
60 % du taux de croissance étaient attribuables aux dépenses militaires. [~I

Du refus de signer le Traité d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel, à la guerre
contre l'Irak, en passant par le projet militaire titanesque de «guerre des étoiles » et la mise en
place d'une guerre perpétuelle au terrorisme, tout indique la nouvelle orientation économique
des Etats-Unis tournée vers la guerre et la conquête.

Au siècle dernier la reconversion d'une économie de guerre en économie de paix était
extrêmement difficile. La transformation d'une industrie à usage militaire était délicate.
Aujourd'hui, la sophistication des armements la rend impossible. L'orientation économique
prise par l'administration Bush est donc sans retour. La guerre est pour les Etats-Unis la
condition de sa survie économique.

A méditer, non ???


20.Posté par jean de la fontaine de coca cola le 14/09/2008 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la bourse et tous sont systeme va disparaitre

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires