Société

Après les drones-tueurs: les robots tueurs…



Mardi 13 Mai 2014

Après les drones-tueurs: les robots tueurs…
Ces armes entièrement autonomes menacent les droits humains en temps de paix comme en temps de guerre.
Communiqué de Human Right Watch (Genève – 12/5/14)*
Les armes entièrement autonomes, ou « robots tueurs », mettraient en péril les droits humains fondamentaux, qu'elles soient utilisées en temps de guerre ou pour l'application de la loi, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui, à la veille de la première réunion multilatérale sur le sujet aux Nations Unies.
Le rapport de 26 pages, intitulé « Shaking the Foundations: The Human Rights Implications of Killer Robots » (« Fondements ébranlés : Implications en matière de droits humains du recours aux robots tueurs »), est le premier rapport qui évalue en détail les risques présentés par ces armes au cours des opérations d'application de la loi, en élargissant le débat au-delà du champ de bataille. Human Rights Watch a constaté que les armes entièrement autonomes menaceraient des droits et des principes au regard du droit international aussi fondamentaux que le droit à la vie, le droit à un recours et le principe de la dignité.
« Le jugement humain reste indispensable pour toute décision concernant le recours à une arme mortelle, qu’il s’agisse d’une situation de guerre ou d’application de la loi », a souligné Steve Goose, directeur de la division Armes à Human Rights Watch. « Les gouvernements doivent dire non aux armes totalement autonomes pour quelque but que ce soit, et les interdire préventivement dès maintenant, avant qu'il ne soit trop tard. »
Le débat international sur les armes entièrement autonomes a porté antérieurement sur leur rôle potentiel dans les conflits armés et sur les questions relatives à leur capacité à se conformer au droit international humanitaire, également appelé les lois de la guerre. Human Rights Watch, dans le nouveau rapport, examine l'impact potentiel des armes entièrement autonomes au regard du droit des droits humains, qui s'applique en temps de paix ainsi que durant les conflits armés.
Les pays devraient adopter une interdiction préventive internationale sur ces armes, qui seraient en mesure d'identifier et de tirer sur des cibles sans intervention humaine significative, selon Human Rights Watch. Les pays recherchent toujours une plus grande autonomie des armes et des précurseurs existent déjà.
La publication du rapport, conjointement avec Harvard Law School’s International Human Rights Clinic (Clinique des droits humains internationaux de la faculté de droit de l'Université de Harvard), coïncide avec la première réunion multilatérale sur ces armes. Un grand nombre des 117 pays qui ont adhéré à la Convention sur les armes classiques sont attendus à la réunion d'experts sur les systèmes d'armes autonomes létales, qui doit se dérouler aux Nations Unies à Genève du 13 au 16 mai 2014. Les membres de la Convention ont convenu lors de leur réunion annuelle en novembre 2013 de commencer à travailler sur la question en 2014.
Human Rights Watch estime que l’accord pour travailler sur ces armes dans le forum de la Convention sur les armes classiques pourrait éventuellement mener à une nouvelle législation internationale interdisant les armes totalement autonomes. La convention a préventivement interdit les lasers aveuglants en 1995.
Human Rights Watch est un membre fondateur et coordinateur de la Campagne pour interdire les robots tueurs (Campaign to Stop Killer Robots). Cette coalition de 51 organisations non gouvernementales dans une vingtaine de pays appelle à une interdiction préventive du développement, de la production et de l'utilisation des armes entièrement autonomes.
Human Rights Watch a publié son premier rapport sur le sujet, « Losing Humanity: The Case against Killer Robots » (« Une arme inhumaine : Les arguments contre les robots tueurs »), en novembre 2012. En avril 2013, Christof Heyns, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, a publié un rapport citant un large éventail d’oppositions à ces armes et a appelé tous les pays à adopter des moratoires nationaux et à entamer des discussions internationales sur la façon de les aborder.
Les armes entièrement autonomes pourraient être amenées à tuer des gens illégalement parce que les armes ne pourraient pas être programmées pour gérer toutes les situations, a constaté Human Rights Watch. Selon les roboticiens, il est peu probable que ces armes puissent posséder des qualités humaines, comme le jugement, qui facilitent le respect du droit à la vie lors de situations imprévues.
Les armes entièrement autonomes porteraient également atteinte à la dignité humaine, selon Human Rights Watch. Ces machines inanimées ne pourraient pas comprendre ou respecter la valeur de la vie, mais elles auraient le pouvoir de déterminer quand y mettre fin.
Des doutes sérieux existent quant à savoir s'il pourrait y avoir une obligation raisonnable de rendre des comptes pour les actions d'une arme entièrement autonome. Il y aurait des obstacles juridiques et pratiques à faire en sorte que quiconque – officier supérieur, programmeur ou fabricant – soit tenu pour responsable des actions d'un robot. Tant le droit pénal que le droit civil sont mal adaptés en la matière, a constaté Human Rights Watch.
« L’incapacité à tenir des auteurs d’abus liés aux robots tueurs responsables de leurs actes atténuerait la possibilité de dissuader les auteurs éventuels de futures violations », a observé Bonnie Docherty, chercheuse senior de la division Armes à Human Rights Watch et conférencière à la Clinique de Harvard ainsi que l'auteure du rapport. « Il serait très difficile pour les familles d’obtenir une sanction ou une réparation pour l'homicide illégal d'un membre de la famille par une telle machine. »
Les impacts des robots tueurs sur les droits humains viennent s’ajouter à une foule d'autres préoccupations juridiques, éthiques et scientifiques relatives à ces armes, notamment la possibilité d'une course à l’armement, la perspective de la prolifération et des questions sur leur capacité à protéger les civils de manière adéquate sur le champ de bataille ou dans la rue, a constaté Human Rights Watch.

http://www.france-irak-actualite.com/2014/05/apres-les-drones-tueurs-les-robots-tueurs.html


Photo :
Guerre des machines en vue
http://www.paperblog.fr/5937217/terminator-guerres-des-machines-en-vue/
*Titre original :
Les forces de l'ordre ne devraient pas avoir accès aux « robots tueurs »
http://www.hrw.org/fr/news/2014/05/12/les-forces-de-lordre-ne-devraient-pas-avoir-acces-aux-robots-tueurs


Mardi 13 Mai 2014


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 13/05/2014 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette obsession maladive, et le mot est même un peu faible, on devrait plutôt parler de folie, de fabriquer des armes de plus en plus sophistiquées pour tuer encore et encore, ne peut être qualifiée que de folie furieuse. D'autant que ceux qui fabriquent avec une frénésie démentielle ces armes, soi-disant pour se protéger, sont précisément ceux qui causent le plus de guerres et de violence à travers le monde. S'il y a bien une protection à faire c'est de se protéger contre eux-mêmes. Et la meilleure et la plus efficace manière de se protéger consisterait tout simplement à arrêter tous ces psychopathes, oligarques, qui avec leur obsession de domination hégémonique de l'humanité à leur seul profit risquent à moyen terme de détruite toute vie sur Terre !

Le pire est de voir toute la cohorte des politiciens et des multiples larbins prêts à se coucher devant ces oligarques psychopathes pour espérer en recevoir quelques miettes et faire partie de "l'élite". Du reste, il est aussi important de se poser la question de l'équilibre mental de ces gens qui sachant et voyant les dégâts que causent l'adhésion à cette volonté hégémonique avec, entre autres, son système d'économie de marché complètement fou et son idéologie aussi absurde que ridicule de croissance exponentielle. Car comment qualifier une idéologie qui prône une croissance exponentielle dans un monde aux ressources limitées ? Un enfant de dix ans est capable de comprendre cela. Et quand les ressources de la planète seront épuisées, que la terre sera tellement polluée, brûlée par les engrais chimiques, que l'eau sera imbuvable car remplie de matériaux toxiques, ou que la majorité de la planète sera devenue radioactive à cause de catastrophes nucléaires genre Tchernobyl ou Fukushima, sans parler du risque de guerre atomique, comment l'humanité survivra t-elle ?

Mais non, ces gens étant complètement fous, ne pensent pas à cela. Seuls comptent la domination et l'enrichissement exponentiel de cette prétendue élite.

Alors LA question à poser est la suivante : Encore combien de temps allons-nous dormir avant de nous réveiller ? Vous croyez peut-être que cela ne concernera que les pays "pauvres". Outre que nous allons bientôt rejoindre le rang des pays "pauvres", (cf, la Grèce, pour savoir ce qui nous attend), personne ne sera épargné. Encore une fois cette oligarchie subversive, puisqu'il faut la nommer, veut une domination totale sur l'humanité et que personne, absolument personne ,ne doit pouvoir ne serait-ce que lever la tête sans être impitoyablement réprimé. Ils ne veulent qu'une population d'esclaves, qui doit d'ailleurs être considérablement réduite, car ils estiment que 80% de l'humanité est de trop !

Alors réveillons-nous avant qu'il ne soit trop tard. Ne laissons pas ces psychopathes dont la place est dans un asile psychiatrique à vie, décider de notre vie, de celle de nos enfants et de l'avenir de l'humanité et de tout ce qui vit dans ce monde !!!

2.Posté par nazir777 le 14/05/2014 08:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dépositaire : il y''a bien longtemps que je me suis reréveillé mais c dégénérés de psychopates mon plongé enchainé dans un cauchemard éveillé que je nome la misère et je me dit qu''on n''est des milions mais on ne se voit plus malgrès qu''on se croise...

3.Posté par Depositaire le 14/05/2014 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est bien évident que seuls on ne peut pas faire grand chose. Ces psychopathes de l'oligarchie mondiale ont une richesse illimitée à leur disposition, les gouvernements et les politiciens ainsi que les médias principaux de la majorité des pays du monde sont à leurs ordres. Alors en apparence, on ne peut rien faire. Mais en réalité leur fortune est à 90%, sinon plus, fictive. elle ne repose que sur de l'argent dette, des chiffres sur un écran d'ordinateur et qui ne s'appuient sur aucune valeur concrète.

Leur pouvoir n'existe que dans la mesure où on les laissent agir comme ils veulent. Il y a tout un conditionnement qui est entrepris depuis l'école primaire pour faire croire que ces gens sont des bienfaiteurs, qu'il est impossible de s'opposer à eux, etc. Mais sur le fond, ce n'est que de la propagande. Si les peuples font de la désobéissance civile, les militaires et les policiers refusent d'obéir aux ordres qui visent à spolier et opprimer, pour ne pas dire tuer, ceux qui s'opposent à eux, si les employés de banque refusent de continuer à entretenir la spéculation appelée "trading". (Ca fait bien comme mot. Ca fait un peu savant "branché", comme on dit. Mais en réalité ce n'est que de la spéculation, rien de plus). Si la grande majorité des peuples cesse de suivre les sirènes de la cupidité qui revient à dire : "tout pour moi, et tant pis pour les autres", de comprendre à quel point nous sommes conditionnés pour penser de façon égoïste, et égocentrique, que la seule solution est de s'unir ensemble pour changer de modèle de société qui ne peut pas être pire que ce modèle aussi absurde que dangereux et mortifère que l'on nous impose depuis trop longtemps, alors, peut-être les choses changeront. Gémir dans son coin sur son mauvais sort n'est aussi qu'un moyen de conditionnement utilisé par cette oligarchie subversive pour que l'on se résigne. N'acceptons plus ces diktats mortifères.

Il n'y a pas de recette toute faite et que d'un coup de baguette magique tout ira mieux dans le meilleur des mondes. Il nous faudra sans doute pour une période non déterminée réduire notre confort, penser à cultiver son jardin quand on la chance d'en avoir un, et pour ceux qui n'en ont pas, créer un réseau de solidarité avec ceux qui cultivent la terre et ceux qui n'ont pas cette possibilité , etc. Il existe des initiatives qui existent déjà en ce sens. Je pense, par exemple à la plus connue, celle du réseau "colibris" de Pierre Rabhi. Mais elle n'est pas la seule. Il faut simplement les trouver, en créer d'autres, et les relier en réseaux. A partir de là les choses peuvent commencer à changer. En parallèle, il importe aussi de s'informer et d'informer les gens autour de soi. De faire comprendre que la vie ce n'est pas de se procurer le dernier I phone, d'aller passer des vacances chaque été sur la côte d'azur ou sous les tropiques en été, ou à la montagne pour faire du ski en hiver et ne pas se préoccuper du voisin qui a du mal à manger à sa faim. Il y a tout un déconditionnement à faire, une solidarité à mettre en place. ce n'est pas facile car le conditionnement est profond et la propagande qui vise à flatter l'ego dans ce qu'il a de plus intolérant, très forte et instrumentalisée par les politiciens de tous bords et les médias.

Tout est à faire.dans tous les domaines : social, économique, écologique, éducatif, médical, agricole, urbaniste, énergétique, etc. Donc tout le monde peut faire quelque chose. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste ou bardé de diplômes pour agir.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires