Conflits et guerres actuelles

Attentats de Londres, vrais crimes, faux coupables...


Quelques heures après les violences qui ont touché Londres, les autorités ont sans l’ombre d’un doute accusé des mouvement attachés à Al Qu’Aïda. Comment peut-on formellement accuser sans attendre la fin de l’enquête ? Pourquoi cette précipitation ? Quel intérêt à tenir des propos fallacieux, accusant sans preuve aucune ?
La ''nébuleuse'' Al Quaïda serait à l'origine, et cette nébuleuse se serait mutée en une organisation tentaculaire sans commandement général et sans chef. Ce dérapage sémantique a pour avantage d'assimiler tous les musulmans à des hypothétiques terroristes islamistes. Toutes les mosquées à des centres de recrutements et nid de terroristes.
Blair n’a t-il pas affirmé que ces attentats étaient perpétrés au nom de l’Islam ?
''Nous gagnerons, ils perdront'' le monde selon Bush, le Bien et le Mal...
Cette affirmation a aussi l’avantage de l’ambiguïté quelle porte ; cela peut tout simplement dire que les responsables de ces explosions l’auraient fait au nom de l’Islam, du moins c’est ainsi que l’ambassadeur anglais à paris a interprété cette déclaration plus qu’ambiguë. Puisqu’il poursuit en opposant ouvertement et d’une manière indigne les valeurs occidentales à celle de l’Islam.
Ken Livingstone, lui aussi oppose le monde libre à l’obscurantisme.
Sylvain Shalom une fois de plus profite de la situation pour porté des accusations gratuites, comme à l’accoutumé…
Toutes les déclarations diplomatiques venant de tous les pays accusent les terrorismes et à juste titre. Cependant, aucun ne se pose la bonne question : terrorisme oui, mais quel genre ? Ne serait-ce pas une nouvelle forme de terrorisme d’État ?
Pourquoi, Monsieur de Villepin pense t-il utile de faire passer le plan vigie-pirate de l’orange au rouge (le maximum sur quatre) ?


Alter info
Jeudi 7 Juillet 2005

Comme on pouvait le prévoir, le 11 septembre 2001 a marqué le début d'une ère nouvelle où la stratégie de la tension est devenue mode de gouvernement à l'échelle planétaire. Le monstre de Frankenstein du terrorisme islamiste joue pour le monde entier en ce début du troisième millénaire le rôle que des groupes fascistes avaient assumé en Italie dans les années 70 du XXe siècle : celui d'une créature échappée à son créateur pour servir à ce dernier d'ennemi-repoussoir et lui permettre de mieux imposer sa loi au plus profond des esprits apeurés. La stratégie de la tension approfondit la domestication des classes moyennes prises entre peurs massives, manipulées et distillées par les écrans, et craintes diffuses produites par les incertitudes économiques et la dégradation d'un environnement urbain, naturel et humain.
Dans sa forme policière-militaire, cette technique de domination été mise en oeuvre par l'hyper puissance étasunienne et reprise par les autres puissances dans leurs propres quêtes d'un moyen de maîtriser les rébellions des peuples, les turbulences des classes dangereuses et celles des minorités.
Dans une situation de déséquilibre des forces qui exclue la perspective d'un conflit mondial entre deux blocs, et alors que l'économie-monde se caractérise par une imbrication d'intérêts non territorialisés, la guerre impérialiste disparaît (provisoirement ?) Au profit d'un usage de la force armée où la frontière entre guerre et opération de police tend à s'estomper. Couvre-feu pour les jeunes, opérations-commandos surarmées, occupation permanente : la gestion sécuritaire des banlieues françaises ne peut qu'encourager l'identification des lascars aux gosses de l'Intifada, tandis que les plans vigies-pirates nous ont dès longtemps habitués à voir des soldats PM au côté dans les gares, le métro et les aéroports. Le 11 septembre et, dans le canton français, la sarkozite n'ont fait qu'accentuer une tendance à l’œuvre depuis que la récession est devenue l'horizon indépassable de l'économie planétaire : l'instauration d'un état d'exception permanent. (1).

Cette décision du Premier Ministre français de relever le plan vigie-pirate au rouge semble incohérente dans la mesure où la France afficha son hostilité au plan américain. Cette prise de position avait été déclarée devant les Nations Unis par M. De Villepin, alors Ministre des affaires étrangères. Pourquoi, aujourd’hui M. De Villepin juge utile de relever vigie-pirate ?
Ce ne serait sans doute pas dans le but jeter l’inquiétude au sein de la population, sûrement pas dans le but de restreindre les libertés individuelles dans le cadre de ce plan, et certainement pas parce qu’il pense qu’effectivement les responsables de ces attentats ne sont pas des mouvements ‘’islamistes’’? Pour cause, la France risque à son tour de payer son refus à la campagne de démocratisation américaine… ?
Il y a fort à craindre que cet été, la France, l'Italie et le Danemark soient les cibles d’attaques ‘’terroristes’‘. L'intérêt des attentats en Paris sera à l’avantage des vrais responsables en impliquant encore plus la France dans leur lutte contre le ’’terrorisme’’…
Concernant l'Italie et le Danemark, cela justifiera leur retrait de l'Irak programmé pour septembre 2005.
De plus, ces événements risquent d’être un déclencheur pour une nouvelle campagne militaire US dans un pays voisin de l’Irak, comme l’Iran par exemple ?
Dans un article ressent nous avions souligné un risque non négligeable d’une prochaine agression coloniale de l’Iran. (2)
Dans le même registre, aujourd'hui l’assassinat de l’ambassadeur égyptien revendiqué par le soi-disant Al Zarkaoui ; l’autre instrument de propagande US ; après avoir échoué à faire réagir Ben Laden comme ils l'espéraient, les néoconservateurs envisageaient de le remplacer par Al Zarkaoui… et ainsi continuer le plan de l'ennemi islamiste…
Depuis quelques temps déjà, les Américains avaient préparé l'imaginaire à accepter un nouvel ennemi qui aurait pour but de fédérer l'opinion américaine derrière Bush... cet ennemi longtemps incarné par le communisme est devenu suranné avec la chute prémédité du bloc soviétique. Hier c'était Ben Laden, mais nous savons qu'il ne fait plus partie de ce monde. Il servait de prétexte aux néoconservateur pour agresser n'importe quel État. Le scénario est simple, mais efficace : quand Bush avait désigné l'Afghanistan tout de suite après le 11/09, la raison invoquée par ce choix était Ben Laden, puisqu'il était ''responsable'' des attentats de New York. (3)
Ce n’est sans pas un hasard que ce soit ce dernier qui revendique cet assassinat, et un mouvement inconnu jusqu’à lors, revendiquant sur Internet les attentats de Londres.
Pour appuyer la thèse du terrorisme islamique, il s’avère que ce mouvement serait le même à l’origine des attentas en Espagne.

Le Pape Benoît (Ratzinger) quant à lui, il n’a pas hésité à faire allusion au choc des civilisations.
Dans Le choc des civilisations, Huntington prétend qu’avec la fin de la guerre froide, les conflits entre États comme les alliances que ces derniers nouent entre eux vont provenir des identités et non des idéologies ou de l’opposition Nord-Sud. C’est que le monde huntingtonien est divisé en « cultures » et en « peuples » distincts, blocs monolithiques, figés, imperméables. Ces « peuples » et ces « cultures » forment des civilisations qui structurent le monde contemporain. Pour Huntington, une civilisation est définie par des éléments tels la langue, l’histoire, la religion, les coutumes, les institutions et par des éléments plus subjectifs d’auto identification (le drapeau, un sentiment d’appartenance à une communauté d’idée et de pensée).
L’auteur nomme cinq civilisations : la chinoise, la japonaise, l’hindoue, la musulmane, l’occidentale. Il rattache le continent africain aux autres civilisations et, quant à l’Amérique latine, sa position est ambivalente. Tantôt l’Amérique latine fait partie d’une sous-civilisation rattachée à la civilisation occidentale ; tantôt il la présente comme une civilisation distincte et menaçante pour les Etats-Unis, l’une des deux puissances dominantes de l’Occident avec l’axe franco-allemand. Il prétend que la survie de l’Occident dépend de la volonté du peuple américain d’affirmer sans pudeur aucune son identité occidentale fondée sur l’héritage européen et forte de trois siècles d’une existence jamais remise en cause.(4)

Les anglo-saxons vont pouvoir tirer profit de ces attentats :
Le faux problème du ‘’Londonistan’’ (terme utilisé pour dénoncer le soi-disant pouvoir des extrémistes musulmans en Angleterre)... Plus intéressant encore pour Blair, c’est de faire accepter aux Anglais la carte d’identité, et à puce qui plus est ! Une nation qui n'a connu la contrainte de la carte d’identité nationale qu’une courte période de leur histoire pendant la seconde guerre mondiale. Une suite logique dans la restriction des libertés individuelles à travers toute la planète. Depuis la loi du ‘’Patriot act’’ aux USA, la loi Perben II en France et toutes les nations ont profité du prétexte de lutte contre le terrorisme pour restreindre le peu de liberté accordée aux citoyens.
A qui profite vraiment le crime ? Aux terroristes ? Ou plus prosaïquement aux gouvernements qui sous prétexte de défendre la démocratie, agissent de manière iresponsable et criminelle en occultant les objectifs impérialistes et les moyens utilisés pour les atteindre…
De plus, ces attentats auront aussi l’avantage pour le G8 d'occulter les questions sensibles qui devaient normalement accentuer le schisme entre atlantistes et l’axe qui essai de s’opposer aux appétits ‘’hégémoniques’’ US. Cette axe Paris - Moscou - Berlin qui se concrétise devait être un des sujets de désaccord. Comme quoi, le ’’hasard’’ fait parfois bien les choses , sans vouloir manquer de respect aux innocentes victimes londoniennes. Car le manque de respect, est celui de cacher la vérité aux parents de victimes en désignant sans aucune preuve des mouvements aussi hypothétiques que les preuves évoquées par les puissants de ce mondes.
Les atrocités des ces attentats sont malheureusement bien réelles, les souffrances aussi, pourtant les auteurs désignés ne le sont pas. Le mensonge, lui est bien réel.










Dimanche 24 Juillet 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires