Politique Nationale/Internationale

Aux candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 : quelle politique multidimensionnelle et opérationnelle, proposez vous pour réaliser les réformes, la justice sociale et la démocratie de l’Algérie horizon 2020/2030


ALGERIE


Abderrahmane Mebtoul
Mercredi 13 Novembre 2019

ELECTION PRESIDENTIELLE ALGERIE

Aux candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 : quelle politique multidimensionnelle et opérationnelle, proposez vous pour réaliser les réformes, la justice sociale et la démocratie de l’Algérie horizon 2020/2030

1.-En attendant le programme définitif des candidats, j’apporterai mon soutien- avec de nombreux amis et réseaux, ayant eu une position constante de 1974 à 2019, mes écrits l’attestant sur les liens entre réformes et démocratie. Et sous réserve d’une totale transparence, l’ANP s’étant engagé auprès de l’opinion nationale et internationale pour accompagner ce processus déterminant pour l’avenir du pays ce qui implique la véritable indépendance de la commission de surveillance des élections , loin de toute tutelle du gouvernement et de ses relais qui doit éviter toutes décisions ou déclarations qui parasiteraient le débat contradictoire de cette élection qui influeraient négativement sur le taux de participation. Parallèlement, le gel de toute loi au niveau de l’APN, par un gouvernement transitoire, est impératif durant la campagne électorale. Dans le cas contraire à mes convictions, en cas de non transparence et de promesses populistes non réalisables pour de véritables réformes, comme de nombreux algériens, je m’abstiendrai ou voterai blanc, où un fort taux d’abstention serait préjudiciable à l'image de l'Algérie.

2.-Les programmes qui engageront l’avenir du pays, devront éviter la langue de bois, des idées générales populistes, mais se fonder sur un plan précis au sein d’une stratégie reposant sur de profondes réformes structurelles, réalistes, datés et quantifiés, comme facteur de développement. La prospérité au XXIème sera fondée sur la bonne gouvernance et le savoir, avec l’ère d’internet et de l’intelligence artificielle qui pénètrent tous les secteurs civils et militaires et modèlent les comportements des générations futures qui ont une autre perception du monde.

3.- L’impasse actuelle trouve son essence au niveau politique et économique par la mauvaise allocation des ressources, de ces nombreux projets non maturés avec des surcouts exorbitants avec peu d' impacts, de la corruption socialisée et du fait de l’ancienne culture des dirigeants, du mythe dépassé des matières premières et de la rente des hydrocarbures, lorsque le bâtiment va tout va, comme source de la croissance, ce qui a conduit le pays à la crise multidimensionnelle que vit actuellement l’Algérie.

4.-Aussi, pour les candidats, le discrédit serait d’avoir un programme utopique, comme la distribution de revenus sans contreparties productives qui conduirait le pays au suicide collectif, devant tenir compte notre longue histoire millénaire, mais surtout de préparer l’avenir pour faire face aux nombreux enjeux géostratégiques mondiaux et aux profondes mutations internes de la société algérienne : donc tenir compte des réalisations depuis l’indépendance politique, évitant cette sinistrose mais également l’autosatisfaction en recensant les insuffisances, et le pourquoi de cet important divorce entre les dépenses et les impacts, insuffisances qu’il s ‘agira de corriger.

5.-Sous réserves d’avoir une vision et une nette volonté politique, loin des aléas de la rente, les réformes tant dans le domaine politique, institutionnel, économique social, culturel (facteur déterminant au XXIème siècle), militaire/sécuritaire et des affaires étrangères nécessaires pour s’adapter à un univers en perpétuel mouvement, impliquant une refonte une refonte des relations internationales pour un monde plus juste, où actuellement le primat du financier détruit les relations de solidarités sociales et où toute nation qui n’avance pas recule, n’existant pas de situation statique, seront douloureuses.

6.- Aussi, il est impératif d’avoir un discours de vérité et rien que la vérité. Ces réformes doivent avoir l’assentiment de la population grâce à un dialogue productif permanent et un sacrifice partagé –concilier l’efficacité économique et la nécessaire cohésion sociale- d’où l’importance de la moralité irréprochable des candidats et de contre pouvoirs politiques et sociaux, Car les défis de l’Algérie de 2020/2030, pour instaurer la démocratie tenant compte de notre authenticité, du fait du retard dans les réformes structurelles , sont nombreux et complexes, nécessitant une mobilisation générale, tenant compte de la diversité des opinions, par la culture de la tolérance, personne n’ayant le monopole de la vérité et du patriotisme, le plus grand ignorant étant celui qui prétend tout savoir.

7.-Sans la résolution de la crise politique, et un pouvoir légitime, aucun investisseur sérieux ne viendra même si l’on établit les meilleures lois du monde, avec le risque d’une grave récession économique et sociale. Puisse notre cher pays connaitre, paix, sécurité et développement et être un acteur majeur au niveau des relations internationales dominées non plus par des relations personnalisées mais sur des réseaux à travers la société civile, et ce pour un monde plus juste fondé sur des partenariats gagnant-gagnant et les énergies créatrices, notamment de la région méditerranéenne et africaine, son espace naturel, où l’intégration régionale domine. Il en a les potentialités, sous réserve d’une nouvelle gouvernance fondée sur la morale et en donnant le primat au savoir, fondement de la richesse des nations.

Paris le 12 novembre 2019
Professeur des universités, expert international (Docteur d’Etat 1974) Abderrahmane MEBTOUL ademmebtoul@gmail.com



Mardi 12 Novembre 2019


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires