Diplomatie et relation internationale

Assemblée des Nations Unies: Evo Morales condamne la guerre et le terrorisme, et défend la paix et la souveraineté


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Le président Evo Morales Ayma a condamné aujourd’hui la guerre, l’interventionnisme et le terrorisme, et a pris fermement la défense de la paix et la souveraineté des peuples dans le cadre d’une plus grande justice dans la répartition de la richesse du monde.


Jeudi 25 Septembre 2008

Le Président Evo Morales Ayma
Le Président Evo Morales Ayma

Cette prise de position du Chef d’État bolivien a été exprimée lors de la 63e Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies qui réunit plus d’une centaine de présidents et chefs de gouvernement des pays membres.

Morales, dont le Gouvernement a récemment expulsé de son territoire l’ambassadeur des Etats-Unis, Philip Goldberg, pour son implication présumée dans une entreprise subversive, a justifié cette décision et l’a revendiquée comme partie intégrante de la lutte des peuples voulant être maîtres de leur destin.

Après avoir condamné le capitalisme comme « le pire ennemi de l’humanité », le président Morales a présenté devant l’Assemblée Générale « les dix principes pour sauver la planète ».

Comment en finir avec le capitalisme ? Avec la guerre ? Abordant ce dernier point, il demanda à Georges Bush de retirer les troupes qu’il maintient en Irak, puis avertit que si ce n’était pas lui qui le faisait, ce seront les peuples qui les expulseront.

Evo Morales a aussi regretté que tandis que les gouvernements d’Amérique latine et d’Europe ont condamné la tentative de déstabilisation de son Gouvernement légalement constitué et confirmé par deux tiers des électeur le 10 août passé, les Etats-Unis ont gardé un silence des plus suspects.

Il a indiqué que tandis que le président Bush condamnait le terrorisme quelques heures avant son intervention dans ce forum mondial, les actes terroristes en Bolivie perpétrés par des membres de la droite fasciste et raciste n’aient pas mérité une semblable attention.

Dans un autre point il a exigé d’en finir avec l’impérialisme et le colonialisme, de défendre l’harmonie avec « la Mère Terre », de considérer les services publics comme un droit humain et non comme une affaire privée, de respecter la liberté et la culture et de vivre en solidarité sans « asymétries » entre des pays et entre des continents.

« Je ne crois pas qu’il puisse y avoir la paix avec le capitalisme », a réitéré le président Morales. « C’est une lutte historique de nos peuples. C’est là où se situe la lutte entre riches et pauvres, du socialisme contre le capitalisme. Il y a un soulèvement général des peuples contre un système économique, contre le capitalisme », a-t-il insisté.

Morales a fait l’éloge de cette « rébellion des peuples contre la misère, la pauvreté, les effets du changement climatique, la privatisation qui est la responsable de la crise financière ».

Il a soutenu l’opinion que la privatisation des services de base, les pressions de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) n’ont pas été une solution pour les Boliviens et les Boliviennes.

D’autre part, le Président a dénoncé le fait qu’en Bolivie il y a une conspiration permanente de la part de petits groupes contre le processus de changement que conduit son Gouvernement, et que quelques secteurs conservateurs ont essayé de le faire tomber depuis le premier jour de sa prise de fonction au Palais Brûlé [Palacio Quemado], siège du gouvernement bolivien.

« Quand nous sommes arrivés au siège du Gouvernement national, nous nous sommes retrouvés avec un bureau de la CIA dans le palais », a dénoncé Morales.

Le Chef d’État a signalé que grâce à l’appui de l’Union des Nations sud-américaines (Unasur), la tentative de coup d’état civil dans son pays a été mise en échec.

Morales a également insisté sur le fait que seule la conscience du peuple sauvera les peuples et que la paix sera gagnée si on respecte l’identité et la dignité de chaque peuple.

« Il n’y aura pas de la paix avec le capitalisme, travaillons ensemble et soutenons les luttes de nos peuples, de leurs gouvernements et présidents », a-t-il défendu.

Articles liés :

-  Bolivie : bras de fer entre l’oligarchie et Evo Morales - 20 septembre 2008
-  Soutien international à la démocratie bolivienne - 18 septembre 2008]
-  Bolivie : les paramilitaires commettent un massacre - 16 septembre 2008
-  Evo Morales en état de légitime défense - Le grand a écart de la politique US - 14 septembre 2008
-  Evo Morales déclare l’ambassadeur US « persona non grata » pour menées séparatistes - 12 septembre 2008
-  La « directive retour » de l’UE est une directive de la honte - 13 juin 2008

23 septembre 2008 - Agencia Boliviana de Informacion (ABI) - Vous pouvez consulter cet article à :
http://abi.bo/index.php?i=noticias_...
Traduction de l’espagnol : Brisa Marina

http://www.info-palestine.net http://www.info-palestine.net



Jeudi 25 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par AcaLaT le 25/09/2008 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel Homme !!! ils nous donnent de l'espoir et de la lumiere dans ce monde de tenebre.

2.Posté par Marie- Th鲨se le 25/09/2008 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VIVA MORALES

3.Posté par Nangala le 25/09/2008 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'adore ce type !
Et bien entendu, dans cet article comme dans tous les médias occidentaux, on ne parle pas des tentatives d'assassinat dont il a fait au moins par deux fois l'objet. La dernière fois, l'hélicoptère présidentiel dans lequel il devait se trouver s'est mystérieusement dévissé, faisant 5 morts. C'était en juillet dernier, une semaine avant le sommet de Doha où Morales a été la tête de pont des pays non-alignés. Mais peut-être s'agit-il d'un hasard, d'une curieuse coïncidence ?

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires