Sciences et croyances

Avant l’ère industrielle, le taux de CO2 était à peu près le même qu’aujourd’hui. Pourquoi nous raconter le contraire ?



Dimanche 21 Décembre 2008

Avant l’ère industrielle, le taux de CO2 était à peu près le même qu’aujourd’hui. Pourquoi nous raconter le contraire ?

      Le CO2 ne provoque ni réchauffement ni changement climatique. Ce gaz n’est ni toxique ni polluant.


Canada Free Press, Dr. Tim Ball Wednesday, 10 décembre, 2008


      Combien de prédictions erronées, de suppositions incorrectes et de preuves de l’inexactitude des données, sont nécessaires avant qu’une idée perde toute crédibilité ? Le CO2 ne provoque ni réchauffement ni changement climatique. Ce gaz n’est ni toxique ni polluant. Malgré cela, le président élu Obama s'est entretenu avec Al Gore le 9 décembre, sans aucun doute pour planifier une stratégie contre un changement climatique basé sur ces hypothèses. Ils projettent des plans de réduction des émissions de CO2 totalement inutiles.


      Les tenants du réchauffement anthropique et du changement climatique nous racontent que l'augmentation du CO2 précède et provoque la montée de la température. Ils ont tort. Ils nous disent que la fin du 20ème siècle était la plus chaude enregistrée. Ils ont tort. Recourant au tristement célèbre graphique en « crosse de hockey, » ils nous disent que la période chaude médiévale n’a pas existé. Ils ont tort. Ils nous ont dit que la température du globe monterait en 2008 car les émissions de CO2 ont augmenté. Ils avaient tort. Ils nous ont dit que les glaces de l'Arctique continueraient à diminuer en 2008. Ils avaient tort. Ils nous disent qu’octobre 2008 a été le deuxième mois d’octobre le plus chaud enregistré. Ils ont tort. Ils nous disent que 1998 a été l'année la plus chaude enregistrée aux États-Unis. Ils ont tort, c’était en 1934. Ils nous disent que le taux atmosphérique actuel de CO2 est le plus élevé enregistré. Ils ont tort. Ils nous racontent que le taux du CO2 atmosphérique avant l’ère industrielle comptait environ 100 parties par million (ppm) de moins que les 385 ppm du taux actuel. Ils ont tort. Ce dernier point est primordial car il s’agit du fondement du discours rendant l’homme responsable du réchauffement et du changement climatique, à cause de la montée du taux de CO2 dans l'atmosphère tout au long de l'ère industrielle. En fait, à l'ère pré-industrielle le taux de CO2 était à peu près le même qu'aujourd'hui. Mais comment ont-ils conclu que le taux était plus faible à cette époque ?


      Dans un document soumis à l'audience devant la Commission sénatoriale étasunienne sur le Commerce, la Science, et le Transport, le professeur Zbigniew Jaworowski explique :

      La plupart des conclusions du GIEC sur la cause anthropique et les prévisions du changement climatique, se basent sur l’hypothèse d’un faible taux de CO2 dans l’atmosphère à l'ère pré-industrielle. Cette supposition, établie sur les études glaciologiques, est erronée.


      Les carottes de glace fournissent les archives historiques et les données collectées à Mauna Loa les relevés récents. Ces deux enregistrements sont modifiés radicalement pour produire des courbes lisses continues, avec peu de variabilité. C’était nécessaire pour consolider la preuve, finalisée faussement à partir de nombreuses mesures du 19ème siècle, selon laquelle le taux pré-industriel était aux alentours de 280 ppm et ne variaient pas beaucoup. Ainsi, ils ont construit des courbes lisses et ignoré le fait que le 19ème siècle montre une moyenne mondiale de 335 ppm et une variabilité considérable d'année en année.


      La plupart des gens ignorent que des milliers de mesures du CO2 sont faites directement dans l'atmosphère depuis 1812. Les scientifiques ont fait les relevés grâce à des mesures précises d’instruments étalonnés, comme l’ont parfaitement documenté les travaux de Ernst-Georg Beck. Guy Callendar Stewart s’est intéressé très tôt à ces enregistrements. Il a écarté la plupart d’entre eux, constituant 69% des enregistrements du 19ème siècle, et a choisi uniquement certains de ceux qui établissaient le taux de CO2 pré-industriel à 280 ppm. Voici un graphe des enregistrements avec, encerclés, ceux choisis par Callendar.



      Il est évident que seules les mesures basses ont été choisies. Remarquez aussi comment la pente et la tendance sont modifiées par rapport à l'ensemble des relevés.


      Comme le note Jaworowski :

      La notion de faible taux de CO2 atmosphérique pré-industriel, établie sur cette médiocre connaissance, est devenu le Saint Graal largement accepté du modèle du réchauffement climatique. Ceux qui on fait ce modèle ont ignoré le témoignage des mesures directes du CO2 atmosphérique, qui indique qu’au 19ème siècle sa concentration était en moyenne de 335 ppm.


      Récemment, Beck a confirmé l’étude de Jaworowski. En septembre 2008, un article dans Energy and Environment a étudié de manière très détaillée les relevés et a validé les résultats du 19ème siècle. Dans une conclusion dévastatrice Beck écrit :

      Telle qu’elle est popularisée par le GIEC, l’hypothèse moderne de l’effet de serre se fonde sur les travaux de GS Callendar et CD Keeling, à la suite de S. Arrhenius. L’examen de la littérature disponible fait se demander si ces auteurs ont systématiquement écarté un grand nombre de données techniques valides et d’évaluations anciennes du CO2 atmosphérique parce qu'elles ne s’accordent pas à leur hypothèse ? De toute évidence, ils utilisent uniquement un petit nombre de valeurs choisies avec soin dans la littérature ancienne, en sélectionnant invariablement les résultats compatibles avec l'hypothèse de la montée du CO2 dans l'air, provoquée par la combustion des combustibles fossiles.


      Ainsi, le taux pré-industriel est au moins 50 ppm plus grand que celui introduit dans les modèles informatiques générant toutes les prévisions climatiques du futur. En plus, ces modèles supposent incorrectement une répartition mondiale atmosphérique uniforme du CO2, sans pratiquement aucune variabilité d’une année sur l’autre.


      Beck a constaté que, « Depuis 1812, la concentration du CO2 dans l'air de l'hémisphère nord a fluctué, présentant trois niveaux maximums autour de 1825, 1857 et 1942, le dernier montrant plus de 400 ppm. » Voici un graphe de Beck comparant les relevés du 19ème siècle avec les données des carottes de glace et du Mauna Loa.


      


      Comparez la variabilité des mesures atmosphériques à la ligne lisse des enregistrements des carottes de glace. L'élimination des mesures extrêmes et ensuite l'application d’un lissage de longue durée permet d’atteindre cette moyenne. Quand le lissage est effectué à l'échelle des enregistrements des carottes glaciaires un grand nombre d'informations sont perdues. L’élimination des mesures élevés avant lissage rend la perte encore plus grande. Il convient aussi de noter que, d’après tous les enregistrements connus, la température change avant le taux de CO2, 5 ans après environ dans cet enregistrement.


      L’élimination des données se fait aussi avec les mesures atmosphériques sur le Mauna Loa et ailleurs, dont les variations peuvent atteindre jusqu'à 600 ppm au cours d'une journée. Beck explique comment Charles Keeling a établi les relevés sur le Mauna Loa, en utilisant les mesures les plus basses de l'après-midi. Il n'a pas tenu compte des sources naturelles, une pratique qui se poursuit. Beck suppose que Keeling a décidé d'éviter le faible niveau des sources naturelles en établissant la station à 4.000 mètres en haut du volcan. Tel que Beck le note, « Le Mauna Loa n’est pas représentatif du CO2 atmosphérique de localisations mondiales diverses, mais est juste typique d’un lieu maritime à cette latitude à environ 4.000m d'altitude sur ce volcan. » (Beck, 2008, « 50 ans de mesures continues du CO2 sur le Mauna Loa » Energy and Environment, Vol 19, N° 7.)


      Le fils de Keeling continue à exploiter l'installation de Mauna Loa et, comme le note Beck, « possède le monopole mondial du calibrage de toutes les mesures de CO2. » Depuis que le jeune Keeling est coauteur des rapports du GIEC, il adhère à la version de la représentativité mondiale des relevés sur le Mauna Loa, et il croit que ceux-ci reflètent la montée du taux de CO2 depuis l’ère pré-industrielle.



Les archives des carottes de glace


      Jaworowski estime que les relevés des carottes glaciaires sont au moins de 20% inférieurs. C'est plus raisonnable étant donné les niveaux de CO2 depuis 600 millions d'années grâce aux preuves géologiques. Maintenant, le niveau de 385 ppm est le plus faible de l'ensemble des enregistrements et il est égalée seulement par une période il y a entre 315 et 270 millions d'années.


      


      Il existe nombre de problèmes avec les archives des carotte de glace. Il faut des années, parfois jusqu'à 80 ans, pour que l’air soit piégé dans la glace, de sorte que la question est : qu’est-ce qui est réellement piégé et mesuré ? L’eau de fonte se déplaçant à travers la glace, en particulier quand la glace est proche de la surface, peut contaminer les bulles d'air. Les bactéries établies dans la glace libèrent des gaz, même à grande profondeur dans la glace de 500.000 ans. Avec la pression, en-dessous de 50m la glace cassante devient plastique et commence à couler. Les couches formées chaque année par les chutes de neige disparaissent progressivement quand les couches de glace fondent et se compriment. Une profondeur de glace considérable, couvrant une longue période de temps, est nécessaire pour obtenir un seul relevé profond.


      Une autre preuve des effets du lissage et des relevés glaciaires artificiellement bas sont fournis par les mesures des stomates. Les stomates sont les petites ouvertures sur les feuilles qui varient directement avec la quantité de CO2 dans l’air. Une comparaison entre un enregistrement de stomates et un enregistrement de carotte de glace pour une périone de 2.000 ans illustre le problème.


      


      À droite, les données des stomates montrent des mesures plus élevées et présentant plus de variations par rapport à l’enregistrement trop lissé d'une carotte glaciaire à gauche. Cela correspond quantitativement aux mesures du 19ème siècle, comme l’affirment Jaworowski et Beck. Un enregistrement de stomates danois montre un taux de 333 ppm il y a 9.400 ans et 348 ppm il y a 9.600 ans.


      Aux Etats-Unis, l'agence de protection de l’environnement projette de cataloguer le CO2 dans les substances toxiques et polluantes. Les gouvernements se préparent à créer des taxes sur le carbone et des restrictions draconiennes qui paralyseront l’économie à cause d’un problème totalement inexistant. Il semble qu'une multitude de prédictions ratées, d’hypothèses discréditées et de preuves de l’inexactitude des données soient nécessaires avant qu’une idée perde toute crédibilité. La crédibilité aurait dû disparaître, mais le contrôle politique et la folie prévalent.



Original : www.canadafreepress.com/index.php/article/6855
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



Dimanche 21 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par Blackhole le 21/12/2008 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous les Ecolos, Verts, Groen, Green du monde:

Faites la différences entre pollution et réchauffement climatique

Le réchauffement/refroidissement climatique est un phénomène naturel liée à l'activité solaire qui est cyclique.

La pollution est due à l'homme

C'est la pollution qu'il faut combattre. Pollution de ce que l'on mange, de ce que l'on boit, de ce que l'on respire. C'est ça le vrai problème qui risque de nous mener à l'extinction!


2.Posté par Neg8 le 21/12/2008 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Neg8
@Balckhole : exactement!! Et cet amalgame est voulu !! comme cela nous avons un nouvel ennemi après les communistes et les terrortistes .. ici c'est L'HOMME qui est en cause! Cela permet de nous culpabiliser sur le réchauffement climatique au lieu de nous responsabiliser par rapport à notre pollution et les effets sur notre santé .. Tout cela est voulu et concorde bien avec leur plan .. la bulle immobilière a éclaté, place maintenant à la nouvelle bulle écologique basé sur un gros mensonge (une autre vérité qui dérange!) ça commence bien! Le timing de l'Elite est nickel,les quotas de CO2 sont quasi mis en place en Europe (tien comme par hasard notre cher Al Gore a des intérêts dans ce nouveau marché). Affolant le monde dans lequel nous vivons!

3.Posté par Crapaud du pupitre le 21/12/2008 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a aussi des publications pour dire que l'augmentation de la température entraine une augmentation du CO2 et non l'inverse. Aussi le soleil serait dans une phase très active avec , à la clé, une élévation de la température dont les effets ont été largement observés sur de nombreuses planètes. Il n'y aucune raison pour que notre terre n'en subisse pas les conséquences.

4.Posté par Les culs de pyramide le 21/12/2008 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité, c' est que le réchauffement climatique est dû à l' effet de serre provoqué par le CO2 produit par les activités humaines (si-si, on vous l' a dit et répété).

La réalité, c' est que 30 000 scientifiques américains poursuivent Al Gore pour fraude au réchauffement climatique.

Epouvantail, homme de fer, lion peureux et naïve Dorothy, ne craignons plus le terrifiant et puissant magicien d' Oz mais, tirons plutôt le rideau occulte des conspirateurs qui nous dévoilera leur petitesse et leur ignominie:

et vive Toto !

5.Posté par parousnik le 22/12/2008 01:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le CO2 ne représentant que 0,0385% de l'atmosphère je me demande qui peut croire les affabulations très lucratives du GIEC... Les pollutions industrielles, les pollutions médiatiques, la pollution politiques et les pollutions économique sont les réels dangers pour toute la biodiversité..y compris biensur l'humanité... C'est un arrêt total de toutes ces productions parasites inutiles polluantes et assassines qu'il faut faire cesser... Les occidentaux ont vendu leurs liberté au confort non seulement martériel mais plus grave intellectuel... Ils se pensent pour la plupart des hommes et femmes libres pourtant ils ne font toute leurs vies qu'obeir...et baisser ;le front...

6.Posté par Geronimo70 le 22/12/2008 01:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le réchauffement climatique ne serait il pas simplement dû au réchauffement du soleil ?

Vu que certaines planètes (où il n'y a pas de polution...) subissent le même réchauffement que la terre...

7.Posté par robin le 22/12/2008 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'avoue ne pas saisir l'intérêt d'avoir menti de la part des centaines de scientifiques du GIEC, vu que ça aurait plutôt tendance à restreindre les activités économiques humaines je ne saisi pas quel lobby pourrait vouloir que le GIEC ait dit ce qu'il a dit ?!

8.Posté par Neg8 le 22/12/2008 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Neg8
@Robin : Le lobby des quotas CO2 en Europe par exemple ... normal vu que ce n'est pas encore totalement en place ... ceci constituera par la suite un pilier de la nouvelle économie .. seule les entreprises riches pourront acheter en masse ces fameux cotas et polluer plus que les autres .. au final nous serons au même point si ce n'est que les grandes entrerprises et multinationales seront favorisée ..

9.Posté par pasdupe le 22/12/2008 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai, Robin, il est difficile de croire que les scientifiquesdu GIEC nous aient menti. Pourtant, ralentir l'activité économique humaine (en tout cas en Occident) est, semble-t-il, un but en soi de la haute finance internationale, qui n'a d'yeux que pour les paradis sociaux. Et, plus le mensonge est gros, plus on y croit.

C'est comme avec la crise des subprimes. Je veux bien admettre que l'un ou l'autre employé d'une banque, ait accordé quelques prêts à des emprunteurs nos solvables. Mais que cette "erreur" ait été répétée des millions de fois et par une multitude de banque, cela sent l'arnaque. Et que, en outre, les banques européennes aient acheté ces créances foireuses au point de tomber en faillite, me paraît tout à fait irréaliste. Cela doit bien cacher quelque chose de pas très avouable.

10.Posté par REDBARON 17 le 22/12/2008 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ROBIN
"J'avoue ne pas saisir l'intérêt d'avoir menti de la part des centaines de scientifiques du GIEC, vu que ça aurait plutôt tendance à restreindre les activités économiques humaines je ne saisi pas quel lobby pourrait vouloir que le GIEC ait dit ce qu'il a dit ?!"

Les études et conclusions des scientifiques du GIEC sont systématiquement rewrités.

Prends le temps de visionner cette vidéo... tout est dit et répond à tes questions :

http://video.google.fr/videoplay?docid=-8217430236152148019



11.Posté par Blackhole le 22/12/2008 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Robin

Le GIEC est composé de +/- 2500 personnes
Parmi celles-ci, on compte +/-
1/2 de scientifiques acquis à priori à la cause du réchauffement climatique par l'homme
1/2 de personnes venant de la presse, de la politique , des lobbies, d'entreprises

Tous les scientifiques ne soutenant pas la thèse officielle du GIEC sont systématiquement écartés du groupe.

Le but est simple:
- créer un nouveau marché du CO2 (bourses, quotations, business, ..)
- culpabiliser le citoyen lambda pour qu'il consomme moins (au profit des plus riches) et donc accentuer l'écart entre les plus riches et la classe moyenne, voire les plus pauvres.
- restreindre la capacité d'expansion des pays émergents dont l'énergie est basée sur le carbone (charbon, pétrole, ...)

Toujours le même principe: à qui cela profite, d'où vient l'argent?

La réalité est toute autre:
- le système solaire se réchauffe depuis des années. Cela est constaté sur la plupart des planètes.
- Le climat est déterminé par l'activité solaire et c'est un phénomène cyclique. Le soleil représente 99% de la masse/énergie du système solaire et le CO2 à peine 5% des gaz à effet de serre sur la Terre.
- Le gaz à effet de serre le plus important (85%) est l'eau (sous forme de vapeur)

Je suis pour le respect de la nature et donc contre la pollution de l'air, de l'eau et de la nourriture.
Mais je suis opposé à la bêtise...

12.Posté par BoV le 22/12/2008 20:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourtant, c'est du simple bon sens que de remarquer qu'envoyer des tonnes et des tonnes de carbone dans un système d'équilibre fragile va le perturber. Comment pouvez-vous croire qu'il n'y a pas eu de carbone ajouté dans l'atmosphère entre la début de l'ère industrielle et aujourd'hui? L'océan a tout gobé? Je vous ferai remarqué que bientôt il n'y aura plus de pétrole, et que tout ce jolie liquide noir sortie des profondeurs de la terre sera en grande partie dilapider dans l'atmosphère, avec tous les bouleversements reconnus par la majorité des pays dans le monde. Même les pays émergents le reconnaissent. D'ailleurs, le dernier pays à le reconnaitre fut les états-unis, alors faites pas chier avec a qui cela profite. Ça profite à tous, parce que les couts de l'inaction peuvent être dramatique.

Lisez donc Hubert Reeves, Geneviève Ferone, allez donc vous tester dans des forums zététiques.

Le plus drôle c'est que votre propagande anti-réchauffement global sert les lobbies du pétrole.

13.Posté par bourdonpierre le 23/12/2008 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

À BoV

Il faut lire aussi Paul Joseh Watson, Richard Lindzen Fred Singer et beaucoup d'autres scientifiques.
Aussi le rapport du NIPPCC (Non-Gouvernementale) `` C'est la nature et non l'activité humaine qui détermine le climat`` écrit par 24 scientifiques renommés est disponible sur le site :
http://www.pensee-unique.fr/index.html



14.Posté par bourdonpierre le 23/12/2008 09:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à BoV et à Robin

Article de Richrad Lindzen `Un climat de peur ` http://www.polemia.com/article.php?id=1311

Article de Paul Joseph Watson `Le fascisme rampant de l'hystérie du réchauffement global`
http://www.conspiration.cc/science/imposture_rechauffement_climatique.html

Excellent vidéo `` Le réchauffement climatique : un mensonge qui arrange`` http://www.solidariteetprogres.org/sp_HP-Climat.php3

15.Posté par Platon le 23/12/2008 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour creer une taxe mondiale et surement une banque centrale mondiale aussi ...

16.Posté par Muku le 02/01/2009 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est évident qu'aucun scientifique ne serait capable dans l'état actuel des connaissances, d'établir une relation de cause à effet entre les émissions de CO2 et le prétendu réchauffement climatique.

Le nombre infini de paramètres et la nature chaotique de leur mécanique rend l'étude des climats extrêmement compliquée : l'attribution d'un phénomène climatique à une cause unique ne peut relever que de la vulgarisation stupide. En outre, le phénomène lui-même est totalement inobservable pour le commun des mortels - quoique certains soient tellement endoctrinés qu'ils sont persuadés de le percevoir.

La méthode de la propagande consiste essentiellement à répéter les mots "réchauffement climatique" jusqu'à l'overdose, et à accuser toute critique de "complicité de destruction de la planète". D'ailleurs la théorie de la propagande est tellement inconsistante, qu'elle a attribué au "réchauffement climatique" aussi bien la canicule de 2003 que les étés plutôt frais qui l'ont suivie.

Mais la question la plus problématique est la suivante : même s'il y avait effectivement un réchauffement de la planète, et même si on pouvait l'attribuer avec certitude à l'activité humaine ; en quoi serait-ce une menace ? Personnellement je n'aurais rien contre quelques degrés supplémentaires par ces temps de grand froid.

Ceux qui attribuent sans preuves et de façon univoque ce réchauffement hypothétique, à l'activité humaine, sont des menteurs. Nous ne savons pas pourquoi ils mentent ; nous ne pouvons qu'imaginer les raisons plus au moins plausibles qu'ils pourraient avoir, ils ne mentent d'ailleurs pas forcément tous pour les mêmes raisons ; mais ils mentent.

17.Posté par Lovy1966 le 13/01/2009 05:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bof...bientôt nous seront taxés pour avoir expiré notre C02 de nos poumons humains et même les chats et les chiens seront taxés bienvenue dans le monde de politique qui est loin des sciences appliqués .............IOI

18.Posté par sarah from réunion le 31/01/2009 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce site m'a aidé a me donner une théorie valable sur e réchauffement climatique... c'est sur que la terre tourne et que le climat varie... Mais on ne peut quand même pas être aveugle sur le fait que le gaspille l'énergie de notre planete pour des choses vraiment inutile. Par exemple, une production horticole est un vrai gaspillage d'eau pour un plaisir éphémère. Dernierement, j'ai suivi un reportage a la tele, et il y a un lac qui s'est retirer de plus de 100m en 10 ans ... tout ça pour une production de rose. Alors que l'on pourrai en faire meilleure usage... Mais le systeme est comme cela... Il faut changer les choses et se revolter un peu!!! Agissont tous ensemble afin de prevoir un meilleure avenir pour nos enfant!

19.Posté par alexate le 18/02/2009 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'hallucine de voir tant de paranoia dans vos discours... Avoir un esprit critique, pas de problème. Ne pas gober tout sans réfléchir est un acte essentiel du citoyen responsable. Mais je suis désolé de le dire, le discours de l'auteur de l'article me fait encore plus penser à de la propagande que le discours des scientifiques prétendument intéressés et dirigés par des lobbys. Je pense que les gens qui refusent de voir en partie au moins une responsabilité humaine dans les bouleversements de la planète, en ce compris climatiques, sont des personnes irresponsables et très égocentriques. Cela permet de ne rien changer dans la façon de vivre sur notre planète, en occultant la misère qui y règne et ne fera que s'accentuer.
Pour revenir plus précisément à cet article, avez vous remarqué la technique du premier paragraphe? L'auteur fait des raccourcis comme je n'en ai jamais vu... Il décrit un fait non référencé, puis rajoute "ils ont tord". Par contre, rajoute-t-il des exemples où "ils avaient raison"???
Comment peut-on être si catégorique dans un sens comme dans l'autre?? Ce monsieur fait preuve d'un manque cruel de citoyenneté, comme apparement bcp de gens au vu des réactions et commentaires que suscite cet article...
Franchement je ne m'attendais pas à tant de bétises dans notre monde et ma vision est encore plus pessimiste pour notre avenir... la mobilisation des citoyens n'est pas prête de se mettre sur pied...

20.Posté par alexate le 18/02/2009 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour votre gouverne, Tim Ball est à la retraite et fait partie de l'organisation "Friends of Science" financée en partie par l'industrie pétrolière... Mais il est bien sûr blanc comme neige... et ce sont les tjrs les scientifiques les pourris...
http://www.thestar.com/News/article/175673

21.Posté par Gus le 18/02/2009 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Edifiant!

En dehors du fait que cet article soit étayé par des sources relativement douteuses vu qu'elles ne sont ni citées dans leur intégralité ni reprises dans une liste bibliographique complète, la première impression que j'ai eue en le lisant a été: "on dirait un message de propagande écrit par un prédicateur évangéliste". Vous savez, les mêmes qui prétendent que la terre a été créée il y a 10000 ans, qu'Adam et Eve ont été les premiers hommes et qu'ils partagaient leur espace de vie avec des dinosaures... Je ne dis pas que ces gens n'ont pas le droit de croire ce qu'ils croient mais, je suis toujours interpelés quand des hommes d'église se mèlent de faire de la science (et vice versa).

Comme le dit alexate, toute la première partie du texte n'est qu'un débalage de faits non référencés qui ne sont peut-être même plus des théories acceptées par l'ensemble des scientifiques et il se contente de dire qu'ils avaient tort sans dire en quoi ils avaient tort. De plus, il fait un amalgame monstrueux entre des faits ponctuels dificiles à prédire et des théories scientifiques acceptées par la majorité du monde scientifique.

Exemple:

Ils nous ont dit que les glaces de l'Arctique continueraient à diminuer en 2008. Ils avaient tort.


Effectivement, les glaces de l'Arctique ont moins reculé durant l'été 2008 que durant l'été 2007. L'auteur oublie de dire que l'été 2007 a été un record au niveau de la fonte de la banquise. Donc oui, la glace a moins fondu en 2008 qu'en 2007 mais, il reste qu'elle a quand même beaucoup fondu et que la surface de glace en 2008 était inférieure à la moyenne réalisée sur la période allant de 1979 à 2000 et à l'année 2005 par exemple. Vu que je reproche à l'auteur de ne pas citer ses sources, je cite la mienne. Il s'agit du National snow and ice data center, un centre de recherche américain qui s'occupe (entre autres) de référencer et cartographier les glaces flottantes et continentales de la planète. Ci-dessous, le lien vers leur site Internet.

http://nsidc.org/index.html://

Si les scientifique prévoient que la banquise continuera à reculer, c'est bien sûr en moyenne. Aucun scientifique digne de ce nom ne se fiera jamais à une donnée ponctuelle pour valider ou invalider une théorie.

Il met en suite en doute les mesures faites sur les carottes glacières en avancant l'argument que le piégeage des molécules dépend de tellement de paramètres différents que l'erreur sur ces mesures doit être énorme.
Il ne semble pas se demander quelle doit être l'erreur expérimentale d'une mesure réalisée directement dans l'athmosphère au moyen d'un appareil de mesure mis au point en 1812... De plus même si ces mesures sont entachées d'imprécisions (ce dont sont tout à fait conscients les scientifiques qui les utilisent) c'est en les répétant à différents endroits et en utilisant des moyennes qu'il est possible d'obtenir des tendances fiables.

Les commentaires qui viennent en suite sont encore plus constrenants. Surtout cette histoire de lobbies...
Bien sûr, il n'existe sur terre qu'un seul grand lobby qui a pour but de tous nous faire payer des quotas de CO2 dans l'unique but d'empécher tout développement d'activité industrielle par d'autres personnes que par des riches et puissants qui ont les moyens de les payer...
Les lobbies des producteurs de pétrole, des constructeurs de voitures, de l'aviation, de l'industrie pétrochimique (et j'en passe) eux, bien sûr, sont d'innocents philanthropes qui n'ont aucun intérêt à ce que le trouble subsiste quant à la véracité des propos défendus par les lobbies écolos. Alors, si on se pose la question de savoir si la théorie de la cause anthropique du changement climatique n'est pas un ôdieu complot ourdi par des groupes de pression de soixante-huitards attardés dans le but de nous empècher de continuer à polluer la planète de la façon la plus inconciente qui soit, on pourrait aussi se demander qui se cache derrière le genre de torchon qu'on peut lire ci-dessus... Un peu d'esprit critique ne fait de mal à personne et s'il est vrai que tous les aspects des causes et conséquences du changement climatique global ne font pas l'unanimité parmis le monde scientifique, la majorité s'accorde sur le fait qu'il y a un lien entre notre mode de consommation et ce changement.

Même si tout n'est pas encore prouvé à 100%, le nombre de preuves et de signes qui attirent notre attention sur l'urgence de freiner notre mode de consommation devraient tout de même faire réfléchir. Il est vrai que les études publiées sur la corrélation entre l'augmentation de température et la concentration de CO2 sont par nature corrélatives et donc sujettes à discussion et à interprétation (comme toute étude scientifique par ailleurs). Cela ne doit toutefois pas faire oublier le principe de précaution et quoi qu'on en dise, moins on brûlera de pétrole ou autres énergies fossiles, mieux la planète se portera. La combustion de ces matières ne génère pas que du CO2. Tout cela libère des particules fibes, des oxydes d'azote pour ne parler que d'eux et la pollution chimique sans cesse croissante devrait suffire à faire réfléchir sur notre mode de vie.

Sur ce, j'espère qu'il y a quand même des personnes qui ont été aussi choquées que moi en lisant cet article à la provenance douteuse.





22.Posté par Masque le 25/07/2009 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Contrairement à ce que je lis dans la réponse d'alexate, je pense, tout en étant d'accord avec le contenu de l'article, qu'il y a des tas de choses à changer en ce monde ! Y compris sur le plan écologique et environnemental.

Mais il ne s'agit pas de CO2. Au contraire, ceux qui veulent réduire les émissions de CO2 sont des anti-écologistes (certains, malgré eux), pour la simple raison que s'obnubiler sur le "problème" du CO2 empêche de s'occuper aussi sérieusement qu'il faudrait des vrais problèmes environnementaux. Ca aussi, ça arrange les industriels !

Le "réchauffement climatique", contrairement aux apparences, arrange bien les affaires de certains gros industriels.

23.Posté par Masque le 25/07/2009 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Et donc, je vous donne rendez-vous début 2030 pour voir comment ont évolué les températures pendant les 30 premières années du siècle.

Pour faire comprendre mon allusion, j'ajouterais sur un ton humoristique, qu'on pourrait à cette occasion tous se retrouver pour une méga séance de patin à glace sur le lac !
;-)

Mais n'oubliez pas pour autant de payer votre taxe carbone !

24.Posté par WELL le 02/10/2009 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, Vous écrivez une traduction de: PETRUS LOMBARD, mais quel ouvrage a été traduit, et où peut-on acheter l'oeuvre intégrale traduite. De quelle nature proviennent les modifications et les disparitions des espèces animales. Pourquoi, le gaz des véhicules qui circulent, provoquent des symptômes chez les humains.(enfants en particulier). Que se passe t-il exactement ! Les dagazages, les marées noires ne seraient qu'une vue de l'esprit sur les conséquences négatives sur le milieu marin. Pourquoi n'existe t-il pas de manifestations extérieures dans les rues de personnalités connues, qui pensent que la pollution n''est pas l'explication.Les réponses permettraient de gonfler les adeptes. Merci

25.Posté par Dominique Guillet le 02/10/2009 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour info, j'ai commencé un dossier ici:http://www.liberterre.fr/gaiasophia/gaia-climats/index-climat.html

après avoir écrit "Caniculs-bénis" et "Carbone, mon Amour"

Voir également l'article de William Engdahl traduit par Petrus Lombard

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15426

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires