Tribune libre

Au nom de l'Humanité qui est en moi


Pour Kinver ,citoyen du Quebec.


corinnecanada@free.fr
Jeudi 14 Septembre 2006

Au nom de l'Humanité qui est en moi

je te demande pardon car nous sommes tous responsables de ce que ce jardin appelé la Terre est devenue.

La machine s’enraye, le véritable terrorisme est l’injustice planétaire.
Nous devons cesser d’accepter le mensonge organisé.
Nous devons te faire un monde plus juste et proche des valeurs essentielles.
T'ont ils seulement appris à regarder cette feuille d’érable qui s’empourpre de seconde en seconde ?

Je sais KINVER, ils brûlent les forêts avec leurs pluies acides, ils assassinent des enfants, ils empoisonnent des innocents
L’amour , la famille et l’amitié ne te paraissent plus que simulacres.
Il faut dire qu’Hiroshima nous a montré jusqu’où la folie humaine pouvait conduire.
En ce sens, oui, Kimver, je te comprends, l’être humain n’a rien d’humain,et l’Histoire est l’histoire de la souffrance.Elle est probablement plus forte dans les cités.
Certains enfants meurent de faim, d’autres sous les bombes, d’autres de manque d’amour, d’autres encore de nouvelles maladies,…, d’autres Kimver, de perte de sens de l’existence.
Le crime est le même.
Car nous avons les moyens de les éviter.
Saches, cher jeune homme, que d’autres, pour toi et pour cette jeune femme ne cesseront de neutraliser les criminels.
La violence est à combattre en chacun de nous.
Le chemin est difficile mais je crois que c’est la seule voie.

Les sciences humaines dont la psychologie, la sociologie demandent depuis longtemps que l’on communique avec les spectateurs innocents et désarmés face aux séries films, vidéos, consoles totalement stériles et dont l’unique objet est le profit à court terme.
La fiction du XXI siècle est tellement dangereuse.
Elle a favorisé aussi cette course au n’importe quoi, la machine comme une bête folle est lancée.Ce ne sont que des machines.
Nous te faisons la promesse de les arrêter.
Ta disparition de cette vie Kinver nous rappelle,hélas, une fois de plus, combien il est urgent de communiquer, de s’entraider et de construire ensemble un monde plus juste et harmonieux.
Il n’y a pas que des simulacres, Kinver, il y a des milliers d’hommes et de femmes qui sont en marche pour préserver et (re?)construire ce paradis perdu.

Ce sont souvent de petites gens invisibles sur les écrans qui, du matin jusqu’au soir redonnent à cette planète un peu plus de justice, de compassion, de fraternité, en résumé, redonnent le sens de ces valeurs dont on t’a parlé au CEGEP, qui figurent sur la déclaration des droits de l’indien,de l’homme de l’enfant de beaucoup de textes politiques et/ou religieux du nord au sud et de l’est à l’ouest de cet univers.

Ce monde là dont tu n’osais rêver, nous devons le bâtir, il nous faut de la force de la rigueur beaucoup de travail.et de patience.
Nous qui sommes encore debout, nous devons pouvoir voir et faire voir la beauté de l’été indien.
Nous devons respecter toute chose qui vit pour que plus jamais ces si mauvaises fictions ne deviennent réalité.
Nous devons réapprendre la Vie.
Tu fais partie de nous à tout jamais.


Jeudi 14 Septembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires