Palestine occupée

Barbarie et cruauté sioniste: Un lourd bilan de crimes de guerre au Liban



Paysage de désolation. Ruines, ponts coupés en deux, routes détruites, des bâtiments éventrés. Quelque 1.100 civils, dont un tiers d’enfants, massacrés, 4.000 blessés et plus d’un million d’autres, sans toit, ni foyer. Voilà ce que la machine de guerre israélienne a laissé dans le sillage de son invasion barbare du Liban.


IRIB
Jeudi 24 Août 2006

Barbarie et cruauté sioniste: Un lourd bilan de crimes de guerre au Liban

"Destruction délibérée ou dommages collatéraux ? " Un grand point d’interrogation, qui a servi de titre au dernier rapport d’"Amnesty international", sur cette guerre disproportionnée, qui a embrasé, du 12 juillet au 14 août, le pays du Cèdre. C’est une question de pure rhétorique, lorsque, plus loin, le texte est plus que formel. Israël a commis des crimes de guerre, au liban. Les résultats des investigations rendus publics, mardi, par l’ONG, basée, à Londres, ne laissent aucun doute. L’armée israélienne a mis à exécution, dans sa récente agression, « une politique délibérée de destruction d’infrastructures civiles libanaises, qui s’est traduite, par des crimes de guerre. » Le texte se fait plus explicite, lorsqu’il évoque les bombardements de l’aviation israélienne.

"La destruction de centrales électriques, d’usines de traitement d’eaux, ainsi que d’infrastructures routières indispensables pour le transport de la nourriture et de l’aide humanitaire, était délibérée et faisait, intégralement, partie de la stratégie militaire d’Israël.", constate l'ONG. Ce bilan ne peut être que celui d’une armée puissante qui, paralysée devant la résistance farouche des combattants de Hezbollah, a détourné sa folie guerrière vers les civils. Bombes au phosphore, bombes à fragmentations, bombes sous forme de poupées, bombes téléguidées au laser, au napalm.

Cette machine de guerre n’a vraiment manqué de rien dans sa tuerie sauvage, son grand protecteur lui fournissant, généreusement, les armes les plus sophistiquées. Les restes de tout cet arsenal infernal jalonnent, toujours, le territoire libanais. C'est ainsi que des bombes, sous forme de poupées, gisent quelque part, dans des champs, sur les ruines de maisons, guettant une petite main qui l’aurait prise pour un jouet. Quoique le mythe de l’invincibilité de l’armée sioniste ait été brisé, par les vaillants combattants du Hezbollah, et que les hauts galonnés israéliens soient toujours sous le choc de leur revers cinglant, le régime sioniste parle, explicitement ou implicitement, d'un « nouveau round » d’attaques contre le Liban.


Jeudi 24 Août 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires