Propagande médiatique, politique, idéologique

Aveux de Mohammed : Al-Qaïda, c'est moi (Vremia novosteï)



RIA Novosti
Vendredi 16 Mars 2007

Les autorités américaines ont révélé le nom du principal terroriste impliqué dans les événements du 11 septembre 2001 et dans les dizaines d'autres actes terroristes commis dans le monde entier. Comme il ressort du procès-verbal du tribunal militaire sur les détenus de la prison américaine de Guantanamo, rendu public mercredi par le Pentagone, Khalid Cheikh Mohammed, arrêté en 2003 au Pakistan, a reconnu sa responsabilité dans les attentats du 11 septembre. De nombreuses personnalités de premier rang du monde entier - de l'ex-président américain Bill Clinton au pape Jean-Paul II - figurent sur la liste des victimes potentielles du super-terroriste. D'ailleurs, les défenseurs des droits de l'homme ont accueilli avec scepticisme les aveux de Khalid Cheikh Mohammed, rappelant qu'ils avaient été obtenus sous la torture. Qui plus est, ces aveux peuvent servir à justifier une fois de plus les opérations antiterroristes lancées par les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux contre Al-Qaïda.

Le général Alexandre Vladimirov, expert militaire russe, a qualifié les aveux du Pakistanais de "succès du contre-espionnage des Etats-Unis". Selon lui, ces aveux ont retenti au bon moment pour George Bush. En effet, l'opposition démocrate avait maintes fois critiqué le président américain qui, obnubilé par sa guerre en Irak, en a oublié de châtier les terroristes qui avaient tué trois mille Américains en septembre 2001. "A présent, l'administration Bush est sortie lavée de ces accusations. Le dossier de Mohammed sera transmis au tribunal militaire qui rendra son verdict et il sera aussitôt mis à mort. Si bien que personne ne saura jamais si ses aveux sont authentiques. Grâce à ses dépositions, la poursuite de la guerre en Irak aura une justification", estime le général.

Dans ses dépositions, Khalid Cheikh Mohammed a également mentionné l'implication de Washington dans l'activité d'Oussama Ben Laden et des radicaux islamistes au cours du conflit en Afghanistan au cours des années 1980.

Les dépositions du Pakistanais ont suscité une réaction contradictoire aux Etats-Unis. Certains retiennent que des déclarations de Khalid Cheikh Mohammed ont été biffées du texte, car, selon la version officielle, elles contiennent des renseignements considérés comme secret d'Etat ou mettant en cause les intérêts nationaux des Etats-Unis. En outre, la chaîne de télévision ABC rappelle que le prévenu a subi un interrogatoire musclé et "partial", ce qui du reste n'est nié par personne.

Selon Kamiljan Kalandarov, militant des droits de l'Homme au sein de l'ONG russe Al-Haq (Vérité), les aveux arrachés à Khalid Cheikh Mohammed, sont une provocation des services spéciaux américains dirigée contre les musulmans : "J'estime qu'il a été forcé d'endosser tous les crimes commis et projetés et que, de ce fait, il a mis en péril l'ensemble de la communauté musulmane, car cela peut provoquer une vague d'islamophobie".

RIA Novosti décline toute responsabilité quant au contenu des articles tirés de la presse.


Vendredi 16 Mars 2007


Commentaires

1.Posté par Rosner D. Gedeon le 24/09/2007 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

reste ferme jusqu aux bout

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires