MONDE

Arctic Sea : PsyOps Médiatique Contre La Russie ?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 11:41 La guerre à la vérité de l'Ouest


La "disparition" de l'Arctic Sea, une opération de psyops médiatique pour faire pression sur la Russie, son refus d'accepter de voter plus de sanctions contre Téhéran, et faire cesser sa coopération militaire avec l'Iran.


Mireille Delamarre
Mercredi 16 Septembre 2009

Arctic Sea : PsyOps Médiatique Contre La Russie ?

L’Arctic Sea et ses « absences « en série.

Moscou – Les enregistrements portuaires pour le MV Arctic Sea , le petit navire appartenant aux Russes construit par la Turquie et récemment le centre d’un soit disant acte de piraterie, révèlent que le transporteur de bois d’œuvre avait fait des voyages réguliers ces trois dernières années entre des ports finlandais et des ports français ou algériens de la Méditerranée. Cependant, la disparition dont il a été fait état, qui a eu lieu entre le 24 Juillet et le 24 Août, déclenchant toute une série de spéculations de Tel Aviv à Londres sur un trafic illégal de missiles, semble ne pas être la première disparition des enregistrements maritimes internationaux connus sous le nom de AIS (Automatic Identification System).

Depuis peu, et chaque année, selon les enregistrements de l’AIS, le navire semble avoir disparu des enregistrements en Méditerranée et ce jusqu’à 20 jours d’ affilée. En Avril de cette année, l’Arctic Sea est porté manquant des enregistrements portuaires de l’AIS entre le 1er Avril alors qu’il transitait par le Détroit de Gibraltar, naviguant en direction de l’Est, et le 11 Avril, quand il est revenu passant par le Detroit. Une interruption identique des enregistrements est apparue l’année précédente, entre le 13 Février 2008, quand l’Arctic Sea naviguait à l’Est au large du Détroit de Gibraltar, et 20 jours plus tard, le 4 Mars, quand il a transité par le Détroit en direction de l’Ouest.

En 2007, l’interruption dans les enregistrements apparaît entre le 26 Avril quand le navire est entré en Méditerranée, et le 14 Mai, quand il est sorti. Dans tous les cas, le navire semble avoir chargé une cargaison à Loviisa et Kotka ( Finlande) et Tallinn ( Estonie).

Des experts de l’industrie maritime disent que les interruptions dans les enregistrements de l’AIS et ceux des ports pourraient ne pas avoir de portée significative, et ne sont pas obligatoirement suspectes. Selon une source, la couverture par l’AIS n’est pas universelle, et AISLive doit obtenir les données des autorités de gestion du trafic, toutes ne les rendent pas publique. Il pense qu’une période d’ »absence » de 20 jours « entre le transit dans le Détroit de Gibraltar, coïnciderait effectivement avec un voyage jusqu’à un port en Algérie ou un autre pays nord africain - L’ Egypte achète aussi beaucoup de bois de la Russie, des états baltes, et de la Finlande – déchargeant puis revenant à Gibraltar. Les ports africains sont connus pour la lenteur du déchargement ».

Bien que l’Arctic Sea ait régulièrement été identifié dans les registres des ports algériens comme Bejaia et Oran, il n’a pas été identifié ces dernières années dans des ports d’autres pays africains. L’expert à la source met en garde contre toute spéculation.

L’AIS est prévu pour que les bateaux puissent s’identifier entre eux, et pour que le VTMS ( Vehicule Traffic Management System) reconnaisse les bateaux. Cela n’est pas et n’a jamais été prévu comme système de traçage universel ; son utilisation avec un tel objectif est très défaillant. Tous les ports ne sont pas équipés de système VTMS et AIS, et donc il n’y a pas de données disponibles quand le bateau navigue au large de ces ports. Parfois aussi un port équipé d’un système AIS ne pourra enregistrer parce que le système est en panne ou que celui des bateaux l’est. Il existe également de bonnes raisons commerciales pour un navire d’éteindre son système AIS pour éviter que sa position ne soit connue des experts

Le capitaine Victor Karpenkov, le directeur de la division russe de Solchart propriétaire de l’Arctic Sea, basé à Arkhangelsk, a dit que les interruptions dans les enregistrements de l’AIS sont « encore un autre canular, après celui de l’affirmation que le bateau transportait des systèmes de défense missiles anti missiles S300. Je ne ferais même pas de commentaire là-dessus, c’est tellement idiot ». On lui a demandé de dire où l’Arctic Sea était durant les 3 périodes manquantes dans les enregistrements de l’AIS. Il a renvoyé à la maison mère de Solchart à Helsinki.

A Helsinki, deux des propriétaires enregistrés du groupe Solchart, Victor Matveyev et Vladimir Voronov, ont également été questionné pour qu’ils disent où était l’Arctic Sea lors de ces trois période « d’absence « des registres de l’AIS. Voronov a dit « je ne suis pas en position de vous dire quoi que ce soit » et a renvoyé l’appel vers Matveyev. Interrogé deux fois pour dire quels étaient les ports d’accostage, Matveyev a raccroché le téléphone sans répondre.

Les autorités russes ont cherché cette semaine à mettre fin à la spéculation sur l’Arctic Sea par des communiqués de presse officiels. Cette semaine, le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov a qualifié les articles de la presse israélienne et britannique affirmant que le navire transportait une cargaison clandestine de missiles pour l’Iran de « total mensonge « . Le Comité d’ Enquête dirigé par le procureur général fédéral a annoncé « que les enquêteurs avaient fouillé le bateau de fond en comble et n’ont trouvé que du bois. Aucune cargaison autre que celle portée dans l’enregistrement des autorités portuaires n’a été trouvée. « Le navire doit arriver à Novorossiysk cette semaine.

Des sources de Kaliningrad ont ajouté que c’était improbable que des cargaisons secrètes puissent avoir été chargées à Kaliningrad, où l’Arctic Sea était à quai début Juillet car d’avoir de telles livraisons allant de Russie à Kaliningrad auraient nécessité un transit terrestre par rail surveillé par l’Union européenne et les Lithuaniens. Quand l’Arctic Sea était à quai à Kaliningrad entre le 1 er Juillet et le 17 – selon les enregistrements AIUS – c’était la première fois que ce navire était enregistré dans ce port ces cinq dernières années.

Dmitry Rogozin, l’ambassadeur de la Russie à l’OTAN a fait remarquer que les spéculations dans la presse n’était que « de la Russophobie. Kaliningrad c’est aussi n’importe quoi. Si les Finlandais ont chargé des missiles avec le bois, c’est leur problème. Tout vide en matière d’information a toujours tendance à être rempli de rumeurs les plus folles ».

Selon Rogozin, à partir du 11 Août l’OTAN et la Russie ont coopéré pour repérer le navire par satellite et par d’autres moyens. I[« Le jour suivant, le chef de liaison de notre groupe militaire avec l’OTAN, le Gl Victor Sinoyev, m’a téléphoné. Des collègues de l’OTAN lui avaient envoyé les coordonnées d’un navire qu’ils pensaient être l’Arctic Sea . J’ai immédiatement passé les données au chef d’état major et au chef de la flotte à Moscou. Ils ont comparé avec les données rassemblées par notre propre personnel jusque là. Puis nous avons affiné quotidiennement les coordonnées avec l’OTAN : la vitesse du navire, la direction. L’Arctic Sea se dirigeait vers le Brésil mais soudain il a changé de direction au niveau des îles du Cape Verde et s’est dirigé à toute vitesse vers la côte africaine. Nous avons supposé que les pirates se dirigeaient vers le Sénégal, la Gambie ou la Guinée –Bissau. Notre tâche c’était de les stopper avant qu’ils n’atteignent la côte »]i a dit Rogozin.

Les responsables gouvernementaux russes ont eu beaucoup plus d’expérience que leurs collègues de l’OTAN pour affronter les difficultés de secourir des marins pris en otage au large de la côte d’Afrique, car il leur reste clairement en mémoire deux aventures. Les dirigeants nigériens ont retenu en otage 12 marins russes pendant deux ans après qu’ils aient été débarqués de L’African Pride, un pétrolier accusé d’implication dans le trafic clandestin de pétrole sponsorisé par les gouvernements locaux. Ils ont été libérés en Décembre 2005 après qu’une rançon ait été versée secrètement au Nigériens. En Août 2005, des responsables gouvernementaux guinéens ont brièvement détenu dans le port de Conakry le Luchegorsk, lui aussi un pétrolier, et son équipage de 19 hommes, dans le but d’obtenir une rançon.

John Helmer – 12/09/09 –www.atimes.com - Copyright Asia Times Online

Opération de psyops médiatique contre la Russie ?

Les médias britanniques et israéliens ont lancé la rumeur d’une cargaison clandestine de S300, un système russe de défense missiles anti missiles particulièrement performant, supposé être convoyé jusqu’en Iran via l’Algérie par l’Arctic Sea (certainement le moyen le plus court pour se faire, voir la carte !)

Les Israéliens, qui n’ont pas abandonné l’idée de bombarder les sites nucléaires iraniens, pressent Moscou de ne pas livrer les S300 commandés par l’Iran et qui, une fois installés, rendraient pratiquement impossible toute attaque israélienne aérienne. Israël veut maintenir sa suprématie aérienne et continuer de s’imposer par la terreur et les menaces de bombardement afin de maintenir son hégémonie militaire au Proche Orient.

Les Etats Unis acceptent ce dictat sioniste en ne vendant aux pays arabes voisins, inclus la Jordanie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, que des armements moins puissants et moins sophistiqués que ceux offerts grâce à des prêts – environ 3.5 milliards de $ réinvestis dans l’industrie de l’armement US) aux Israéliens (avions et hélicoptères de combat, bombes, bombes à fragmentation, bunker buster, missiles…).

La Russie qui cherche à développer ses ventes d’armes – et réactiver son influence- dans cette région, n’accepte pas ce dictat et affirme ne livrer que des armements de défense. Le président israélien Shimon Peres s’est rendu à Moscou utilisant cette affaire de l’Arctic Sea pour faire pression sur le gouvernement russe, alors même que le ministre des affaires étrangères israélien, le raciste et fasciste Avigdor Lieberman, s’était lui-même rendu peu de temps auparavant en Russie avec le même objectif.

Tout récemment, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, se serait rendu clandestinement à Moscou selon les médias israéliens pour lui aussi faire pression sur les Russes.

Outre toutes ces pressions exercées pour que la Russie ne livre pas de S300, les Israéliens - Le Mossad et son chef Meir Dagan spécialiste de ce genre de coups tordus - cherchent, comme ils en ont l’habitude, par les mensonges et les rumeurs à faire pression sur Moscou pour qu’ils acceptent de nouvelles sanctions contre l’Iran pour obliger les Iraniens à stopper leur programme d’enrichissement d’uranium.

En accusant Moscou de livrer clandestinement des armes à l’Iran par le biais de cette « disparition » de l’Arctic Sea, Tel Aviv espérait obtenir gain de cause. Les pressions et le chantage américain – pas d’installation de systèmes de missiles anti missiles en Pologne et en République Tchèque en contre partie de nouvelles sanctions contre Téhéran – n’avaient pas donné de résultat, le gouvernement russe ayant répondu Niet. Contre le programme nucléaire iranien, Washington et Tel Aviv coopèrent activement, se relaient, ou agissent parfois ensemble avec l’aide de certains pays européens comme la Grande Bretagne, et la France.

Le Mossad, qui cherche par tous les moyens à prouver qu’il a le bras long s’est emparé, via ses agents d’influence dans les médias, de cette affaire, car quoi qu’ils en disent, les services secrets israéliens – de même que la CIA - sont incapables d’opérer en Iran et leur capacité de nuisance restent limitée depuis ces dernières années au montage de psyops médiatiques, de même qu'à la fabrication de faux documents pour accuser l’Iran de vouloir fabriquer une bombe nucléaire.

S’attaquer de la sorte à l’Ours russe en a certainement fait rire plus d’un à Moscou.

http://www.planetenonviolence.org/


Mercredi 16 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par kesako le 16/09/2009 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ATTAQUE EN RUSSIE

Une attaque d’Al Quaida ( traduisez CIA-MOSSAD) contre la base russe Tambov où étaient conservées les preuves impliquant les services secrets sus-nommés a eu lieu dimanche 13 septembre à 3H00. Les attaquants ont tués au moins 5 spetsnaz du GRU (services de renseignements militaires) et blessé 7 autres, avant de pénétrer dans le périmètre de sécurité, de débrancher le système anti-incendie et attaquer le Bunker avec des engins incendiaires, détruisant des documents ultra-secret, dont ceux concernant l’attaque du 11 septembre 2001.

Si l’information a été fortement censuré par le FSB (KGB), elle a été néanmoins publiée dans Ria Novosti dimanche 13 septembre

“The fire in the staff of the Russian Main Intelligence Directorate unit occurred in the morning and embraced an area of 400 square meters (4,300 sq. feet). Two officers and three soldiers were killed. Two servicemen are in intensive care. The fire seriously affected the secret unit where documents of special government importance were kept," the source said, adding that the Russian defense minister ordered his first deputy, Col.-Gen. Alexander Kolmakov, to fly to the site. “Damage is assessed as very serious,” the source said.”

Il est important de noter que cette attaque intervient moins d’une semaine après la visite à Moscou du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au cours de laquelle il a exigé le "retour immédiat" de "tous les documents, équipement et personnels du Mossad" qui avaient été capturés par les commandos US et Russes lors de la reprise de l’Arctic Sea.

BLACKWATER l’armée privée des élites

Il n’est pas moins important de savoir que ces bâtiments contenaient la liste opérationnelle complète, compilée par le FSB, de l’Armée Privée de la faction américaine d’extrême droite au sommet de laquelle se trouvaient les Présidents Bush et Clinton et leurs alliés institutionnels et financiers. Cette armée, connue sous le nom de Blackwater, la plus puissante force de mercenaires du Monde, a été obligée sous la pression de la presse de changer son nom en Xe Dans ces files sur Blackwater se trouve (ou se trouvaient ) les preuves rassemblées par le GRU et le FSB qui viennent étayer l’accusation portée à l’encontre des Etats Unis par l’ex chef des armées pakistanaises, le Général Mirza Aslam Beg, que cette Armée privée de mercenaires était derrière l’assassinat de Benazhir Bhutto et du Premier Ministre libanais Rafik Hariri. Des charges pire encore ont été portées devant la Justice Américaine contre Blackwater et son ex-président en ces termes : "Un ancien employé de Blackwater et un ex-marine, qui a travaillé à la sécurité de la Compagnie ont fait des déclarations explosives sous serment le 3 août dernier devant la Cour Fédérale de Virginie. Les deux hommes assurent que le propriétaire de la Comapgnie, Erik Prince, pourrait avoir assassiné ou facilité le meurtre d’individus, qui coopéraient avec les autorités fédérales enquêtant sur la Compagnie. L’ancien employé témoigne que Prince se voyait comme un Chevalier chrétien chargé d’éliminer les musulmans et la Religion Musulmane de la face du Monde, et que la Compagnie de Prince encourageait et récompensait la destruction de vies iraquiennes."

Dans leurs témoignages, les deux hommes ont également déposé que Blackwater faisait de la contrebande d’armes en Iraq. L’un des hommes avance que Prince faisait des affaires à titre personnel en introduisant des armes illégales et interdites dans le pays dans ses avions privés. Ils accusent Prince et les autres dirigeants de Blackwater d’avoir détruit les preuves (vidéos, emails et autres documents) et intentionnellement trompé le US State Department et les autres agences fédérales. L’identité des deux témoins est gardée secrète.

Malheureusement pour le peuple américain, la plus méprisable des armées privées est payée avec l’argent du contribuable, comme le reporte le New York Times :

"Malgré le fait qu’il a publiquement renoncé à une Compagnie américaine de sécurité en Iraq, le département d’état continue de financer la compagnie, ex-Blackwater, pour plus des contrats de plus de 400 millions de $ visant à convoyer des diplomates en Iraq, comme gardes du corps en Afghanistan ou pour l’entrainement de forces e sécurité anti-terroristes dans ses camps de Caroline du Nord. Ces contrats, dont l’un courre jusqu’en 2011, démontre combien les Etats Unis restent dépendant de compagnies privées comme Blackwater, connu aujourd’hui sous le nom de Xe (prononcez ZEE) Services pour conduire ses opérations les plus sensibles et protéger ses biens les plus vitaux.

Les révélations que la CIA utilisait Blackwater pour des assassinat politiques a provoquer une tempête à Washington.

Ces rapports montre que l’élite occidentale a désormais créé pour leur armée faschiste, la plus grande Armée de l’air privée, la Compagnie Sky-link basée à Toronto et leur division basée en Arabie Séoudite, Sky-link Arabia, créées à coups de Milliards de dollars de l’argent des contribuables américains, canadiens et britanniques. Cette aviation pourrait être un contrepoids si les Forces militaires "loyales" américaines se retournaient contre les élites.

cette attaque brutale de Blackwater en Russie est liée à la tentative d’assassinat d’Obama

"Panique sur le Potomac"

(détails à venir) La tentative d’assassinat d’Obama le 11 septembre et une alerte terroriste maximale en Amérique du Nord après l’explosion du gazoduc transcanadien... plonge les Etats Unis dans la Crise.

Obama doit faire face simultanément aux attaques terroristes menées par l’armée privée des Banquiers du Cartel qui cherche à détruire la nation américaine et à celle de la Chine dans le domaine commercial et monétaire qui cherche à se venger de sa spoliation.

La réponse de la Russie à cette attaque sur son sol n’est pas encore connue mais ne devrait pas tarder, mais elle pourrait être la petite étincelle qui pourrait déclencher

La Troisième guerre mondiale

2.Posté par MAURANGES NIZAR le 16/09/2009 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@kesako. Intéressant post. Je ne savais pas qu'il avait eu une tentative d'assassinat sur OBAMA et l'attaque contre la base russe Tambov pourquoi les Russes n'en parlent pas?
J'ai hâte de lire la suite.. Mes respects.

3.Posté par Intellecterroriste le 17/09/2009 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, ce commentaire mériterait bien un article car si les faits sont confirmés, tout ne va pas tarder à se corser gentiment.

Si troisième guerre mondiale il y a, il n'est même pas dit que nous en voyions quoi que ce soit, le cyber espace étant devenu leur nouvel espace de jeu.

Amicalement

4.Posté par Man2Man le 17/09/2009 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La suite est ici :
http://www.denissto.eu/forumv3/viewtopic.php?f=5&t=2766&start=0#p17646

5.Posté par Lotfi le 18/09/2009 03:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Parfois, on peut être surpris de certains commentaires...

Le premier commentaire ne nous apprendrai pas un ou deux détails mineurs. Et le tout sans aucunes sources.

Ainsi Obama aurait évité une tentative d'assassinat? Comment se fait-il que l'info n'ait été repris par aucun autre média (même dit "alternatif", blog ou autre)
Ensuite, une attaque d'Al Quaida/CIA/Mossad/Blackwater (ouf) en Russie? hmmm une info comme ça, je m'attends pas à la voir tomber de manière anonyme dans un commentaire avec aucun moyen de valider la chose.
Et à moins que l'auteur de ce même commentaire ne source ses infos de manière viable, autant passer à autre chose... Mais pour sûr, les choses dites sont cohérentes et collent à l'actu. C'est finement écrit/découpé.


Pour l'Artic Sea, me serait avis d'attendre encore un peu pour voir le voile se lever sur d'autres détails interessant à venir. Pour l'instant, on est encore en plein brouillard.

J'aimerai bien savoir en langage diplomatique russe ce que veux dire : "total mensonge" (dixit Lavrov)
Expression rare ces dernieres années de la bouche d'un Lavrov (ce qui me ferait justement penser qu'il dit juste).

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires