PRESSE ET MEDIAS

Appel d'offre pour surveiller l'opinion sur internet



Lundi 17 Novembre 2008

Appel d'offre pour surveiller l'opinion sur internet
combat numéro


Le Ministère de l'Education lance un appel d'offres pour surveiller l'opinion sur internet

Le gouvernement veille sur ses ministres et surveille l'opinion. Après l'appel d'offre du SIG, c'est maintenant le Ministère de l'Education qui piste sur Internet tout ce qui pourrait constituer un "risque opinion". Objectif : détecter les "lanceurs d'alerte", anticiper les effets de "contagion", et limiter les crises "dans lesquelles les ministères se trouveraient impliqués".

Le Ministère de l'Education Nationale vient de publier un appel d'offre commun avec le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, d'une valeur totale de 220 000 euros. L'objectif affiché est l'identification des sources d'information et des lieux de débats, sur Internet, qui peuvent constituer un "risque opinion" et provoquer des crises impliquant les ministères. "Clé de voûte" du dispositif, le passage en "mode alerte" qui permettra aux autorités de localiser les sources de troubles et d'identifier les crises potentielles avant même qu'elles surgissent. C'est le deuxième appel d'offre révélé en dix jours. Le premier émanait du Service d'Information du Gouvernement (SIG) qui souhaite surveiller tout ce qui se dit et s'écrit au sujet du gouvernement sur les sites en ligne.

Risque d'opinion et anticipation des crises

Les médias concernés sont les blogs, les sites des syndicats ou des partis politiques, les sites militants d'associations et les leaders d'opinions, les lanceurs d'alerte. En bref, les "sources stratégiques ou structurant l'opinion". Les médias traditionnels sont aussi concernés, mais l'appel d'offre se contente de les évoquer globalement, sans autre détail, comme s'ils constituaient un seul et unique bloc, comme s'ils ne constituaient pas un "risque" particulier. L'effet "Grenelle de l'Information", peut-être ?

Dans le but d'"anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise", le prestataire devra aussi utiliser toutes les informations "qui préfigurent un débat, un «risque opinion» potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués". Avec un égard particulier pour les "vidéos, pétitions en ligne, appels à démission, [qui] doivent être suivis avec une attention particulière et signalées en temps réel"...

En résumé, il s'agit de pister les embryons de débats qui constituent un "risque opinion", avec pour objectif de limiter les répercutions politiques négatives. Et au final, "aider le ministère à calculer le retour sur investissement pour cette opération". Bien entendu, il ne s'agit en rien d'une opération politique. Promis, juré, kraché ! Simplement un nouvel outil pour améliorer l'Education, optimiser les réformes, et ainsi compenser les salaires exorbitants alloués à ces BAC + 5 qui passent leur temps à surveiller les siestes des enfants ou leur changer les couches.

Lire le cahier des charges de l'appel d'offres sur la veille de l'opinion

Source : Site Les mots ont un sens



Lundi 17 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par lotfi le 17/11/2008 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est-ce que ce n'est pas une information qu'il faut croiser avec celle de la création de la DCRI?

La France rejoindrait-elle enfin d'autres pays dans l'idée de mettre en place des états policiers?

2.Posté par Ramos le 17/11/2008 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France rejoindrait-elle enfin d'autres pays dans l'idée de mettre en place des états policiers?

C'est deja un etat Policier, ils laissent foutre le bordel a certains, mais se concentrent sur ceux qui font rien, pour les depouiller a la moindre occasion, racket des radars etc etc....
Pourquoi personne ne manifeste devant l'assemblée nationale? Parceque tu te ferais tirer dessus a vue, sans le moindre soucis pour le flic tireur. Pour empecher le peuple de vraiment, manifester son mecontentement, on colle des flics dans les manifs, et quand c'est une manif qui pourrait etre dangereuse en reveillant les esprits par les questions qu'elle pose, des flics en civil dans le public commence a casser, et bien sur excite les qques casseurs venus dans la manif, donnant la raison et l'opportunité de charger et casser la manif'. C'est simple.

3.Posté par gtrs le 17/11/2008 23:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ramos lol,c'est belle et bien ce qui se passe....malheuresement

4.Posté par lotfi le 18/11/2008 03:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'étais en train de me dire...

Vu que selon certains pronostics le futur ne s'annonce pas tout rose (accentuation de la crise financière et... aggravation de la crise financière et... fin du monde?) peut-être que certains de nos politiques (avisés pour le coup) préparent un certain nombre de mesure pour tenter d'étouffer dans l'oeuf toutes futures réclamations de nous citoyens sur la future misère qui nous attend (chômage, lourds impôts, augmentation du coût de la vie, etc...).

On risque d'entendre de plus en plus parler d'un vrai état policier (comme dans les films à la Vendetta... sauf que Vendetta, lui, n'existe pas).

5.Posté par le voyageur le 18/11/2008 19:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si, c'est moi, mais je suis occupé à subir des expériences

6.Posté par joszik le 26/11/2008 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pour nous faire croire qu'actuellement il n'y aurait pas de veille d'opignon.
Balivernes la "Veille Informatique d'Opignon" a bien déjà été mise en place.
Les clefs d'identification de ce modèle passe les moteurs de recherche classique.
Lancez un mot ou une phrase ou un article inédit informez sur une vérité ou une réalité et vous pourrez alors traquer toute la désinformation et les outils logiques pour démonter vos arguments.
Elles sont l'oeuvre de professionnels de la désinformation, qui sont mis en confrontation direct avec les véritables informateurs du net.
Faire croire que sur le Net il y a plus de désinformation que d'information ! Quand on vois ce que donne l'information télévisuelle et la presse, on ne peux que rester septique.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires