Palestine occupée

Au pays du Cèdre



Jeudi 22 Mai 2008

Au pays du Cèdre
Nicolas Sarkozy (France) : "Cet accord est une consolidation de la paix civile et un retour à un fonctionnement normal des institutions libanaises"
Saad Hariri (Liban) : "Je sais que les blessures sont profondes, et ma blessure est profonde, mais nous ne pouvons construire le Liban que les uns avec les autres"
Fouad Siniora (Liban) : "Nous devons jurer de ne jamais recourir aux armes pour régler nos différends politiques"
Bernard Kouchner (France) : "Ce succès revient d’abord aux Libanais qui ont su faire preuve de sens du dialogue et de la responsabilité en ces heures graves pour le pays du Cèdre"
Walid al-Moallem (Syrie) : "La sécurité et la stabilité du Liban sont importantes et vitales pour la sécurité et la stabilité de la Syrie"
Fouad Siniora : "Nous devons nous accepter les uns les autres et dialoguer pour résoudre les problèmes. Nous voulons vivre ensemble, et nous continuerons de le faire : nous n’avons pas le choix"
Nicolas Sarkozy : "Un grand succès pour le Liban et pour tous les Libanais"
Saad Hariri : "Aujourd’hui, nous tournons une page dans l’histoire du Liban"
Bernard Kouchner : "Il revient à l’ensemble des Libanais de bâtir sur cet accord les bases d’une réconciliation nationale dans l’intérêt supérieur du pays"
Nicolas Sarkozy : "La France, qui s’est elle-même beaucoup investie dans la recherche d’une solution à la crise libanaise, n’a cessé d’appuyer le processus qui a permis d’aboutir à cette entente"
Mohammed Raad (Liban) : "Aucune des parties n’a eu tout ce qu’elle demandait mais l’accord est un bon équilibre entre les exigences de toutes les parties"
Amr Moussa (Ligue arabe) : "Il n’y a ni vainqueurs, ni vaincus dans cet accord"
Bernard Kouchner : "Une étape essentielle dans la restauration complète de l’unité, de la stabilité et de l’indépendance du Liban"
Condoleezza Rice (Etats-unis) : "Une étape constructive"
David Walch (Etats-unis) : "Une étape nécessaire et positive"
Nabih Berri (Liban) : "Comme cadeau présenté à la conférence de Doha, j’annonce au nom de l’opposition la levée du sit-in dans le centre-ville de Beyrouth à partir de ce jour"
Michel Sleimane (Futur président de la République libanaise) : "Je suis heureux"
(...)
Mlle Sirilal (jeune employée de maison sri lankaise) : "Dès que j’aurai assez d’argent pour acheter mon billet d’avion, je retourne dans mon pays"
"oui mais les combats avec les combattants des Tigres tamouls font rage"
"je m’enfous... j’aurai certainement encore moins à manger qu’ici mais je retrouverai ma dignité"
"la vie au Liban vous déçoit à ce point ?"
"ici... c’est l’esclavage"
"mais encore ?"
"je travaille 18 heures par jour, sept jours par semaine toute l’année, et les heures durant lesquelles je ne travaille pas, je suis d’astreinte. Je suis payée à peine 2 dollars par jour. Mon salaire, je le perçois en liquide de la main à la main, sans bulletin de paie. Je dors dans un recoin de la cuisine et je mange de ce qui reste des repas de mes maîtres. Je suis objet de mépris et de plaisir, on me bat et on me viole à volonté. Il n’y a, dans ce pays, ni lois ni droits qui protègent les travailleurs étrangers. Des jeunes filles comme moi, nous sommes des milliers. Nous travaillons dans des familles de toutes les confessions, de toutes les communautés et de tous les clans. Toutes les filles que je connais n’aspirent qu’à une chose, foutre le camp..."
"pourquoi donc êtes-vous venus ?"
"nous n’avions pas le choix, moi-même quand je suis arrivée, j’avais 11 ans... tout l’argent que je gagnais je l’envoyais à ma famille et maintenant je le garde pour m’extraire de cet enfer... de ce pays de... comment dites-vous ?
"du Cèdre !"

Al Faraby

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Jeudi 22 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par nada le 22/05/2008 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon cher Al-Faraby, n'oublions pas que le Bourgeios dans la philosopie Molièrerienne est un Gentil homme. Votre humour est une histoire la plus ancienne et depuis que ce dernier portant des canines pointues qui embélient ses dents.

Cependant l'histoire du Liban, me rapelle fort un conte d'enfant, où plusieurs singes se disputèrent le partage d'un fromage, où chacun voulait avoir une part à mettre sous ses dents.
Voilà un défferend, qu'ils les amènent droit devant un singe sage les considérant, il regarda le beau morceau du fromage, et demanda de le mettre dans une balance, et le poids de la matière penchant devant le poids-mesure, là il grignota un peu de ce fromage l'équilibrant,, là la mesure penchant, il grignota à nouveau espérant une équilibre, pour pouvoir le distribuer à ses singes sollicitants, puis, suite et suite le fromage diminuait de son volume, ces singes inquièts recupèrent, le reste de ce morceau du fromage, là ils vont, chez un autre sage, afin d'obtenir un partage pour ce qu'il reste de ce fromage et avant que tout ne disparesse et ne laissant plus rien à ceux qui voulaient un bon juge, juste, sage et selon leur propre raisonnement.
C'est ça le partage établit dans la région, et aussi 'ni gagnant, ni perdant'!

Pour le moment, et comme on entend de la bouche de la plus part de la population, le peuple Libanais, a une immense capacité d'oublier, et de repartir en portant son regard loin derrière l'horizon, d'un sourire plein d'espérance. Alors, espérons.
Quant à l'esclavagisme, et ayant du respect pour ces gens: d'Ethiopie, La somalie, Le Srilanka, Thailand etc,fuiyant les turbulences dans leurs propres pays, ils viennent avec des contrats, eux-mêmes ignorent pour qui ils vont travailler, qu'il est le vrai profil de leur soi-disant patron?
Un sujet opiniâtre nécessiterait un article à part évidemment.


2.Posté par Marie le 22/05/2008 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui a rédigé cet article, on dirait qu'il ramène le niveau de la discussion, vers une vision adaptée à la société occidentale uniquement. Les Libanais et dans l'ensemble de toutes les communautés restées dans le pays, arrivent à un tels dégoûts des agissements provoqués par leurs représentants politiques, ces derniers les manipulaient et sans cesse, les inscitaient à faire la loi de tallion, et tous ces morts engendrés par leur irresponsabilité, ramène tous ces citoyens Libanais de se dire, un accord ramené par le Diable et nous nous l'adapterions à notre vie et nous nous composerions avec.
Valait mille fois cet accord, négocié, argumenté, puis signé, qu'avoir à l'heure actuelle un jugement connu de Salomon, là, ils auraient réveillé cette glaive à doubles tranchants, quoi, d'une main, couper la patrie en petits morceaux, comme si on coupait son propre enfant, où bien dans l'autre main, de reveiller les vieux démons, armés de leur prétendu faille biblique dans la région, dévorant tout?
Puis Hozballah, vous voyez les couleurs de leurs idées déssinées claires, devant vous en noir et blanc, le danger ne vient pas de celui qui annonce sa présence représentative, légitime, car nombreux sont les Chiïtes, longtemps opprimés, ces libanais qui ont adoptés cette foi qui les honore, existaient au Liban, comme tout autre Libanais, et bien avant l'arrivée des trois réligions monothéïstes, car autrefois, la réligion cheminée vers les Libanais, et tous dans leurs diversités les ayant adoptées selon leur choix propre, selon leur propre conviction, mais ne l'étaient jamais de force.

Al Faraby, j'en suis sûre qu'il n'avait pas passé la revue des différentes guerres de Liban, je ne parle pas de celles avant 1948, ni de la révolution provoquée par Monsieur Chamoune et ses adeptes du grand Liban, je parle de la toute dernière, de 1975 et à ce jour:
1 - Les Maronites, contre tous les musulmans, car ces derniers été supposés protéger les camps Palestiens.
2- Les Arabes refusaient toute adhésion, et de venir en aide à leurs frères de la même confession, car à l'époque, défendre les palestiens était concidéré comme étant Communiste, alors, les musulmans étaient condamnable et avant toute action.
3- L'Europe entière ne voulait entendre parler que sur les terres du Liban, puissent vivre une population autre que des chrétiens, et selon leur plan, "la preuve Chypre-Greque fait partie de l'Europe à l'heure présente", de là un jet d'une pierre, ils sont au coeur de Jerusalem, et sans avoir sacrifié le moindre soldat, cette guerre à leur yeux est devenue un jeu d'enfant, rien qu'avoir ces dirigeants, incultes se prendre pour un 'Dieu'.
4- L'appel à la Syrie par Les Phalanges Chrétiens à l'époque, était béni par le monde entier, mais la suite ne se déroula pas selon leur plan. Changement du ton.
5- L'arrivée des accords de Taëf puis suivi de Monsieur Hariri, le Saint Sauveur, qui ont abouti à stabiliser d'au moins pour une période le Liban, construction du centre de Beyrouth, cependant, le pays étranglé sous le poids d'une dette alarmante, et pourtant, la patrie deserté de ses jeunes, où chaque jeune à l'étranger nourrissait une armée de sa famille restée sans resource suffisante pour assumer leur survie.
6- La suite de l'histoire.... toute personne éclairée voit dans cet accord de Doha, une solution, certes, la mèche du fanatisme, à l'heure actuelle peut être éteinte, et il suffit d'un mot de haine, pour mettre le pays à feu et à sang, et là nous verrions les côtes desertées, et comme l'était ce test provoqué par ces quelques voyoux inventés par ces quelques personnes Libanaises, que je ne souhaite répeter leurs noms, et Monsieur le représentant Américain Welch.

7- Dans les différents discours des politiques libanais hier si aucun, n'ait prononcé un mot au sujet des prisonniers Libanais enfermés par l'Etat Israëlien à ce jour, je reste persuader que Hozballah a volontèrement modéré ses propos, pour ne pas ouvrir à nouveau le courant fragile de la discorde, qui tisse l'habit enflammable que porte encore les libanais et dans leur ensemble.
Alors, arrêtons, et que chacun balaye à sa porte, nos jours en France, ce pays où on refuse à la femme voilée de rentrer en cours tête couverte, cependant, nos enfants, nous citent le monde de l'isolement, qu'est leur monde nos jours:

Il n'y a qu'à se déplacer dans les universités occidentales où un repli sur soi qui se généralise au sein de toute une population, qui se traduit par:
1 - Jeunes notables à leurs frais entament des voyages à Rome et par la suite aux quatres coins du monde pour prêcher la nouvelle arrivée de Christ, en bobiner les gens.
2- Jeunes d'une autre confession, juifs pratiquants, où les professeurs adaptant leur emploi du temps, à ces jeunes qui ne veulent pas venir en cours et à partir des Vendrediss après midi et jusqu'à dimanche, les autres élèves non pratiquant ils ne leur reste plus que de s'adapter avec, et aussi quand votre enfant vient de vous dire mon meilleur ami est juif mais je ne peux l'inviter à la maison car il ne mange que cacher, ctd: il ne mange pas avec votre fourchette, il ne coupe pas de votre couteau, il ne boit pas dans le verre dont vous disposez, il ne peut pas tout simplement partager un minimum de votre convivialité, ça ce n'est pas au Liban, non plus en Israël mais bien en France.



3.Posté par bibi le 23/05/2008 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai pa compris qu'est-ce-que venait faire cette intervention srilankaise, elle fait partie dé politiciens ? Vous avez, comme on dit, sauté du coq a l'ane. On n'a vraiment pa besoin de cette mauvaise plubicité malsaine en ce moment !!!!!!

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires