Palestine occupée

Au sujet du racisme et de la coexistence à Acre


Les récents incidents survenus à Acre semblaient être des actes spontanés de racisme et une menace pour la "coexistence" entre Arabes et Juifs dans la ville. Mais ce n'est vrai que si nous prenons au sérieux la notion idéaliste de la "coexistence" qui, selon certains prévalait à Acre. Si non, il nous reste la réalité dans laquelle deux peuples vivent dans la même juridiction, mais où la minorité, les Arabes, est victime de discrimination dans tous les domaines : le droit, les services, l'éducation et le développement.


Par Reem Hazzan
Reem Hazzan, sociologue, est membre du Parti communiste d'Israël, membre de la direction nationale du Front Démocratique pour la Paix et l'Egalité (Hadash), et candidat aux prochaines élections municipales d’Acre.


Mardi 4 Novembre 2008

Au sujet du racisme et de la coexistence à Acre
La majorité juive souffre également de la pauvreté et du chômage, mais cette majorité considère le conflit dans le contexte de la religion et passe sa colère sur la communauté arabe plutôt que sur l'État. Elle ne voit pas le problème comme une question d'oppression méthodique.

Bien qu’Acre soit reconnue par l'UNESCO comme site du patrimoine mondial, certains souhaitent modifier son histoire et son patrimoine. Acre est l'une des cinq villes mixtes d’Israël. Trente pour cent de sa population est Arabe et vit dans différentes parties de la ville. La plupart d’entre eux ont un statut socio-économique très bas et ceux qui vivent dans la vieille ville souffrent de la mauvaise qualité des infrastructures, des égouts aux lignes téléphoniques. Les signes de discrimination sont tout à fait évidents.

Jusqu'à il y a quelques années, il n'y avait pas de tension entre Arabes et Juifs. Mais en 2005, des colons et des fanatiques juifs ont été délibérément installés à Acre en vue de maintenir la majorité démographique et de renforcer les efforts visant à judaïser la ville, des efforts soutenus par l'Agence Juive et la municipalité d'Acre.

Les violentes agressions racistes contre les Arabes à Acre et la contrainte religieuse pratiquée la nuit du Yom Kippour trouvent leur légitimité morale dans ce plan de judaïsation d’Acre, principalement à l'intérieur des murs de la vieille ville. Ce plan vise à ne laisser aucun signe du patrimoine historique ou de la présence physique palestinienne, Arabe ou Islamique. L'aspect économique de ce plan est d'ouvrir la vieille ville aux investissements qui sont réservés aux juifs et/ou aux capitaux étrangers et de transformer la ville en en site touristique sans âme mais qui rapporte de l'argent.

La discrimination à l'égard des citoyens arabes dans l’infrastructure, le développement, et les allocations budgétaires n’est pas nouvelle, mais le plan de judaïsation d’Acre a inclus une négligence conséquente des besoins et des demandes de la population arabe, ce qui provoque plus de pauvreté, une plus grande oppression, plus de rage et de désespoir - tout cela pour aider à convaincre la population arabe de quitter la vieille ville.

La responsabilité de préserver Acre, sa population et son âme, est de la responsabilité de tous ceux qui respectent et s’intéressent à leur patrimoine. La tentative d'rxpulser les Arabes de la Vieille Ville n'est rien d’autre qu'un acte flagrant de nettoyage ethnique.

Avant de parler de coexistence, nous avons besoin d’abord de parler d'existence. Il ne peut y avoir de "co" quand un côté opprime l’autre en négligeant ses droits et ses besoins et tente de falsifier son identité et ses racines.

Les perceptions de la coexistence doivent être déconstruites. La coexistence et la création d'une vision mutuelle sont un processus pour les citoyens d'Acre et d’Israël qui n’est pas encore une réalité. Il s'agit d'un processus dans lequel les droits et les exigences des citoyens arabes doivent être satisfaits et exaucés de façon à ce que les intérêts mutuels puissent construire une compréhension mutuelle.

Le processus de coexistence est une lutte dans laquelle doivent s’engager toutes les personnes saines d'esprit des deux côtés – qui sont celles et ceux qui comprennent que, pour parvenir à cette aspiration, Israël doit reconnaître ses méfaits historiques contre le peuple palestinien et l'oppression de ses citoyens palestiniens -

L’installation d'éléments fanatiques à Acre, au cours des dernières années a soulevé de nombreuses questions pour les Arabes et les Juifs. L'existence côte à côte exige la fin immédiate du plan de judaïsation d’Acre et une intervention internationale pour préserver la vieille ville.

La façon de reconstruire une existence mutuelle à Acre et de poser les bases de la coexistence espérée, c’est de s’attaquer à fond aux problèmes comme le chômage et la pauvreté, l'éducation, et les services et les commerces, tout en construisant un véritable dialogue entre citoyens arabes et juifs basé sur une réconciliation historique et politique.

Comme mon communisme est toujours optimiste, je sais que l'oppression ne dure jamais. En tant que Palestinien, je dis qu’une coexistence, c'est la simple compréhension humaine que nous ne pouvons pas contrôler ce que l'histoire a créé, mais nous sommes en mesure de changer notre présent et l'avenir.
  Source : http://mrzine.monthlyreview.org/  
  Traduction : MG pour ISM

http://ism-france.org/news/article.php?id=10286&type=analyse&lesujet=Racisme http://ism-france.org/news/article.php?id=10286&type=analyse&lesujet=Racisme



Mardi 4 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires