Histoire et repères

Armenien GENOCIDE et HOLOCAUSTE JUIF PRINCIPALES DIFFÉRENCES



Dr. Ýbrahim KAYA
Dimanche 17 Octobre 2010

Armenien GENOCIDE et  HOLOCAUSTE JUIF PRINCIPALES DIFFÉRENCES
Armenien GENOCIDE et  
HOLOCAUSTE JUIF
PRINCIPALES DIFFÉRENCES
Assist. Dr. Ýbrahim KAYA *

Introduction

Les similitudes ne font pas deux choses identiques. Toutefois, si deux choses
sont tellement semblables qu'elles peuvent être regroupés dans la même
catégorie. Les règles communes s'appliqueraient à toutes les choses dans la
même catégorie. Par conséquent, les similitudes et l'abstraction sont
extrêmement importants non seulement universitaire, mais aussi du point de vue
juridique. Certes, si les choses n'avaient rien en commun, ou les similitudes
sont très faibles, ils sont différents. Différentes choses ne relèvent pas
de la même catégorie et sont soumis à un traitement et des règles
différentes.

Avec la prise de conscience croissante de l'Holocauste dans le monde entier,
le concept de l'Holocauste s'est répandue comme un crime le plus horrible.
Par conséquent, la charge de l'Holocauste est devenu une arme et beaucoup ont
essayé d'établir des parallèles entre l'Holocauste et de leurs cas. [I] Les
partisans de la soi-disant génocide arménien ne font pas exception, utilisent
souvent le terme "Holocauste arménien". Les efforts pour établir certains,
beaucoup, un parallèle entre le sort des Juifs d'Europe et des Arméniens de
l'Empire ottoman dans le but d'élargir la reconnaissance des incidents de
1915 comme un génocide.

Parce que l'Holocauste est le traitement le plus inhumain de l'homme pour
l'homme et rien de semblable, ou les mêmes, mérite d'être condamné et, par
conséquent, punis. Toutefois, la calamité s'est abattue sur les Juifs est si
grave et il n'est pas facile d'appeler tous les cas de grandes pertes humaines
de l'Holocauste. Par conséquent, il convient de noter que les historiens
arméniens ont tendance à distinguer les deux l'expérience arménien et
l'Holocauste de tous les autres cas de grandes pertes humaines. S'ils
parviennent à faire de 1915 incidents reconnu comme l'Holocauste, d'abord
simplement au public et plus tard aux législatures de divers pays, les lois de
ces pays interdisant même la critique universitaire de l'Holocauste
s'appliquerait également au cas arménien.

Une partie importante des efforts de l'Arménie a été consacrée à
établir un lien entre leurs propres expériences historiques et de ceux des
Juifs d'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. La pierre angulaire de ces
efforts a longtemps été la citation infâme Hitler: «Qui, après tout, parle
aujourd'hui de l'extermination des Arméniens". Le but est de prouver que
Hitler a été encouragée par le manque de réaction sur le sort des
Arméniens. [Ii] Comme examiné en détail et prouvé de façon convaincante par
Lowry, il n'ya pas de base historique, pour attribuer une telle déclaration à
Hitler. [Iii] Pourtant, une analyse comparative de l'Holocauste et cas
arménien vaut la peine.

Le but de cet article est d'examiner l'Holocauste et 1915 incidents en vue
d'explorer les différences et de similitudes bien sûr, entre les deux. Si
elles ont beaucoup en commun, les deux mérite d'être traité. Si non, la
catégorisation applicable à l'une ne serait pas bon que l'autre. Tout
d'abord les caractéristiques de la mémoire de l'Holocauste sera donnée à
l'attention du lecteur. Cette étape sera suivie par une analyse comparative de
l'Holocauste et 1915 incidents. Depuis que l'auteur vient d'une profession
juridique, l'analyse des éléments juridiques de ces deux incidents seront
également souligné tout au long du document. Les sources sur les incidents de
1915 utilisé dans le présent article seront les sources d'origine arménienne
et les documents officiels légaux dont l'authenticité ne peut être niée.
Pour donner un compte rendu complet des événements de 1915 est clairement hors
de portée de ce travail qui fera une tentative d'analyser les différences et
les similitudes entre la Shoah et l'expérience Arméniens autour de 1915.

L'Holocauste: [iv] Evil pour la Evil's Sake [v]

Il a eu tant de cruauté, la haine et le meurtre dans l'histoire de
l'humanité. Il est également un fait que les différentes communautés ont
essayé d'exterminer les autres communautés qui ont été différente de la
leur en termes de race, l'origine ethnique, la religion, la langue. Les
exemples les plus récents de ce sont évidemment le cas du Rwanda et
l'ex-Yougoslavie. Toutefois, aucun des campagnes précédentes est en mesure de
contester le caractère unique de l'Holocauste nazi. Il est significatif non
seulement parce que ses victimes étaient des Juifs. Tout au long de l'histoire
des Juifs ont été victimes de campagnes de masse d'assassinat, mais aucun
d'entre eux a été appelé l'Holocauste. [Vi]

L'Holocauste est généralement considéré comme l'abattage systématique
non seulement de 6 millions de Juifs, (les deux tiers de la population juive
totale européenne), les principales victimes, mais aussi 5 millions de
personnes, rayé de la Terre par les nazis et leurs collaborateurs. 11 millions
de personnes ont été tuées à cause du racisme et de haine, le tout dans une
période de 11 ans entre 1933-1945.

La caractéristique la plus importante de l'Holocauste est, peut-être,
qu'il est mauvais pour l'amour du mal. À cet égard, il diffère de tous les
autres incidents d'assassinat en masse. Il n'y a pas de terrain sur lequel les
conditions imposées aux Juifs d'Europe par les nazis pourraient être
expliqués. Les Juifs n'ont pas coopéré avec les Russes contre l'Allemagne,
ni poignardé l'armée allemande à l'arrière. Ils ne forment même pas une
organisation armée pour se défendre, et encore moins des groupes terroristes
se rebellant contre le gouvernement légitime du pays où ils vivent.

L'Holocauste a été mis en être parce qu'il avait un sens à ses auteurs.
L'antisémitisme est le point clé. Il avait ses racines dans le Moyen Age.
Selon la croyance chrétienne du Moyen Age, ce sont les Juifs qui ont tué
Jésus-Christ. Par conséquent, ils devaient être haïs et punis. Chaque Juif
était individuellement responsables de ce crime et le péché. Sur le chemin de
Jérusalem, les croisés massacrèrent les «infidèles», indépendamment de
savoir si il était un musulman ou un Juif. Les Juifs étaient tenus de vivre
dans les ghettos dans le Moyen Age de l'Europe. Ils sont également soumis à
certaines procédures discriminatoires comme portant des signes spécifiques et
suivants certain code vestimentaire dans de nombreux endroits. Ainsi les Juifs
ont été différenciées du reste de la société, devenant «l'autre». Il
est également un fait que une amélioration de la situation des Juifs a été
vu, puisque l'égalité de tous les hommes a été un pilier du siècle des
Lumières.
Alors que les armées napoléoniennes ont défilé en Europe, les Juifs
devenus plus libres que la propagation des principes égalitaires. Les Juifs qui
travaillent dur et talentueux est devenu une partie et souvent le rôle
principal de la vie sociale, culturelle, économique et scientifique de
l'Europe à la fin du XIXe siècle. Leur succès a également été en partie
à cause de la solidarité parmi les Juifs. D'autre part, l'antisémitisme ne
fut pas enterré, mais cette fois au lieu de l'intolérance religieuse, il
était fondée sur la connaissance soi-disant scientifique. La propagande nazie
les a identifiés comme une «race» et un inférieur. Pour créer une nation
puissante, ceux inférieurs doivent être éliminés selon les scientifiques
nazis.

Les nazis choisis et spécifiquement les Juifs, et ils l'ont fait dès le
début - Parti nazi Programme de Février 1920 à la fin et du Testament de
Hitler du 29 avril 1945. Les nazis ont harcelés et brutalisés les Juifs dans
les années 1920 au cours de la «lutte pour le pouvoir." Discours après
discours peint les Juifs en tant que l'Allemagne «malheur» et prédit un
temps de calcul.

Les Nazis sont arrivés au pouvoir en 1933 et les Juifs ont été leur cible
première. Le boycott infâme contre les entreprises juives a eu lieu en avril
1933 et les premières lois contre les Juifs a été promulgué le 7 avril 1933.
Les Juifs ont été progressivement effacée de presque tous les aspects de la
vie allemande. Les lois de Nuremberg, adopté en 1935, a privé les juifs de
droite restant presque toutes les liberté. Les «lois de Nuremberg»,
proclamait les citoyens juifs de seconde classe. En outre sa judéité, selon
les lois de Nuremberg, a été dépendante de celle des grands-parents d'une
personne, pas que des croyances ou de son identité. Plus lois votées entre
1937 et 1939 a aggravé le problème plus loin: les Juifs ont été de plus en
plus distincts et la vie a été beaucoup plus difficile. Juifs ne pouvaient pas
aller à l'école publique, théâtres, cinémas, ou centres de villégiature,
et, en outre, ils ont été interdits de séjour, ou parfois même à pied, dans
certaines parties de l'Allemagne. Cela a abouti à la plus sanglante pogrom à
ce jour la Kristallnacht (Nuit de cristal) en Novembre 1938. Plus de 100 Juifs
ont été assassinés et une «amende» a été imposée contre les Juifs
au-delà de 1 milliard de Mark.

Environ la moitié de la population juive d'Allemagne a fuit avec plus des
deux tiers de la communauté juive autrichienne. L'émigration les ont emmenés
à la Palestine, les États-Unis, en Amérique latine, avec l'Est et l'Europe
occidentale. Les Juifs qui sont restés dans l'Allemagne nazie étaient peu
disposées à quitter ou incapables d'obtenir des visas. Certains ne pouvaient
pas trouver des commanditaires dans les pays d'accueil, ou étaient tout
simplement trop pauvres pour pouvoir payer le voyage. Dans de nombreux pays
étrangers, il est encore plus difficile de sortir en raison de politiques
d'émigration strictes destinées à contrecarrer les grandes quantités de
réfugiés entrent, en particulier dans le sillage de la dépression. Les
États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et la France ont été parmi ceux-ci.
Trente-huit pays se sont réunis à Evian, en France pour discuter du traitement
des Juifs en Allemagne, mais aucune aide réelle a été offert.

Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les mesures prises
contre les Juifs est le marquage et les ghettos. Les Juifs étaient forcés
d'étiqueter tous les vêtements extérieurs avec une étoile jaune de David
avec le mot (Juif) Jude. Au moment de l'invasion de l'Union soviétique en
1941, la décision avait été prise de tuer les juifs d'Europe orientale par
des tirs là où ils ont été trouvés et à la fin de cette année, la
décision a été prise de tuer tous les Juifs européens.

Communistes, homosexuels, Tziganes, prisonniers de guerre, Russes, Polonais,
prêtres catholiques, Témoins de Jéhovah et d'autres ont été plus ou moins
systématiquement assassinés et victimes de l'Holocauste . À la fin de la
guerre, autant que 6 millions de ces personnes avaient été tuées, avec entre
5 et 6 millions de Juifs.

Ces meurtres ont été improvisée dans toute l'Union soviétique derrière
l'armée allemandes qui avançaient. Entre 1942 et 1944 les Allemands ont
décidé d'éliminer les ghettos et d' expulser les populations ghetto dans
des «camps d'extermination», des centres d'abattage équipé
d'installations de gazage en Pologne. Cela était connu comme «la solution
finale à la question juive», mis en œuvre après une réunion de hauts
fonctionnaires allemands à la fin de Janvier 1942 dans une villa à Wannsee
(banlieue de Berlin). Il a été la politique officielle de l'Etat, le premier
à préconiser l'assassinat d'un peuple tout entier.

Six sites des massacres ont été choisis selon leur proximité avec les
lignes de chemin de fer (essentiel pour le transport des victimes) et de leur
localisation dans des zones semi-rurales. Les emplacements sont les suivants:
Belzec, Sobibor, Treblinka, Chelmno, Majdanek et Auschwitz-Birkenau. Le SS
exploitaient les centres d'extermination, et leurs méthodes étaient
similaires dans chaque emplacement. Ils mettaient les victimes dans les wagons
de marchandises et les trains de voyageurs. Les hommes ont été immédiatement
séparés des femmes. Les prisonniers ont été dépouillés et leurs objets de
valeur confisqués. Ils ont ensuite été forcés nu dans les chambres à gaz,
déguisés comme des douches, où le monoxyde de carbone ou de Zyklon B les ont
asphyxiés. Les corps ont ensuite été dépouillés de cheveux et des dents en
or et brûlés dans les crématoires, ou enterrés dans des charniers énorme.
Ils étaient aussi souvent utilisés pour des expériences médicales et sous
réserve d'une extrême brutalité de la part des gardes. Beaucoup sont morts
à la suite.

Avec la marée la guerre a tourné et les armées alliées libérèrent le sol
occupée par les Allemands et un tribunal international pour la poursuite de
ceux qui étaient responsables de l'Holocauste a été formé. le Tribunal de
Nuremberg a condamné douze à mort par pendaison.

Les Turcs et les Arméniens

Après avoir brièvement examiné la question juive en Europe et les
éléments constitutifs de l'Holocauste, c'est maintenant le temps de se
tourner vers l'analyse comparative de cela avec les relations
turco-arméniennes, y compris et surtout ce que les Arméniens connu en 1915 en
vertu des circonstances de la Première Guerre mondiale.

Statut des Juifs de l'Europe et les Arméniens de l'Empire ottoman

Il a été clair avec l'examen ci-dessus que les Juifs de l'Europe avait
vécu de façon dans des conditions défavorables depuis le Moyen-âge jusqu'a
la période nazie en Europe, en termes de statut social et juridique et en tant
que résultat prévisible de l'antisémitisme. Il serait sage d'examiner le
statut juridique des Arméniens dans l'Empire ottoman pour parvenir à une
conclusion solide sur la comparaison.

Les principes sur lesquels les non-musulmans étaient régies ont leurs
racines dans les traditions les plus anciennes de Perse à la domination romaine
des normes islamiques. Juifs, chrétiens et zoroastriens avait une place
particulière dans l'islam. Ils sont tous appelés "gens du livre" et le
droit de vivre dans un pays régi par les musulmans tant qu'ils acceptent la
domination musulmane et payent des impôts spéciaux. Il existe deux grandes
catégories de taxes qui doivent être convenus à payer par les non-musulmans
vivant sous la loi islamique: à savoir cizye, une taxe spéciale piscine et
haracs, l'hommage des terres. [Vii]

La société ottomane, étant une entité multi-ethnique et religieux, a été
divisé en différentes communautés le long des lignes religieuses. Chaque
groupe ou individu appartenait à l'une ou l'autre millet (population) selon
l'appartenance religieuse. Chaque millet établi et maintient ses propres lois
et institutions à réglementer la conduite et le conflit en vertu de ses
propres dirigeants. Le chef de chaque millet a été appelé bachi millet (chef
de population). Les millets grecs et arméniens ont été dirigées chacune par
un patriarche et les juifs par un grand rabbin. En plus de leur autorité
spirituelle sur leurs propres subordonnés ecclésiastiques et coreligionnaires
du Bahis millet avait une autorité civile assez étendue dans l'administration
interne de leur millet. Certains impôts également perçues par les chefs du
millet. [Viii] Au quinzième siècle, le sultan Mehmet II a établi le système
du millet pour faciliter la coexistence entre les différents groupes ethniques
et religieux. Après sa conquête d'Istanbul (Constantinople) en 1453, Mehmet
II investi le nouveau patriarche grec, Gennadius, avec l'autorité
ecclésiastique et civile sur ses coreligionnaires de l'Empire et a invité
l'évêque Yovakim, le primat arménien de Bursa, à Istanbul en 1461 et
confère le titre de "Patrik", ce qui le mettaient sur le même pied que le
patriarche de la communauté grecque.

L'autorité du patriarche grec s'étendait sur les Serbes, les Bulgares, les
Valaques, les Moldaves et les Melkites tandis que les sujets non-chrétien
orthodoxe, comprenant le Syrien jacobite, éthiopienne, géorgienne, le
chaldéen et la communauté copte ont été placés sous l'autorité du
patriarche arménien. [Ix] Cela montre que le système du millet était fondée
sur l'appartenance religieuse mais pas celle de leurs affinités ethniques. En
mettant en œuvre le système du millet, les Ottomans rétabli la paix et
l'ordre dans la période classique.

L'Empire ottoman a atteint son apogée au XVIe siècle. La baisse a
également commencé dans ce siècle, de plus en plus apparent dans les siècles
suivants. L'Empire ottoman n'a pas pleinement l'expérience de la
Renaissance. Le déclin de l'Empire a la corruption et l'oppression de tous
les sujets, indépendamment du fait qu'ils étaient musulmans et non-musulmans.
Le plus frappant de tous était les forces armées. Dans certaines provinces,
ils sont devenus oppressive, en prenant sans paiement tout ce qu'ils voulaient
de la population, encore une fois malgré s'il était musulman et non musulman.
Le système ottoman comportait encore des hommes d'intégrité et la capacité
a proposé des réformes pour la survie du pays. En 1839, un édit de réforme a
été publié en Gülhane au nom du sultan.

Le principe de l'égalité des personnes de toutes les religions est reconnue
par l'édit. Toutefois, en pratique, il n'est pas à supposer que l'égalité
immédiate pour tous les sujet ottoman devait être assurée, pour deux raisons
principales. Tout d'abord la transformation de la structure traditionnelle
d'une société prend un peu d' importance de temps à autre par l'Etat et
n'avait pas assez de puissance pour mettre en œuvre cette politique. Par
conséquent, en 1856 un autre décret de réforme renouvel les engagements de
1839, à garantir le libre exercice de la religion, la charge de leurs propres
affaires, l'accès aux emplois publics, la fiscalité et de l'égalité devant
la loi. En 1876, la monarchie constitutionnelle a été proclamée et le
parlement convoqué. La Constitution a accordé tous les droits et les libertés
des sujets égaux. [X]

En conséquence, entre 1876-1915, 29 Arméniens ont servi dans le grade le
plus élevé du gouvernement du pacha; vingt-deux ont servi en tant que
ministres, y compris les ministres des affaires étrangères, des finances, du
commerce et de poste; trente-trois ont été nommées membres du parlement, sept
servi à titre d'ambassadeurs, onze servi de consuls généraux, onze ont été
professeurs d'université et quarante et un d'autres fonctionnaires de rang
élevé. [Xi]

Pour conclure cette partie, il pourrait aisément être suggéré que le
statut juridique d'Arméniens sous l'Empire ottoman ne ressemblait pas aux
rapports de celle de la communauté juive européenne. Il est également clair
que l'anti-Armenian, en contrepartie de l'anti-sémitisme qui a motivé
l'Holocauste, n'a jamais existé chez les Turcs.

Genèse de la question arménienne

Les Juifs de l'Europe n'avait jamais essayé d'obtenir la souveraineté sur
une certaine partie du territoire européen, ne s'est jamais armé et commis
des attaques contre des représentants du gouvernement et des civils d'autres
ethnies et religions. Aucun État étranger est intervenue dans les affaires
d'une population juive sous la juridiction de tout autre Etat, et aucun Etat a
essayé de sauver les Juifs d'Europe de poursuite, à l'exception des Turcs
qui ont accueilli les juifs chassés d'Espagne en 1492 et la République de
Turquie a fourni un refuge sûr pour les Juifs qui ont dû fuir les nazis. [Xii]


Sans avoir examiné au préalable les racines et la nature de la question
arménienne, sur les seul événements de 1915 que d'un seul point de vue
conduirait à l' illusions. Par conséquent, étant une partie du processus
continu de la question arménienne les événements de 1915 n'ont pas été
examiné de manière adéquate en allant à la racine de la question
arménienne. Cet examen devrait également fournir un matériel qui rend les
choses plus faciles dans la comparaison de l'Holocauste et la question
arménienne.

La question arménienne toute autour de la question d'Orient. L'unité dans
l'Empire ottoman est détériorées dû à la propagation du nationalisme dans
l'Empire. [Xiii] Beaucoup de nations chrétiennes de l'Empire ottoman ont
acquis leur indépendance dans les années suivantes de la Grande Révolution
française, à la suite des philosophies nationalistes inspirés de la
Révolution. Parmi eux se trouvaient les Grecs, Bulgares, Serbes. Il faut noter
que les puissances occidentales ont aidé ces pays à acquérir leur
indépendance. Cependant, la nation arménienne qui a été largement dispersés
géographiquement ne forment pas la majorité dans n'importe quel endroit.
[Xiv] Les grandes puissances se percevaient comme les protecteurs des
non-musulmans vivant sur le territoire ottoman. Par conséquent, les grandes
puissances avaient les mains libres pour intervenir, les affaires intérieures
de l'Empire. La Russie est devenue le protectorat des Arméniens par un traité
international, le traité de Saint Stefanos de 1878.

D'autres grandes puissances ont également acquis le même statut à
l'égard des Arméniens par le traité de Berlin en 1878. L'article 61 du
traité de Berlin, signé le 13 Juillet 1878, à condition que:  
La Sublime Porte s'engage à réaliser, sans plus tarder, l'amélioration et
de réformes exigées par la réglementation en vigueur dans les provinces
habitées par les Arméniens, et à garantir leur sécurité contre les
Circassiens et les Kurdes. Elle fera connaître périodiquement les mesures
prises à cet effet aux Puissances, qui surveillent leur application. [Xv]

Avec ces traités, les Ottomans ont dû accepter la dimension internationale
de la question arménienne officiellement. Les Ottomans promis des réformes
pour les Arméniens par les édits Tanzimat et Islahat en 1839 et 1856
respectivement, et une Constitution National Arménien à été approuvée en
1863. [Xvi] Ces efforts n'ont jamais convaincu les fractions révolutionnaires
au sein de la communauté arménienne.

Il ya aussi des raisons internes à la question arménienne à la hausse. Les
Arméniens riches envoyaient leurs fils en Europe pour l'éducation. Les
premiers Arméniens ottomans qui ont reçu du perfectionnement de l'Ouest ont
été envoyés en Italie. [Xvii] D'autres sont allés à plusieurs capitales
européennes. En Europe, la plupart de ces jeunes hommes ont eu l'occasion de
se familiariser avec les systèmes politiques et constitutionnels des idées
progressistes, notamment le positivisme et le matérialisme. De nombreux
étudiants turcs ottomans en Europe ont connu la même chose. Ils ont comparé
les conditions de leur pays avec ceux relevant de celles de l'Europe et sont
arrivé à la conclusion que le nationalisme a été l'élément essentiel pour
le développement. Les premières sociétés arméniennes ont été
non-politique, visant à développer l'éducation en particulier parmi les
membres de la communauté Arménienne. Par exemple, le 27 avril 1849, les jeunes
Arméniens ont formé la société de l'Ararat à Paris, qui a réuni presque
tous les étudiants arméniens dans la capitale française.

Ils ont déclaré que "... le bonheur d'une nation ne peut venir que par
l'éducation ... [La Société Ararat] est de faire progresser à la nation
arménienne et à offrir à tous ses besoins "dans le programme de leur
société. La plupart des étudiants d'instruction européens ont pris des
postes importants dans la fonction publique des Ottomans. [Xviii] Cependant,
toutes les organisations arméniennes avaient ce genre de but innocent. Surtout
vers la fin du XIXe siècle, de nombreuses organisations révolutionnaires des
sections armées ont été formés. L'Union du Salut et la Croix-Noire ont
été créés à Van en 1872 et 1878 respectivement. Les protecteurs de la
patrie a été formé à Erzurum en 1881.

Le premier non-locaux du parti révolutionnaire arménien a été le
Armenekan, fondée en Van en 1885. Le Armenekan étendu à Muth, Bitlis,
Trabzon, Istanbul et même la Russie et l'Iran. Le Armenekan ont acheté en
contrebande des armes et engagé des activités terroristes. Elle a été suivie
par le Parti révolutionnaire Hunchak, créé en 1887 à Genève, et la
Fédération révolutionnaire arménienne (communément appelé par le nom du
parti Dashnak) formé en 1890 à Tiflis. Bien que toutes les parties ont
appelé, ce qu'ils avaient en commun était leurs ailes militaires qui ont
effectué de nombreuses activités armées, ou d'activités aujourd'hui comme
le terrorisme. Le drapeau de la Dachnaks qui avait d'un côté cinq étoiles
encerclant le nombre soixante et un et de l'autre côté du slogan "vengeance,
vengeance" avec un squelette, le but et la méthode est d'effacer le
«parti». [Xix]

Comme la plupart des organisations arméniennes formé à l'extérieur du
territoire ottoman, leurs dirigeants ont pris des décisions sur les activités,
y compris les émeutes, dans les capitales européennes. Pour citer un exemple,
lorsque les comités arméniens qui avaient leur leadership à Bruxelles, Paris
et Londres se préparent au combat en Juillet 1996, Theodor Herzl, selon les
mots de Yair Auron "le fondateur du sionisme politique et de« prophète »de
l'Etat juif moderne », a tenté d'organiser un cessez-le-feu et de les
persuader de le retarder pendant un mois. [Xx]

Depuis les lieux où les comités arméniens ont réclamé l'indépendance
étaient habitées majoritairement par des musulmans en nombre de différentes
origines ethniques, y compris les Kurdes et les Circassiens qui ont été
expulsés de leur patrie historique dans le Caucase, où les Arméniens ont
été soutenu par les Russes, les activités de l'Arménien indépendance avait
causé une émeute et des affrontements entre musulmans et Arméniens, ont nuis
à de nombreux civils aux côtés des éléments de combat. Ces affrontements
intercommunautaires ont été présentés comme le massacre des Arméniens par
les musulmans dans la presse européenne avec l'influence des dirigeants
arméniens dans les capitales européennes. Encore une fois Theodor Herzl
souligne sur ce qui suit:

Je n'ai pas visité Constantinapole sans enquêter sur la question des
peuples soumis de l'empire turc, et je crois vraiment que les gens en
Angleterre n'ont pas été tout à fait juste envers le sultan. Il abhorre
personnellement la brutalité, et il aspire sincèrement à vivre en paix avec
tous ses sujets. Dans une discussion récente de cette question, il a fait un
commentaire particulièrement pertinent. «Mes sujets» dit-il, sont comme les
enfants des différentes épouses. Ils se soutiennent entre eux, mais ils
peuvent avoir aucune querelle avec moi parce que je suis leur père. [Xxi]

La portée des travaux permet pas une discussion détaillée des activités
menées par les groupes terroristes organisés par les Arméniens. Pourtant, il
semble qu'il y a une différence entre le cas juive et la question arménienne,
c'est que le cas juif avait un côté complet du pouvoir aux mains des nazis
qui ont mener à bien ce qu'ils voulaient faire des victimes civiles, alors que
dans la question arménienne étaient lourdement armés et organisé en bande de
terroristes, les arméniens ont été dans un conflit armé avec les forces
officielles de l'État et des éléments civils musulmans.

Les Juifs dans la Seconde Guerre mondiale et les Arméniens de la Première
Guerre mondiale

L'Holocauste juif est le résultat d'une activité de l'État destiné et
bien planifiée menée par les fonctionnaires nazis, comme expliqué ci-dessus.
L'antisémitisme et le nazisme ont fourni une base idéologique pour
l'annihilation des juifs européens pendant la Seconde Guerre mondiale. Les
Juifs innocents, sans défense et sans armes civiles ont été les victimes.
Dans cette partie du document les Arméniens de la Première Guerre mondiale et
en particulier en 1915 les Arméniens seront examinées afin de trouver les
différences et les similitudes de l'Holocauste et ce que les l'expérience
des Arméniens dans la Première Guerre mondiale À cette fin, le matériau le
plus important est les documents juridiques des archives ottomanes qui nous
aident à atteindre des conclusions solides sur la perception de la
délocalisation par l'Etat ottoman.

Il est clairement admis même par les historiens nationalistes arméniens que
les Arméniens ont essayé d'utiliser l'entrée de l'Empire ottoman dans la
Première Guerre mondiale, par exemple Nalbandian a souligné que cela était
considéré par les comités révolutionnaires Arméniens comme «le moment le
plus opportun pour commencer un soulèvement général pour atteindre leurs
objectifs ". [Xxii] À l'exception d'un soulèvement général, il faut
également souligner que, avec le début de la Première Guerre mondiale que
certains Arméniens ont combattu pour les Alliés, en particulier pour les
Russes, contre l'Empire ottoman. Premier ministre français Clemenceaus sa
lettre du 14 Juillet 1918 à une chef de file arménienne sur ce fait en disant:


L'esprit d'abnégation des Arméniens, leur loyauté envers les Alliés,
leur contribution à la Légion étrangère, au front du Caucase, à la Légion
d'Orient, ont renforcé les liens qui les relient avec la France. [Xxiii]

D'une part, les armée ottomane se sont battus contre les forces alliées
soutenue également par les Arméniens ottomans et, d'autre part, les
Arméniens révoltés, constituant une menace pour l'ordre interne des Ottomans
dans de nombreuses provinces. Dans la province de Van, par exemple, d'abord
bien que les Arméniens locale de Van, en particulier ceux qui vivaient dans les
zones urbaines, n'avait pas l'intention de se rebeller, à la suite des
activités des comités révolutionnaires, avec l'aide des Russes, les
Arméniens étaient armés en prévision de une rébellion généralisée. Au
début d'avril 1915, le soulèvement arménien a commencé. Couplé avec
l'avance russe, le gouvernement a ordonné leur propre population musulmane
d'évacuer la ville. Beaucoup de musulmans ont souffert et ont perdu la vie au
cours du processus d'évacuation. Il est clair que c'était la sanglante
rébellion arménienne de Van qui n'ont laissé aucune alternative au
gouvernement ottoman qui ont déplacer les citoyens déloyal et rebelle dans
d'autres parties du territoire ottoman. Enver Pacha, le vice-commandant en chef
a envoyer la dépêche suivante au ministre de l'Intérieur Talat Bey (plus
tard Pasa) le 2 mai 1915:

Selon les informations fournies par le commandant de la IIIe armée, les
Russes, disponible le 20 avril, ont commencé à expulser leur population
musulmane, en les poussant sans leurs effets à travers nos frontières. Il est
nécessaire, en réponse à cette action ... soit pour expulser les Arméniens
en cause à la Russie ou de déménager avec leur famille dans d'autres
régions de l'Anatolie. Je demande que la plus appropriée de ces alternatives
être choisi et mis en œuvre. S'il n'y a pas d'objection, je préfère
d'expulser les créateurs de ces centres de rébellion et de leurs familles en
dehors de nos frontières, et de les remplacer par des réfugiés musulmans
poussé à travers nos frontières. [Xxiv]

Pour des commentaires sur l'expédition, il est évident qu'il n'y avait
aucune intention d'annihiler la population arménienne d'Anatolie et il a
été dictée aux besoins de la sécurité de l'Empire à prendre des mesures.
Par ailleurs, le vice-commandant en chef de l'expédition a proposé deux
alternatives dont l'expulsion des Arméniens d'Anatolie à la Russie a été
favorisée par le vice. De toute évidence suggérant des alternatives autres
que l'extermination de la population montre l'absence de toute intention
d'anéantir les Arméniens. Après avoir donné un examen complet du ministère
de l'Intérieur choisit la solution de la réinstallation de la population
arménienne locale dans d'autres parties du pays.

Bien que le ministère de l'Intérieur n'a pas donné les raisons pour
lesquelles le ministère a préféré l'expulsion des Arméniens, il pourrait
être suggéré que l'expulsion aurait causé un préjudice préjudiciable à
la population arménienne. Parce qu'ils ont traversé une zone de guerre entre
l'Empire ottoman et les armées russes et les soldats des deux côtés aurait
attaqué les expulsés pour des raisons diverses comme la vengeance et le
pillage. En outre, ils ont été attaqués par la population musulmane expulsée
du Caucausus par les Russes lors de leurs contacts sur leur route était
inévitable.

Le 27 mai 1915, l'Empire ottoman a adopté une loi pour la réinstallation
des personnes qui posent une menace de sécurité à l'armée ottomane. Cette
évidemment inclus en particulier les Arméniens qui ont été engagés dans des
activités rebelles. Le déménagement a été douloureux parce que le
déplacement de milliers de personnes et leur réinstallation n'était pas une
tâche facile. L'année 1915 est témoin de l'assassinat de certains
Arméniens par certains éléments de la population musulmane locale pour se
venger sur leur route vers leurs nouveaux établissements. Certains
représentants du gouvernement ont également contribué à cette campagne.
Toutefois, Talat Bey a précisé que la délocalisation des Arméniens ne visait
pas à les massacrer. Dans un télégramme chiffré du 19 août 1915 au plus
haut gradés de l'endroit d'où les Arméniens ont été forcés d'immigrer
et les lieux où ils ont été réinstallés, Talat Bey a expliqué le but de la
délocalisation comme suit:

L'objectif recherché par le gouvernement d'expulser les Arméniens et de
leur réinstallation et leur déplacement vers les zones marquées pour la
réinstallation a rendu cet élément ethniques incapables de s'engager dans
des activités anti-gouvernementales et les empêcher de poursuivre leur
objectif national de fonder un gouvernement arménien. L'anéantissement de ces
gens est, non seulement hors de question, mais aussi les autorités devraient
assurer leur sécurité pendant leur mouvement et de voir à ce qu'ils soient
correctement nourris, ce qui rend les dépenses nécessaires du Fonds pour les
réfugiés. En dehors de ces expulsés et déplacés, les Arméniens qui ont le
droit de rester doivent être exemptés de nouvelles expulsions.

Comme communiqué précédemment, le gouvernement a pris une décision ferme
de ne pas déplacer les familles des soldats en nombre suffisant des artisans
ainsi que les Arméniens protestants et catholiques. Des mesures fermes doivent
être prises contre ceux qui ont attaqué les parties mobiles ou les gendarmes
ou des fonctionnaires qui sont les instigateurs de telles attaques. Ces
personnes devraient être immédiatement expulsés et en cour martiale. Les
provinces et les sandjaqs sera tenu pour responsable de la récurrence de tels
événements. [Xxv]

Par rapport aux décisions prises lors de la réunion Wansee, il est clair que
la position prise par le gouvernement que l'extermination des Arméniens
n'était pas l'objectif de la réinstallation de 1915. Tout aussi vrai que de
nombreux Arméniens ont perdu la vie pendant le déménagement. Le nombre des
Arméniens et comment ils ont perdu leur vie ne relèvent pas du champ
d'application de cet article qui compare les caractéristiques du fonctionnaire
nazi et positions ottomanes ici.

Il devient également évident dans la citation ci-dessus que tous les
Arméniens, mais certains d'entre eux ont été réinstallés en contraste avec
les nazis qui ont essayé d'exterminer tous les Juifs, où ils ont été
trouvés. Les nazis ont également essayé d'exterminer les autres ethnies
comme les Tziganes, les Polonais, les Slaves et tous les opposants politiques et
les homosexuels. Comme expliqué dans la section pertinente du présent
document, le but des nazis était de créer une Europe sans races inférieures.
Toutefois, la réinstallation des Arméniens de 1915 en contradiction avec cette
campagne total, comme un auteur célèbre arménienne accepte que, parfois, les
Arméniens catholiques et protestants ainsi que les Arméniens d'Istanbul et
Izmir (Smyrne) ont été exemptées des décrets d'expulsion. [Xxvi]

Comme l'a souligné Halaçoðlu, bien sûr, quand certains de ceux autorisés
à rester ont été vus engagés dans des activités nuisibles, eux aussi, ont
été réinstallés en pertinence de leur croyance. [Xxvii]

Conséquences de la guerre mondiale et de la justice

Un tribunal international spécial a été formé pour la poursuite de ceux
qui ont commis des crimes de guerre à l'époque nazie. Le Tribunal de
Nuremberg a condamné douze à mort par pendaison. Il est frappant de constater
que seulement douze personnes ont été responsables de l'extermination de six
millions de Juifs et d'autres. En poursuivant douze était censé apporter la
justice. La Justice a été un mot-clé à l'égard de la cause arménienne.

Comme la délocalisation au début, les Alliés ont publié une déclaration
conjointe le 24 mai 1915. Ils ont fait allusion à «l'aide des autorités
ottomanes» à nuire aux Arméniens et a annoncé qu '«ils tiendront
personnellement responsables ... tous les membres du gouvernement ottoman et
ceux de leurs agents qui sont impliqués dans de tels massacres ". [Xxviii]
Cette déclaration est le résultat de la large couverture par la presse
européenne de la délocalisation qui a été présenté comme une tentative de
massacre des Arméniens par les comités arméniens et des Alliés qui voulaient
l'entrée américaine dans la Première Guerre mondiale, de leur côté .
Cependant, les Américains ont maintenu leur neutralité envers la Turquie.

Lorsque l'armistice fut signé le 30 Octobre 1918, la Turquie était à la
merci des alliés européens. Comme ils ont annoncé, ils allaient punir tous
ceux qui étaient responsables du massacre présumé arménienne. Cependant pour
la juridiction nécessaire appropriée, une preuve légale, et la machine à
administrer les lois applicables car il y avait deux mécanismes différents en
ce qui concerne le cas arménien, l'un est interne et l'autre est
international, pour punir les criminels présumés. À la fin de la guerre,
figures de proue du parti au pouvoir ont fui le pays et un nouveau gouvernement
avec une forte opposition, voire l'hostilité de l'ancien parti au pouvoir a
été installé par le sultan.

Le nouveau gouvernement formait une cour martiale spéciale, dont les statuts
ont été exposés le 8 mai 1915. La tâche principale du tribunal a été
l'enquête de la prétendue «massacres et l' illégale personnels
profiteurs» ainsi que l'accusation de «renversement du gouvernement". Xxix]
Le deuxième chef d'accusation, il est clair que le tribunal directement
impliqués dans la politique et la punition de ceux associés à l'ancien parti
au pouvoir. Les considérations politiques du tribunal spécial ont réfléchi
sur sa composition et ses décisions ainsi que la façon dont il fonctionne. Il
était composé de non-professionnels du droit, composé de membres arménienne
qui n'ont pas été totalement impartial, fonctionnant sous une pression,
parfois avec l'intervention, du gouvernement et les Alliés qui occupaient
Istanbul, se sont appuyé sur les témoignages des gens qui n'avaient jamais
été sur les lieux où les massacres ont été commis mais en incluant les
témoignages des enfants qui étaient encore sous l'âge de cinq ans en tant
que témoins oculaires. [Xxx] Depuis les criminels de l'Holocauste ne sont pas
punis par les tribunaux nationaux, mais par un tribunal international, il n'est
pas nécessaire d'aller plus loin dans la cour martiale turque formé après la
Première Guerre mondiale

La première tentative pour former un tribunal international a été faite par
le gouvernement ottoman, qui a demandé à deux avocats de chaque Danemark,
l'Espagne, la Suède et la Hollande "à participer au comité international
qui sera formé pour enquêter sur le cas échéant des injustices qui ont été
faites au cours de relocalisation". [Xxxi] Les délégués du comité
international ont été à visiter les lieux où les massacres allégués ont eu
lieu et de faire des recherches afin d'établir les faits qui ont conduit à
des poursuites des criminels présumés. Toutefois, la tentative a échoué car
les pays mentionnés neutres ont été réticents à participer.

Les décisions inévitables biaisée de la Turquie «spécial» des tribunaux,
dans les circonstances évoqués ci-dessus ont causée une déception dans la
population turque et se reflètent souvent dans la presse d'Istanbul. Cela a
incité les Britanniques à prendre des mesures pour le transfert des détenus,
qui ont été arbitrairement arrêtés par le nouveau gouvernement à Istanbul,
souvent, par les directives des forces alliées d'occupation, à la garde
britannique à Malte. [Xxxii] Le nombre total des déportés de Malte ont été
plus de cent quarante. Les membres éminents de la société turque, comme
l'ancien Grand Vizir, Président du Parlement, chef d'état-major, des
ministres, des députés, sénateurs, commandants de l'armée, les gouverneurs,
les professeurs d'université, éditeurs, journalistes ont été déportés.
[Xxxiii]

Le 4 août 1920, le cabinet britannique a décidé que "La liste des
déportés doit être soigneusement révisées par le procureur général en vue
de sélectionner les noms de ceux qui ont été proposé de poursuivre, de sorte
que ceux contre lesquels aucune procédure n'a été prévue doivent être
libérés à la première occasion. " [Xxxiv] Et le procureur général a
écrit au ministère des Affaires étrangères que le "haut-commissaire
britannique à Istanbul devrait être invité à préparer les preuves contre
les Turcs internés dont il recommande des poursuites en charge de la cruauté
envers les chrétiens indigènes." [Xxxv]

Sir Harry Lamb, le directeur politico-juridique de la Haute Commission
britannique à Istanbul, a déclaré sur la question de la preuve de l'état
d'un massacre:

"Aucun des déportés a été arrêté sur aucune preuve au sens juridique
... Toute l'affaire des déportés n'est pas satisfaisante ... Il n'y a pas
de dossiers au sens juridique. Dans de nombreux cas nous avons des déclarations
faites par les Arméniens des différentes valeurs ... Les Américains doivent
être en possession d'une masse de documents précieux ... " [Xxxvi]

Puis, le Foreign Office britannique a décidé de demander l'aide du
Département d'Etat américain. Le 31 Mars 1921, Lord Curzon a télégraphié
à Sir A. Gedes, l'ambassadeur britannique à Washington, le texte suivant:

"Il ya dans les mains du Gouvernement de Sa Majesté à Malte un certain
nombre de Turcs arrêtés pour complicité présumée dans le massacre des
Arméniens ... Il est très difficile d'établir des preuves de culpabilité
... S'il vous plaît vérifier si le gouvernement des États-Unis sont en
possession de toute preuve qui serait de la valeur aux fins de poursuites. "
[Xxxvii]

L'ambassade donne en retour la réponse suivante:

"J'ai le regret d'informer Votre Seigneurie qu'il n'y avait rien qui pût
servir de preuve contre les Turcs qui sont détenues avant leur procès à
Malte. Les rapports vu ... fait mention des deux seuls noms des responsables
turcs en cause et en ces cas ont été confinés à des opinions personnelles de
ces fonctionnaires de la part de l'écrivain, aucun fait concret qui pourrait
constituer une preuve incriminante satisfaisante ... J'ai l'honneur d'ajouter
que les fonctionnaires du Département d'Etat a exprimé le souhait qu'aucune
information fournis par eux à cet égard devraient être employées dans une
cour de justice ...

En égard à cette disposition et le fait que les rapports en la possession du
Département d'État ne semblent pas, en tout cas contenir des preuves contre
ces Turcs ..., je crains que rien n'est à espérer de traiter toute demande de
renseignements à la suite du gouvernement des États-Unis dans cette affaire.
"[xxxviii]

Le ministère du Procureur général de retour donna la réponse suivante:

"... Il semble improbable que les accusations portées contre l'accusé sera
capable de preuve juridique devant un tribunal de droit ... Jusqu'à ce que des
informations plus précises sont disponibles quant à la nature de la preuve qui
sera fournie dans les essais, le Procureur général ne se sent pas qu'il est
en mesure d'exprimer une opinion quant à la perspective de succès dans l'un
des cas soumis à son examen. " [Xxxix]

Dès la réception de cette réponse, WS Edmonds, sous-secrétaire au
Département de l'Est du Foreign Office, procès-verbal:

"A partir de cette lettre, il semble que les modifications de l'obtention de
condamnations sont presque nulles ... Il est regrettable que les Turcs ont
confiné plus longtemps sans que des accusations ne soient formulées contre eux
..." [Xl]

Sir H. Rumbold, le Haut Commissaire à Istanbul, a écrit:

«A défaut la possibilité d'obtenir une preuve suffisante contre ces Turcs
qui puisse satisfaire un tribunal britannique de droit, nous semble se
poursuivre un acte d'injustice technique dans envers les Turcs qui sont
accusés. Afin, donc, d'éviter autant que possible de perdre la face, dans
cette affaire, je considère que tous les Turcs ... devraient être disponibles
aux fins d'échange. " [Xli]

A partir de maintenant, les Turcs détenus à Malte ne sont pas considérés
comme des «délinquants» aux fins de poursuites, mais plutôt comme «otages»
pour les échanger contre les prisonniers britanniques en Anatolie. [Xlii] Par
la suite tous les déportés turc à Malte ont été échangés avec les
prisonniers de guerre britanniques. Les avocats de la Couronne se sont abstenus
d'accuser pour les massacres quiconque des accusé turque ayant déporté des
Arméniens et tous les déportés turcs ont été libérés et rapatriés sans
être traduits devant un tribunal. Les conclusions de la Colombie contredit
évidemment ce que le Tribunal a conclu dans les essais Holocauste.

Conclusion

Cette étude a examiné les principales différences de l'affaire de
l'Holocauste et arménienne. Il est devenu évident qu'ils n'avaient pas
beaucoup de points communs. L'antisémitisme et le nazisme ont fourni le
contexte idéologique de l'Holocauste. Il ne fait aucun doute que sans
l'antisémitisme et l'idéologie raciste, les lois discriminatoires Juifs
n'aurait pas été adopté. L'Holocauste a été le crime organisé et
planifié intentionnelle exprimée par la Conférence Wansee. Non seulement les
Juifs mais aussi les autres «races inférieures» sont devenus les victimes des
nazis. En outre, aucune victime impliqué dans aucune activité contre les
nazis. Les auteurs ont été traduits devant la justice après la Seconde Guerre
mondiale.

Le cas arménien grandement, sinon totalement, diffère de l'Holocauste.
Aucun anti-turc ou d'un élément anti-musulmans, et encore moins
anti-Armenism, existait dans le système ottoman juridiques et sociales. En
contraste avec les victimes des nazis, les Arméniens formèrent des
organisations révolutionnaires et ont mené des activités de terrorisme envers
la population civile des musulmans et non-musulmans. Les Arméniens soutenu per
les Russes, hostile des Ottomans, dans la Première Guerre mondiale, le
gouvernement n'a pas eu d'autre choix que de déménager ceux qui posent les
menaces de sécurité à d'autres parties de l'Empire. Il est regrettable que
lors de la réinstallation des Arméniens ont perdu la vie. Mais il n'existe
aucune preuve que les pertes ont été intentionnelle. Au contraire, les
documents officiels juridique prévoit que les victimes devaient être maintenus
au minimum.

Bien que la presse occidentale largement couvert les délocalisations et
raconté des histoires de massacres comme en dehors de la propagande en temps de
guerre, les criminels présumés ont été libérés, même sans accusations
formulées contre eux devant un tribunal international, parce que ni la
Grande-Bretagne ni les États-Unis a été en mesure de fournir tout élément
de preuve susceptible de preuve juridique devant un tribunal de droit.

La citation suivante d'un prix Nobel d'Etat israélien, Shimon Peres, clôt
la discussion:

Nous rejetons les tentatives de créer une similarité entre l'Holocauste et
les allégations arméniennes. Rien de semblable à l'Holocauste a eu lieu.
C'est une tragédie que les Arméniens ont traversé, mais pas un génocide ...
Israël ne devrait pas déterminer une position historique ou philosophique sur
la question arménienne. Si nous avons à déterminer une position, il doit
être fait avec beaucoup de soin à ne pas déformer les réalités historiques.
[Xliii]

http://www.angelfire.com/mi4/books/armenie2.html

http://www.tallarmeniantale.com/index.htm

Les excuses faites à Guenter Lewy  
http://www.turquie-news.fr/spip.php?article4941

http://www.turquie-news.fr/spip.php?article1321

http://www.washingtontimes.com/news/2007/oct/16/armenian-crime-amnesia/
-------------------------------------------------- ----

* Institut de recherche arménien et Çanakkale Université Mart Onsekiz.
ikaya@eraren.org

[I] Par exemple, voir Richard G. Hovannasian, «Étiologie et Sequele du
génocide arménien», dans J. George Andreopulos (ed.), le génocide: aspects
théoriques et historiques, (Philedelphia: University of Pennsylvania Press,
1994), pp . 125-126.

[Ii] Pour un exemple récent de ce voir Vahakn N. Dadrian, «La documentation
du génocide arménien à la lumière de déni persistant turques papier
Conférence prononcée à la Génération de génocide, Wiener Library, 26-27
Janvier 2002, Londres / Royaume-Uni .

[Iii] Heat W. Lowry, «Les États-Unis Hitler Adolf Congrès et sur les
Arméniens», Communication politique et de persuasion, vol. 3, No. 2, 1986, p.
111-140.

[Iv] Les faits exposés dans cette partie est basée sur les informations
fournies par Haim Bresheeth, Stuart Hood et Lisa Jansz, L'Holocauste, la
traduction turque, Soykýrým, (Ýstanbul: Milliyet Yayýnlarý, 1996). diverses
ressources Internet, y compris ThinkQuest, Massoua, l'Institut pour l'étude
de l'Holocauste remember.org,, United States Holocaust Memorial Museum sont
également visés. Les opinions contraires à celles qui résume ici peuvent
être trouvés à fpp.co.uk et les œuvres de David Irving.

[V] Emil Fackenheim à
http://news.bbc.co.uk/low/english/uk/newsid_618000/618352.stm.

[Vi] Huit siècles les Juifs ont été chassés en Allemagne, expulsés de
l'Angleterre, la France et enfin de l'Espagne en 1492.

[Vii] Yavuz Ercan, Osmanlý Yönetiminde Gayrimuslimler (non-musulmans vivant
sous la domination ottomane), (Ankara: Turhan Kitapevi, 2001), p. 3.

[Viii] Voir Ercan, Osmanlý Yönetiminde ..., pp.1-23.

[Ix] Vartan Artinian, The Armenian régime constitutionnel dans l'Empire
ottoman, (Istanbul), p.11.

[X] Yves Ternon, Les Arméniens, (Delmar: Livres Caravan, 1981), p. 37, 38 et
49.

[Xi] Jamanak, des faits les Arméniens de Turquie, Istanbul, 1980, p. 4.

[Xii] Pour une liste complète des relations turco-juive pendant l'Empire
ottoman et l'Holocauste voir Stanford J. Shaw, Les Juifs de l'Empire ottoman
et la République turque, (New York: New York University Press, 1991) et la
Turquie & L'Holocauste, (London: Macmillan Press, 1993).

[Xiii] Telford Waugh, la Turquie, Hier, aujourd'hui et demain, (London:
Chapman & Hall, 1930), p. 130.

[Xiv] Hovannisian, Étiologie et des séquences ..., p. 119.

[Xv] Toriguian Shavarsh, La Question arménienne et le droit international,
(Beyrouth: Appuyez sur Hamaskaine, 1973), p. 88.

[Xvi] Dustur, II, pp.938-961.Also cité par Gülnihal Bozkurt, Gayrimuslim
Osmanlý Vatandaþlarýnýn Hukuki Durumu (Le statut juridique des citoyens
non-musulmans ottomans), (Ankara: Société turque d'histoire, 1996), p. 181.

[Xvii] Artinian, Le constitutionnelle arménienne ..., p. 59.

[Xviii] Artinian, Le constitutionnelle arménienne ..., p. 65.

Ternon [xix], Les Arméniens, p. 74-82.

[Xx] Yair Auron, la banalité de l'indifférence, (Nouveau-Brunswick:
Transaction Publishers, 2000) p. 102 et 112-113.

[Xxi] Entretien avec un journaliste juif et militant, Lucien Wolf, du Daily
Graphic, 6 Juillet 1896. (Cité par Auron, La Banalité du ..., p. 117.)

[Xxii] Louise Nalbandian, révolutionnaire arménienne Mouvement, (Los
Angeles: University of California Press, 1963), p. 110,111.

[Xxiii] Mandelstam, La Société des Nations et les Puissances Devant le
Probleme Armenien, 1970, p. 472-473. (Cité par Toriguian, La Question
arménienne ..., p.98.)

[Xxiv] Journal des documents d'histoire militaire, 81, Décembre 1982,
document n °: 1830.

BOA [xxv], bureau Chipper, no: 55/292. (Également publié dans Arméniens
ottomans Documents Direction des archives ottomanes, Ankara, 1995, p. 94-95. La
traduction anglaise citée par Yusuf Halaçoðlu, «Réalités derrière la
réinstallation dans Türkkaya Ataöv, Les Arméniens dans la période ottomane
tardive, ( Ankara: Turkish Historical Society, 2001), p. 111-112.

[Xxvi] Hovannisian, Étiologie et des séquences ..., p. 124.

[Xxvii] Halaçoðlu, réalités derrière ..., p. 122.

[Xxviii] POUR 371/2488/51010 (28 mai 1915) (également cité par Vahakn N.
Dadrian, «le génocide comme un problème de droit national et international:
La Première Guerre mondiale l'affaire arménienne et son contemporain
juridique Ramifications» Le Journal de Yale droit international, vol. 14, No.
2, 1989, p. 262.)

[Xxix] Takvimi Vekayi, no: 3540, 5 mai 1919 et Takvimi Vekayi, n °: 3571, 13
Juin 1919.

[Xxx] Senola, vous Bilgi, akþine, atýf.

[Xxxi] BOA, HR: MU. 43/17, 6 mai 1919.

[Xxxii] Dadrian, le génocide comme un problème de ..., p. 285.

[Xxxiii] Bilal N. Þimþir, les déportés de Malte et de la question
arménienne, (Ankara: Foreign Policy Institute, 1992), p. 18-33.

[Xxxiv] POUR 371/5090/E.9934: Cabinet agent de Lord Curzon du 12.8.1920.

[Xxxv] POUR 371/6499/E.1801: des agents du droit au Foreign Office du
8.2.1921.

[Xxxvi] POUR 371/6500/E.3554: enceinte, à quelques minutes par Sir H. Lamb,
dossier Veli Nedjdet.

[Xxxvii] POUR 371/6500/E.3552: Curzon à Geddes. Tel n º 176 du 31.3.1921.

[Xxxviii] POUR 371/6504/E.8515: Craigie, Colombie Chargé d 'Afaires à
Washington, à Lord Curzon, No.722 du 13.7.1921.

[Xxxix] POUR 371/6504/E.8745: Ministère du Procureur général à la
Sous-Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, 29.7.1921.

[Xl] Ibid: Procès-verbal par M. Edmonds du 3.8.1921.

[Xli] POUR 371/6504/E.10023.

[Xlii] Þimsir, les déportés de Malte ..., pp.45-48.

[Xliii] Peres: Allégations arméniennes n'ont pas de sens », Turkish Daily
Nouvelles, le 10 avril 2001; Haig Boyadjian,« Peres Arméniens revendications
n'étaient pas le génocide Experience », Asbarez, le 10 avril 2001.


Dimanche 17 Octobre 2010


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

54.Posté par Arthur Gohin le 27/10/2010 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon Lisa, rien de bien nouveau par rapport aux documents qu'a apportés FrTr.
J'ai déjà répondu.

53.Posté par Lisa le 27/10/2010 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore quelques Ebooks...

52.Posté par Lisa le 26/10/2010 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Massacres de musulmans par les activistes arméniens : Découverte d’une nouvelle fosse commune, cette fois, à VAN

51.Posté par Lisa le 25/10/2010 20:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Virage brusque ! Mythomanie arménienne et vérité
PAR ERICH FEIGL
« Qui contrôle le présent contrôle le passé. Qui contrôle le passé maîtrise l’avenir. »
George Orwell, « 1984 »

La Mythomanie est un trouble psychique caractérisé par une tendance pathologique au mensonge. Si l’on considère la calomnie et la légende propagées depuis plus d’un siècle, selon lesquelles les Turcs auraient perpétré il y a 90 ans un génocide du peuple arménien, il est temps de démentir cette diffamation sur la base de documents concrets et irréfragables.

50.Posté par Arthur Gohin le 25/10/2010 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FrTr
Vous n'avez sans doute pas regardé ces documents.

Le premier est une promesse faite le 21/11 /14 par un certain Boghos Pacha Mubar (nom fort peu arménien) d'obtenir l'aide de la population arménienne de la région d'Alexandrette en cas de débarquement allié.
Ce n'est évidemmemnt pas la preuve qu'il ait suscité le moindre soulèvment.

Le document du 3 décembre 18 explique que "Les arméniens,dès le début de la guerre, onr été des belligérants de facto".
Et vu de près... il s'agit des arméniens non pas de l'empire ottoman, mais ceux de l'empire russe, de la France etc... qui évidemment ont été fidèle à leur pays, de même que ceux de l'empire ottoman l'ont été à leur pays ( ils ont moins déserté que la moyenne de l'armée ottomane, je précise, ce qui n'a pas empêché qu(ils soient désarmés et anéantis début 1915).

Le 22 septembre 15, les rescapés miracle du génocide, sauvés parce qu'un navire militaire français croisait par là, ont évidemment été près à être de même les sauveurs d'autres arméniens en péril d'extermination.

Quant au 20 mai 1915, comme déjà expliqué plus bas, la ville de Van et quelques autres avaient choisi de se rebeler plutôt que d'être exterminé comme elles le voyait faire autour d'elles. De même on pourrait qualifier le soulèvement du guetto de Varsovie comme une délotauté vis à vos du pouvoir en place!!!!

Les chiffres donnés indiquent que:

Le 8 fév 1916, 486.000 déportés étaient en péril vital. On sait que les turcs empêchaient les secours internationaux.
De même le 11 déc 18 390.000 attendaient des secours.
Survivants dans tout cela?

Le 1 mars 21 sur le territoire de l'empire vaincu restaient 561.100 arméniens. En nov 22, il en restait 281.000+104.000 = 385.000 . Or les massacres en particulier par Attaturc on continué jusqu'en 23. L'actuelle Turquie en comptait 2.000.000 avant la guerre. Elle en à déclaré 67.000 en 1927.

Tout ceci confirme l'estimation arménienne: 1.500.000 anéantis, 500.000 rescapés dont malheureusement I00.000 convertis de force parce qu'enfant ou joie femme.

Bref la Turquie file de nos jours encore un mauvais coton. Pas de reconnaissance du génocide? "Errare humanum est, perseverare diabolicum".


49.Posté par FrTr le 25/10/2010 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour Arthur Gohin:
Quelques documents et preuves misent en ligne qui discréditent totalement la thèse du génocide arménien:
http://www.ttk.org.tr/index.php?Page=Sayfa&No=184

48.Posté par Arthur Gohin le 25/10/2010 07:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kenan
Vous faires pitié: vous commentez des commentaires. On vous a demandé des documents historiques pour être crédible.

47.Posté par kenan le 25/10/2010 01:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les armeniens mentent et fuient toute commission historien internationale.
car ce sont des coupables, assasins, traitres.

Génocide arménien : Débat contradictoire entre Yusuf Halaçoğlu et Sevan Nissanian

mardi 4 mai 2010,


Nous vous proposons de découvrir un débat télévisé édifiant opposant l’ancien président de l’Institut d’Histoire Turque le professeur Yusuf Halaçoğlu à l’écrivain, historien et chroniqueur d’origine arménienne Sevan Nişanyan.
Cette vidéo en langue turque, divisée en 14 parties, est tirée de l’émission « Teke Tek » (Face à Face) présentée par le journaliste Fatih Altaylı et diffusée sur la chaine HaberTürk le 9 mars 2010.

Remarque : Pour visionner la suite de la vidéo, cliquez sur l’encadré : « bolum x » avec le fond rouge, en haut à droite.

Sans jamais appuyer ses accusations par des éléments concrets, Sevan Nissanian argue inlassablement :
« L’Etat turc a continuellement poursuivi et poursuit toujours une politique visant à nier l’existence des Arméniens, à les humilier, à les insulter. Une politique de déni et de rejet de la réalité est destructrice pour la communauté arménienne (…) Il est certain que la politique turque a toujours vu les Arméniens comme des ennemis ».

Devant l’approche pragmatique et scientifique de Yusuf Halaçoğlu le contredisant, Sevan Nişanyan extrêmement mal à l’aise ne trouve d’autres postures que celle de se réfugier dans le registre des sentiments et de verser dans les émotions.
Face aux documents d’archives présentés systématiquement par Yusuf Halaçoğlu pour étayer ses dires, Sevan Nişanyan se contente de répliquer que ce sont « des documents de propagande turcs ». Yusuf Halaçoğlu lui présente alors des documents analogues issus des archives russes, anglaises ou françaises.
Furieux, Sevan Nissanian va même jusqu’à exiger le silence de son contradicteur : « Un instant, écoutez-moi ! » ordonne-t-il en criant.
« Pourquoi criez-vous, reprenez-vous svp » lui conseille alors Yusuf Halaçoğlu.

Sevan Nissanian invective régulièrement Yusuf Halaçoğlu le qualifiant de « menteur », « propagandiste à la solde de l’état », « vous faites du show, vous désinformez et détournez les documents d’archives de leur sens réel », ainsi que d’autres douceurs poétiques.
Yusuf Halaçoğlu, quant à lui, reproche à Sevan Nissanian de ne pas avoir « la culture du débat contradictoire » en le vilipendant ainsi.

Au sujet des protocoles turco-arméniens, le professeur Halaçoğlu fait part de son scepticisme tout en soulignant la nécessité d’une réconciliation. En effet, « il y a faute des deux côtés. La Turquie a lié le règlement du conflit du Haut-Karabagh aux protocoles alors que ce sujet ne figure nulle part dans le texte. Donc, c’est une erreur. Quant à l’Arménie, sa cour constitutionnelle a émis une réserve majeure en disant que les protocoles ne pouvaient contredire la « reconnaissance internationale du génocide », ce qui est contraire au texte signé. Comment voulez-vous dans ces conditions établir une sincère réconciliation si les deux parties ne respectent même pas un document qu’elles ont signé ? ».

De plus, Yusuf Halaçoğlu affirme que les parlements étrangers n’ont « aucune légitimité à juger l’histoire de la Turquie. Qu’en outre, leur comportement est totalement en contradiction avec l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que toute personne accusée est présumée innocente et que les garanties nécessaires à sa défense doivent être assurées. Or, on ne reconnaît même pas le droit de se défendre à la partie turque. Les pays qui légifèrent au sujet de 1915 ne consultent même pas leurs propres archives. L’affaire est parfaitement politisée et dénuée de fondements académiques rationnels. »

Sevan Nissanian colérique réplique que « la politique turque repose sur le mensonge et l’immoralité ». Il rejette catégoriquement la mise en place d’une commission d’historiens car « il y a un consensus général dans le monde. Tout le monde accepte et reconnaît le génocide arménien » prétend-t-il.

Redoutable de précisions sur les dates, les noms des protagonistes, les lieux, les intervenants, les enjeux des pays impliqués dans la tragédie de 1915, le professeur Yusuf Halaçoğlu conclut :
« Nous sommes toujours prêts à débattre mais dans le respect sans se faire insulter de menteur comme c’est le cas maintenant. En 2005, nous avons participé à la « Vienna Armenian-Turkish Platform » sous la médiation d’historiens autrichiens. Nous avons pu échanger des documents d’histoire. Malheureusement, force est de constater que 15 jours après cette réunion, la partie arménienne s’est retirée de cette initiative sous la pression vraisemblable des activistes de la diaspora arménienne. Nous sommes, à tout moment, disposés à discuter des événements de 1915 sur la base de témoignages, de documents d’archives, et pas uniquement ottomanes mais aussi les archives arméniennes de Erevan, ou celles de Boston. Il y a aussi celles à Jérusalem. Nous avons étudié les archives russes mais aussi les documents du Dachnak en Russie. Prenons aussi en compte les documents des pays en guerre à l’époque avec l’état ottoman tels la France et l’Angleterre mais aussi ceux des pays alliés comme l’Allemagne et l’Autriche. N’oublions surtout pas les archives de la Société des Nations basée à Genève dont on ne peut douter de l’impartialité puisqu’aucun Turc n’a participé à leur rédaction. Elles ont été constituées par des Américains et des Anglais.
Pourquoi n’entreprenons-nous pas des recherches conjointes pour établir toute la vérité en adoptant une méthodologie scientifique rigoureuse acceptée de tous ? Pourquoi sont-ils contre ? ».

Le professeur Halaçoğlu n’hésite pas non plus à étayer ses arguments avec un document publié par Ara Sarafian, historien britannique d’origine arménienne.

On comprend mieux le respect qu’exprime le chercheur allemand pro-arménien Hilmar Kaiser à l’égard du Professeur Halaçoğlu :
« Halaçoğlu est le seul historien turc qui m’a présenté des matériaux que je ne peux pas concilier avec mes connaissances actuelles. C’est quelqu’un de très intelligent, très professionnel. Il me dépasse à certains égards. – Il a le matériel des poursuites judiciaires des criminels de guerre pendant la guerre. (…)
Selon ce matériel, les gens qui ont volé de l’argent, qui ont tué, etc… ont été condamnés. La liste identifie les coupables, ce qu’ils ont fait, et quelle a été leur sanction. Nous savons, par exemple, que les meurtriers de Zohrab et de Vartkès Efendi ont été exécutés par Cemal, et il y a eu d’autres exécutions. Les gens qui ont volé de l’argent à la population arménienne et qui l’ont mis dans leur poche au lieu de le remettre au gouvernement ont été pénalisés.
(…)
Ne sous-estimez pas Yusuf Halaçoğlu. Je le respecte. Il se peut que je ne sois pas absolument d’accord avec lui, mais je suis assuré que je ne me battrais pas avec lui à ce sujet. Les ressources universitaires de toute une scène convergent vers cette seule et unique personne. Les Arméniens n’ont personne d’équivalent même de son ombre. D’autre part,(…) Halaçoğlu s’intéresse au dialogue (...). Il n’a aucun problème à causer avec moi, à causer avec d’autres… ».

Édifiant.
D’un côté, il y a les activistes arméniens qui accusent les Turcs du pire des crimes sans aucune preuve scientifique. De l’autre, la partie turque qui ne demande que la création d’une commission scientifique pour établir la vérité et à qui on ne reconnaît même pas le droit de se défendre.
Turcs ! Taisez-vous et acceptez d’être criminels !
Et, on ne discute pas !

Lien/Source : Turquie News

46.Posté par kenan le 25/10/2010 01:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les armeniens sont bien tetus. on leur fournit les prevues d'apres les archives, ils continuent à faire le negationiste. ils jouent le meme role que israel:
on tue et on se declare victime.


ce sont les turcs qui ont ete massacres par les arméniens traitres qui combattaient avec les russes, francais,.

vous avez mille fois mérité cette gifle. les traitres dovient etre punis.





45.Posté par FrTr le 24/10/2010 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Serj Tankian défend la thèse du génocide arménien:

http://www.youtube.com/watch?v=HcXT5FymUT4

&

http://www.youtube.com/watch?v=rcJjxOqgANM

Photomontage sur Atatürk:
http://www.haberaktuel.com/ataturke-fotomontajli-cirkin-iftira-haberi-167832.html

44.Posté par Arthur Gohin le 24/10/2010 06:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kenan

Ce qui distingue les mille et une nuits d'un livre d'histoire, ce sont les documents et références. Vous ne fournissez ni l'un ni l'autre, vous êtes dans la catégorie des contes.
Le site que j'ai abondamment cité est lui bien charpenté, et vous n'avez jusques à présent nullement contesté ses sources.

Il y a un autre point que vous ne pouvez contester, c'est que les turcs on envahi cette région il y a quelques siècles, et que personne ne leur avait demandé de venir, les populations, dont les arméniens, se seraient volontier passé de leur venue.
Lors d'invasions, ou bien les envahis et envahisseur finissent par se fondre, ou cohabiter pacifiquement c'est à dire à égalité de droits, où bien l'injustice perdure sans issue.
Les turcs ont choisi tout le temps de l'empire ottoman la voie sans issue, car la justice était rendue par les turcs exclusivement. Contestez vous ce dernier point?

43.Posté par kenan le 24/10/2010 02:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les arméniens me font penser à un cambrioleur qui se fait tuer en pleine action.
apres, sa famille vient dire que ils ont tué leur fils.


III - Le rôle des Arméniens dans la guerre

Le premier novembre 1914, la Russie déclare la guerre à l’empire ottoman. Les Arméniens de Russie, ayant juré fidélité et loyauté au tsar Nicolas, promirent de libérer les Arméniens de Turquie. En plus de fournir deux cent mille hommes aux armées régulières du tsar, les Arméniens de Russie formèrent sept contingents de volontaires dont la mission était de « libérer » l’Arménie turque. Les Arméniens ottomans, qui avaient aidé les Russes lors des guerres précédentes, prirent une fois encore le parti de la Russie. Aussitôt la guerre déclarée, Karekin Pasdermadjian, député d’Erzurum au parlement ottoman, connu sous le nom révolutionnaire d’Armen Garo, accompagné de tous les officiers et soldats arméniens de la Troisième Armée ottomane, traverse la frontière pour joindre l’armée russe. Partout en Turquie furent alors entreposées de grandes quantités d’armes et de munitions, particulièrement dans les régions d’Olti, Sarikamis, Kagizman et Igdir, qui servirent à armer les civils arméniens habitant les villes et villages frontaliers. De leur côté, nombre de citoyens arméniens de l’Anatolie orientale, désobéissant aux ordres de recrutement lancés par l’armée ottomane, se sauvèrent en Russie pour se joindre à l’organisation révolutionnaire arménienne en lutte contre l’empire ottoman. La population musulmane avait été relocalisée par les Russes dans le Caucase, en Azerbaïdjan. Pendant ce temps, on découvrit quantité d’armes russes dans les maisons, écoles et églises arméniennes des « six vilayets » et des bandes d’Arméniens composées de déserteurs se mirent à attaquer et à assassiner les membres des communautés musulmanes. Les nationalistes arméniens avaient appuyé les Russes lors des trois guerres précédentes entre la Russie et l’empire ottoman (1827, 1856 et 1878).

Voyant la tournure des événements, le commandement de la Troisième Armée ottomane comprit qu’il avait affaire à une rébellion de la part des Arméniens, notamment à Van, Bitlis, Erzurum et Karahisar. De novembre 1914 à mai 1915, les révoltes se multiplient.

Le 4 avril 1915, dans le Caucase, les Dashnaks fomentent une révolte où ils incitent les citoyens arméniens à montrer leur loyauté envers le tsar en chassant la population musulmane de la ville de Van. Aidée d’un grand nombre de déserteurs et de réfugiés arméniens, l’armée russe du Caucase lance alors une offensive dans la direction de Van. Quittant Erivan le 28 avril ils atteignent Van le 14 mai. Sous la protection des Russes, ils mettent en place un État arménien et, pendant les deux jours qui suivent, se livrent au massacre des populations musulmanes. L’édition du 24 mai de Gochnak, un journal arménien publié aux États-Unis, rapporte « qu’il ne reste plus que 1 500 Turcs à Van, le reste ayant été massacré ». Russes et Arméniens prennent ensuite la direction du vilayet de Bitlis.

Au bout du compte, le 27 mai 1915, Talat Pasha, ministre de l’Intérieur, répondant aux appels répétés de l’Armée met en vigueur une loi d’exception par laquelle il ordonne la relocalisation des Arméniens qui vivent dans la zone où la guerre fait rage. Il agit ainsi pour éviter la formation d’une cinquième colonne dans cette région : Il ne fait somme toute qu’imiter ce qu’avaient fait les Russes avec les populations musulmanes de leurs régions frontalières. Ces déplacements de population donnèrent lieu à de nombreuses pertes de vie dues à la famine, la maladie, les représailles et excès de toutes sortes de la part de fonctionnaires abusant de leur pouvoir. Deux mille de ces fonctionnaires furent punis par les autorités ottomanes pour ne pas avoir respecté les directives qui garantissaient le libre passage des Arméniens expulsés.


La tragédie turco-arménienne : duperie et propagande - Turquie News

42.Posté par imprescriptible le 22/10/2010 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Posté par kenan le 22/10/2010 03:27

Kenan , à partir de 1915, beaucoup de noms armeniens ont été turquifiés , n'inversez pas , SVP .



41.Posté par Arthur Gohin le 22/10/2010 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous savez Kenan ce n'est pas compliqué, pour savoir ce qu'il en est de la vérité historique, il faut tout simplement remonter aux documents originaux, et être bien inspiré pour voir ce qui est vrai.
Avez vous un reproche précis à faire aux document s originaux du site d'Imprescriptible? Il est évident que je ne m'intéresse pas au condamnations globales du genre "c'est tout faux", mais seulement aux éventuelles analyses sérieuses de votre part.

40.Posté par kenan le 22/10/2010 03:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut faire attention à certains journalixte, ecrivains, intellectuels qui font la propagande de la cause armenienne ou kurde.
la réalité" est que ces personnes ne sont pas des turcs, mais des arméniens ou kurdes
qui propagent des mensonges pour salir la turquie.

il y a bcp arméniens qui ont pris des noms et prenom turcs pour passer inapercu,
idem de certains kurdes qui font du anti-turc.


39.Posté par Arthur Gohin le 21/10/2010 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Saber
bien sûr que c'est une erreur cette étoile de David.
De même votre soi disant SS, que j'avais parfaitement repéré, est en fait un HH en lettre arméniennes, comme vous pouvez le constater dans le cercle juste au dessus. En phonétique latine: Hayastani Hanrapetoutsyin, soit République d'Arménie.

Par ailleurs, vous pouvez difficilement affirmer que le génocide arménien est une invention du sionisme vu la citation, que j'ai déjà condamnée, de Pérès à la fin de l'article.


38.Posté par Saber le 21/10/2010 00:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

23.Posté par Arthur Gohin le 20/10/2010 14:56

Bon Lisa je sais me servir de mon logiciel, et cela n'a pas marché.
Maintenant j'ai parcouru les deux références internet de votre site. La première confirme pleinement le génocide; 49 références. la seconde est un long discours d'Attaturc sans référence aucune.
Seule courte mention du génocide page 22, où les arméniens ont tous les tords, sans aucune référence. Il faut dire que ce guerrier talentueux a parachevé le génocide terminé en 1922 environ.

Kenan ne peut tout de même pas ignorer que les arméniens de Van, voyant que les villages arménens environnant étaient massacrés, se sont défendus et non pas laissés égorgés comme des moutons. Ils auraient fini par succomber au siège si sur ces entrefaits l'armée russe n'était arrivée. Cette ville a été plusieurs fois reprise, et ce charnier n'a rien d'étonnant vu le peu de temps dont on disposait pour enterrer les morts.

J'avais déjà démonté l'argument de Saber. Mais vous pouvez continuer mille ans comme cela.
Les négationnistes turcs sont semblables aux sionistes qui nient la nakba: tout leur esprit est possédé par le mensonge.

Il n' y a rien à démonter mais tout est à démontrer, d'ailleurs si tu aurais regardé l'autre face du billet d'Arménie, tu aurais vu qu'il y avait deux S S à l'envers et une dame qui commençait à filer peut-être un mauvais coton.

Finalement, même la main dans le sac, un sioniste de son point de vue, il est innocent s'il gruge un goy quel qu'il soit.

Dans ma ville natale qu'est ORAN , la loge maçonnique imprimait ses bons garantis par le colonialisme et ne vient pas me dire que c'est faux, tout le Maghreb était sous le joug maçonnique et par la suite sioniste et tu veux des preuves, je pourrais t'en donner des références à faire bouillir n'importe quelle cafetière.

Pour revenir à la question Arménienne, c'est une pure propagande sioniste qui craint l'entrée d'une masse musulmane turque, cultivée, instruite et laborieuse dans une Europe rongée par une élite sioniste qui regarde avec ferveur vers l'ouvrage de dé construction de la Palestine pour espérer implanter le mythe des mythes des peureux élus.

Cette étoile à six branches c'est peut-être une erreur.

37.Posté par kenan le 21/10/2010 00:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arthur Gohin, tu dois apprendre à bien lire.
il y a eu un debat.. mais sur une TV turque, en turque. je doute que les francais et les europeens ont suivi ce debat. et sont au courant de ce qui a été dit.



tu pourrais organiser un debat sur les tv francaises ? en invitant des historiens turques ?

36.Posté par Justice & Peace le 20/10/2010 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Interview
Zarakolu : Nous sommes des Don Quichotte

"Ils empoisonnent la jeune génération avec de la désinformation..."

Dans le cadre du Festival du Livre, Ragip Zarakolu *, intellectuel turc, fondateur des Editions "Belge" à Istanbul, défenseur des droits de l’homme, était à Erevan. Il a présenté un livre récemment publié, dédié à l’écrivain, éditeur et rédacteur Teodik (Teodos Labjinjian, 1873-1928). En 1915, Teodik a été arrêté et déporté, mais un groupe de partisans arméniens a réussi à le libérer. Il a vécu ensuite à Paris.

Le premier livre sur Teodik a été publié à Istanbul près de 100 ans après.

"J’ai consacré ce livre à mon ami Hrant Dink, qui a été tué en 2007", dit Ragip Zarakolu.

En tant qu’intellectuel turc, vous avez œuvré pendant de nombreuses années pour la normalisation des relations entre les Arméniens et les Turcs, la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie. Je sais que vous avez été persécuté par le pouvoir turc. Est-ce que quelque chose a changé dans les deux années qui viennent de s’écouler ?

Commençons d’abord par la question concernant ma personnalité d’intellectuel turc. Oui je parle Turc, mais je pense être un intellectuel habitant le monde. Ma patrie c’est l’Anatolie. La population d’Anatolie est composée de mes frères et de mes soeurs. Si mes soeurs et frères ont souffert cela veut dire que j’ai souffert moi aussi. Je parle du Génocide.

Il y a eu des persécutions, c’est sûr. Ils ne m’ont pas tué parce qu’ils ne veulent pas créer de nouveaux héros Les persécutions ont cependant diminué dans les années récentes.

Avez-vous des origines arméniennes ?

Les Kurdes me posent très souvent cette question. J’espère en avoir. Jusqu’au jour où la Turquie reconnaîtra le Génocide Arménien, je me sentirai Arménien.

Quelles sont les raisons de cette diminution des persécutions et des pressions ?

D’une manière générale, il y a eu ces deux dernières années, à la fois des changements positifs et des changements négatifs dans la vie des Turcs. Les démocrates de Turquie ont compris qu’il fallait regarder et non pas nier ce qui est arrivé dans le passé. Nous avons organisé des discussions à la date du 24 avril de ces deux dernières années, mais nous ne pensons pas que la Turquie soit complètement changée dans le sens positif. Pendant dix ans, la Turquie a opéré des pressions importantes pour nier le Génocide Arménien. Beaucoup d’intellectuels défendent la position de la République de Turquie. Nous sommes peu nombreux et combattons comme des Don Quichotte. Des milliers de livres ont été publiés, des centaines de séminaires, de conférences pour les étudiants ont été organisés. Ils empoisonnent la nouvelle génération avec de la désinformation. C’est plus dangereux à présent parce qu’auparavant, personne ne s’étendait sur la question du génocide, et les jeunes de Turquie étaient tenus dans l’ignorance, alors qu’à présent, ils sont sujets à la désinformation.

Avant, quant un Turc se rendait en Europe et qu’on lui disait que les Turcs avaient commis un génocide sur les Arméniens, il était surpris. Mais à présent, il dira le contraire : il dira que les Arméniens ont tué ses ancêtres.

Lorsque la feuille de route a été signée, tous étaient inquiets à cause de la sous-commission qui devait discuter du génocide pourrait-elle le remettre en cause ?

Cette commission ne peut rien faire. La Turquie poursuit une politique erronée : d’un côté, elle veut parler aux Arméniens, et de l’autre, elle apprend aux jeunes à nier le génocide. S’ils le pouvaient, ils supprimeraient le mot "génocide" dans les dictionnaires. Ce mot est en quelque sorte comme une maladie en Turquie.

Comment imaginez-vous que soit engagé un dialogue autour d’un tabou ?

En Turquie, la question arménienne n’est plus un tabou. La seule mauvaise chose est que la discussion autour de cette question se passe entre intellectuels, historiens, universitaires, et que les gens ordinaires n’en sont pas informés.

Au sujet du processus arménien et turc, nous affirmons que ce qui se passe à présent n’a pour but que de faire traîner les choses en longueur. C’est une tradition de la politique turque : d’un côté on veut dialoguer, mais de l’autre on ne veut pas de changement. Je voudrais ajouter que je n’attache aucune importance au dialogue entre les personnes de premier plan du pays et à la médiation des superpuissances, mais à celui entre les peuples. [NDLR] Ragip Zarakolu rejoint sur ce dernier point l’avis de Taner Akçam.

Ici, chaque année, chacun attend ce que va dire Obama

Pour les USA, la Turquie c’est un peu comme l’épouse de cinquante ans (il sourit), mais l’Azerbaïdjan est aussi important pour les USA car il a du pétrole, tandis que pour l’Arménie, les USA ressentent du respect.

Nous voyons qu’il y a des avancées dans la communication, en particulier dans le domaine de l’art moderne

Le dialogue entre les peuples est important. Mais il nous faut apprendre au peuple turc à écouter, à dialoguer. Si on apprend aux Turcs que tout ce qu’ils ont, l’édifice du théâtre turc, le journalisme, tout ce qui a été créé par les Arméniens, la question naturelle leur viendra : mais alors, que leur est-il arrivé ? La population d’Anatolie ne sait pas qui vivait dans ces terres. Les Turcs ne savent pas ce qui est arrivé aux Arméniens. Imaginez des gens qui vivent sur un territoire et ignorent son histoire. Dans les livres et les manuels, l’histoire de la Turquie commence en 1923, quand il n’y avait pas d’Arméniens. J’ai commencé à publier sur le Génocide en 1993.

Dans la mesure où la Turquie conduit une telle politique, pensez-vous qu’il soit approprié de dialoguer ?

Le système turc actuel devrait être détruit. La politique actuelle de la Turquie est très similaire à la politique de l’Union Soviétique avec la différence que dans l’Union Soviétique, c’est le léninisme qui régnait, alors qu’en Turquie, c’est le Kémalisme.

Croyez-vous en elle ?

OUI, je fais partie des enfants d’une nation digne et je suis fier.

Vous voulez dire que vous êtes arménien ?

Je le suis, jusqu’à ce que le génocide soit reconnu, je me dirai arménien.


* Ragip Zarakolu a été traduit en justice en vertu de l’article 301 du Code pénal turc pour « insulte à l’État turc et à la mémoire de Kemal Atatürk" En 2008, seule a été retenue l’"insulte à l’Etat turc". En 2003 il a reçu le NOVIB / PEN Award de la Liberté d’expression.

35.Posté par Justice & Peace le 20/10/2010 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le site qt[armeniens.net ]qtn'est pas un site arménien mais qui est situé à Ankara et un prête nom de la politique de désinformation.

L'armée turque a créé des dizaines de sites de propagande contre les activités des défenseurs de droits de l'Homme.

L'existence de sites de la TSK a été révélé dans un e-mail envoyé par un officier de l'armée à un certain nombre de journaux et de journalistes l'an dernier.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.todayszaman.com/tz-web/news-218063-gen-igsiz-given-three-days-to-testify-in-propaganda-website-probe.html

34.Posté par Imprescriptible le 20/10/2010 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici un plan du camps de Meskene ou etait deporté les armeniens.Ce plan est extrait des archives de l'armée Turc :
"L’Etat Major turc publie une carte de Meskene et de Deir Ez Zor datant de 1916 " :

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=45608



33.Posté par Arthur Gohin le 20/10/2010 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors Kenan
"Le prof Yusuf Halacoglu,lors d'un debat telévisé avec l'écrivain arménien Nisanyan "
et 40 mn après vous écrivâtes:
"aucun débat avec historien turque dans les medias francais ni européens."

...!!! Vous êtes aussi menteur que les sionistes, mais moins doués.

32.Posté par kenan le 20/10/2010 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on entend bcp la voix des armeniens
en france et en europe. c'est normal, ils sont puissants en france et placé dans des hauts postes politiques.balladur, ex premier ministre d'origine aremnienne, ( dont pere etait directeur banque en 1914 à istanbul ), devedjiann, president ump et pote de sarko, etc.., et que les armeniens se battaient avec les francais contre les turcs !!

alors, c'est facile pour eux de crier haut, de désinformer en faisant publier des info mensongeres dans les journeaux. les francais ne connaissent que la version du lobby armenien.

par contre, les turcs, aucune voix car personne pour defendre leur cause.aucune version turque des faits, aucun debat avec historien turque dans les medais francais ni europeens.

31.Posté par kenan le 20/10/2010 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les armeniens sont des menteurs, hypocrites, negationistes. ils n'osent pas avouer que ils sont les coupables.

le lobby armenien, pour impressionner le monde, à lancé le chiffre de 1.5 millions armeniens morts, repris par les medias occidentaux. plus c'est gros, plus ca impressionne.


Le prof Yusuf Halacoglu,lors d'un debat telévisé avec l' ecrivain arménien Nisanyan (video ici Teketek Özel - 24 Mart 2010 - Ni?anyan - Halaco?lu - Bardakç? | Tarih ve Medeniyet) a fourni ces chiffres avec preuves à l'appui: archives francaises anglaise, ottomane.

l'armenien faisait le negationiste comme les francais. il n'admettait aucune preuve que le prof Halacoglu lui mettait sous le nez.
il ne veut meme pas croire aux archives etrangeres de ses amis anglais, us, francais. !!!



A l'epoque, les sources de l'ambassade US indiquait 1.2 millions armeniens
l'eglise arménienne indiquait pour sa part, 1.6 millions armeniens.

sachat que
400.000 arméniens sont partis en france,
200.000aux US
des dizaines milliers en GB, russie,d'autres pays europeens, les autres déplaces en syrie et vivants, etc..

CA NE FAIT JAMAIS 1.5 millions morts.


le prof Halacoglu affirme que il y a 200.000 à 300.000morts armeniens.

les turcs ont perdu au moins 1 million hommes durant 1914-1918.car ils etaient attaqués de tous cotes par les occidentaux. pour s'approprier les terres ottomanes..

rien que 250.000 pertes lors bataille detroit dardanelle contre anglais-francais,
500.000 dans le causace contre russes, arménien,
+ des dizaiens milliers à izmir contre grec, sud contre italien , sud-est contre francais qui ont pris le liban et syrie,
front palestinien contre les anglais et leur armée des indes, etc

30.Posté par Lisa le 20/10/2010 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Documentaire intérêssant....

29.Posté par Lisa le 20/10/2010 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour compléter voici les sectes franc-maçon infiltré en Turquie, le cancer de l'humanité après les sionistes!!!

28.Posté par Lisa le 20/10/2010 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore un site...

27.Posté par Lisa le 20/10/2010 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici un site Arménien, curieux, non?

26.Posté par kenan le 20/10/2010 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n'y a pas eu de genocide. les fait ne correspondent pas à la definition d'un genocidie. i ln'y a pas eu l'intention programmée de tuer comme pour les juifs.

c'est pour cela que les armeniens ne veulent pas venir discuter dans une commission d'historiens comme le veulent les turcs.
car ils ont peur que on découvre la verité sur les arméniens, que depuis 1880, ils voulaient une chose: renverser l'empire ottoman et fonder un etat arménien à istanbul.

quand un groupe de population s'organise en milice armée et veut renverser l'etat et fonder un autre état, qu'ils combattent le gvt avec d'autres pays qui veulent le coloniser, il est normal que l'empire ottoman se soit défendu.
il n'y a pas eu volonté de tuer en masse comme hitler, mais les deplacer vers l'est pour eviter que ils renversent l'empire.

vous pensez quoi . si aux usa ou en france, un groupuscule armé veut renverser l'etat, vous croyez que les us et la france vont rester les bras croisés ???
Essayer les algeriens, marocains et africains de combattre la france et créer un etat musulman. on va voir ce qui va vous arrivez .


c'est normal que i ly a eu des morts lors du deplacement c'est 1200 km à faire à pied, en train,.. en hiver,. bcp morts sont du au froid, maladie, etc.

il y a eu aussi des dizaines miliiers turcs massacrés dans les villages par les milices arméniennes. mais de ca, les arméniens n'en parlent pas.
Dernière modification par sealife2010 Aujourd'hui à 14h40.
sealife2010 est connecté maintenant Signaler un message hors-charte Modifier/Supprimer le message

25.Posté par Lisa le 20/10/2010 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une adresse web assez intéressant...

24.Posté par Arthur Gohin le 20/10/2010 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kenan
A propos de votre 14, pouvez vous me citer un auteur qui nie le génocide Vendéen ou en diminue l'importance? Celui des magrébins de l'Algérie? Ou autre?
Vous accusez à tord et à travers. Pour cacher le génocide que vous avez accompli.

23.Posté par Arthur Gohin le 20/10/2010 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon Lisa je sais me servir de mon logiciel, et cela n'a pas marché.
Maintenant j'ai parcouru les deux références internet de votre site. La première confirme pleinement le génocide; 49 références. la seconde est un long discours d'Attaturc sans référence aucune.
Seule courte mention du génocide page 22, où les arméniens ont tous les tords, sans aucune référence. Il faut dire que ce guerrier talentueux a parachevé le génocide terminé en 1922 environ.

Kenan ne peut tout de même pas ignorer que les arméniens de Van, voyant que les villages arménens environnant étaient massacrés, se sont défendus et non pas laissés égorgés comme des moutons. Ils auraient fini par succomber au siège si sur ces entrefaits l'armée russe n'était arrivée. Cette ville a été plusieurs fois reprise, et ce charnier n'a rien d'étonnant vu le peu de temps dont on disposait pour enterrer les morts.

J'avais déjà démonté l'argument de Saber. Mais vous pouvez continuer mille ans comme cela.
Les négationnistes turcs sont semblables aux sionistes qui nient la nakba: tout leur esprit est possédé par le mensonge.

22.Posté par imprescriptible le 20/10/2010 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La défense héroique de Van 1916 :
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=37706

21.Posté par kenan le 20/10/2010 03:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nouveau charnier découvert en turquie, dans la ville de VAN. on dénombre 150 turcs tués par les milices arméniennes.

http://www.milliyet.com.tr/van-da-toplu-mezar-/turkiye/sondakika/20.10.2010/1303648/default.htm


C'est tout à fait en accord avec les textes donné par Lisa.

(McCarthy 253-254) Ceci est seulement le témoignage à propos du meurtre organisé perpétré par lesArméniens contre les Musulmans pendant la 1ère Guerre Mondiale, de 1914 a1918, dans les provinces de van, Betlis de l 'Est Anatolie laissant place au déclin du nombre d'habitants Musulmans dans toutes les provinces Ottomanes Est telles que Ardrom, Betlis, Diyar Bikr, la colonie de Al 'Aziz, Siwas, Halab, et Trabzon. Nous découvrirons que dans la période de 1912 a 1922, plus de 62% des Musulmans dela province de Van ont disparus, 42% dans la province de Betlis, 31 % dans la Province deArdrom et plus de 60 % dans le Caucase! Quant aux provinces de l'Anatolie Ouest, telles que Aydin, Kadawindakar,Bigha et Idmid, les forces de la coalition ont expulsés les réfugiés Turcs qui s'y étaient établis etont remis leurs propriétés aux Grecs! Ils ont laissés les Musulmans sans refuge,la plus grande appropriation de l'Histoire. Ce fut une organisation meurtrière préméditée contre les Musulmans du Qoqaz, Anatolie, et Balkans, blessure du monde des pouvoirs impériaux en cette misérable période, et la fin dramatique de six siècles de califat Ottoman.


20.Posté par Lisa le 19/10/2010 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne sait pas mettre plus d'1 adresse web! Apprenez à utilisez votre ordinateur, c'est pas difficile de copier et coller l'adresse du site sur votre navigateur!!!

C'est facile de traiter l'adversaire de négationniste quand on condamne sans laisser la possibiliter à l'autre de se défendre, c'est plutot ce fait qui est malsain et une preuve pertinente qu'il y a une vérité dissimuler qui ne doit pas être découverte, surtout quand on veut museler de force les historiens!

Si le Arméniens sont vraiment des victimes, qu'es-ce qu'ils attendent pour aller à la cours internationale des droits de l'homme? Tout simplement parce qu'ils sont des menteurs et qu'ils n'ont aucune preuve !!!

Voici quand même quelques Ebook intéressant pour les gens qui ne sont pas de mauvaise foi, j'ai déjà donné quelques adresse web dans un autre message...

19.Posté par Lisa le 19/10/2010 23:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arthur Gohin, si vous comprenez pas en Français lisez le texte en Anglais.
De plus vos arguments sont pas valable!!!


18.Posté par Arthur Gohin le 19/10/2010 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article est terriblement malsain.

Pourquoi est-il bourré de fautes de français et d'orthographe? C'en est difficilement lisible, surtout vu sa longueur. Comment peut-on être cultivé en histoire et nul à ce point en français? Veut-on désorienter le lecteur?

Ensuite toutes les références sont inaccessibles par le net. Sauf une qui ne marche pas. Quel contraste avec le site d'Impresciptible où l'on a accés directement à la lecture des documents historiques ! Quand on n'a pas peur de la vérité on la montre.

Enfin la référence finale à Pérès, nous rappelle simplement que la Turquie et Israël ont eu longtemps, et ce n'est pas terminé, un contrat de négationisme mutuel: tu me nies le génocide arménien, et moi je collabore et te soutiens en fermant les yeux sur la Nakba.

L'argument de Saber 3 et 4 prouve simplement la mauvaise foi primaire des négationistes turcs: Il n'y a pas d'étoile de David sur le billet de banque arménien ! Il y a deux hexagones qui rappellent l'architecture traditionelle des églises arméniennes. en effet celles ci sont toujours ornées d'une tour hexagonale, et les six demi cercles rappellent les six voûtes ornées que ces tours présentent.

J'ai déjà une fois sur ce site démonté les mensonges des négationistes turcs. Pour ceux qui aiment la vérité, le site d'Imprescriptible est excellent. Pour les autres, je ne vais plus les aider, une fois c'est bon.

17.Posté par imprescriptible le 19/10/2010 08:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Lisa , je vais juste revenir sur l'ecriture turque :
avant 1923 , l'ecriture de l'empire ottoman était l'Osmanli . il existe à ma connaissance au moins un livre ecrit en osmanli sur les armeniens : deux comittes , deux massacres .
Apres 1923 , Ataturk a decide de "latiniser" la langue turque .

"deux comittes , deux massacres " , un resume se trouve ici : http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=45775 .

Maintenant , il existe plusieurs livres ecrits en Farci disponible sur le net : ils sont là :
http://www.ir24april.com/farsi/ketabha.htm

16.Posté par imprescriptible le 19/10/2010 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@kenan , peut-etre , pouvez-vous nous parler de la Legion D'Orient ?


15.Posté par imprescriptible le 19/10/2010 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Pourriez vous m'expliquer pourquoi sur votre site il n'existe que 3 documents pour la Turquie concernant les Arméniens et dont 1 écrit en Français??? "
--> au debut du 20 eme siecle , c'etait les armeniens qui ecrivaient des livres en armeniens avec la phonetique turque . Les turcs , n'avaient pas le droit d"ecrire des livres.

"et pourquoi l'on refusent le travaux de recherches des historiens."
--> plusieurs historiens francais ont fait des recherches , ne vous voilez pas la face.

"LE PLUS GRAVE C'EST D' ENSEIGNER CE MENSONGE DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRE ET LA CONSEQUENCE EST DE FAIRE GERMER UN SENTIMENT D'HOSTILITE DES FUTURS GENERATIONS ENVERS LA TURQUIE!!! "
--> Il n'y a aucune honte à enseigner l'Histoire.


"etc pour se défendre des attaques mais qui reconnais les morts de la Turquie, amnésie générale??? "
--> A vous de vous battre ...



"Turk n'est pas une race, les gens qui vivent en Turquie est un mélange de plusieurs ethnie qui y vit depuis 2000 connu!!! "
--> Je suis d'accord avec vous mais eviter de dire que l'histoire de la Turquie commence , il y plus de 2000 puisque la turquie n'existait meme pas.

La seule partie interessante dans votre post est celle ou vous portez une reflexion la première ,
Pour le reste , c'est tout simplement du copier /coller de textes de sites existants ... Un peu , comme des etudiants/lyceens qui préparent un devoir : on recherche sur internet et on fait copier/coller .
Ex pour McCarthy : http://www.turquie-news.fr/spip.php?article1321


Que sont devenus les dizaines et dizaines d'ecoles arméniennes présentes en Turquie jusqu'en 1915 ?

14.Posté par kenan le 19/10/2010 04:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les armeniens sont comme les francais: assasins, mais négationiste. les armeniens
ont bien copié la france qui NIE ses nombreux génocides.

et pourquoi la france a acceuilli 400.000 arméniens ??? c'est parce que les arméniens
formaient la moitié armée francaise qui combattait les turcs à l'est, pres frontiere syrienne.
la france a acceuillis leur homme de paille armenien..





13.Posté par Lisa le 18/10/2010 23:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PS: J'AI OUBLIE UN DOCUMENT TRES IMPORTANT A LIRE ABSOLUMENT!!!

Le plan arménien des 4R (1)

http://www.turquie-news.fr/spip.php?article3310

http://www.turquie-news.fr/spip.php?mot155


12.Posté par Lisa le 18/10/2010 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur l'imprescriptible,

Pourriez vous m'expliquer pourquoi sur votre site il n'existe que 3 documents pour la Turquie concernant les Arméniens et dont 1 écrit en Français???
Expliquez moi aussi comment pendant la première guerre mondiale et la seconde, alors que l'Europe s'entre-tue entre pays voisins et massacre ses juifs, tout d'un coup entre deux meurtres ils se rendent compte du sort des pauvres Arméniens qui se font sois disant massacrer. La France à attaquer la Turquie avec dans son armée 50% d'Arménien, faut il que je rappelle aussi le cas des Algériens???

Pourriez vous m'expliquer aussi pourquoi ce sont les lobbys politique qui décident de dicter l'histoire et pourquoi l'on refusent le travaux de recherches des historiens.
LE PLUS GRAVE C'EST D' ENSEIGNER CE MENSONGE DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRE ET LA CONSEQUENCE EST DE FAIRE GERMER UN SENTIMENT D'HOSTILITE DES FUTURS GENERATIONS ENVERS LA TURQUIE!!!

Pourquoi l'histoire des arméniens sont écrit par des auteurs Arméniens ? Contrairement les historiens qui refusent la qualification de "génocide" ce sont des historiens Français ou Américain!!!

Finalement comme les Arméniens se considèrent victime à égalité du malheur des juifs et veulent se considérer comme "génocide" dans quel but???
Si ce n'est dans un but diabolique en s'installant sur le territoire de la Turquie, comme Israel avec les Palestiniens???

La Turquie est le seul pays qui a du se battre avec plusieurs pays à la fois, France, Russie, Grèce, Italie, Angleterre, Bulgarie... etc pour se défendre des attaques mais qui reconnais les morts de la Turquie, amnésie générale???

Turk n'est pas une race, les gens qui vivent en Turquie est un mélange de plusieurs ethnie qui y vit depuis 2000 connu!!! Ils sont musulmans en majorité et ça c'est le problème de ceux qui ne les acceptent pas!!!

Justin McCarthy est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Louisville, spécialiste de démographie ottomane. Daniel Pipes est docteur en histoire. Il nous livre ici un compte-rendu du livre de Justin Mac Carthy, Death and Exile : The Ethnic Cleansing of Ottoman Muslims, 1821-1922, une oeuvre unique sur les conditions du reflux ottoman en Europe tout au long du 19ème siècle : un pan de l’histoire oublié, mais toujours actif dans le mémoires, notamment en Turquie.

McCarthy a mis au jour un fait horrible et extrêmement important : pendant le siècle qui va de la guerre d’indépendance grecque à la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman a connu cinq millions de morts et cinq millions et demi de réfugiés. Il juge que ces pertes démographiques (morts et déplacés) sont supérieures à la celles de la guerre de Trente ans. Les souffrances des chrétiens à cette époque et dans cette région sont bien connues ; McCarthy montre l’autre versant : « les communautés musulmanes, dans un espace aussi vaste que l’Europe occidentale, ont été réduites ou détruites ». Son étude examine minutieusement les régions et les guerres, tirant ses informations des sources étrangères et ottomanes, afin d’obtenir une - démonstration irréfutable.

Au-delà de cette tragédie elle-même, ce schéma de mort et d’exil a une profonde importance historique. Ne prenons que trois des questions soulevées par l’auteur.

Il met en perspective la déportation d’Arméniens en 1915, et plutôt qu’un acte de haine, il y voit une réaction motivée par la peur (en cas de rébellion des Arméniens, appuyée par les Russes, les musulmans ottomans pouvaient s’attendre à être décimés).

Ensuite, cet héritage explique la politique étrangère modeste et prudente qu’Atatürk a menée : « en tant que pays de réfugiés récemment arrivés, et qui a connu une forte mortalité », son pays n’était pas prêt à s’affirmer, mais à se réformer.

Enfin, l’immigration massive vers l’Anatolie signifie que la Turquie moderne est (comme la France) une terre de migrants ; McCarthy estime qu’un cinquième de la population descend des réfugiés du XIXe siècle. Cela aide à comprendre la grande sensibilité qui se manifeste dans ce pays à propos des problèmes actuels en Bosnie et en Azerbaïdjan.

Qu'est-ce que de vrais historiens et les experts disent?
Par Jonathan Wilson
ven., 08/10/2007 - 21:41
Ce sont de vrais historiens qui ont été critiqués pour nier le génocide arménien principalement par des universitaires arméniens. Cependant, regardez leur crédibilité, regardez les nombreux livres qu'ils ont écrit, regardez ce qu'ils lieux et diplômé de leurs travaux dans les domaines indépendants. Vous constaterez que ce sont effectivement les historiens objectifs qui ont étudié le sujet - ce sont des gens qui ont été effectivement aux archives à travers le monde.

Ils ne nient pas le génocide arménien, car ils ignorent la preuve, ils le nient en raison du manque de preuves. Comme tout scientifique serait rejeter une hypothèse sans preuves à l'appui.

Pour contrer leur crédibilité (au lieu de lutter contre leurs arguments), certains Arméniens ont fait valoir qu'elles doivent avoir été payés par le gouvernement turc, sauf qu'il n'y a aucune preuve de cela, et même peut être dit au sujet de chercheurs arméniens être payés par le gouvernement arménien .

Dr Bernard Lewis (Université de Princeton; meilleur expert de la charia, Empires et Empire ottoman aux États-Unis) Le Monde, 2002
"Il n'existe aucune preuve d'une décision de (en arménien) massacre. Au contraire, il existe des preuves considérables de la tentative de l'empêcher, qui n'ont pas été très réussie. Oui, il ya eu des massacres énormes, les chiffres sont très incertains, mais un million peut-être est probable, »et que pour cette raison et d'autres différences significatives entre les massacres d'Arméniens et de l'Holocauste, les parallèles sont" un peu ridicule ". En 2006, il a réitéré ce point, affirmant que "la question n'est pas de savoir si les massacres des événements ou non, mais plutôt si ces massacres ont été à la suite d'une décision délibérée préconçue du gouvernement turc," et que "il n'existe aucune preuve d'une telle décision. "

M. Justin McCarthy (Université de Louisville, expert en recherche sur la population et de la recherche génocide)
"Le Livre Bleu écrite par le vicomte Bryce et Arnold Toynbee a été utilisé comme preuve que les Arméniens et les victimes de l'Holocauste juif a subi le même sort dans l'histoire. Ce livre a été déclaré être un produit de l'intelligence britannique visant à promouvoir et promulguer des mensonges au cours de la Première Guerre mondiale la Grande-Bretagne a mis en place le Bureau de la Propagande de guerre à Wellington House dans le seul but de promouvoir le mensonge et la désinformation concernant l'Allemagne et l'Empire ottoman. Les Britanniques étaient en pleine coopération avec les missionnaires américains en Anatolie et l'ambassade américaine à Istanbul surgir un prétendu génocide arménien basé sur des ragots, ouï-dire et des informations erronées.

Le véritable objectif derrière cet exercice était de créer et développer une image dans l'esprit de la Colombie-officiers de l'armée que les Turcs étaient mauvaises, horrible et indigne de confiance »ajoute McCarthy.

Parmi les autres historiens connus et qui n'ont pas le nom de la guerre civile 1915, un génocide et contre l'appel de ces événements un génocide sont Heath Lowry (Princeton University), Gilles Veinstein (Collège de France), Stanford Shaw (UCLA), JC Hurewitz (Colombie- Université), Guenter Lewy (Université du Massachusetts), Davison Roderic (Central European University), Jeremy Salt (Université de Melbourne), Malcolm Yapp (Université de Londres) et Murphey Rhoads (Université de Birmingham).

Le 19 mai 1985, un total de 63 chercheurs de différentes universités américaines ont envoyé une lettre à la Chambre américaine des représentants opposés à la Chambre mixte de la Résolution 192 qui définit les événements de 1915 comme un génocide.

M. Stanford Shaw (professeur de l'UCLA, l'université de Bilkent, a étudié à Stanford et Princeton)
M. Stanford J. Shaw, l'historien qui a contesté les allégations arméniennes de génocide aux mains des Ottomans en retard et a fourni des preuves de la Turquie d'aider et de favoriser des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé samedi à l'âge de 76 ans. Shaw était un professeur de l'histoire turque à l'Université Bilkent à Ankara et à l'UCLA, ainsi que le fondateur de l'International Journal of Middle East Studies, publié par Cambridge University Press pour la Middle East Studies Association.

maison de Shaw en Californie a été bombardée en 1977 par des extrémistes arméniens à la suite de ses recherches sur les genocide.Shaw présumé a été professeur adjoint et associé de la langue turque et de l'histoire au département d'histoire à l'Université Harvard de 1958 à 1968 et comme professeur de l'histoire turque à l'Université de Californie à Los Angeles de 1968 à 1997. Son dernier poste était à l'université de Bilkent en tant que professeur d'histoire ottomane et turque de 1999 à 2006. ( www.turkses.com )

Hrant Dink (journaliste turc arménien)
Hrant Dink, était strictement contre le projet de loi arménienne au sein du Parlement français. Dink avait protesté contre le projet de loi et a déclaré: "Je vais aller en France et dire qu'il n'y a pas eu de génocide pour protester contre le projet de loi".
( http://www.turkishweekly.net/news.php?id=42208 )

Le Dr Norman Stone (historien britannique de l'Europe moderne, en particulier l'Europe centrale et orientale, ont servi à l'Université d'Oxford)
Arméniens de la Diaspora prétendre que les historiens «accepter l'affaire du génocide. Il ya une certaine organisation absurde appelée «Association des spécialistes du génocide», qui en effet approuver la ligne de la diaspora, mais qui sont-ils et quelles compétences ont-ils? Connaître Rwanda ou en Bosnie ou même Auschwitz ne se qualifier pour discuter de l'Anatolie en 1915, et les spécialistes ottoman ne sont nullement convaincus de la «génocide». Il est en fait un 'A' équipe d'historiens éminents qui n'acceptent pas la ligne de la diaspora à tous. En France, Gilles Veinstein, Salonique historien et un remarquable érudit, a examiné la preuve dans un article célèbre de 1993 dans l'Histoire. À l'époque, la diaspora arménienne ont également sauter de haut en bas de quelque chose ou autre, et Veinstein résumer les arguments pour et contre, d'une façon admirablement juste. Le fait est qu'il n'y a aucune preuve de «génocide», dans le sens où aucun document jamais paru, ce qui indique que les Arméniens devaient être exterminés. Il est faux témoignage. (Pour lire la suite: http://www.turkishweekly.net/comments.php?id=2326 )

http://www.armeniangenocidedebate.com/what-do-real-historians-and-experts-say

ICI ENCORE D' AUTRES HISTORIENS

- Gilles Veinstein; professeur au Collège de France
- Robert Mantran; ancien professeur à l’université de Provence, ancien membre de l’Institut Jean-Paul Roux; spécialiste en turcologie et professeur à l’Ecole du Louvre
- Paul Dumont; professeur à l’université de Strasbourg-II, directeur de l’Institut français d’études anatoliennes

- Bernard Lewis, professeur honoraire à l’université de Princeton.
- Günter Lewy, professeur honoraire à l’université du Massachussetts
- Heath Lowry, professeur à l’université de Princeton ;
- Justin McCarthy, professeur à l’université de Louisville (Kentucky)
- Stanford Jay Shaw, professeur à l’université de Los Angeles,
- Philip H. Stoddard, docteur en histoire ottomane (thèse soutenue à l’université de Princeton)
- Michael Gunter, professeur à l’université du Tennessee ;
- William M. Batkay, professeur au Montclair State College (États-Unis)
- Roderic H. Davison, ancien professeur à l’université George-Washington
- J. C. Hurewitz, ancien directeur du Middle East Institute, université de Columbia (Washington)
- Edward J. Erickson, docteur en histoire ottomane et historien militaire américain

- Gwynne Dyer, docteur en histoire ottomane (thèse soutenue à l’université de Londres) ; -- -Norman Stone, ancien professeur à l’université d’Oxford
- Andrew Mango, université de London et ancien responsable de programmes à la BBC
- Erik Zürcher, professeur à l’université de Leyde (Pays-Bas) ;
- Stefano Trinchese de l’Université Chieti ;
- Augusto Sinagra de l’Université Romae-Sapienza,

Des historiens ayant défendu, voire approuvé, leurs collègues contestant la notion de génocide :

- Pierre Chuvin, professeur à l’université de Paris-X-Nanterre ;
- Pierre Nora, de l’Académie française, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales ;
- Madeleine Rebérioux, ancien professeur à l’université de Paris-VIII
- René Rémond, de l’Académie française, ancien président de la Fondation nationale des sciences politiques ;
- Maxime Rodinson, ancien directeur d’études à l’École pratique des hautes études
- Amon Cohen, professeur à l’université de Jérusalem
- Eberhard Jäckel, professeur émérite à l’université de Stuttgart, l’un des plus grands spécialistes du nazisme

MAIS LA VERITE COMMENCE A SORTIR AU GRAND JOUR...
L’historien Guenter Lewy vainqueur contre la calomnie

http://www.turquie-news.fr/spip.php?article4924

http://www.ataa.org/reference/index.html#armenian

Armenian crime amnesia?
http://www.washingtontimes.com/news/2007/oct/16/armenian-crime-amnesia/

Revanche ou réconciliation ? Le discours guerrier de Mourad Papazian, président du Parti Dachnaktsou
http://www.armeniens.net/spip.php?article194

"L’histoire arménienne à une autre facette", Norman Stone (Arménie/Turquie)
http://www.armeniens.net/spip.php?article480

http://www.armeniangenocidedebate.com/armenian-genocide-books-amp-research

http://www.tallarmeniantale.com/index.htm

BONNE LECTURE!!!









11.Posté par Imprescriptible le 18/10/2010 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense qu'il faut lire une bonne partie de la presse de l'époque pour comprendre le genocide des armeniens de 1915.

http://www.imprescriptible.eu , cliquer sur le drapeau à gauche.

10.Posté par kenan le 18/10/2010 02:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci LISA, pour ces précieuses informations. ils faut faire " bouffer" ces recits aux francais pour qu'ils comprennent la réalité. au lieu de croire aux mensonge du lobby arménien de france.

9.Posté par kenan le 18/10/2010 01:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les aremniens n'ont jamais digéré le fait que ils n'ont pas pu prendre un morceau de terre sur la turquie actuelle.

C'est pour cela que ils accsuent la turquie de genicide.par contre, ils ne disent pas un seul mot de tous les massacres que ils ont fait, que ils ont combattu les turcs avec les russes, les francais

8.Posté par kenan le 18/10/2010 01:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.ermenisorunu.gen.tr/francais/intro/index.html

voici un site multilingue qui dit la verité sur le pb arménien de 1915.
ils ne faut surout pas ecouter la version des europeens, surtout francaise,
qui ont soutenu les armeniens .

il faut savoir que la france voulait conquerir le sud-est de la turquie, frontiere syrie, et pour cela, elle etait aidée des armeniens. 50% armeee francaies etait composée d'armeniens



7.Posté par kenan le 18/10/2010 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tres bon article et tres juste. les turcs n'ont pas commis un genocide comme holocauste, mais ils ont dépalces les armeniens vers autre endroit de l'emopire car ils ont vu que les armeniens complotaient contre les turcs et voulaient fonder un etat armenien sur la turquie actuelle.

ils parlent de 1.5 millions de "morts " alors que la poluation arémienne de l'epoque ne depassait pas 1.5 millions,sachant que 400.000 sont partis en france, 200.000aux US, des dizaines milliers en GB, russie, europe, etc.

-les turques demandent tjs aux arméniens de venir avec leur prevue, archive, etc et constituer une commission internationale d'historiens. les armeniens ont tjs refusé.

- les pays occidentaux soutiennet les marmeniens car ce sont des chretiens et le soi-disant couipable est un pays musulman.

mais par contre les pays occidntaux, presque tous genocidaires, se taisent sur leur genocide, notamment la france, 10 * genocidaire.








6.Posté par Lisa le 17/10/2010 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lord Robert Cecil, utilisa aussi cette formule trompeuse : « l’Arabie pour les Arabes, la Judée pour les juifs, l’Arménie pour les Arméniens » (la libération arménienne fut tout à fait perdue de vue dans les événements postérieurs)

http://www.controversyofzion.info/Controversy_Book_French/Summary_fr.htm

5.Posté par Lisa le 17/10/2010 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Saber,
vous pouvez me donner des liens sur des sites qui en parlent?

1 2
Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires