Palestine occupée

Après des heurts sanglants à la fontière, le convoi d'aide entre à Gaza



Jeudi 7 Janvier 2010

Après des heurts sanglants à la fontière, le convoi d'aide entre à Gaza
Le convoi international d'aide,  "Vive la Palestine N°3", a enfin pu entrer, mercredi soir, dans la bande de Gaza après plusieurs obstacles et incidents avec la police égyptienne.
Le convoi est passé dans l'enclave palestinienne, soumise à un strict blocus israélien, via la ville frontalière de Rafah, sous les applaudissements de milliers de personnes.
"Nous sommes venus de 17 pays, nous avons voyagé pendant plus d'un mois pour venir ici, et pourquoi ? Parce que nous sommes honorés d'être en Palestine", a déclaré George Galloway, qui dirige ce convoi, à son arrivée dans la ville de Gaza.
"J'en appelle au monde arabe, du Maroc à Bahreïn, pour qu'il soutienne et défende la Palestine", a-t-il plaidé.

Le convoi, bloqué pendant plusieurs jours en Jordanie, était arrivé lundi à Al-Arich, dans le Sinaï égyptien, après avoir transité par la Syrie.
Mercredi, la tension était montée à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, où un manifestant palestinien est tombé en martyre et 35 autres ont été blessés, dont deux grièvement atteints. Par ailleurs, des sources égyptiennes ont rapporté à l'agence Reuters la mort d'un policier égyptien, lors de ces heurts.

La fusillade a eu lieu à la suite d'une manifestation à Rafah de quelque 200 jeunes Palestiniens qui protestaient pour condamner les agressions égyptiennes contre les activistes internationaux, et l'édification du mur d'acier.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des heurts violents avaient également opposé des policiers égyptiens aux militants pro-palestiniens membres du convoi.
Les militants protestaient contre une décision de l'Egypte de faire transiter une partie de leurs véhicules par "Israël" avant d'entrer à Gaza.

Cinquante-cinq personnes, 40 militants, ont été blessées dans les heurts, la police utilisant canons à eau et matraques et lançant des pierres sur les manifestants, tandis que les activistes répliquaient par des jets de pierres.

Le convoi est formé d'au moins 140 camions et voitures chargés de nourriture et de matériel médical en provenance d'Europe, de pays arabes et de Turquie.

Rappelons que le terminal de Rafah, géré par l'Egypte, est le seul donnant accès au territoire palestinien qui ne soit pas contrôlé par l'occupation israélienne.
 
 
GALLOWAY ACCUSE L'EGYPTE DE COMPLICITE AVEC "ISRAEL"
 
Le député britannique, George Galloway, qui dirige le convoi "Vive la Palestine N°3", a accusé les égyptiens de complicité avec l'occupation, en entravant le passage d'aides aux Palestiniens assiégés dans la Bande de Gaza.  
Lors d'un entretien téléphonique avec la chaîne al-Jazeera, Galloway s'est également dit surpris de la politique égyptienne qui renforce le blocus sioniste.
 
LE HAMAS: L'EGYPTE PARTICIPE AU RENFORCEMENT DU BLOCUS

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum a affirmé, le mercredi 6 janvier, que les agressions égyptiennes contre les activistes internationaux, qui soutiennent les habitants de la Bande de Gaza, prouvent la participation de l'Égypte au renforcement du blocus sioniste injuste, et montre bien que le gouvernement égyptien ne veut pas soulager les souffrances des Gazaouis, qui étouffent depuis 4 ans.
 
Dans une déclaration exclusive au centre palestinien d'information, Barhoum a qualifié les mesures égyptiennes à l'encontre des solidaires humanitaires de très brutales, honteuses et inacceptables. Ces activistes ne veulent qu'attirer l'attention du monde entier vers le blocus sioniste arbitraire imposé, depuis 4 ans, contre un million et demi de palestiniens innocents, a-t-il ajouté.
 
Barhoum a également dénoncé la politique égyptienne de deux poids deux mesures. Les palestiniens et les activistes humanitaires internationaux sont interdits d'entrer ou de sortir de la Bande de Gaza, alors que les criminels sionistes entrent et sortent, en toute liberté, dans les territoires égyptiens, a-t-il assuré.

Source Al Manar

Les camions de Viva Palestine brisent le siège de Gaza

Un convoi d’aide humanitaire transportant de la nourriture et des fournitures médicales est arrivé dans la bande de Gaza, près d’un mois après qu’il ait entrepris son voyage depuis l’Angleterre.
(JPG)
De jeunes Palestiniens jettent des pierres sur les forces égyptiennes à la frontière, pour protester contre le retard imposé au convoi - Photo : AFP

Ce mercredi les participants du convoi Viva Palestina, très retardé, ont commencé à traverser la frontière de Rafah permettant d’aller de l’Egypte à Gaza, agitant des drapeaux palestiniens et levant leurs mains en signe de paix.

Selon Ayman Mohyeldin d’Al Jazeera, rapportant depuis Gaza, la première vague de véhicules a été accueillie par les dirigeants du Hamas à Gaza ainsi que par des membres d’une organisation humanitaire turque qui avait aidé à amener le convoi jusqu’au territoire assiégé.

« Nous attendions l’arrivée du convoi en grande pompe mais celui-ci a presque pris les Palestiniens par surprise », dit-il.

« Les portes se sont soudainement ouvertes et en quelques minutes le premier lot d’environ 12 véhicules ou plus ont fait leur chemin depuis le côté égyptien jusqu’aux Palestiniens ».

Plus de 100 véhicules ont, peu de temps après, suivi la première vague.

Violents affrontements

Notre correspondant nous a communiqué que les participants au convoi sont censés passer les 48 prochaines heures à distribuer les fournitures amenées.

L’arrivée du convoi à Gaza a succédé à des affrontements violents entre les forces de sécurité égyptiennes, les Palestiniens et les membres du convoi.

Quelques heures avant l’arrivée du convoi, un soldat égyptien a été tué lors d’un affrontement avec des manifestants palestiniens qui s’étaient rassemblés le long de la frontière pour protester contre le retard imposé au convoi.

Les forces égyptiennes ont ouvert le feu pour disperser les manifestants qui jetaient des pierres, et au moins 35 Palestiniens ont été blessés dans les affrontements qui ont suivi, selon les responsables du Hamas.

Mardi soir, plus de 50 personnes avaient été blessées lors d’un affrontement entre les forces égyptiennes et des militants internationaux participant au convoi.

Les protestations se sont déclenchées après une décision égyptienne de permettre seulement à 139 véhicules d’entrer dans Gaza par le passage de Rafah, et d’imposer aux 59 autres véhicules à passer par Israël.

[Tous les produits transitant d’Egypte vers Gaza en passant par le territoire israélien sont lourdement taxés par les douanes israéliennes, lesquelles reversent très probablement des « ristournes » à leurs homologues égyptiens - N.d.T]

Graves différents

Le convoi, conduit par George Galloway, député britannique, avait déjà été retardé de plus d’une semaine après que lui-même et une délégation de députés turcs aient échoué à convaincre les Egyptiens à changer d’avis.

Le convoi de près de 200 véhicules était arrivé en Egypte dans la ville portuaire de Al-Arish ce lundi, après un différent avec le Caire sur la route à suivre.

Mais l’arrivée du convoi à Al-Arish a été possible après un âpre conflit entre ses organisateurs et le gouvernement égyptien qui avait interdit le passage vers le Sinaï en Egypte depuis la Jordanie en prenant un ferry, obligeant le convoi à repartir vers le nord en direction du port syrien de Lattaquié.

Amr El Kahky d’Al Jazeera, qui a voyagé avec le convoi, a déclaré que les organisateurs de Viva Palestina avaient espéré atteindre Gaza le 27 décembre.

« Le retard est donc de près de 10 jours. Les membres du convoi sont heureux d’avoir atteint leur destination », dit-il.

« Beaucoup d’entre eux ont pris des congé en Europe et ailleurs et c’est pourquoi ils sont heureux de fournir enfin l’aide et de pouvoir rentrer chez eux pour reprendre une vie normale. Ainsi, leur joie est justifiée. »

Israël et l’Egypte ont de concert fortement limité les voyages vers et depuis la bande de Gaza depuis que le Hamas en a pris le contrôle en Juin 2007, après avoir remporté les élections législatives palestiniennes en 2006.

Le blocus ne laisse passer que très peu de produits de base vers Gaza.

Le siège a fortement restreint les approvisionnements les plus nécessaires et les habitants de Gaza sont dans une situation très difficile, aggravée par l’agression militaire israélienne l’hiver dernier qui a laissé une grande partie du territoire assiégé en ruines.

6 janvier 2009 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/m...
Traduction : Info-Palestine.net


Jeudi 7 Janvier 2010


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires