Economie

Banque islamique en France


Traduction de l'entretien avec France24 de Mr El Jida (directeur exécutif de la QIB):
Cliquez ici pour visionner la vidéo: http://www.france24.com/


Mercredi 21 Avril 2010

Banque islamique en France

Question : Mr El Jida (directeur exécutif de la QIB) si on commence  par la signature de cet  accord ou partenariat entre la QIB et le groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne), quelles sont les grandes lignes de ce document ?

Rép (Mr El Jida) : Dans le cadre de la distribution des produits financiers islamiques, on a senti qu’il  y avait une réelle demande de faire un partenariat avec l’une des grandes banques françaises pour avoir la possibilité de commercialiser ce type de  produit  à travers le réseau existant d’agences de cette banque dans toute la France. Sachant que  la banque populaire est considérée comme l’une des grandes banques. Nous sommes très fiers de cette démarche sachant qu’elle est fondée sur des convictions mutuelles, et notre vraie réussite sera dans l’accessibilité, partout en France, aux produits financiers islamiques pour tous ceux qui souhaiteraient y investir. Et on espère réussir dans notre démarche.

Question : comment sera ce partenariat et dans quel cadre ?

Rép (Mr El Jida)  : L’important pour nous c’est l’application de la sharia dans ce que nous allons faire. Il y aura trois missions différentes de travail : La première phase c’est de traiter avec  les clients des agences de cette banque, au début  nous commencerons l’expérience dans seulement quelques agences pour faire connaître nos services et savoir aussi la demande réelle des produits islamiques. La deuxième mission s’effectuera dans le middele-office ou les bureaux intermédiaires qui feront office de validation et vérification de la conformité des opérations et des produits. Notre dernier contrôle sera sur le back office ou les bureaux internes pour gérer les produits et les liquidités.

Lors du dépôt d’argent au sein de cette banque (le groupe BPCE)  vous allez signer des contrats inhabituels qui rentrent dans le cadre des collectes des liquidités et notre travail sur les deux plans cités auparavant sera bien évidemment de s’assurer de la conformité des placements (et toutes les opérations sous-jacentes). Et nous pensons que cette démarche sera  plus attractive pour le développement de ce secteur.

Question : Ce partenariat  pourra-il aboutir dans le cadre français où il n’y a pas de réglementations pour encadrer la finance islamique ?

Rép (Mr El Jida) : Nous étions avec les autorités de régulation et on a discuté avec clarté et transparence. 

Les autorités de régulation ainsi que le pouvoir politique français nous ont garanti leur soutien pour  cette démarche. Nous  sommes certains que fuir la réalité de la finance islamique ne convient pas aux ambitions du gouvernement français.

Je suis désolé de l’implication de quelques politiques qui ont semé le doute dans ce secteur.

Nous espérons et présageons que la  finance islamique existera et aura sa place et se développera en France.

Question : Paris va pouvoir concurrencer les autres places financières européennes (La Grande Bretagne et le Luxembourg) ? Ce partenariat sera-t-il vraiment l’intégration de la finance islamique en France ?

 Rép (Mr El Jida) : C’est une démarche exceptionnelle et sans précédent, il n’y a eu jamais de partenariat entre une institution bien expérimentée qui applique parfaitement la sharia avec une institution conventionnelle qui exerce dans les secteurs d’activités financières.

Nous essayons de faire d’autres partenariats avec d’autres institutions sur le marché européen d’une façon générale.

Nous sommes fiers de ce qui a été déjà fait, mais il faut savoir que l’activité de finance islamique n’est pas une question d’individu (ou de fortune). Nous sommes convaincus que le financement des PME et TPE participera à la continuité et au développement de notre activité. Nous croyons aussi au financement des grands groupes bien expérimentés pour avoir un retour intéressant de rentabilité et pour une meilleure sécurité pour notre clientèle.

Question : Dans le cadre de financement des grandes sociétés et grands groupes craignez-vous  pas que ces derniers feront de la spéculation boursière et dérogerons les règles de la sharia ?

Rép (Mr El Jida)  : Il y aura des principes fondamentaux à respecter avant  le financement.  Et nous ne financerons que des produits  réels et tangibles. Et nous vérifions aussi que cette société n’a pas d’activité dans les secteurs illicites. Notre expérience de 25 ans a prouvé notre réussite sur le plan de la conformité de la sharia. Là, notre expérience va jouer dans le contrôle et la supervision des activités.

Question : Allez-vous viser une certaine catégorie de clientèle, les musulmans par exemple sachant qu’il y a plus de 6 millions de musulmans  en France ou bien vous allez financer d’autres catégories et d’autres institutions ?

Rép (Mr El Jida)  : Nous ne faisons de discrimination ni d’individus ni de secteurs. Nous proposerons nos services à tous ceux qui veulent les avoir, nous espérons toucher, par nos services, toute la planète toute l’Europe et toute la France.

Aujourd’hui l’excellence de ce secteur est reconnue ; sa légitimité l’est aussi. Nos produits présentent une réelle alternative meilleure que celle du secteur conventionnel qui, ce dernier temps, a trop joué avec le risque et nous  a conduit à une crise.

Nous n’avons pas l’intention de demander la religion des clients notre question sera : Voulez vous bénéficier de produits conformes à la sharia. Si oui, vous êtes les bienvenues.

Q : Donc vous visez les musulmans et les non musulmans. Mais vous ne craignez pas la concurrence des instituions financières françaises déjà bien implantées ?

Rép (Mr El Jida)  : La concurrence des institutions conventionnelles prouve notre compétence et valide notre travail en tant qu’alternative et c’est une fierté. Sachant que nous offrons toujours une alternative nous ne pourrons pas les concurrencer  si c’est le cas nous sommes certain de notre réussite car nous croyons en ce que nous faisons.

Une réussite sans concurrence ne vaut rien.

 

 

Q : Que va apporter la QIB de plus par rapport aux autres institutions financières islamiques?

Rép (Mr El Jida) : Nous ne voyons pas la possibilité d’installation  d’une institution financière islamique en France. L’expérience en Grande Bretagne rencontre plusieurs difficultés. Notre vision est de distribuer nos produits à travers des structures déjà existantes, voila notre modèle de vision de la chose aujourd’hui.

Q : Vous ne courez pas un risque en intégrant le marché français en étant la première institution financière islamique qui fait un partenariat avec une institution financière française ?

Rép (Mr El Jida)  : Vous pensez que nous courons un risque en proposant des produits financiers conformes à la sharia en France ???

Q : Non je ne pense pas !!!

Rép (Mr El Jida)  : Merci beaucoup. Vous me rassurez et vous me confirmez notre future réussite.

Nous souhaitons une réelle collaboration de toutes les catégories de la société, pas pour se distinguer, mais pour continuer à proposer une alternative aux intéressés pour l’acquisition de leurs résidences, leurs  voitures, financer leurs projets et avoir une carte de crédit. Ces services sont sollicités par les musulmans en Europe. La demande existe et elle est réelle. Et avec ce partenariat nous pensons qu’on pourra proposer tous les produits et services.

Question : Je vous ai proposé la question précédente car il ya 6 millions de musulmans qui attendent et depuis un bon moment posent la question : Quand est-ce qu’on aura des institutions financières islamiques ?

Rép (Mr El Jida) : Pour très bientôt. Dans les six mois à venir nous allons bien avancer dans notre projet. L’activité va voir le jour au début de l’année prochaine.   

 

Translated by Nabil BENNASR

Copyright DUFI- EMS-2010 promotion NOUR.



Jeudi 22 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par Epargne_solidaire le 21/04/2010 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'épargne solidaire est une épargne basé sur des fondements de respect des uns des autres et du monde, on peut dire que la finance islamique propose un approche de la même qualité ...

2.Posté par Wise le 21/04/2010 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vidéo vers la monnaie en islam ici

3.Posté par minaj le 21/04/2010 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est different de l'epargne solidaire qui propose des INTERETS (usure). Par exemple, l'ADIE propose des micro-crédits. Mais il faut savoir que l'ADIE emprunte aux banques l'argent qu'elle prête aux pauvres. Elle se fait une marge financière sur le taux d'interet. Par exemple, elle achète un emprunt à 5 % à une banque commerciale et elle revend un credit à 7 % à un pauvre. Elle gagne donc 2 %.

Le vrai problème ethique se sont les interets qu'il faut remplacer par une MARGE COMMERCIALE, et ce afin de rester dans l'économie réelle et ne pas utiliser l'argent pour spéculer et créer des bombes atomiques financières.
Je mets cette banque islamique dans le meme sac que l'epargne solidaire pour une seule raison : sa coopération et sa dépendance vis-à-vis d'une banque commerciale.
Mais il y a de trop rares associations independantes du système bancaire et dont les preteurs prêtent leur propre argent sans interêt financier en retour.

4.Posté par Alif lam Min le 21/04/2010 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le notion de finance en islam est à bannir, je pense que le fait d'investir afin d'en acquérir plus pour le bien personnel est à l'opposé des valeurs de cette religion

le meilleur d'entre nous est-il capable de donner sa chemise à un pauvre?voici la vrai banque islamique l'entre aide, la Zakat, la Sadaka

la monnaie que l'on utilise tous les jours est elle même basée sur des intérêts alors comment voulez-vous qu'une bande de musulmans voulant faire de l'argent sur le dos d'autres musulmans qui veulent aussi en faire n'est pas compatible avec nos principes islamiques
en plus, cette affaire de banques musulmanes en europe est seulement là pour sauver leur petit cul du gouffre abyssal dans lequel se sont jeter les financiers de ce monde
l'europe et les USA ressemble à des bateaux qui prennent l'eau de partout, ils coulent
et nous musulmans voulons faire de notre argent une bouée pour ces gens qui voles nos peuples pendant des siècles et continuent à nous écraser partout même dans les entreprises en France ou ailleurs

et moi j'irais investir des sukuks"produit halal" pour que des traders de la SG roule en FEFE elle est bonne celle là

le social est plus Islamique que la finance, qui de fait est un therme de capitaliste


5.Posté par abouobeid le 22/04/2010 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les pires des etres humains sont ceux habille en costar cravate
alors comment un type en costar cravate peut il faire une banque (deja le terme est anti-islamique)sans usure(interets) ds un pays dirige par des type en costar cravate.
il y a eu des demandes par des banques islamique anglaise et autre de s'installer en france, mais les costar islamophobe haineux ont refuser a moin que ces banques cedent 30% de leurs parts a une banques francaise qui sont toutes bien sur ribawiya(pratique l'interet); et ces banques ont refuse car cela impliquait qu'il y aurait eu 30% d'argent ribawi, ce qui faisait perdre le label islamique.
alors il faut areter

croyez vous oh cher musulmans que le loup va vous laisser construire une cloture entre lui et le troupeau????? si oui alors quelle naivetee!!!!!

6.Posté par marijane le 23/04/2010 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certes la banque islamique ne sera pas parfaite et ça tout le monde le sait.Mais elle constitue pour les musulmans une meilleure alternative aux banques classiques,qui sont obligés de toute manière de mettre leur argent quelque part.Il faudra juste se méfier au moment de prendre des credits et vérifier la concordance avec les principes islamiques. Ne soyez pas aussi durs les gars un peu de flexibilité.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires