MONDE

Au lieu de faire des prouesses, l'Afrique attend des promesses


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 11:41 La guerre à la vérité de l'Ouest



contact@mlan.fr
Vendredi 11 Juillet 2008


Le sommet des pays du G8 a pris fin ce mercredi 9 Juillet 2008 au Japon. Comme à leur habitude, c’était l’occasion pour ceux qui se prennent pour le centre de gravité du monde, les pays qui se glorifient dans leur hypocrisie, de se faire leur publicité. Pour la première fois ce sommet peut se vanter de contraindre au moins ces pays à l’adoption d’un objectif chiffré sur la réduction des émissions de gaz. En effet, les dirigeants des huit pays les plus industrialisés (G8) se sont accordés mardi au Japon sur la nécessité de réduire «d'au moins 50 %» d'ici 2050 les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le G8 envisage pour cela de s'associer aux négociations en cours sous l'égide de l'ONU au sein de la Convention sur les changements climatiques (UNFCCC). A l’endroit de l’Afrique, le contient qui fait parler même les « muets », le communiqué final indique que le G8 a renouvelé les engagements sur l'aide publique au développement pris à Gleneagles en 2005. Lors de ce sommet ces pays s’étaient engagés à doubler l'aide à l'Afrique pour la porter à 50 milliards de dollars par an d'ici 2010. Le présent article fait suite à l’humiliation que certains dirigeants africains font subir aux valeureux fils de l’Afrique que nous sommes.

Pourquoi l’Afrique attend toujours des promesses des autres

Les dirigeants africains ont demandé lundi (premier jour du sommet) au groupe des huit pays industrialisés, en sommet au Japon, d’honorer leurs engagements envers le continent, tout en avertissant que l’augmentation des prix des denrées alimentaires et du prix du pétrole représente un danger immédiat. Réunis sur l’île japonaise d’Hokkaïdo, les sept dirigeants africains (Afrique du Sud, Algérie, Ethiopie, Ghana, Nigeria, Sénégal, Tanzanie, plus l'Union africaine) ont mandaté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Kazuo Kodama, en marge d'une séance à huis clos, de dire au pays du G8 qu’ils apprécient l’engagement des dirigeants du G8 envers l’Afrique au cours des derniers sommets, toutefois ils aimeraient voir ces engagements complètement mis en œuvre. Le Mouvement de Libération de l’Afrique Noire (MLAN) dénonce cette attitude peu gratifiante de l’Afrique, qui, d’ailleurs ressemble bien à la mendicité. L’Afrique a tout pour son décollage, pourquoi aller faire la manche devant des pays dont le respect ne tient encore que pour leur passé reluisant. Comment comprendre qu’un continent aussi riche que l’Afrique ne trouve pas les ressources nécessaires pour son développement au point de d’avoir pour projet la ferme volonté de faire respecter des promesses. Honte à l’Afrique. Nous saluons cette bonne leçon des pays du G8 à l’Afrique : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. L’Afrique est devenue aujourd’hui la dernière de la classe, un facteur limitant au point que des stars du rock comme Bono et Bob Geldof plaident non pas pour que les pays occidentaux arrêtent leur terrorisme économique mais pour que les pays dits riches mettent « des miettes » dans la corbeille pour l’Afrique. Pourquoi courir après ceux qui existent parce nous existons ?

Que vaut encore le groupe des huit ?

Pour mémoire, rappelons que G8 s’appelait à sa création le G5. Après le premier choc pétrolier, le monde diplomatique devait prendre connaissance du fruit du cerveau fécond de Valéry Giscard d'Estaing, le G5. Le sommet avait pour but de réunir, initialement "au coin du feu" (on était à Rambouillet), les dirigeants des cinq premières puissances économiques mondiales dans un espace de concertation sur les grandes évolutions économiques des pays membres. Mais très vite ce G5 est devenu G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume Uni, Italie, Canada) et a élargi ses sujets de discussion (sida, drogue, environnement…) puis aujourd’hui on parle de G8. Ainsi donc le Groupe des huit (G8) est un groupe de discussion et de partenariat économique de huit pays parmi les plus puissants économiquement du monde : les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie, le Canada, et la Russie. Ensemble, les pays du G8 représentaient 61% de l'économie mondiale. Toutefois si l’on doit retenir le poids de ces pays dans l’économie mondiale comme le critère qui fait d’eux les commandants de bord du navire mondial, nous doutons bien que ces pays ne soient des usurpateurs. D’abord, les économistes qui se respectent reconnaissent que le bilan de santé de ces pays n’est pas satisfaisant, mieux, il y a un risque de rupture d’anévrisme économique. L’an dernier, le monde a échangé pour 12000 milliards de dollars de marchandises et de services, 60 fois plus qu’il y a 40 ans. Mais alors que l’Europe et l’Amérique du Nord en réalisaient autrefois les deux tiers, l’Asie (fors Japon) 8,8% et la Chine 1%, les proportions sont respectivement passées à 52,29 et 8%. Avec l’envolée du prix du baril qui s’est installé durablement au-dessus de 100 dollars et la crise financière (14000 milliards de dollars), aujourd’hui, les pays à économie planifiée représentent 40% du PIB mondial. La réalité aujourd’hui c’est que la bascule du pouvoir tient à trois chiffres, explique l’essayiste Nicolas Baverez. Le Sud représente désormais 50% de la richesse mondiale, 72% des réserves de change et 3000 milliards de dollars de fonds souverains. Les bras et l’argent sont désormais au Sud. Reste les idées au Nord et d’ailleurs pour combien de temps. Tout dépendra des efforts, donc de la vitesse d’ajustement des économies du Sud. Selon les projections du cabinet PWC, Inde, Chine, Etats-Unis joueront jeu égal d’ici 2050, tandis que Vietnam, Nigeria et Turquie vivront sur un même pied que la France et l’Allemagne d’aujourd’hui. Mieux, 37% des exportations mondiales ont été réalisées par les pays émergents en 2006, contre 28% il y a dix ans. Sur la même période, la part des pays développés descendait de 70 à 59%. Surtout, la part du commerce Sud-Sud représente désormais 17% des échanges mondiaux contre 11% il y a dix ans (CNUCED). A travers cette photo économique du monde actuelle, point n’est besoin de charlatan pour voir que le groupe des huit mérite un procès pour faux et usage de faux, pour usurpation de titre. Regardez l’enlisement de la situation américaine en Irak où les américains se sont eux-mêmes dévalorisés sous l'administration Bush. Contemplez de même cette France qui fuit de l’Afrique après son bourbier ivoirien. Comment comprendre que des tonneaux qui sont vides jouissent d’une telle considération ? La réponse est sans doute simple : tant que l’Afrique pleurnichera, tant qu’elle ira dans ses sommets pour mendier, ce groupe de huit subsistera.

L’Afrique doit exister par elle-même

Les pays africains ou du moins certains gouvernants africains ont un drôle de jeu : détourner l’argent du peuple et courir de sommet en sommet pour quémander ce que les pays occidentaux ont pillé en Afrique. Quel est ce continent qui veut coûte que coûte exister par les autres ? Ces dirigeants qui arpentent les allées des bureaux de Washington, de Paris ou de Londres ont-ils pour ennemi la dignité ? Nous condamnons ces humiliations que nous font subir ces pantins à la tête de nos pays. Même pour organiser des élections, il faut faire la manche. C’est le cas d’un pays comme la Côte d’Ivoire qui proclame son indépendance en même temps qu’elle demande des fonds pour organiser des élections. Peut-on accepter un financement extérieur des élections et empêcher l’immixtion étrangère dans la gestion d’un pays ? À cette question que les Sachants nous répondent. La vraie liberté doit venir de nous-mêmes, elle ne se donne pas par procuration. Aujourd’hui il faut aller en Afrique Noire pour trouver des pays qui se disent indépendants et dont leur monnaie est dirigée par la Banque Centrale Européenne. Si aujourd’hui, un cénacle sans légitimité aucune engage pourtant la planète, c’est parce que l’Afrique, la dernière de la classe lui donne encore des ressources pour exister. Avec les ressources minières, pétrolières et autres, nous attendons de l’Afrique des prouesses et non qu’elle attende des promesses. C’est cette disposition de toujours tendre la main qui fait croire à ces milliers de jeunes, qui meurent comme des animaux, sur la route d’un hypothétique eldorado européen. Oh Afrique, dis-moi le jour que ta nudité sera couverte.

Dieu bénisse l’Afrique !
Vive l’Afrique digne !
Le Président du MLAN
Prao YAO Séraphin
www.mlan.fr
contact@mlan.fr










Vendredi 11 Juillet 2008


Commentaires

1.Posté par Arkana le 11/07/2008 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Afrique, quel beau continent...

Encore beaucoup d'humanisme, de chaleur et de fraternité entre les individus la bas...
Eux ne sont pas prêt d'accepter le N.O.M tout de suite ; )

Dieu bénisse l'Afrique !
Vive l'Afrique digne !

2.Posté par n'dikitolé le 11/07/2008 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le malheur de l'Afrique nous ne cesserons de le clamer haut et fort c'est le fait avoué, revelé et demontré qu'elle n'a pas encore obtenu son indépendance ! et comble de malheur l'Afrique et surtout les dirigeants africains actuels à l'exemples des maîtres esclavagistes et de leurs comparses pensent que la solution aux problèmes de l'Afrique au sud du Sahara passe fatalement par la MENDICITÉ ! ! !

3.Posté par azgraled fred hoyle le 11/07/2008 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pitoyable de dire au G8 j'ai faim.
il fallait leurs demander d'arreter d 'armer les guerillas et soutenir en coulisse ces putchs qui n'ont finissent pas, et les à "fric" ains s'occuperont du reste.

comme le dit si bien arkana, beaucoup d'humanisme, en fait c'est ce qui nous reste (africains),.
je me demande si ça se mange ??

4.Posté par SHUMI le 11/07/2008 19:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pitoyable ce quémendage et ces dons et aide. Des milliards plustard l'afrique est encore plus enfoncer dans sa m**** . Toute cette argent va aux elite politiques corrompues vorace rapaces voleuse et individualitse sans dignité.Le malheur de l'Afrique c'est l'Afrique.Elle a aussi une grande part de responsabilité dans la tragédie qu'elle vit. Mais malheureusement les africains refusent de voir la tragédie dans laquelle ils vivent. Mais au lieu de se prendre en main le continjent est là nonchalent passif à attendre les dons et à imputer les responsablilité de ses malheurs aux autres. Et regardez maintenant elle est tellement nonchalente que maintenant les Chinois prennent le relais des français et des anglais en exploitant ses richesses. C,est comme une P*** et ça ne l'a dérange pas l'Afrique elle aime ça. J'ai arrêté de croire en ce continent depuis longtemps!!! Il n'ay aucun espoir laissez tomber!!

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires