Conflits et guerres actuelles

Après l'Afghanistan...

UNE BARBARIE SANS LIMITES


Nous avons rarement vu une avalanche de mensonges comme celle qui a suivi l'attentat du 11 septembre. Bush, suivi de près par nos dirigeants français, a déclaré la guerre aux " forces du Mal ". Il présente cette guerre comme la réponse du monde civilisé contre la barbarie terroriste.


Jeudi 9 Juin 2005

Rien n'est moins sûr. La guerre contre l'Afghanistan était programmée avant le 11 septembre. L'ancien Premier ministre pakistanais affirme qu'il a été informé en juillet dernier de l'attaque américaine projetée contre l'Afghanistan. Quant aux Talibans, lors de leur prise de pouvoir en 1996, non seulement leurs dirigeants ont été accueillis à bras ouverts à Washington, mais ils furent invités au Texas où les cadres supérieurs de l'entreprise pétrolière Unocal avaient organisé un banquet pour eux !



Ce n'est pas seulement l'hypocrisie qui est révélée par cette guerre. Les médias du monde entier ont affiché leur racisme en traitant les morts de civils à New York d'une façon radicalement différente de ceux de Kaboul ou Kandahar. Et aux Etats Unis, le 11 septembre a été utilisé comme excuse pour renforcer le racisme anti-arabe.



Les victimes civiles



Les bombardements américains ont tué dans les premiers mois bien plus de civils que l'attaque du 11 septembre. Marc Herold de l'Université de New Hampshire aux Etats Unis a procédé à un bilan détaillé qui ne comprend que les morts civils pour lesquels il y a des preuves formelles. Il en conclut : "Les bombardements ont tué en moyenne 62 civils par jour du 7 octobre jusqu'au 6 décembre. Le soir du 6 décembre au moins 3 767 civils afghans étaient morts sous les bombardements. " Il écrit également "notre bilan représente une sous-estimation sérieuse du nombre réel de victimes civiles".



Herold fait voler en éclats les mensonges des autorités sur la précision de leurs bombardements. "Lorsque quatre gardiens d'immeuble furent tués lors du bombardement de l'agence de déminage des Nations Unies à Kaboul, le Pentagone a déclaré que ce bâtiment se situait à côté d'une tour de radio militaire. Les responsables de l'ONU sur place expliquèrent que la tour était abandonnée depuis plus d'une décennie, et se trouvait à 300 mètres du bâtiment bombardé".



Dans un seul village, celui de Niazi Qalaye, au moins 207 personnes trouvèrent la mort. Un des villageois, Janat Gul, déclara "Nous n'avons ici aucun Taliban ni membres de Al Qaida". Un grand nombre de morts furent des enfants déchiquetés pendant qu'ils dormaient. Un caméraman occidental a vu les flaques de sang et les morceaux de chair.



Le bombardement a duré sept heures. Les militaires américains tentèrent de justifier le massacre, disant qu'ils avaient reçu des "informations" selon lesquelles des membres d'Al Qaida se trouvaient à cet endroit.



Les bombardiers ont aussi attaqué une autre région au sud ouest de Kaboul. Encore une fois, les militaires prétendirent qu'ils avaient "de très bonnes raisons de croire" que des Talibans y résidaient. Mais des villageois témoignèrent que des innocents avaient été tués dans leurs lits.



La barbarie de la guerre



La guerre a été menée avec une barbarie absolue. Les bombes à fragmentation - qui explosent pour déchirer les êtres humains alentour - ont été utilisées abondamment. Les troupes afghanes ont été bombardées pendant qu'elles fuyaient, pour faire le maximum de morts. Les prisonniers afghans, transportés à la base américaine de Guantanamo à Cuba ne bénéficient pas du statut de prisonnier de guerre selon la Convention de Genève. On peut imaginer le type d'interrogatoire qui leur est réservé, et il est prévu de tenir des procès secrets devant des tribunaux militaires américains. Des tribunaux qui peuvent prononcer la peine de mort. La Croix Rouge international s'est déclarée inquiète de leur sort.



Même la presse respectable américaine a porté un débat récemment sur la nécessité de la torture pour interroger les ennemis du pays.



Les vrais objectifs de la guerre



Il n'y a rien de surprenant de voir Bush évoquer la défense de la liberté comme raison d'être de sa guerre "sans limites". Toutes les interventions américaines depuis un siècle ont utilisé des excuses similaires. La nouvelle guerre vise surtout à défendre la liberté des Etats Unis d'intervenir à chaque fois qu'ils veulent obliger un autre pays à leur obéir.



Il est évident que la croisade de Bush n'a rien à voir avec une opposition au terrorisme. Bush dénonce la terreur mais autorise Israël à faire pleuvoir des missiles sur les Palestiniens. Il prétend défendre la démocratie contre la barbarie, mais son meilleur allié contre les talibans, l'Arabie saoudite, exécute des jeunes hommes par dizaines pour le "crime" d'homosexualité.



Le massacre des Afghans a sans doute créé plus de terroristes qu'il n'en a supprimés. Et la "libération de l'Afghanistan" n'en est pas une. Le nouveau gouvernement de l'Alliance du Nord n'est pas très différent de celui des Talibans. Déjà au pouvoir avant 1996, ils avaient massacré des milliers de personnes à Kaboul. La différence entre les Talibans et l'Alliance est symbolisée par la déclaration d'un juge afghan, Ullha Zarif : "les Talibans laissait pendre le corps des exécutés pendant quatre jours. Nous, nous enlèverons le corps très rapidement - peut-être quinze minutes - après les exécutions publiques. "



Bush espère que cette guerre fera pour sa popularité ce que l'opération "tempête du désert" a fait pour son père. Peut-être rêve-t-il qu’elle deviendra au 21ème siècle ce que fut la guerre froide pour le 20ème siècle - une couverture pour tous les desseins de domination américaine.



Pour l'instant il a réussi à rassembler autour de sa guerre la majorité de l'opinion publique américaine, ceci malgré le fait qu'une minorité a été radicalisée par cette guerre horrible, et un mouvement anti-guerre très actif a surgi.



Son deuxième objectif a été de rassembler, à force de menaces et de pots-de-vin, une nouvelle alliance internationale pour couvrir la volonté des Etats Unis d'intervenir partout dans le monde où leurs intérêts sont menacés. Ici aussi il a rencontré du succès. Chacun des Etats a ses propres intérêts, mais beaucoup d'entre eux pensent que ces intérêts sont mieux servis en s'alignant derrière la superpuissance. L'exemple extrême est Tony Blair, devenu le majordome de George Bush. Mais les dirigeants français aussi ont déclaré (Chirac) leur "soutien total" et semblent s'inquiéter avant tout que la France puisse avoir une part de tout gâteau à partager entre les grandes puissances.



Cette nouvelle alliance a permis à des bouchers comme Poutine et Sharon de se sentir couverts pour leurs propres actes de terrorisme - celles de l'armée russe contre les tchétchènes, (60 000 morts civils), celle d'Israël contre les Palestiniens. Au moment où nous écrivons, Israël a bombardé et détruit une station de radio palestinienne, La voix de la Palestine. Israël sait que, dans la nouvelle situation internationale, elle peut tout se permettre.



Déjà, la première phase de la guerre, contre l'Afghanistan a permis aux Etats Unis de faire avancer plusieurs objectifs stratégiques. Par exemple réduire l'influence russe en Asie centrale pour avoir un meilleur accès aux ressources pétrolières de la mer Caspienne, et renforcer l'hégémonie américaine au Moyen-Orient.



Comme l'a écrit le rapport quadriennal de stratégie militaire américaine du 30.09.01



"Il est possible qu'un concurrent militaire avec une base de ressources impressionnante puisse émerger dans la région. Il existe des dangers particuliers dans la région entre la baie de bengal et la mer du Japon. Les Etats Unis bénéficient d'un accès moins sûr à des facilités dans cette région. Il est très important d'acquérir un meilleur accès, et des accords sur l'infrastructure…"



Depuis la fin de la guerre froide , les Etats Unis veulent empêcher la montée d'une autre superpuissance qui pourrait leur faire face en Asie. C'est la Chine qui leur fait le plus peur. Les Etats Unis voudraient avoir plus de troupes en Asie. Une possibilité sera la négociation de l'implantation de nouvelles bases militaires aux Philippines. Ce projet est plus facile maintenant que l'excuse de l'antiterrorisme permet l'envoi de troupes américaines aux Philippines. Ces troupes ont déjà été envoyées dans ce pays sous prétexte que les guérillas là-bas avaient des liens avec Ben Laden.



Le nouveau maccarthysme



Le 11 septembre a également servi de couverture pour des mesures domestiques que la droite américaine avait dû laisser au placard pendant plusieurs années de peur de la réaction publique.



Plus de 1200 personnes ont été arrêtées après le 11 septembre. Une seule a été accusée de crimes liés à cet attentat. Bush a mis en place des tribunaux militaires secrets pour juger des "étrangers soupçonnés de crimes terroristes". Le ministre de la justice, Ashcroft, a autorisé des enregistrements par la police de conversations entre des accusés et leurs avocats. Il veut aussi que le FBI surveille étroitement toute organisation politique ou religieuse qui lui semble suspecte. Le FBI, connu autrefois pour ses coups montés et ses assassinats politiques, verra son pouvoir augmenter. Les droits civiques ont fait un saut de trente ans en arrière. Nous sommes au seuil d'un nouveau maccarthysme



Bombarder d'autres pauvres



La "guerre contre le terrorisme" va être utilisée comme excuse pour bombarder d'autres pays. Les Etats Unis hésitent pour l'instant à lancer une attaque massive contre l’Iraq, mais ils ont d’ores et déjà envoyé des troupes aux Philippines. Bush espère que le "syndrome du Viêt Nam" est définitivement éliminé et qu'il pourra désormais utiliser la force partout où ça lui chante.



Les paysans de la Colombie pourraient être la prochaine cible. La dictature colombienne soutenue par les Etats Unis vient de durcir sa position dans sa guerre contre les guérillas de l'opposition. Bush appelle ces opposants à la dictature des terroristes et a fourni des centaines de millions de dollars en aide militaire au gouvernement sous prétexte de la "guerre contre la drogue." Il est fort possible que la nouvelle stratégie américaine signifie une aide militaire plus directe envers ce gouvernement meurtrier.



Un autre pays qui peut avoir peur est la Somalie. Après une discussion avec le ministre de la Défense américaine, un haut fonctionnaire allemand a émis l'opinion qu'une attaque armée contre la Somalie "n'était qu'une question de temps." C’est l’un des pays les plus pauvres de la planète.



Dick Cheney, le vice-président américain a déclaré que "quarante ou cinquante" pays pourraient être la cible d'actions américaines!



Si nous ne savons pas quelle sera la cible prochaine, Bush a déclaré son enthousiasme pour la guerre : "2002 sera une année de guerre," a-t-il déclaré. "Notre guerre contre le terrorisme va bien plus loin que l'Afghanistan. Il se peut qu'à un moment, un président ou un autre nous dise "Vous avez la technologie que nous n'avons pas, ne pourriez- vous pas nous envoyer des troupes?" Et nous on dira "Chiche!"."



L'espoir



Il faut croire Bush quand il parle d'une guerre qui devrait durer plusieurs années. Mais la puissance militaire écrasante des Etats Unis ne peut pas tout résoudre pour lui. L'Afghanistan restera instable pendant de longues années.



Les interventions américaines augmentent l'instabilité dans le monde. Déjà nous avons vu l'Inde et le Pakistan au bord d'une guerre majeure. Rien ne garantit que les USA réussiront leurs projets. La population des pays arabes est furieuse contre ses gouvernements qui soutiennent les Etats Unis. Une révolte de masse dans ces pays est tout à fait possible. En Grèce, en Angleterre, en Italie et aux Etats Unis, entre autres, il y a eu une mobilisation importante contre la barbarie impérialiste. Et les protestations contre les institutions internationales se construisent. Beaucoup de gens sont prêts à se mobiliser - il faut que les organisations de gauche en France prennent leurs responsabilités et construisent un large mouvement anti-guerre ici aussi.



John Mullen

Ressources web

En français

Une série d'articles sur la guerre actuelle, sur la guerre du Golfe, la guerre au Kosovo et d'autres ont été mis en ligne sur notre site web

http://www.anticapitalisme.org

En anglais

Pour une analyse de semaine en semaine de la guerre sans limites et du mouvement anti-guerre, lisez en ligne l'hebdomadaire de l'International Socialist Organisation, principale organisation révolutionnaire aux Etats Unis

http://www.socialistworker.org

Les crimes de l'occident

Quelques exemples extraits du rapport de Marc Herold sur les bombardements en Afghanistan

11 octobre un village agricole, Karam, de 450 personnes, fut bombardé. 45 des 60 maisons furent détruites et au moins 160 civils trouvèrent la mort.

18 octobre: A Kandahar, la place du marché du quartier de Madad est bombardée. 47 morts.

25 octobre: Un bus urbain est frappé par une bombe, une quinzaine de passagers est incinérée.

27 novembre: un très petit village de cinq maisons est frappé, tuant 15 civils.

Les terroristes de chez Bush

Malgré sa croisade contre le terrorisme, Bush n'a aucune idée de l'endroit où se trouve Ben Laden. Mais s'il s'opposait vraiment à ceux qui assassinent des civils innocents, il pourrait commencer plus près de chez lui. Les assassins résidant en toute liberté aux Etats Unis comprennent

- José Guillermo Garcia, anciennement ministre de la défense et général de l'armée du Salvador pendant les années 1980, impliqué dans l'assassinat de milliers de femmes et d'enfants, dans la torture, et dans l'organisation des escadrons de la mort.

- Armando Fernandez Larios, tortionnaire du régime de Pinochet au Chili. Larios fut responsable de la torture et de l'exécution d'au moins 72 prisonniers politiques dans les années 1970.

- Suintong Panjaitan, un général indonésien responsable du massacre de Santa Cruz au Timor oriental en 1991, qui a tué des centaines de personnes.

- Hector Gramajo Morales, ex-ministre de défense du Guatemala, qui a organisé l'assassinat de milliers de personnes pendant les années 1980 " Nous organisons le développement économique pour 70% de la population, les autres nous les tuons" avait-il alors déclaré.

Sources : http://mapage.noos.fr/revuesocialisme/s2guerre.htm


Jeudi 9 Juin 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires