Actualité nationale

BENOÎT HAMON ET LE KEBAB : UN CONCEPT SIONISTE



panamza.com
Samedi 18 Mai 2019

Jeudi 16 mai, Benoît Hamon, candidat aux élections européennes issu du Parti socialiste et discret soutien du clan sioniste, a fait sensation en défendant, à Béziers et aux côtés d'une silencieuse Naïma Charaï en guise de faire-valoir, la cuisine kebab {https://twitter.com/benoithamon/status/1129019461774839809; https://twitter.com/NaimaCharai/status/1129033868139536384; http://www.panamza.com/140217-hamon-bachelay-guedj/; http://www.panamza.com/070417-hamon-bachelay-pretoria/}.

Maire de Béziers, le militant antimusulman et judéosioniste Robert Ménard avait prôné en 2015 la disparation des kebabs {https://youtu.be/DdbLfaWNvOU; https://www.la-croix.com/France/Politique/Robert-Menard-condamne-pour-provocation-haine-2017-04-25-1300842310; https://twitter.com/robertmenardfr/status/1000782546727206912; https://youtu.be/TxbxPsRaC90}.

En 2017, lors de la campagne des présidentielles, Hamon avait déjà fait le buzz en accordant une longue interview dans un restaurant kebab {https://youtu.be/voVllWBlqzw}.

À l'origine de cette idée, le patron du site Streetpress (à l'image, entouré en rouge) : Johan Weisz-Myara, un activiste -depuis 2002- de la blogosphère juive et pro-israélienne proche du Parti socialiste {https://twitter.com/joweisz/status/824283849584738304}.

Ancien membre du site ultra-sioniste Proche-Orient.info {http://panamza.com/ait; http://panamza.com/aiu}, le jeune homme avait bénéficié -après la création de Streetpress en 2009- de l'assistance financière d'Ariane de Rothschild, richissime mécène pro-israélienne, et de l'Open Society de George Soros, un membre-clé du groupe militaro-industriel Carlyle qui tira profit de l'invasion de l'Irak {http://panamza.com/aiv; http://panamza.com/aiw; http://panamza.com/aiw}.

Par ailleurs, Streetpress est à l'avant-garde de ce courant idéologique (représenté par BHL, Fourest, et bien d'autres désormais) ayant propagé l'usage de l'expression "complotiste" pour restreindre la liberté d'expression et diaboliser toute remise en question des versions officielles promulguées par l'axe atlanto-sioniste.

C'est ainsi qu'en 2011, Streetpress sollicita sérieusement les députés français sur une question saugrenue: "Faut-il interdire les propos conspirationnistes?" {http://youtu.be/Eedk0FcdwJI}.

NE MANQUEZ PAS LE FUTUR SCOOP DE PANAMZA : ABONNEZ-VOUS !
http://panamza.com/26343



Vendredi 17 Mai 2019


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires